Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest jeancharles

Mon étrange amante

Recommended Posts

Guest jeancharles

Je m’endors. Je suis bien. Une lumière derrière la fenêtre me dérange soudain. Je me lève afin d’ajuster le rideau. Et je la vois, dehors. Si belle. Eblouissante. Comme si ses cheveux blonds étaient la source de cette lueur. Ses yeux bleus me fixent, obstinément, me rendant presque mal à l’aise. Je ne peux que me détourner de ce regard. C’est donc son corps que je parcours de haut en bas. Son coup dénudé. Puis sa robe, vert pastel, presque transparente. Je devine des seins qui pointent. Ses jambes, fines. Ses pieds, nus. Et au-dessous… j’habite au troisième étage, elle est à ma fenêtre. Sous elle il n’y a rien d’autre que le vide.

J’ai peur. Sans un mot, elle me fait signe de la rejoindre. Je ne peux pas, c’est évident. Je fais un pas en arrière. Alors son visage jusque là angélique change d’expression. Elle demeure sublime, mais inquiétante. Trop absorbé par son regard, je n’ai pas perçu ses mouvements. Elle est devant moi et tend le bras. Je recule encore, je m’efforce de me détacher de ses yeux. Ce que je vois ne me rassure pas. Elle est brune. Sa robe noire. Des bas. Des bottes. Elle saisit mon poignet. Je ne sens plus aucune force dans mes membres, je ne peux résister. Elle m’attire vers la fenêtre. Elle m’emmène. Je m’évanouis.

Je suis sur un lit. Je suis bien. J’ouvre doucement les yeux. Devant moi un visage angélique. Une jolie blonde aux yeux bleus. Mais un regard intrigant. Une robe légère, vert pastel. Soudain je me souviens. Mes muscles se crispent. Elle fait non de la tête. Je veux bouger. Mes poignets et mes pieds sont attachés au lit. Je cris. Je regarde autour de moi, peut être quelqu’un peut-il m’aider ? Mais autour il n’y a rien ! Ni objets, ni pièce, ni couleur… le lit flotte au milieu d’un vide sombre. Elle flotte devant le lit. A nouveau elle est brune. A nouveau vêtue d’une robe noire, de bas, de bottes. Et moi ? mais je suis nu ! attaché, à sa mercie.

Elle pose alors sa main sur ma cuisse, s’assoit près de moi. Je ne veux pas. Que va-t-elle me faire ? Son visage s’approche de mon sexe, que la peur inhibe totalement. Elle le prend dans sa bouche. Il y fait chaud. Les mouvements de sa langue me détendent. Elle s’approche de moi et s’agenouille au-dessus de mon visage. Pas de sous-vêtements sous sa robe. Elle présente son intimité à mon visage, instinctivement je la lèche. J’aime son goût pourtant indéfinissable, tout comme j’aime la vue de ses bottes que je peux apercevoir en regardant entre ses jambes. Elle se met debout devant moi désormais. Je ferme les yeux. Je sens qu’elle s’agenouille sur moi. Je passe mes mains sur ses fesses (tiens, mes mains sont libérées ?). Je caresse ses jambes nues, ses pieds, remonte jusque ses seins. Elle saisit mon pénis désormais vigoureux, et l’amène entre ses jambes. Il glisse sans difficulté en elle et je la serre de plus en plus fort. Je crois que je n’ai jamais été aussi bien, la chaleur se mêle à l’impression de flotter, de n’être accroché à rien. Ma tête au creux de sa poitrine, mes mains sur ses fesses, mon sexe va et vient. Nos corps se mêlent, je suis maintenant sur elle, les paupières toujours fermées. Je vais venir et elle le sent. Elle me pousse sur le côté, s’agenouille, saisit mon pénis et me masturbe délicatement. Je la regarde faire. Cette blonde au visage angélique m’amène à un plaisir d’une intensité que je ne pensais possible. Des jets d’une incroyable blancheur sortent un à un. Je les suis. Très vite ils semblent comme figés dans cet univers indéfinissable. Maintenant ils brillent comme des étoiles. Six étoiles. Je ne sais si elles s’éloignent, ou si le lit lui-même est en mouvement. Je me tourne vers ma troublante amante, mais la femme aux cheveux de nuit s’éloigne. Je veux la retenir mais… je ne parviens pas à bouger mon bras… je suis attaché !

Je suis seul désormais. J’attends son retour, au milieu de rien, excepté quelques étoiles : six, plus les larmes que j’ai versé depuis. Quand va-t-elle réapparaître, je n’en sais rien, mais je sens qu’elle va venir, je le sais. Ma ravisseuse. Ma ravissante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Un bien joli récit, original, et plein de sensualité et de rêveries. :lal::lal: Un parfum étrange flotte dans l'air !

:-D:-D :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.