Aller au contenu
eteocle

une virtuelle rencontre ...

Messages recommandés

***

Texte écrit en un bloc, sans coupure...

Bonne lecture

***

Il existe des instants, lorsque le célibat commence à peser lourdement, l’ingéniosité fleurit à travers un esprit créatif. C’était mon cas. Voilà trois semaines que je n’avais pas eu l’occasion de gouter à la douceur d’une peau féminine. La faim envahissait lentement mes entrailles. Cependant, je ne voulais pas d’une « aventurette » rencontrée au coin d’une soirée boite. Etre « rassasié » le temps d’une nuit au côté d’une illustre inconnue ; cette facilité, je la laissais à la postérité de mes jeunes années estudiantines. Non, il me fallait quelque chose d’insolite, de finesse, d’inédit. Un besoin presque absolue d’excitation, de jeu de séduction, d’attirance mutuelle … Que faire ?

Pour tout vous confesser, je me complaisais en ma situation casanière et célibataire du moment. En effet, vivant à 950m d’altitude, les activités en pleine nature ne manquent pas. Hélas l’envie de mettre son nez dehors en notre hiver de l’année 2009-2010 …d’une rudesse sans équivoque, me découragea. En montagne, plus qu’en plaine, la neige avait tendance à séjourner plus que de mesure. Rester calfeutré chez soi après les journées de labeurs, au coin d’un feu crépitant, était un plaisir saisonnier tout à fait délicieux et à mon gout. Pc portable sur les genoux, pied en éventail devant la cheminée, je me mis à scruter un site conseillé par un ami.

Je vous avoue… les sites dédiés aux rencontres, n’ont jamais été mon fort. Noyé à travers une myriade de mâles, faire le paon de compétition en cherchant à offrir ses plus belles couleurs surpassant celle du voisin, afin de séduire, je ne sais quelle hirondelle… Non, pas pour moi … il me fallait être « l’exclusif » interlocuteur d’une muse. Est ce par orgueil ? Excès débordant nombrilisme de mon ego ? Allez savoir …

En tout cas, Le conseil de mon ami a porté ses fruits. Je « jouais » sur un site lambda un personnage dans une époque précise de l’histoire. Tout le monde, en ce jeu, revêtait un rôle loufoque. On y vivait une vie virtuelle que l’on avait définie. Les rencontres anonymes d’autre joueurs/joueuses, caché derrière un pseudo étaient nombreuses. A force de côtoyer l’aventure, des couples « virtuels » se faisaient, se défaisaient... Au risque de vous faire sourire, j’ai décidé de jouer le rôle d’un gigolo en une maison close….

Les premiers jours de ma prostitution dorée étaient placés sous les auspices de la maigre sollicitation. Emergeant d’on ne sait où, apparaissait des drôlesses à l’écriture élégante. Au fil du temps quelques habituées commençaient à se bousculer au portillon. Oh là là … « écrire l’amour », pour certaines joueuses, les plongeait en état d’excitation avancée… Elles font virtuellement, sans doute, ce qu’elles n’auraient jamais osé faire dans la vraie vie. Naturellement, je me laissais fondre en toute douceur dans le bain chaud et moelleux de leurs fantasmes. Certaines, de vraies plumes au bout des doigts, me surprenaient par leur ingéniosité. Leurs écritures… une pure merveille… Je saisissais le moindre flocon de plaisir et contemplait admiratif l’esthétique étoile de la concupiscence.

Le soir venu, une certaine habitude à une certaine heure, en mon emploi du temps nocturne s’immisçait la sulfure des rendez vous. Je prenais plaisir à retrouver mes « joueuses ». De fil en aiguille, les adresses « msn » s’échangeaient, j’apprenais à découvrir les femmes qui se cachaient derrière les personnages. Presque toutes des femmes mariées ou en couples.

Il y a, cependant, une toute petite jeunette de 19 ans qui a eu l’art d’attirer mon attention. Tout d’abord, par sa fraicheur et sa jovialité, ensuite par sa totale absence de complexe, et pour finir : elle parle sans filtre. Croyez moi, j’étais amusé derrière mon écran lorsqu’elle me demandait poliment si elle pouvait se caresser pendant que je lui compte une histoire érotique. Naturellement, je lui accordais cette faveur, mon égo masculin fut flatté … à ceci j’ajoutais une demande : Qu’elle me lance l’émoticône « cœur » pour me dire qu’elle a eu un orgasme. Amusé, je m’adaptais à son rythme, à son plaisir. A la fin d’une jouissance, mon histoire prenait un aspect un peu plus feutré. A l’image d’une plume, je jouais avec mes phrases suaves sur son corps, à faire monter la température au paroxysme, à la mettre en attente, à l’assouvir avec des mots.

Une jeune inconnue, à l’écoute des sens, libérée d’une extraordinaire manière, je fus conquis par l’extase et l’insolite. Il existait, au fond de moi, une question … je savais qu’elle vivait en couple et qu’elle passait le plus clair de son temps en ma compagnie, elle me montrait ostensiblement ses faveurs, j’avais de l’avance sur son « mec » réel.

Comment réagissait-il à tout cela ?

Et bien la verte jalousie l’avait envahie ! Elle lui montrait nos conversations, mes mails, mes textes… Le garçon avait des atouts différents des miens. Malheureusement pour lui, Il a fallu qu’elle développe une sensibilité auprès du charme virtuelle. Cela n’a pas loupé. Alors que Melina vivait son aventure de la saint valentin (je vous conseil son récit, il est appétissant), quant à moi en parallele, je vivais une soirée houleuse. En effet… ma toute jeune interlocutrice a eu la fâcheuse idée de rompre avec son copain. Naturellement, les tentatives de la raisonner furent des arguments obsolètes à ses yeux. Elle avoua être éprise de moi depuis quelques semaines. La justification lui indiquant qu’elle était amoureuse, en somme, que d’une « image » ne lui fit pas lâcher prise. Nous ne nous sommes jamais vu, jamais parlés de vive voix, jamais touché … comment peut-on tomber amoureux ainsi ? L’embarras s’accumulait en gravas lourds en mon âme. Et elle … si tenace… si sûre d’elle… tempérament de conquérante… elle a réduit la légende d’Attila au rang de conquérant de bac à sable. Je n’ai jamais vu ça !

La culpabilité de ne pas avoir joué la modération résonnait, en ma conscience, comme une cinglante gifle. Pris à mon propre piège, il me fallait garder la tête froide afin de ne pas perdre l’initiative en cette histoire. Coute que coute, j’entreprendrais à réparer ce que j’avais défait. Il n’était pas question de jouer la carte de la lâcheté et de la fuite, mon honneur était en jeu.

Plus je passais du temps auprès d’elle… plus son sentiment d’amour se renforçait. Par sa force d’expansion sur ma vie, elle humiliait la légende de Gengis Khan… On dit que pour l’amour d’une rose, le jardinier cultive milles épines… Je vous laisse imaginer la charpie ensanglanté que j’étais devenu au fil des jours…

Il est vrai, qu’en peu de temps, je la connaissais intimement. Sans l’avoir rencontré, je connaissais tous ses désirs, tous ses plaisirs, tous ses fantasmes, mieux que son homme ! Moi qui pensais avoir en main juste une complicité d’émeraudes… c’est râpé ! A son tour, elle voulait m’offrir du plaisir. Elle m’envoya une photo d’elle. Je crois que je n’oublierais jamais cet instant où j’observais, le regard hagard, la barre de téléchargement se remplir jusqu’au 100% du fichier reçu. Le clic fatidique qui allait m’ouvrir la fenêtre d’une photo, j’étais aussi excité qu’un enfant allant découvrir le jouet de son « kinder surprise ».

« clic »

« … »

Sans voix … Bouche béante… mes bras tombaient…

Une délicieuse jeune femme aux yeux gris bleu, cheveux lisses, blonds, une mèche rebelle traversant son magnifique visage. Le cliché pris un peu en hauteur, laissait entrapercevoir un mystérieux décolté tout à fait charmant au milieu d’un jardin de dentelle. Elle est belle. Rien de vulgaire en elle, elle possédait une grâce qui grise. Son physique filiforme dessinait avec perfection les courbes harmonieuses d’une femme charmeuse et féline. Je me mordais la lèvre derrière mon écran. Elle est irrésistible. A présent je comprenais pourquoi elle était si sûre d’elle…

Votre narrateur offrit également un cliché de son portrait. Elle disait qu’elle était sous le charme … je ne la croyais pas … peu importe. L’illusion d’être apprécié pour son physique masculin procurait aussi une bonne dose de jubilation…

Presque comme des adolescents, nous ne manquions jamais nos rendez vous nocturne, et plus tard en journée. Elle, coiffeuse de métier, avait un parcours sexuel assez atypique. Bi d’orientation, elle ne manquait jamais une occasion d’étoffer ses expériences. Elle me racontait tout … de ses multiples partenaires… de ses orgies géantes … de son envie d’être dominé… de sa compulsivité à se procurer une kyrielle de plaisir en journée, depuis notre virtuelle rencontre. Elle ne perdait jamais une occasion de me livrer les détails de ses occasions solitaires. De l’abondance de sa cyprine coulant en rivière en regardant mon cliché. Tout allait crescendo entre nous … Elle me montrait les photos de ses formes appétissantes… Sa manière de se cambrer érotiquement en m’offrant la vue ses fesses irrésistibles. Ultra photogénique, je constituais un album de nu aux portraits admirablement scélérats ou naïfs.

Il n’y a pas un seul angle de son corps que je ne connaisse. Elle m’a offert le privilège des recoins secret de l’architecture de son intime cathédrale où la jouissance teinte d’une puissance sonore lorsque l’on tire habillement les cordes. Elle voulait savoir quand, où, quelle photo, je jouissais sur elle. Pour reprendre ses mots : « cela lui faisait chaud entre les jambes » de le savoir…

Cette fois çi, j’ai perdu l’initiative, cher(e)s lecteurs/trices… Elle avait une séduction qui poussait à la folie … Elle me troublait, elle me séduisait et m’inquiétait, m’attirait et m’effrayait ! Je me méfiais d’elle comme d’un piège et j’avais envie d’elle comme on a envie d’un sorbet un soir de chaleur d’été. Je subissais son charme et je ne l’approchais qu’avec l’appréhension qu’on aurait d’un homme soupçonné d’être un adroit voleur. Nous sommes au printemps … étais je amoureux ? Allais-je enfin céder et me livrer entièrement à elle ?

Nous sommes entrés tous deux dans une spirale gigantesque où le préliminaire devait livrer tout l’éclat de sa splendeur de diamant. Nous ne cessions de polir, de tailler ce bijou pour le rendre, jour après jour, encore plus désirable que la veille. Un pur sadisme, de se retenir ainsi alors que nos corps demandent une effusion d’orgasmes. Mes mâles muscles palpitaient de sauvagerie. Ma peau de braise voulait gouter au satin de sa féminité. Que cette masculine langue gourmande passe avec finesse sur la galbe de ses seins. Voir se dessiner sur son visage l’expression de la jouissance absolue. Savourer chaque seconde auprès d’elle…. Elle … encore elle…toujours elle… plus que jamais qu’elle !!! Al ‘idée de penser à son entre cuisse, je salive encore ….

Elle était devenue ma compagne virtuelle, experte dans l’art de me faire vibrer… Restant un phénomène d’ « innocence » à mes yeux, le plus merveilleux que j’ai eu trouvé en ce jour… je perdais la tête …. J’aimais cette folie … j’aimais être ainsi… j’étais honoré que ce soit elle qui me l’offre. Pour lui rendre toute cette gratitude, je lui ai confectionné un espèce de forum où seul, elle et moi, avions accès. J’y avais bâti, à l’aide d’images une demeure virtuelle… ne ratant pas une occasion de lui confectionner des scènes imaginaires, où notre bonheur futur devait se concrétiser. Je lui ai composé des textes érotiques, uniquement à l’exclusivité de ses beaux yeux bleus. Bleu… sa couleur préféré … la mienne depuis peu.

Je fantasme de faire l’amour dans une loge d’opéra, le soir d’une grande représentation. De faire l’amour sur un navire descendant le nil …. Tout … tout a été consigné… et bien d’autres aventures … elle souhaitait ardemment qu’on les réalise : le moindre de nos désirs écrit sur le forum. Elle me proposait des soirées de triolisme avec une femme de son choix. Une multitude de scènes d’exhibitions à vivre … que de projets… que d’actions…

Pour l’heure, nous ne pouvions nous rencontrer. Nous nous faisions « mal » à se refuser de se voir. Nous tentions l’expérience de pousser le fer brulant de notre désir jusqu’à la fournaise rouge…. Même blanche…

Un soir, elle m’avoue vouloir me voir me donner du plaisir. Elle m’a promis d’en faire de même si je lui faisais le présent de ce spectacle intime. Souriant derrière mon écran, je lui ai offert ce cadeau. Branchant la cam plein projecteur sur ma verge, je jouais pour elle. La première fois que je me touche le sexe par cam. La première fois que je me caresse pour le plaisir de ma compagne et non du mien… Alors…

Du bout de mes doigts, je caressais la hampe de mon sexe, je m’effleurais … érotiquement : ma main se saisissait de mon manche avec une extrême lenteur. La peau coulissait avec douceur jusqu’à déployer le gland juteux. Je m’arrêtais régulièrement à mi chemin en mes va et vient, passant l’index sur la mouille pour entreprendre une sensuelle descente jusqu'à mes bourses. Recommençant la scène, Je faisais couler cette larme le long de ma proéminence. Mon membre devenait de plus en plus dur. A mon tour de lui offrir l’angle intime de ma masculinité…

Nos jeux devenaient de plus en plus exotiques. A présent, nos portables échangés, nos sms sulfureux pleuvaient comme une saison de mousson. Que nous soyons au travail, ou chez nous, nous ne manquions plus une seule occasion de retranscrire à l’autre, les ondes de notre désir.

Mais cher amis, je m’égare, voilà que j’ai fini de vous conter l’essence même de cette rencontre virtuelle…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:cul: Quel beau texte émouvant eteocle :wink: beaucoup beaucoup d'émotions dans ce que tu écrit, un mélange de délicatesse, de beauté, de nostalgie, ... je suis moi-même assez ému par ton texte que je trouve beau mais triste par rapport à ce à quoi tu nous avais habitué! C'est bouleversant... :bbl:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah !!! mon bigbi national !! (rires)

Mais l'histoire n'est pas triste mon ami !!

En tout cas si je t'ai fait pleurer des yeux, crois moi que je cherchais plutôt à te faire pleurer d'un autre orifice! (mdr)

Au plaisir de te lire, chère canaille!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:P :P J'en ai la chair de poule, tellement c'est prenant, tout est si bien décrit qu'on ressent les moindres sensations que vous avez du avoir...

Pfiou moi je te dis :cul::D:D

Et pour pas changer ma réputation :???::bbl::D:wink:

J'adore te lire, j'ai des papillons dans les yeux a chaqu'une de tes lignes :cul:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toujours aussi bien écrit. :)

Tu amènes de la poésie, de la délicatesse comme le dit Bigbi, sur un sujet maintes fois traité sur le forum

Jamais je n'ai lu ici le récit d'une "rencontre virtuelle", ressemblant de près ou de loin au tien.

Sublime. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité soft is back

Très beau récit, merci beaucoup !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pétillante Mélia !

Permet moi de souhaiter avec ardeur que tes délicieux papillons butinent le nectar de somptueuses jolies fleurs de ton espèce, que l’arome de ta gentillesse soit à jamais un merveilleux parfum que l’on prend plaisir à laisser couler en une perle goutte sur notre corps épris de désir…. Tu es et seras ma pompom girl préférée !

Somptueuse Fanie,

L’abondance de tes compliments de miels est pour moi des nectars divins… Aussi, l’écriture en un bloc t’a été dédiée. Cela m’a pris un certain temps à retravailler encore et encore le contenu. Mon âme a été placée sous les bons auspices de la patience, la quiétude pleine de sérénité a été ma plus douce compagne dans l’accompagnement de l’écriture.

Compagnon Soft is back

Content que cela t’a plu. Au plaisir de découvrir tes aventures.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je dis c'est tout a fait normal mon cher eteocle, te lire est un pur bonheur.

J'ai déjà hâte de lire le suivant :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité smart

Très bien écrit merci !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.