Aller au contenu
Rofl

La voisine.

Messages recommandés

Edit : ce message devait aler dans la rubrique "Fantasme" :welcome::youpie:

J’habite dans un petit quartier tranquille où il ne se passe généralement pas beaucoup d’histoire, les gens vont et viennent sans rien demander à personne, ce qui n’empêche pas d’avoir de bonnes relations de voisinages.

Mon premier voisin est un homme âgé, retraité, et veuf. Toujours prêt à rendre service et c’est une personne au contact facile. La deuxième maison voisine est occupée par une petite famille de 3 personnes, Jacques et Martine, avec leur fille unique, Mélissa. C’est une famille qui n’a pas toujours eu facile dans la vie, mais qui est néanmoins animé d’une joie de vivre fort agréable.

Quant à nous, pas énormément à raconter, famille tranquille, avec des relations parfois tendues entre mon père et ma mère, bien que normal dans un couple qui vit ensemble depuis un bon petit bout de temps ! Ca ne nous a jamais vraiment tracassé à mon frère et à moi.

Notre maison est des plus simple, la chambre de mes parents donnant sur le jardin, celle de mon frère sur la rue, et la mienne étant sur le coin de la maison avec une fenêtre « face » à la maison voisine et l’autre face au jardin…

L’autre soir, après le souper, je monte comme à mon habitude dans ma chambre et là quelle ne fut pas me surprise de voir, en passant devant la fenêtre, de voir Mélissa, la voisine, en train de se sécher les cheveux après sa douche. Elle est enroulée dans un essuie laissant apparaître ses épaules à la lumière tamisée de sa chambre.

Surpris par cette vision des plus inattendue, je reste comme paralysé devant ma fenêtre en train de « mater » ma voisine.

Mélissa est une jolie fille, elle a quatre ans de moins que moi, et je dois dire que bien qu’elle soit très mignonne, je n’ai jamais vraiment imaginer pouvoir avoir une histoire avec elle, peut être à cause de la différence d’âge…

En tout cas depuis qu’elle a atteint l’âge de 17 ans… elle est vraiment à croquer. Une très belle jeune femme ! Une blonde, à la peau mate, avec des jolis yeux bleus.

Et la voir ainsi vêtue n’a pas hésité à attirer mon attention. Je continue de la contempler, et grâce à un effet de miroir, je peux voir légèrement son visage dans la pénombre.

C’est à cet instant que je pris conscience que je suis toujours planté devant la fenêtre, sans même penser à me cacher quelque peu. Je me suis alors mis « à couvert ». Malheureusement, c’est à ce moment là qu’elle décide de quitter la pièce. Etonné par mes émotions que j’ai pu ressentir en la voyant comme ça et à la fois troublé, il m’a fallu quelque temps pour m’en remettre.

Et il m’a fallu attendre 3 semaines avant de pouvoir me rincer l’œil à nouveau. Bien que pendant ce laps de temps j’étais resté attentif, je n’ai rien eu à me mettre « sous la dent ». Et c’est donc au bout de ces 3 semaines où par une belle journée d’été et de vacance ou d’un œil distrait je regarde par la fenêtre et je vois Mélissa, allongé sur son transat en train de bronzer dans le jardin d’à côté.

A ce moment précis, je ressent réellement quelque chose en moi se passer, mon ventre c’est noué et je suis de nouveau comme paralysé. Elle était magnifique, vraiment le corps féminin dans toute sa splendeur ! Ce n’est pas le maillot qui la mettait en valeur, mais elle qui mettait le maillot en valeur. Et mon sentiment de trouble que j’avais ressenti 3 semaines auparavant n’a fait que se confirmer, je fantasme de plus en plus sur elle, et elle m’est de moins en moins indifférente.

Je reste là devant ma fenêtre un long moment à la contempler et mon regard n’arrive pas à s’en décrocher.

Au bout d’une petite dizaine de minutes, ce qui m’a semblé deux fois moins, elle se retourne et se couche sur le ventre. Elle défait la ficelle de son haut et réunit la partie de son maillot qui recouvre ses fesses dans sa raie afin d’éviter les traces de bronzages au maximum, faisant donc l’effet d’un string. Mon coeur s’accélère face à ce spectacle, elle a des fesses admirables ! Et ce n’est pas ce qui se trouve dans mon pantalon qui va démentir. Déjà chaud depuis le début, il se raidi complètement, à tel point que pour éviter la compression je dois le replacer, et pas seulement, je me suis quelque peu masturber devant ce si joli corps. Je n’en pouvais plus, l’excitation est telle que je ne mis pas longtemps avant de prendre un mouchoir et me soulager. C’est la première fois qu’il m’est donné l’occasion d’exercer « le voyeurisme » et ça me procure une grande excitation, un sentiment nouveau.

J’ai assisté pendant une grosse vingtaine de minutes au spectacle qu’elle m’offrait innocemment. J’en étais tout retourné. Après quoi elle est rentrée et le « spectacle » était terminé.

Le « voyeurisme » est une chose, mais mon esprit commence de plus en plus à désirer Mélissa et l’envie me prend de plus en plus de tenter quelque chose.

Et c’est lors d’un barbecue entre voisin que l’occasion idéale semble se présenter. Ca tombe un vendredi soir, le temps est idéal, de quoi tenter une première approche. Nous avons organisé le barbecue dans le jardin de notre brave voisin retraité. Mes parents l’aide pour toute la préparation et l’organisation, sachant qu’on attend une bonne vingtaine de personnes.

Afin de ne pas surcharger le travail de mes parents en cuisine et à l’extérieur pour peaufiner les derniers détails je m’occupe d’accueillir les hôtes et les invitent à prendre place sur la terrasse.

De la famille, des connaissances, des gens que je ne connais pas, tout le monde y passe, et quelle ne fut pas ma joie quand ce fut le tour de ‘ma’ chère voisine, Mélissa.

Je l’accueille gentiment en lui faisant la bise, et inutile de vous dire qu’à ce moment là j’ai le cœur qui s’emballe. La situation gênante ne le reste pas éternellement, car mes obligations me force à installer Mélissa et ses parents sur la terrasse. La soirée put véritablement commencé une fois que tout le monde était là. L’apéritif, l’entrée et le reste du repas se déroula dans la meilleure des ambiances… Mélissa n’était pas très loin de moi, j’ai eu l’occasion de croiser son regard à quelque reprise, et ainsi échanger quelques sourires. Inutile de vous dire que je voulais bien plus. Quand les gens avaient décidé de bouger un peu plus avant le dessert, de visiter les lieux, ou de se mettre à danser sur une piste improvisée, j’eu l’occasion d’entamer la conversation avec Mélissa qui était assis sur un transat près de l’étang.

Gêné au début, je prenais vite l’assurance et n’hésita pas à lui parler et tenir la conversation. L’effet des quelques verres et l’envie profonde de mieux la connaître étaient tels que je ne voulais pas rester sur des regrets !

De fil en aiguille, l’entente fut meilleure encore et je me sentais réellement bien près d’elle. Puis le rapprochement se faisait plus tactile. J’en arrivais même à lui donner un bisou sur la joue après une taquinerie. A peine étonnée, le bisou n’a pas installé de silence gênant et au contraire, elle me proposa d’aller danser.

Pas forcément spécialiste mais je ne pouvais refuser une telle invitation.

Tranquille au début sur de la musique rythmée les contacts physiques étaient peu nombreux, mais le rapprochement s’est quand même produit quand on eut droit à de la musique un peu plus propice.

Et l’excitation montait quand nos frottements se multipliaient. J’en suis même arriver à être coller à elle le temps d’une chanson, la complicité s‘installait vraiment, à ma plus grande joie.

Autour d’un verre pour respirer et souffler un moment, les contacts étaient plus intense et plus charmeur de part et d’autres, et décider à n’avoir aucun regret ce soir, je pris les devants et lui chuchotai quelques mots avant de m’éloigner.

Le cœur battant je n’espérais qu’une chose c’est qu’elle vienne me rejoindre et que je l’ai pas choquée. Je n’avais pas pour habitude d’en arriver à draguer une fille dans une soirée ou de la famille en plus d’amis était présente.

J’ai attendu 5 minutes, puis 10 minutes, personne…

Déçu je rejoins les invités et me rassied à table. Je regarde furtivement autour de moi et je ne vois pas Mélissa… Mitigé entre de la déception et de l’amertume, je ne voulais plus rien attendre de cette soirée.

C’est alors que Mélissa est réapparue et est venue s’asseoir à côté de moi, on a pas parler longuement car elle a été droit au but, sa main s’est posé sur ma cuisse et son regard des plus charmeur m’a glacé… ou plus tôt chauffé… Elle se leva et s’éloigna discrètement et de la façon la plus innocente possible je décidai de la rejoindre.

Au coin de la maison, là ou personne ne pouvait plus nous voir, elle m’a embrassé, je lui ai directement rendu et nos langues se sont emmêlés, ce baiser à la fois si bestiale et si tendre a aussitôt gonfler mon sexe. Elle ne pouvait pas l’ignorer, j’étais collé à elle. Je sentais sa ferme poitrine sur mon torse avec son parfum qui titillait mes narines, j’étais aux anges.

Elle me prit par la main et nous nous sommes retrouvé dans le champ à côté de chez nous.

Sans mots, on s’embrasse longuement avant que nos mains ne s’attaque aux vêtements, doucement j’abaisse les bretelles de son haut et le descend ainsi à sa taille, tout en la couvrant de doux bisous sur les épaules et dans le cou. Son odeur me rend dingue.

Doucement mais sûrement elle déboutonne mon jeans et le baisse. Mon sexe tendu, déforme le boxer, rapidement, elle le dégage et s’en empare avec sa bouche, quelques va-et-vient, des coups de langue habile sur le gland, ou sur toute la longueur du sexe tendu. Une chose est sûre, à ce rythme je ne vais pas tenir bien longtemps, et elle le sent bien. Elle s’interrompt et se relève pour venir m’embrasser, on s’enlace. Le moment est merveilleux. Je décide alors de lui abaisser son pantalon ainsi que son string. J’en profite pour passer derrière elle et lui donner de nombreux bisous et lèches sur ses fesses. Je reviens de l’autre côté et commence par embrasser son ventre pour descendre petit à petit et constate avec bonheur qu’elle est épilée laissant juste un petit ticket de métro. J’y vais doucement par caresse et douceur avant de titiller son clitoris du bout de la langue. Ensuite j’y vais plus franchement et des soupirs se font entendre. Le moment est intense mais le fait de s’être absenté comme cela soudainement de la fête ne nous laisse pas toute la nuit, et je me relève alors et décide de la prendre en levrette. Très rapidement j’enfile un préservatif que j’avais dans ma poche de mon jeans, je me place derrière elle et je frotte mon sexe dans sa raie des fesses en l’embrassant dans le cou, et doucement mon sexe pénètre lentement son minou, quel bonheur…, après plusieurs va-et-vient au ralenti j’accélère le rythme et tant elle que moi ressentons un plaisir immense, je suis au bord de la jouissance, et dans une ultime pénétration je jouis, je suis rester un peu en elle le temps de savourer ce pur moment de plaisir avant de me retirer et l’embrasser.

On se rhabille en vitesse et on rejoint discrètement le reste de la fête après un dernier baiser, notre absence ne s’est apparemment pas faite remarqué.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité alexiane_

pas si mal qu'il soit dans la rubrique experiences en fait :welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Excellent, ça me rappelle des fantasmes et aussi des souvenirs !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité popm

pas mal je tenvie lol :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.