Aller au contenu

Messages recommandés

Son mari ne l’intéressait plus, elle le négligeant de plus en plus, allant jusqu’à l’ignorer parfois complètement, devenant très désagréable et, pour finir, ne voyant plus en lui que le père de sa fille. Seule, abandonnée, elle s’était finalement réfugiée sur le Net pour y chercher d’abord un moyen de s’évader de son univers monotone et malheureux, puis pour y trouver quelques conseils et réconfort… Jolie femme ayant à peine dépassé la trentaine, sa gentillesse et sa douceur attirèrent très vite l’attention de Fredi qui partageait avec elle de nombreux points communs. Lui, c’est son épouse qui le délaissait et qui s’était transformée au fil du temps en femme d’associations, sacrifiant presque entièrement son rôle d’épouse et qui finit par définitivement le quitter. Il s’était alors aussi retranché petit à petit derrière son écran, mais sans grande conviction, ne sachant pas ce qu’il allait y chercher. Mais la providence fit qu’il croisa Cocci presque par hasard et qu’à partir de quelques phrases insignifiantes échangées, allait naître un amour qui les emporterait là où leurs rêves les plus fous n’avaient jamais osé les conduire. Très rapidement, ils se mirent à dialoguer sur le net, telle une drogue, l’accoutumance qu’ils eurent bientôt l’un pour l’autre n’allait plus jamais leur laisser un instant de répit. Ils en vinrent très vite à se charmer et ne mirent pas longtemps pour connaître la vie et les secrets de l’autre aussi bien que les leurs. Il était clair qu’ils s’attiraient énormément et ils tombèrent vite amoureux l’un de l’autre. Ensuite, ce furent les premiers balbutiements quand chacun découvrit enfin le son mélodieux de la voix de l’autre. Puis les webcams, avec parcimonie puisqu’ils ne pouvaient s’y adonner que dans leur foyer. Et enfin, ce fut le tant attendu premier rendez-vous.

Ce jour-là, ils ne purent se dire que quelques mots, tellement l’émotion était forte. Cocci n’y croyait pas, Fredi à peine plus, mais c’est bien main dans la main qu’ils étaient, et le goût des douces lèvres de la jeune femme, il allait l’emporter au fond de lui et il ne le quitterait plus. Ils devaient, bien entendu, demeurer prudents et n’avaient qu’une liberté d’action limitée quant à leurs rendez-vous. Mais quand Fredi déclara sa flamme à Cocci, lui disant en tremblant qu’il l’aimait, elle s’exhorta et desserra un peu le nœud de la prudence au profit du plaisir. Et c’est alors qu’ils se mirent d’accord un après-midi tranquille, rien qu’à eux. Cocci ne tient plus en place. Cet instant magique, ça fait des semaines qu’elle l’attend, et le grand moment est enfin arrivé. Aujourd’hui, elle va se donner entièrement à son amant, à l’homme qu’elle aime, à celui qui la fait tant chavirer. D’accord, il va falloir être discret et faire attention ; d’accord, faire pour la première fois l’amour dans une voiture n’est pas ce qu’il y a de plus romantique, mais avec fredi, ça ne peut être que merveilleux, inoubliable. Connaissant la région, elle leur a rapidement trouvé un petit coin tranquille où il a garé sa voiture sitôt qu’il est allé chercher sa belle. Et Cocci l’est particulièrement aujourd’hui, belle ! Mais n’est-ce pas le lot de toutes les femmes amoureuses ? L’orée du sous-bois est tièdement illuminée par les rayons de soleil de l’été naissant. On n’entend plus que le chant des oiseaux et les murmures d’une légère brise qui vient caresser les deux amants. Ils se fixent amoureusement, d’un regard grave, prêts à succomber l’un à l’autre. Fredi se rapproche doucement de Cocci pour lui donner un timide baiser. Mais leur désir est trop fort, l’envie qu’ils ont de se découvrir trop intense pour être remise à plus tard...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D’une main un peu hésitante, Fredi se met à caresser les seins de son aimée qui s’affale le plus confortablement possible sur son siège. Il déboutonne rapidement son chemisier pour les toucher, les cajoler, avant de les croquer, une fois son soutien-gorge dégrafé. Cocci frissonne de bien-être et sa respiration prend déjà de l’allure. Fredi, poussé par un élan d’excitation, l’embrasse aussitôt à pleine bouche en dirigeant sa main entre ses genoux, par-dessous sa jupe. Elle les écarte sitôt qu’elle sent ses doigts lui effleurer l’intérieur de la cuisse et le serre très fort contre elle. Il ne tarde pas à atteindre son petit triangle de tissu et y faufile un doigt pour lui flatter l’abricot. Subitement, Cocci se crispe et l’embrasse goulûment dans le cou en gémissant, signe qu’il a trouvé son point sensible. Sa main est encore tremblante, mais il s’enhardit à lui pénétrer le majeur dans le terrier pour la doigter de longues et savoureuses minutes. Elle respire maintenant beaucoup plus fort, gémit très expressivement et commence à transpirer. Pour la mettre tout à fait à l’aise, Fredi ôte son chemisier et son soutien-gorge avant de lui croquer les mamelons tout en continuant à la triturer jusqu’à ce qu’elle en jouisse.

— Oh mon chéri, comme c’était bon !

— C’est parce que je t’aime, Cocci…

Après ces préliminaires, ses mots d’amour prennent une consonance d’un genre nouveau qui la rendent folle de désir. Sans hésitation, le sourire coquin, elle plaque sa main sur la boucle du ceinturon de Fredi pour lui défaire et fait descendre la fermeture éclair. À son tour, il se met à l’aise et se laisse faire par sa belle qui enfile l’autre main dans son boxer.

— Oh ! s’écrie-t-elle avec étonnement et ravissement.

C’est que Fredi est particulièrement bien monté ; il avait beau le lui avoir confié, elle ne s’attendait pas à une pareille surprise ! Tout aussi curieuse qu’excitée, elle tente à la hâte et maladroitement de lui baisser son pantalon, mais elle est vite freinée par ce maudit volant. Fredi lui sourit, ouvre la portière, sort de la voiture et va s’installer sur la banquette arrière où elle le rejoint bien sûr dans la seconde. Cette fois-ci, aucun obstacle ne se dresse plus entre eux et le pantalon de son chéri se retrouve vite à ses chevilles. Elle est émerveillée par son pénis, majestueusement érigé et elle se met aussitôt à la masturber doucement, mais avec entrain. Elle l’a bien en main mais malgré tout, ses doigts ont du mal à se toucher tellement il est gros. Fredi se laisse aller, il pose sa nuque contre le haut du dossier et jubile de bien-être. Cocci en profite pour plonger entre ses jambes afin de lui donner ses premiers coups de langue sur le gland.

Elle se croyait jusqu’à présent plutôt réservée, mais la grosse bite de Fredi la rend très entreprenante. Elle se met à le sucer et voudrait bien happer son gland, mais elle a bien du mal à le prendre entièrement en bouche. Fredi remue et soupire d’aise ; il lui caresse le dos et les cheveux, tandis qu’elle fait glisser sa main bien entre ses cuisses pour lui peloter les couilles. Elle le branle alors plus fort pour faire monter le plaisir, avec tout de même un peu d’appréhension ; un engin de ce calibre, va-t-il facilement rentrer en elle ? Ne tenant plus, elle finit de se déshabiller entièrement et fait comprendre à son chéri qu’elle a une folle envie de grimper sur lui. Son pieu est parfaitement lubrifié de sa salive qu’elle a étalée en abondance et sa moule est trempée ; elle est prête pour l’escalade. Fredi se bouge un peu pour venir au milieu de la banquette et Cocci l’enjambe dans la foulée. Elle l’embrasse et plaque son visage dans son cou sitôt sa vulve collée sur son gland. Il lui saisit les fesses pour la maintenir. Vas-y mon amour, laisse-toi descendre ; on a tout notre temps… Sa voix est apaisante, mais elle n’en mène pas large pour autant. Elle l’aime à la folie, elle est super excitée, mais elle ne sera pleinement satisfaite que quand elle sentira ses fesses posées sur le haut des cuisses de son chéri. La descente va durer d’interminables minutes, pendant lesquelles se mélangeront jubilation, plaisir et légères afflictions. Mais elle a confiance, elle fait tout pour se détendre et elle veut aller jusqu’au bout. Fredi est très doux et il ne cesse de lui chuchoter des mots tendres jusqu’à ce qu’il sente enfin le petit cul de sa belle lui effleurer le haut des jambes.

— J’y suis mon chéri ! Hum, c’est bon…

Il ne répond pas et la regarde juste, totalement émerveillé. Cocci s’agrippe alors fermement à ses épaules, arrime ses genoux contre ses cuisses et commence à remonter, presque aussi lentement qu’elle s’est laissée glisser. Mais la deuxième descente est plus rapide que la première ; et la suivante davantage ! Son rythme s’accroît proportionnellement à l’amplitude de ses gémissements qui se muent bientôt en cris tellement elle prend de plaisir, cris qui viennent altérer la sérénité qui régnait dans le sous-bois. Et Fredi s’y met aussi ! Ses râles sourds fusionnent admirablement avec les exaltations de Cocci qui le chevauche à s’en cogner la tête contre le plafonnier à chaque point mort haut. Sa belle queue, elle l’a finalement très bien apprivoisée, même si elle sent que son intimité commence sérieusement à lui cuire. Mais Fredi est à bout, il ne va pas tarder à l’arroser pour la soulager. Cocci est trempée de partout et dégouline sur le poitrail de son chéri. Et dans un ultime effort, elle accélère encore et lui donne sa dernière once de vitalité pour le faire éjaculer violemment au fond de sa moule, hurlant tous les deux de plaisir. La plus que généreuse salve de sirop d’amour favorise d’un seul coup le coulissement ; et dans son élan, Cocci extrait involontairement son sexe de sa petite chatte et lâche sur les cuisses de Fredi le trop-plein de son foutre qui n’épargne pas la banquette ! Comme cela faisait plusieurs semaines qu’il n’avait pas fait l’amour, il y avait forcément une belle réserve de sperme sous pression qui ne demandait qu’à honorer Cocci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

magnifique recit!!!!felicitation!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.