Aller au contenu

Messages recommandés

Mots coulants comme un noeud

Pendus à tes lévres

Glissants dans tes fiévres

Mots luisants comme une queue

Trempée dans ta séve

pilonant sans tréve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'insulte glisse sur le coprs délié

Elle vole comme un délit d'initié

l'infime ordure infame viens ainsi véroler

D'infine paltitude les échanges acérés.

Tu as vomi je t'aime,miel convenu

J'ai la nausée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

se donner ou se prendre

Un coeur à apprendre

S'adonner sans se vendre

Un corps à comprendre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

un cul qui claque la porte des sens

Impasse d'indescence

espace d'impudence

espéce d'imprudence

Un cul de sac qui déporte les sens.

Mise à sac

Mise a nue

mise en vrac

mise dans l'cul!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chaire de lune au détour d'un passage

Clair de poule qui frissonne sur le trop tard

Une botte chassant l'autre...Passage

Haute cuisse frolant l'autre...pas sage!

Arret dans la brume ,contours flous de l'image

parée d'une verge qui se plaque sans retard

une main poissant l'autre... Orage

Hot cuisarde chassant l'hôte...Oh,rage!!!

Chaire de l'une de retour au pays sage

Parée d'un cierge qu'elle allume sans retard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A l'ombre d'un sein, l'étoudi s'endormis.

Lové dans son écrin de velours, alangui

il s'amolissait dans la moite torpeur

de ces lieux de douceur pernicieusement corrupteurs

Boa béat prends garde aux crocs vangeurs

qui quettent la proie à présent sans saveur

que tes mols appats offre au regard marrit

de la belle offensée par ton manque d'appétit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime le son de ton corps ,le soir au fond des bois

toi qui chantes, ma biche ,alors que j'aboies

mais les ronces de ces vaux ont ruiné mes guenilles

et hélas a présent j'ai l'air d'un piétre drille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

toi je nous

a genoux piégè

enfermé dans la bulle

tu es moi je me noue

je suis toi,lié

je me désarticule

mais bon sang, javance et tu recules

toi et moi fragiles funamblues

en equilibre instable

comment commes nous devenus si minables

toi moi despuis des mois

moi toi cherchant l'emoi

retrouve toi

je reste en moi

tu larmoies?

barres toi!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Frenetic love

Gymanstique d'alcove

Ondule serpentine

Fais toi chatte et feline

Avance avide

Et dance torride

Oublions la guimauve

Offres tes levres mauves

Ruisselle, aclaline

Empalles toi sur ma pine

Ton front se ride

Vas - y l;ache la bride!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'aura-t-elle son prince charmant

prince sans rire envoutant?

l'aura-t-elle son captivant

captive du désor enivrant?

L'aura telle un stygmate puissant

Laura, te désignera ton gagnant

:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne poétise pas plus haut que mon luth

Je m'amuse chére muse

:wink:

Parce que je ne boude pas mon plaisir...

J'adoooore les flateries :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un vent fripon qui te rapporte

L'odeur du lys et du jasmin

La main qui glisse et qui transporte

une bague faite d'un sou romain

Le banc de pierre devant la porte

et là si prés sur le chemin

sous les cyprés ,elle se déporte

et tu vires au rouge carmin.

Sa jupe plissée virevolte

elel est si prés c'est pas humain;

De la voir si belle si accorte

et la savoir sans lendemain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

dans sa pupille sombre

j'entrevois déformé

mes traits dont la penombre

cache le masque fermé.

Elle est assise sans vie

elle fixe le neant

et moi anéanti,

je coule dans l'ocean

Dans son regard sombre

le lis ma vanité

les minutes qu'elle dénombre

hachent ma fiereté

elle était pleine d'envie

et là maintenant

elles restent inassouvies

je reste pantelant

dans son visage sombre

la peine s'est figée

je ne suis plus qu'une ombre

foutue précocité!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

collosse aux mains de granit

il entre dans la mansarde moisie

il s'affaisse en grognat sur le lie avachit

et attends ereinté que vienne la petite

elle est timide et menue

elle retire ses bottes

Il baise comme il rote,

les levres huileuses et repues

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:wink: J'aime beaucoup tes poèmes, jolis jeux de mots et fantaisie :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.