Aller au contenu
AsMoth

Le hamac du jardin, le pouvoir de la nature sur les sens

Messages recommandés

Cet été, nous avions invité un couple d’ami à passer une petite semaine à la maison. Il faisait beau, les oiseaux chantaient dans notre petit jardin qui assurait discrétion auprès des voisins grâces à nos grands tuyas.

Alors que Daniel était parti faire une petite rando digestive, après avoir bricolé les vélos, j’eus le plaisir de trouver Estelle, sa compagne, allongée dans notre hamac. Arrivant vers elle discrètement, je voyais qu’elle prenait plaisir à s’allonger dans cocon de tissu, se balançant lentement au gré du vent.

Elle entendit des pas. Elle ouvrit les yeux et me fit un grand sourire. Mon dieu qu’elle était belle : son corps fin, ses yeux verts et ses beaux cheveux blonds…

- Alors, on se repose !

- Huummm… oui, ça fait trop du bien ! Nous on a pas ce luxe dans notre appart parisien.

- C’est quand même bien la campagne ! Tu ne regrettes pas ?!

- Non ! du tout !

Mes yeux fixait sa jolie bouche aux lèvres pulpeuses qui ne demandaient qu’à être embrassées. Ce salaud de Daniel avait vraiment une femme merveilleuse !

M’approchant d’elle pour discuter, je me rendis compte que la petite robe noire à pois blanc qu’elle portait, au-delà d’être moulante, était quelque peu transparente. Je fus donc assez surpris de voir par légère transparence ses mamelons petits et foncés et plus encore ses tétons darder. Je pensais reluquer discrètement, mais je sentis que je mis la belle Estelle mal à l’aise. Elle tira alors sur sa robe qui lui arrivait juste en haut des cuisses… y a-t-il quelquechose d’autre à observer ? me dis-je intérieurement. Estelle ne paraissait pas si gênée. Elle paraissait presque amusée de ce jeu de cache-cache qu’offrait son corps à mes yeux et à la nature…

Je décidai alors de me décaler en me plaçant au piquet tenant le hamac situé non loin de ses pieds. J’espérait ainsi voir la couleur de sa petite culotte. Estelle était très coquette… nul doute qu’elle devait porter un truc sympa ! Aussitôt, la belle blonde sembla comprendre mon petit jeu… et ce malgré mes commentaires naïfs sur l’état de mes fleurs : Estelle plia sa cuisse gauche qu’elle mit sur le côté. Cela eut un effet positif et négatif dans son jeu de cache-cache : soit, je ne pouvais pas voir son entrecuisses ; mais son mouvement eut pour effet de relever sa robe jusqu’à ses hanches. Indirectement, Estelle m’offrait quasiment sa fesse gauche. Une belle fesse lisse et galbée. Mon dieu ! Et là, voyant jusqu’à où sa robe était remontée, je soupçonnai la raison de la gêne soudaine de la belle Estelle : elle ne devait pas porter de petite culotte !

Mon cerveau s’emballant, ce fut le reste qui travailla. Nous qui avions prévu de faire une sortie à vélo, j’avais déjà mis mon cuissard cycliste… qui de f ait était ultra moulant. Voyant le galbe des cuisses d’Estelle et même une partie de ses fesses, et surtout l’imaginant le cul et la chatte à l’air sous a robe légère, une puissante érection naquit en moi. En moins de trente seconde, je me retrouvai avec ma barre de chair dure gonflée à bloc en travers de ma cuisse. Il n’en fallut pas autant à Estelle pour le remarquer. Ses yeux se posèrent sur mon intimité moulée de tous bords, criarde de désir. Très gêné, je préférai me tourner un instant et réfléchir à une autre stratégie…

Je faisais dos à Estelle, quand soudain, je l’entendis crier « hoooooooh ! ». La jolie blonde avait manqué de tomber du hamac, s’étant retenu in extemis.

Je me retournai, surpris par son cri.

Je fus plus surpris encore par le reste…

Ayant rattrapé son équilibre de justesse, Estelle avait du le récupérer en croisant ses jambes. Bref, lorsque je fus de nouveau face à elle, la belle nymphe avait son genou gauche de l’autre côté de sa hanche droite… sa robe s’était complètement retroussée… elle me présentait ni plus ni moins son cul et sa belle chatte, en gardant cette posture innocente.

Je restai bouche bée. Elle se mit à rire nerveusement.

Et là, baissant la brette de sa robe, elle dénuda son sein gauche duquel dardait outrageusement un beau téton gros et rose, et là, Estelle sortit :

- Humm… c’est tout de même bon la nature ! Tu ne trouves pas ?!

Je restai sans voix.

- Allez ! Approche ! Viens me téter ! ET puis enlève moi ce cuissard, tu bandes comme un âne là-dessous ! Ton petit vin rosé de ce midi me donne envie de m’amuser !

A l’état de sa jolie chatte, parfaitement lisse, je compris qu’Estelle avait dû jouer à touche minette juste avant que j’arrive. D’où sa gêne. En effet, les petites lèvres de sa belle chatte ressortaient des grandes, merveilleusement mises en valeur car gonflées entre ses cuisses qu’elle avait serrées l’une contre l’autre. Estelle m’offrait même sa petite rondelle, lisse et parfaite elle aussi. Bordel ! L’air de la campagne la rendait folle !

Je m’approchai alors de quelques pas, assez pour qu’Estelle s’empare de mon bras et me fasse plus approcher d’elle et me pencher en avant. Elle m’ embrassa à pleine langue. Elle m’invita à lui lécher les seins. Ce que je fis avec hâte. Je sentais mon gros chibre appuyer contre sa fesse gauche, si généreusement offerte. Je sentis soudain les doigts d’Estelle griffer mes hanches et passer sous le cuissard, qu’elle ôta en moins de deux secondes. Elle libéra ma belle queue en érection totale et mes boules bien pleines, qu’elle s’empressa de malaxer à pleine main, tandis que de l’autre, elle saisit mon gros chibre et me décalotta d’une traite, me faisant gémir profondément de plaisir. Un gémissement étouffé tandis que je lui dévorai les tétons.

Estelle se mit à me masturber assez énergiquement. « Huumm !Ta belle queue m’excite ! » me lança-t-elle. Mes doigts parvinrent à sa jolie minette que je me mis à caresser délicatement. En effet, celle-ci était déjà très humide. Au contact du bout de mes doigts parcourant sa vulve chaude, Estelle ne put s’elmpêcher de gémir elle aussi… jusqu’au moment où elle écarta amplement les cuisses.

Je finis de lui sortir ses petits seins pointus de sa robe et me redressant, je me mis à lui caresser la chatte plus sérieusement. Ses joues se mirent aussitôt à rosir. Ainsi offerte, Estelle se laissait caresser par les mains coquines et expertes. De son côté, Estelle me tenait le chibre à pleine main, sans parvenir à en faire le tour. elle me masturbait doucement, visiblement très excitée par la situation. Elle se mordait la lèvre inférieure de temps à autre, son regard se baladant tantôt entre sa jolie chatte au pubis orné de quelques poils, dans laquelle mon majeur s’enfonçait précautionneusement, et mon beau dard, qu’elle caressait, gonflait et durcissait, me faisant atteindre mes dimensions maximales.

Moi, je n’avais plus d’yeux que pour sa belle chatte. Alors, me retournant pour être être sûr que personne ne nous observait, je me mis à genoux et plongeai ma tête ente les cuisses d’Estelle. Cela sonna comme une délivrance pour elle. Sa jolie chatte était déjà dans un sacré état ! Les petites lèvres rose pale de sa fente luisaient de mouille. Je me mi à les lécher à pleine langue, ce qui eut pour effet d’envoyer Estelle assez haut dans le ciel : sa tête chavira en arrière et arquant son dos, elle se mit à lâcher de grands gémissements de plaisir. Doigtant sa minette avec mon index, je lui labourais la fente et le clitoris avec ma langue et mes lèvres. Tantôt entrant en elle. Tantôt la léchouillant en surface seulement. Sa chatte à l’odeur suave me rendait fou. Estelle passait sa main délicate dans mes cheveux, m’invitant à poursuivre. Mon index allait et venait de plus en plus intensément en elle, si bien qu’Estelle se mit à gémir et grimacer. Je la regardai un instant tout en la léchant : son visage montrait le plaisir procuré. Cela me rendit fou et inconditionnel : je voulais la faire jouir avec ma bouche ! je me mis dès lors à la laper bien comme il faut tout en la doigtant, faisant exprès de faire frotter l’articulation de mes doigts courbés près de sa rondelle, tout en vrillant les pénétrations de mon doigts. Estelle serra mes cheveux dans sa main, l’autre étant occupée à caresser ses jolis petits seins qui dardaient comme jamais… qui dardaient d’une raideur annonçant un orgasme imminent. « Oui ! Ouuiii !!! Ouiiii ! Ouiiiiiiiiii ! » furent ses mots, quand soudain le corps entier d’Estelle se cambra, le ventre vers le ciel. Moi, je continuais de lui lécher la chatte, créant des soubresauts. La coquine prenait un pied d’enfer à se faire ainsi brouter la minette en pleine nature.

Aussitôt l’orgasme passé, Estelle rouvrit les yeux. La rage de jouir les remplissait.

Me prenant le bras, elle me fit venir jusqu’à elle. Elle m’embrassa en léchant le suc de sa minette et me dit : « Viens !Vite ! J’ai trop envie de toi ! Viens en moi ! Je veux ta queue ! ».

Je remis alors Estelle dans la même position que tout à l’heure, celle où elle avait les cuisses serrées, légèrement de côté, par laquelle elle m’offrait sa chatte gonflée et sa rondelle.

Me mettant en position, cuisses écartées, je saisis mon beau chibre entre les doigts pour bien le durcir. Estelle ne put s’empêcher de me caresser le gland. Elle me regarda, je compris qu’elle voulait jouer avec. Estelle me masturba alors comme une reine, me faisant durcir et grossir tout en intensité et en délicatesse.

Je bandais maintenant comme un âne. J’étais prêt à m’introduire en elle. Mettant un peu de salive sur le bout de mon gros gland, je me mis à chercher volontairement l’entrée de sa belle chatte, faisant glisser mon gland le long de sa raie culière, m’arrêtant un instant sur sa rondelle pour observer sa réaction. Estelle ouvrit les yeux en grand lorsqu’elle sentit ce beau morceau brûlant de chair titiller sa rondelle, avant qu’elle pose sa main sur ma hanche en me disant : « Non ! pas par là ! », ce qui nous fit rire tous les deux. Je repris mon petit manège de glissade, lorsqu’enfin, sentant cette chaire chaude et humide s’entrouvrir, je m’introduis en elle, lentement, délicatement. Estelle sentit mon gland entrer en elle. Elle s’en mordit les lèvres en un gémissement presque tût. Puis, sentant mon sexe tout entier s’introduire en elle par un merveilleux glissement de plaisir, Estelle se cambra se lâcha un râle de plaisir. La coquine n’était pas tout à fait discrète. Bien qu’il y avait les tuyas et qu’on était pour le moment seuls à la maison, je ne voulais pas trop qu’elle mette les voisins au courant de nos ébats.

Rouvrant les yeux, fixant les miens, ses mots furent simples : « Baise-moi ! ». Prenant appui sur le hamac, je me mis à bouger les reins. Je fis ainsi glisser en elle toute la longueur et la grosseur de mon chibre, qui en l’espace de quelques pénétrations, ressortit de sa fente luisant de mouille. La fesse gauche d’Estelle limitait quelque peu la profondeur des pénétrations, mais déjà Estelle me sentait bien en elle. Je la pilonnais. Sa fesse venait maintenant claquer contre mon bas ventre. Estelle gémissait tout en se caressant les seins dont je me mis à lécher les pointes. La respiration haletante d’Estelle m’excitait plus que tout. Il y avait un côté à la fois naturel et animal dans notre partie de jambes en l’air… Je la culbutais de plus en plus fort. On se regardait droit dans les yeux. Nos corps vibraient aux chocs des pénétrations. Le cul lisse, ferme et froid d’Estelle m’excitait plus que tout. Quel pied cette femme ! Le fait de se faire prendre de la sorte, avec une belle queue pilonnant sa minette serrée par ses cuisses faisait fondre la minette de ma belle Estelle. Elle aimait être prise de la sorte, cela se voyait. Mais peut-être que cela lui manquait au quotidien.

J’avais de plus en plus envie d’elle, de lui remplir la chatte de la faire jouir. « Tu aimes ma grosse queue, hein ! » dis-je, les dents serrées, tel un animal en rut. Mon excitation décuplait la sienne. Elle me souriait, lascive, en me répondant oui. Il fallait que je la baise plus en profondeur encore. Alors, d’une force animale, je pris Estelle dans mes bras, et je l’installai à la perpendiculaire du hamac. Je lui écartai les jambes le plus amplement possible, bien tendues, si bien qu’elle se retrouva sur le dos la chatte on ne peut plus offerte. Pour le fun, je me mis à lui brouter la chatte de la sorte, à pleine langue, intérieur et extérieur, avant de me redresser et de me réintroduire en elle, cette fois-ci très profondément. Estelle sentit des parties de son antre jusqu’ici inexplorées s’ouvrir et s’offrir à mon dard. Bordel quel pied pour moi ! Me sentir dans ses profondeurs chaudes et humides ; remplir cette femme sublime de tout mon sexe. Me mettant à la pilonner, je fis tanguer le hamac de gauche à droite, faisant venir ma belle Estelle à l’encontre de mon dard puissant dressé en avant. Elle s’empalait littéralement dessus à chaque fois qu’elle venait à sa rencontre. Je lui tenais les mollets afin qu’elle me soit bien offerte. Plus que jamais. Estelle regardait mon sexe entrer entièrement dans sa chatte en feu, criant et haletant bouche grande ouverte, elle-même surprise d’être prise de la sorte. Sa minette clapotait de mouille. Elle en prenait plein la chatte et adorait visiblement cela. Estelle avait éveillé la bête qui sommeillait en moi. Je la prenais comme elle le méritait tant : à fond ! Estelle agrippait la toile de ses mains, bras écartés. Tous deux regardions nos sexes en feu communier l’un dans l’autre. jusqu’au moment où Estelle eut son second orgasme. Je le vis tout d’abord aux pointes de ses seins qui se mirent à darder très fort. Puis, aux petits cris d’Estelle, avant que celle-ci ne lâche un râle complet de jouissance. Je restai enfoncé bien profond en elle pour qu’elle le déguste, tel un met succulent, caressant son clito tout en même temps, délicatement avec le pouce. Estelle fut alors parcourue d’un frisson de plaisir. Je sentis son vagin me serrer la queue très fort. Une fois son orgasme passé. Je me remis à aller et venir en elle, de toute la longueur de mon sexe. Celui-ci était luisant de cyprine. J’allais venir bientôt à mon tour. je le sentais. Estelle, elle, le devinait. Ses yeux passaient tantôt de mon visage marqué par le plaisir intense procuré par sa bonne petite chatte à ma belle queue qui la lui remplissait. Soudain, c’en fut trop. Me sentant entrer en ses chairs, au plus profond, je me mis à décharger de puissants jets de sperme en elle. Jusqu’à la dernière goutte. Je restai presque immobile, me sentant déverser plusieurs copieux jets de sperme elle. Quel pied de pouvoir jouir en cette femme somptueuse. On se regardait dans les yeux, jusqu’au moment où je me retirai. Un flot de sperme épais sorti de sa minette au même moment, commenté avec amusement par la belle Estelle :

- Eh ben ! Tu m’as bien remplie dis-moi !

Toujours le mot pour rendre la situation agréable…

Je lui donnai mon tee-shirt ôté avant nos ébats pour qu’elle puisse s’essuyer. Les autres n’allaient pas tarder à revenir. Tandis que je repartis aux vélos sans mot dire, la queue encore gonflée d’excitation tanguant entre les cuisses, Estelle parti se refaire une petite toilette à la salle de bain. Cela fut et restera notre secret « nature » à jamais…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu as toujours de ces histoires à raconter toi :wink::clap:

qui ne laisse pas indifférente

en tout cas j'ai toujours autant de plaisir à lire ta plume :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité tiny

Encore un très beau récit,

J'adore =)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très belle histoire. A l'été et la nature, ça éveille toujours des envies ... coquines.

J'aime beaucoup le style.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité sylphide

Tres excitante comme situation mais avez vous recommence ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est assez bien écrit, cette petite chose ; il faut juste que le hamac ne soit pas accroché trop haut...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.