Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Dawayne

paradoxe d'une fille sexy

Recommended Posts

bonjour, petit nouveau je viens vous raconter une histoire qui m'ait arrivé il y a 6 ans, à l'age de 21 ans.

désolé d'avance pour certaines fautes, de frappes ou de grammaire. si ça vous plais dites le moi.

Lors d'une soirée en l'honneur de l'anniversaire de Cecile la copine de mon pote Antoine, se dernier invita toute les amies de lycée de sa compagne qu'elle n'avait pas revu depuis des lustres.

La féte avait commencé tot dans leurs appartements, je me pointais un peu à la bourre comme à mon habitude. Se laisser désirer ça a du bon parfois, surtout que je savais qu'il y aurait bien plus de filles que de garçons et je me plaisais à réver à une charmante compagnie qui pourrait enfin me sortir de mon célibat.

Enfin bref, Antoine m'avait annoncé que la petite beuverie amicale entre amis ne commençerait qu'à 20h, je sonna donc à l'interphone une heure plus tard et mon pote m'ouvrit la porte:

"dépèches toi il y a de la meuf!"

Et allez.. je sentis déjà qu'il s'était permis de raconter tout sur moi à ses demoiselles, que j'étais célibataire, projéctionniste, la description complète de mon physique et, bien sur, en manque d'affections, patati patata. Il m'avait déjà fait le coup avec d'autres et ça m'avait bien géné.

Bah oui, si elles savent déjà tout de moi, comment créer du mystère!

J'entre alors, souhaite un bon anniversaire à Cécile, retire ma veste, mes chaussures(moquette oblige) et dis bonjour à tout le monde.

Et là, déception.. il y a bien 7 ou 8 filles mais elles ont beau avoir pour certaines un physique attrayant, il n'y a pas l'étincelle que je cherches, le petit truc qui me rend à la fois tout chose et éxcité. Non aucune.

Les filles, par contre, s'empressent de venir me parler et comme je l'avais prévu, elle connaissent déjà tout de moi alors qu'Antoine, derrière l'une d'entre elles, met fait un clin d'oeil et tend discrètement son pouce vers le haut.

Super..

Je parles donc de choses et d'autres avec elles (essentiellement basé sur mon célibat) et bois mon whisky coca que Cécile m'a offert. C'est à se moment là ou j'entends un rire que je n'avait pas entendu, une voix qui m'est inconnu dans le lot des filles qui se trouvent dans le salon, un rire communicatif et enjoué qui provient de la chambre..

"C'est Amel" me dit Cécile "qu'est se qu'elle fout depuis tout à l'heure?"

Curieux je vais voir dans le chambre, et là.. merveille.. dés le premier regard je sais que je suis en transe.

Elle est là devant moi, petite brune typée d'Afrique du nord, pas plus d'1m60, mince, un haut noir moulant avec un jolie décolleté qui met en valeur de jolies seins bien ronds(plutot gros pour ça taille), son pantalon lui colle à la peau et lui maintient à la perfection des fesses à croquer..

Elle est donc là devant moi avec un sourire béa et les mains derrière son dos dissimulant quelque chose..

"qu'est ce qui te fais rire comme ça?"

"heu.." un peu géné "si tu savais" elle retira ses mains de son dos et me montra un énorme gode "j'en ai déjà vu pleins mais là il est vraiment gros!"

Je la trouve trés sympathique et sa dernière phrase ne met laisse pas indifferent.. elle en a vu plein? mais où? avec qui? les siens? comment? Tant de questions qui me font monter une légère pression à mon bas ventre.

"C'est surement pour Antoine" lui dis je amusé

Elle se met à rire de plus belle "pourquoi pas, qui sais?"

j'enchaine "mais il est pas si gros que ça, la mienne est plus costaud" avec une pointe d'ironie juste pour voir ça réaction.

"Ah oui? ventard" tout en me regardant avec des yeux qui se font plus vicieux, je sens qu'elle aime ça, que ça l'éxcite un peu "c'est vrai ton mytho?"

"tu veux voir? parce que pour etre sur il n'y a qu'une solution?"

elle me sourit "peut etre, peut etre pas, une autre fois maybe"

je lui renvois son sourire, elle veut jouer ça se perçoit dans sa façon à se mordre sa levre inferrieur, elle est de plus en plus chaude. "tu veux un verre?"

"oui je veux bien"

Nous sortons de la chambre et allons boire un coup au petit bar dans le salon, la soirée continue tranquillement, on parle de tout avec des sous entendues coquins, on finit sur le canapé en se chamaillant gentiment, nos mains s'effleurent, nos jambes se frollent et nos regards se font de plus en plus intenses. Les minutes défilent et un sentiment de bien étre me parcoure, sa pésence est un vrai bonheur, quasi indescriptible qui chavire tout mes sens.

23h, le drame, elle scrute sa montre "il faut que j'y aille, il l'heure que je rentre chez moi"

Ses mots me tuent, je ne veux pas qu'elle parte, il est trop tot! c'est quoi ça 23h? elle a mon age, ce n'est plus une gamine, elle peut faire se qu'elle veut..

Tout en restant penaud, je l'observe se déhancher vers les autres convives de la soirée en leurs disant au revoir, sa prestance est superbe, non, définitivement non, je ne veux pas qu'elle parte..

Elle ne me dit pas au revoir, elle ouvre la porte de l'appartement et la referme derrière elle, elle veut jouer je me dis, elle a envie de me faire mariner c'est pas possible.. Argh la chipie, si je t'attrape.. Et puis je me dis que c'est peut etre de ma faute, j'ai été trop entreprenant surement, ok la blague sur ma teub n'était du meilleur gout mais bon.

Il faut que j'en ai le coeur net, ni une, ni deux je la suis dans les escaliers, mon souffle est trés rapide, je ne veux pas la perdre, ma téte chavire et l'a laisser s'échapper de cette maniere me rend fou, il faut que je la rattrape.

"Amel!! Attends!" cries je dans les éscaliers, elle est déjà en bas.

je vois son visage se relever, tout sourire, les yeux embués, elle respire fort, ses poumons se soulevent rapidement, les miens aussi. Je me rends compte qu'elle n'attendais que ça, que je viennes vers elle, que elle aussi elle avait passé un moment unique, que elle aussi elle me voulait...

j'arrive en bas, d'un coup elle se jette sur moi, m'embrassant fougueusement, sa langue me pénètre et roule ou fond de ma gorge, jouant avec sensualité à la mienne qui ne demandait que ça depuis que je l'ai vu. Je l'enlace dans mes bras, lui carresse sa nuque, ses cheveux, ses hanches si belles, ses fesses si fermes. Ses mains douces parcourent mon dos, mon torse ainsi ma verge se tend dans mon pantalon, plus elle me touche plus je suis serré, plus ça me fait mal.. j'aime ça.

En se préssant sur moi elle remarque ma lourde bosse, me regarde droit dans les yeux avec un air lubrique comme j'en avais jamais vu!

"je suis désolé, il faut vraiment que j'y ailles"

Je ne dis mots, incapable de parler.

Elle se recoiffe, fait mine de partir, se retourne et fixe mon entrejambe ou il m'ait impossible de cacher mon éréction

"oui j'ai vraiment envie de la voir" puis se remet dans le sens de la sortie et part.

Je reste là comme un con mais térriblement éxcité par tout se qui vient de se passer, aprés quelque secondes pour reprendre mes esprits je remonte à la féte la haut. Cécile me demande comment ça c'est passé, je lui répond que j'en sais rien et lui questionne sur le pourquoi du comment elle rentre si tot chez elle.

"elle a une famille trés stricte, elle est musulmane"

la suite plus tard si ça vous plais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:???: 8) Très bon début de narration, avec une montée suggestive d'excitation "crescendo" :D:D:-D:-D ... vite la suite ! :D

(pour les fautes d'orthographe et de syntaxe, utilise le correcteur de ton PC, c'est plus sympa à lire pour ton public :-D )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

la suite plus tard si ça vous plais.

Si ça vous plait qu'il demande :???::-D

Allez... si c'est ce que tu veux :

La suite... La suite... par pitié :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

je veux aussi la suite! j'ai mis 15min a pouvoir le lire! personne ne me laissant tranquille !! je veux ma suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je suis content que ça vous plaise :???:

bon je vous donne la suite sachant qu'il y aura une troisième partie.

donc voici la seconde:

La soirée c'est bien fini, j'ai beaucoup bu pour essayer d'oublier ma peine de voir partir Amel si tot. Le lendemain matin, je me lève vers 12h avec une bonne gueule de bois et une érection qui n'a quasiment pas descendu depuis la veille et son baiser torride. Je n'arrive plus à penser à autre chose, ses mains me parcourant, sa bouche si tendre et agressive à la fois, ses derniers mots.. J'appelle donc Antoine pour qu'il me donne son numéro que je n'avais méme pas pris hier soir tellement tout c'était passé trop vite.

Le numéro récupéré je le compose, je me dis qu'elle ne répondra surement pas, un numéro inconnu, moi je n'y réponds jamais, je laisse toujours filtré.

ça sonne.. 1 fois.. 2 fois.. (nom de dieu réponds Amel).. 3 fois.. (je lui laisse un message ou pas?) 4 fois..(et merde) la derniere sonnerie.. je tombe sur son répondeur, j'éteints et me dis que je rappellerais plus tard, pose mon telephone sur la table et commence à me toucher pour extérioriser tout ça, j'en peux plus, j'ai trop mal là.

Et là, en train de m'astiquer mon gros chibre, j'entends mon vibreur, je me jette sur la table.

Amel! c'est elle.

La discussion fut assez courte, elle était ravie de mon coup de fil et me demanda si j'allais bien parce que j'avais l'air essoufflé aux téléphone. Je lui répondis innocemment que c'était parce que je venais de déplacer un meuble(j'allais pas lui dire que je me masturbais quand meme!) et que moi aussi j'étais très heureux qu'elle me rappelle. On parle un peu de la soirée, comment elle s'est terminée, tout ça et puis on convient tout les deux d'un rendez vous le lendemain dans le centre de bordeaux dans un bar qu'elle connait bien.

Je peux vous dire que j'étais aux anges!

Le jour J, je me lève tard, j'ai bossé jusqu'à 2h du mat et je n'ai fais que penser à cette rencontre, à elle. Est elle une allumeuse? une sainte nitouche comme la religion de sa famille l'indique en jouant avec les mecs où si comme je l'avais senti, elle est chaude comme la braise? Toutes mes questions tournent dans ma téte depuis hier et je n'arrives pas à m'en débarrasser. Bon je prends une douche, me brosse les dents et vais direct au bar la rejoindre à 13h comme on l'avait prévu.

Arrivé à destination, elle est déjà là, devant la porte en train de m'attendre.. Là son look me fait bondir, elle m'éxite déjà, elle porte une petite jupe très courte, avec un petit haut blanc et une petite veste noir sur les épaules, elle s'est fait deux tresses avec ses beaux cheveux noirs.

Nous nous embrassons tendrement.

"tu t'es habillée comme ça pour moi?"

"qu'est se qui te fais dire çà?"

je ne réponds pas, je lève un peu les yeux.

"oui c'est pour toi" avec une petite voix chaude et sensuelle

Elle me prend la main et me conduit dans le bar, elle salue le gérant qu'elle connait bien et lui demande de nous servir 2 cafés aux fonds de la salle.

Il n' y a personne, pas un chat, j'ai des pensées cochonnes qui me viennent en téte et mon sexe me le fait savoir violemment dans mon jean, je bande déjà.

Ses yeux n'arretent pas de me fixer, elle me déshabille du regard, je le vois bien et je dois bien avouer que moi aussi, je n'arrete pas.

On s'assoie à la table, le gérant dont je ne me rappelle plus le nom nous apportent nos cafés puis retourne au devant de son bar. Là nous sommes seuls, à l'abrit des regards.

"tu sais il faut que je te parles" me dit t'elle.

"bé je t'écoutes"

"c'est compliqué avec mes parents et tout ça.."

Oh non c'est l'allumeuse je l'aurais parié!

"mais en fait je suis... comment on pourrait dire" je la vois se remordre sa lèvre inferrieur, j'adore quand elle fait ça "hum je suis une vrai salope" rencherit elle avec un ton amusé et fière.

En fait, je m'attendais à tout sauf à qu'elle soit aussi direct, je reste sans voix.

Elle le remarque et plus timide me dit "je suis échangiste, j'adore le cul, ça te dérange?"

"heu.."

je ne sais pas quoi dire, elle me coupe le souffle, musulmane et échangiste? ça existe?

"mais ça ne te géne pas de dire ça à moi?"

"bé je suis quelqu'un d'honnéte et tu me fais beaucoup d'éffet, toi ça te dérange?" me demande t'elle

Pour le coup là, je lui aurais sauté dessus, mon pénis vient juste de se durcir au maximum d'un coup.

"non ça me fait méme bander" au diable les mots doux.

Amel rougit et me matte avec ses yeux qui m'ont rendu fous l'autre soir, sa lubricité est a son paroxsysme. Elle se lève de sa chaise et vient s'assoir sur la banquette prés moi, je la regarde avec insistance, elle retire sa veste et laisse apparaitre sa poitrine.. ses tétons pointes de plaisir.

"Fait voir" en glissant sa main sur mon entrejambe "oh oui tu es bien raide là, j'adore ça"

ça bouche me donne envie, je l'embrasse de nouveau, ça langue est douce je ferme les yeux et mon coeur palpite. Ma main se pose sur son sein droit et je le malaxe avidement, titillant ses tétons à travers son haut.

"mmh, arrétes sinon je vais y aller à fond" me dit elle

Tant mieux, je continues de plus belle à carrésser sa poitrine généreuse.

"mmh tu l'auras voulu"

Sa main glisse dans mon pantalon, sous mon boxer et titille le bout de mon gland, je réve, c'est trop beau, c'est trop bon, je sécrette un peu de liquide, elle retire sa main et leche son doigt. Je m'arrete de la peloter, l'observe faire c'est hyper éxitant, j'ai une éréction du feu de dieu.

"laisse toi faire me dit elle"

elle renfonce ça main sous mes vetements et prends ma bite fermement entre ses doigts. c'est trop bon, là dans le bar, n'importe qui peut entrer et je me fait branler par la plus mignonne des échangistes. Elle se remord les levres et sa main va et viens sur mon pénis dure comme un rock enfermé dans mon boxer et mon jean.

"hum elle est grosse, tu es sérré? tu as mal?"

"oui" répondis je dans un souffle qui en dit long.

c'est trop bon, je ne peux pas la laisser me faire ça sans lui donner du plaisir alors je commence à remonter ça jupe mais elle me tape sur la main

"non, si tu fais ça je vais crié de plaisir, on va m'entendre jusquà 2 kilometres, laisse toi faire tu t'occuperas de moi plus tard"

Ses mots me font encore plus d'effet, je sens ma séve monter, ma réspiration se fait de plus en plus abrupte, je me force à ne pas gémir sous ses coups de mains.

La petite cochonne le remarque et me défait les boutons de ma fermeture, écarte mon boxer et libère ma bite dure et lubrifié par mes sécrétions

"hum oui elle est bien grosse mais pas autant que le gode de Cécile" me fait t'elle avec un petit sourire en coin "je sens que ça vient, mon sexe va éxploser dans les secondes qui arrivent

"prends moi par la bouche" soupire t'elle dans mon oreille

Sans me faire prier, je la prend par les nattes et la fait déscendre sur ma verge qu'elle gobe à moitié, trop grosse pour elle, sa langue essaie de me lécher mais je ne peux me retenir plus, j'envoie quatres gros jets dans sa bouche dans un rale que j'éssaie de camoufler.

Elle avale le tout, se redresse, m'embrasse et me caresse les cheveux, je lui pose ma main sur la joue.

"viens on va ailleurs!"

la suite plus tard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Chérie14

Une suite :???: j'attends aussi :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bé ça va devenir une mode mais encore merci, j'espères que ça vous à fais plaisir.

la suite sera là demain.

elle sera plus longue que les deux autres par contre.

:???: :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

là dernière partie:

On dis au revoir au gérant qui donne un clin d'oeil à Amel, sort du bar et se retrouve dans la rue sans payer. Je lui demande pourquoi et me répond qu'il lui doit déjà beaucoup de chose, je fais mine de m'en désintéresser (plus tard elle m'avouera qu'elle l'aidait à rencontrer des femmes de son club et étre passée plusieurs fois sur le comptoir avec un ou plusieurs hommes) et lui demande ou veux elle se poser.

"j'ai un peu faim là, je préfère aller plus loin, je n'ai pas envie qu'on me reconnaisse dans se coin, tu m'accompagnes dans ma voiture?" en roulant ses yeux et jouant l'ingénue

"non, je rentres chez moi faire du ménage" souris je

Surtout que je n'ai rien avalé depuis la veille, je la suis dans sa petite twingo verte, nous nous installons, mettons nos ceinture et en avant.

Elle ne s'est pas bien assise, sa jupe est relevée, je peux lui voir un bout des fesses et attachée comme cela, mon ésprit divague. Je ne défais pas mes yeux de son corps et m'interroge sur ses dessous parce que je ne perçois rien.. En a t'elle mit?

Elle se mordille les lèvres "je te plais comme ça?"

je ne réponds pas et pose ma main sur sa cuisse, elle se rétracte un peu et serre ses jambes.

"hum.. je ne vais pas pouvoir conduire là.."

"voyez vous ça"

Elle s'arrete à un feu rouge et me dégage la main, s'essuie le front, sa poitrine se gonfle d'oxygène. Je sens qu'elle en a envie, mais elle en a peur. Désemparer, elle ne peux pas fuir mes mains sur tout le trajet et elle le sait. Elle redémarre.

"j'espère que tu ne jouis pas aussi facilement à chaque fois?"

"ça s'est parce que j'ai fantasmé sur tout toi depuis la soirée"

Elle ouvre ses grands ses yeux comme si j'avais tapé là ou il fallait, son sourire monte jusqu'à ses oreilles "ouais, c'est ça"

Je glisse ma main sur sa cuisse, un petit gémissement se fait entendre "moi aussi" m'avoue t'elle "depuis que tu es rentré dans la chambre de Cécile.. je voulais que tu m'attrapes avec se gode"

De ses mots, ma bite se dresse d'un coup. Ma main continue de caresser ses cuisses, de plus en plus ferme dans mes mouvements, je m'approche de son entrejambe. Elle souffle de nouveau, sa poitrine se gonfle et se dégonfle à mesure que mes frottements se font plus réguliers et plus vite. Ma main dérape volontairement sur son sexe.. elle gémit.. Non elle n'a pas mit de dessous et elle est déjà toute mouillée.

"mmh mais tu as raison, tu es une vrai salope!"

Elle rougit de plaisir, soupire "mmm ne fait pas ça.. je ne vais pas tenir"

Cela m'amuse terriblement, je veux lui faire se qu'elle ma fait, lui rendre la monnaie de sa pièce. Mon majeur titille son petit bouton rose, je le fais glisser le long de sa vulve, elle gémit et ses jambes flageolent..

Feux rouge! Freinage brusque.

Elle retire ma main et m'embrasse violemment "tu sais que j'aime ça coquin, c'est pas bien, arrétes s'il te plais. on est bientot arrivé". Feu vert, la voiture redémarre.

On arrive dans un parking d'un super marché d'un petit village à coté de bordeaux, elle se gare entre deux voiture et on remarque que dans celle de gauche, un couple se bécote, on rit tout les deux et descend de la voiture. Dans son humeur volatil et enjouée, elle frappe à la vitre de nos voisins qui sursautent "vous m'en gardez un peu pour plus tard?". Les deux tourtereaux restent bouche bé et la regarde trémousser son jolie petit cul vers moi en me serrant la main.

Dans le super marché, Amel fonce direct au rayon gateau, elle hésite avec quelque marques et me demande si j'aime les pim's. Tant que ça se mange je prends, surtout ceux aux fruits rouges. Elle en prend 2 boites et s'approche des caisses. Je m'aperçois que deux mecs assez jeunes la matent.

"t'es connu ici?"

"Non" me réponds elle "ils sont plutot mignons"

De ses mots je l'attrape par les hanches et là serre contre mon corps, je l'a veux rien que pour moi là, je veux qu'elle le sente. Elle me fixe un premier temps pour voir ma réaction sur mon visage. Depuis que je suis sorti de la voiture, j'essaie d'etre le plus impassible possible, je n'aime pas trop me montrer en publique(du moins, dans certaines situations) et je crois que ça l'énerve un peu.

"non pas cette caisse"me dit elle "allons à l'autre là bas" tout en me tirant vers une jolie caissière. Elle n'arrete pas d'observer les deux autres mecs qui la fixent toujours d'ailleurs, elle joue la mijorée avec ses messieurs, faisant semblant de ne pas comprendre se qu'ils veulent. Je passe mes produits, paye et la caissière me rends la monnaie avec un grand sourire.

"vous plaisez à mon copain, ça vous dis un truc à 3 ?"

Voilà, Amel, dans toute sa splendeur, sans souci apparent, complètement détaché de toute pudeur, sort çà comme un simple renseignement anodin.

Je l'attrape par la nuque et m'excuse auprès de l'employée puis sort vers la voiture. Là, elle m'énerve un peu, ok, s'est amusant mais les conneries de se genre me pèse à force. Une fois ok c'est drole mais trois elle me cherche, si elle veux me trouver, elle va me trouver.

"qu'est ce qui a? elle te plaisais pas?" avec un ton moqueur.

"c'est pas ça le problème"

"ah ouais? mais elle te plaisait ou non?" plus sérieuse et souriante.

"bé.. ouais elle est pas mal, j'avoue mais.."

Elle me coupe "alors, il n'y a pas de problème"

Arg..! pas faux me dis je.

"Allez montes j'ai un endroit à te montrer"

Sur la route, on mange les pim's et on discute de sujets diverses, enfin non, je m'attarde surtout sur son échangisme, lui pose quelques questions dont elle répond avec franchise, comme si on se connaissait depuis des années. Elle m'explique qu'elle a couché avec beaucoup de monde, que son ex est un homme marié de 40ans, que sa plus grand partouze est de 15 personnes, 8 gars et 7 femmes, mais elle n'a pas couché avec tous cette fois là. J'ironise en disant qu'elle a couché avec 7 mecs sur 8 et me réponds que oui avec un léger rictus et son petit mordillement de lèvres. Enfin bref le trajet je passe bien et je prends conscience qu'on s'éloigne des habitations, elle bifurque sur un petit sentier à droite et se gare à coté d'une petite prairie enfermé par des arbres. Un endroit désert? elle à coté de moi? ses petites discussions coquines? je vous laisse imaginez mes pensées.

On sort de la voiture pour se dégourdir un peu les jambes

"bon on fait quoi?" dit elle amusée

Pas un mot de ma part, je m'approche d'elle et l'attrape par la nuque, d'une main et l'embrasse tendrement, nos langues se chevauchent de nouveau. Je me rends compte de la chance que j'ai d'etre tombé sur une fille pareil, elle a un gout délicieux quand je lui mordille le cou.

"humm.." gémit elle "bonne réponse"

Ses mains passent sous mon t-shirt, frottant mon torse et mes abdos, je la tiens toujours par la nuque de main droite et de la gauche je lui défait sa veste, la laissant tombée à terre. Je la soulève par les fesses et la pose sur le capot de la voiture. Un petit crie de surprise est laché de sa bouche.. je lui donne mes doigts de la main droite à sucer qu'elle sucote. Avec l'autre main je caresse son corps brulant meme avec se vetements..

Elle, elle continue ses gestes sur mon torse qui deviennent plus dure, elle me griffe un peu..

"Aie"

"que tu es douillet"

"tu me cherches depuis tout à l'heure.."

Sans finir la phrase je lui enfonce deux doigts d'un coup dans sa vulve mouillée. "Ahhhhhhh" elle pousse long gémissement bruyant. Elle avait raison, elle aurait rameuter tout le quartier dans le bar. Ses mains se crispent et me ramènent vers elle pour lui roulait une belle galoche. Tant que je vas et viens dans sa chatte, se langue et se bouche s'appuie fermement contre les miennes.

Je me libère alors d'elle et descends sous se jupe lui lécher son sexe trempé et avalé ses sécrétions. J'aspire son clitoris, ses jambes se remplient sur moi, ses main me prennent la téte et ma la serre fortement.

"oui comme ça.. hum, c'est bon"

Ma langue la pénètre et s'entortille, son dos se cambre et mes doigts s'amusent avec son clitoris gonflé et fragile que ma langue frole à chacun de ses coups.

"encore.. encore.."

Je sens son corps en transe, elle tremble de partout alors je vais de plus en plus vite, la doigte, lui léche son clito et inversement. Puis je serre ses jambes contre ma tete à l'aide de mes mains et n'utilise que ma bouche pour lui donner du plaisir.

Ses fesses se relèvent, elle halète rapidement, son souffle est de plus en plus irrégulier, ses petits cries se font plus forts.

D'un coup, ses jambes se crispent, on long crie de plaisir résonne dans la petite prairie.

Elle vient de jouir et je veux continuer à la lécher, à gouter son jus.

"non arretes" elle se tord dans tout les sens, respire très fort "ohh c'est c'est trop bon" tout en rigolant. Elle me fait rire de bon coeur aussi.

Elle se redresse "ouh! se fut intense là!"

Je hausse les épaules de façon à lui dire que j'ai aimé ça et que c'est normal vu se qu'elle m'a donné plus tot. Elle me donne une petite tape sur le ventre " c'est ça, fais ton malin"

"j'ai adoré aussi" lui dis je

"attends tu n'as pas tout vu" tout en passant sa main sur mon sexe raidit par se que je viens de lui procurer.

j'agrippe son avant bras "c'est toi qui n'a pas tout vu"

"tu parles!" rétorques elle pour me chercher, elle aime ça, elle veut que je réagisse à son petit jeu, ça me rends dingue et elle le sait. Elle n'attends qu'une chose et elle va l'avoir.

Je la pousse, le ventre sur le capot, son cul devant moi retire sa jupe et lui malaxe les fesses avec un main pendant que baisse mon jeans et mon boxer. Elle éssaie de se relever un peu mais je la maintiens plaquer, ses seins pressés sur la voiture.

"hum fesses moi"

je lui donne une petite claque sur son jolie petite cul

"ouii.. plus fort s'te plais"

"mais t'es une vrai salope!" je lui en donne une plus fort

"hum comme ça"

je tapote ma bite en érection sur ses fesses fermes, et continues de lui claquer mes doigts sur son cul qui rougit.

"hum insultes moi s'te plais, j'en ai envie"

Je frotte mon sexe sur le sien et sur son petit trou "t'aimes ça sale chienne qu'on te prenne comme ça"

Elle se met à rire "non pas chienne, j'aimes pas, je préfères pute ou salope"

Je lui redonne une fessé et cela m'amuse "ah parce que la petite pute a des préférences?"

"aahhh oui mais.."

Pas le temps de finir la phrase que je pénètre mon membre dans sa vulve. Je l'enfonce d'un trait, d'un coup, le plus profond possible. Je la prends par les nattes, redresse son visage qui crie de plaisir et commence à donner des à-coups.

"hum la garce aime ça?"

"ouiii.. continues.. tires moi les cheveux.."

Je tires ses nattes vers moi, augmentant la cadence des coups de reins, me baisse un peu et l'embrasse en meme temps. Elle se laisse mener, ferme les yeux, voudrait crier mais ne peut pas, sa bouche est contre la mienne. Mon chibre rythme sa respiration, je deviens plus brutal, mes bourses claquent forts, je gémit fortement, mon sperm commence à grimpé..

Je me retire de sa bouche et de sa chatte pour me calmer un peu, elle pousse un hurlement qu'elle intériorisait et se recouche sur la voiture comme apaisée..

Elle tourne sa téte vers moi, en sueur, le regard complètement shooté, elle se cambre et tortille ses fesses de gauches à droite pour frotter le bout de mon gland.

"encore.. encore.." elle me supplie.

Je la laisse faire, elle ondule ses hanches, pose son vagin sur ma bite et s'enfonce légèrement, puis se retire, puis recommence et aini de suite jusqu'à se qu'elle s'enfourche sur mon dard en descendant et remontant son cul le plus soutenu possible.

J'adore, je pousse des rales..

"t'aimes ça mon cochon? moi aussi, je sens que je vais venir, prends moi fort"

d'un geste je l'a retourne, dos sur le capot, je pilonne sa chatte, ses cries sont plus rapide, je sens qu'elle viens, effectivement. Alors je mets ma main sous son haut et souleve son soutient gorge pour pétrir ses seins, je les empoigne et les serre fort.

Le balancement de son bassin déchaine mes coups de boutoirs, j'y vais à fond..

Elle hurle.. Resserre ses jambes, mon pénis est encore en elle, j'ai envie de jouir. Amel se mort les doigts et lèves les yeux aux ciels.

"mmmh c'était trop bon.. laisse moi faire"

Elle prend ma verge prés à exploser et me branle en direction de son ventre, il ne me faut pas longtemps pour lacher quelques saccades qui éclaboussent son nombril et son petit haut à moitié enlevé.

Tout les deux essoufflés sur la voiture observant le ciel, elle me touche le pouce avec son annulaire puis glisse sa main sur la mienne et lui fait un petit bisou. Elle se tourne vers moi les yeux embuées et me dit:

"tu sais, j'aime bien quand t'es délicat mais t'es un peu trop neuneu.."

"roh la ferme petite salope d'actrice!"

"ah tu vois quand tu es plus dure c'est bien mieux, tronche de cake"

"toi tu vas voir ton cul!"

Voilà, voilà, après elle m'a ramené chez moi, elle devait se rendre tot chez elle et était déjà en retard. Enfin j'ai beaucoup rit avec Amel, on s'est revu plusieurs fois mais aprés quelques différents on a mit un terme à nos ébats réguliers. Elle m'a beaucoup marqué et je l'apprecie encore beaucoup. J'ai d'autres histoires avec elle, si vous les voulez, demandez moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest MissAcacia

Très excitante ton histoire, Dawaine !

Merci beaucoup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est gentil, merci :???:

mais je crois m'étre légèrement planter, surtout dans la dernière partie ou quelques phrases sont très mal ajustés, et la baise finale est trop courte alors que dans mon souvenir ça avait duré une éternité. :-D

mais bon se n'est qu'un début,

si j'en fais d'autres. se sera mieux,

je ne peux que m'améliorer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:-D :-D:-D

Montée crescendo du désir.. puis plaisir sans retenues..

Que je me suis vu à ta place!! 8):???: :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as énormément de chance de connaître une fille comme ça

c'est vrai que ça a l'air sympa comme ça, mais une telle relation devient rapidement usant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:content:

sympa comme récit! des nans comme elle ne courrent pas les rues! :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.