Aller au contenu
Freestal

La castratrice

Recommended Posts

Suite de mes expériences vécues...

Je vais vous racontez surement l'une de mes meilleures expériences et comme pour la 1ère confession que vous pouvez trouvé ici, c'est n'est pas uniquement une histoire de cul mais aussi toute la phase de séduction qui précède. Cette histoire ne fait suite directement à la 1ère.

J'ai changé ! Je ne suis plus le même depuis que j'arrive à séduire des femmes. Oublier le puceau mal dans sa peau sachant pas quoi dire aux femmes. J'ai un nouveau cercle d'amis, je prends énormément soin de moi et de mon look, toujours habiller de façon classique mais décontracté. Et puis très important, la confiance en moi grimpe en flèche. A telle point que je séduis toutes les femmes dans mon entourage, au boulot, à la fac, dans la rue, les plus âgées au plus jeune, moche ou belle... Je ne sais pas faire autre chose avec les femmes que de les séduire. Je n'ai jamais eu d'amis au féminin, seulement des cibles et des ex... D'ailleurs comment deviens t'on amis avec une nana? Aucune idée. Mon rapport homme / femme se résume à la drague pur et dur. J'enchaine les conquêtes, les baises et aventures...

Mon lieu de prédilection reste la rue. Quel magnifique endroit pour trouver pleins de belles gonzesses. Et puis surtout en séduction, quand une femme est isolé de son cercle social, elle se lâche beaucoup plus facilement n'ayant pas la crainte de passer pour une salope. J'accoste tout type de femme, récupère quelques numéro de téléphone au passage. Je rencontre par hasard une ex en pleine action de shopping avec une amis, d'ailleurs très moche... Vous connaissez surement la moche avec la belle qui vous casse vos coups, je les invite à prendre un verre sur une terrasse d'un café.

Après quelques minutes de discussions banale, j'aperçois une femme à une vingtaine de mètres, une marche sur et appuyé avec de long talon claquant sur le sol, ne laissant paraitre aucune faille dans son visage strict et sévère, tenant un porte document, elle ressemble à une femme d'affaire. Elle s'approche de la terrasse, j'arrive mieux à cerné ses traits, 1m70 peut être plus, la trentaine, élancée, fine avec une jolie taille de guêpe, surement un corset que j'imagine sous ses courbes, de belle fesse bombée et une poitrine bien soutenu, un tailleur très classique comme on voit sur SuperNanny. Elle prends place sur la table derrière mes 2 compagnes que je ne calcul plus, juste en face de moi.

Je la regarde sans la quitté des yeux pendant de longues minutes. Parfois nos regards se croisent mais elle change rapidement de direction. Timidité ou pas intéressé. Je ne le saurai pas tant que je ne lui aurait pas parlé. De suite, je décale ma chaise afin de me lever. D'un air sur et décontracté j'arrive à sa table, elle me regarde l'air interrogateur, je la fixe et lui lance: "vous avez l'air bien seule, je peut vous tenir compagnie ces quelques minutes". A noté que ceci n'était pas une question, je m'affirme et prends la chaise afin de m'assoir à ses côtés. Mes 2 compagnes, seule rigolent de la situation j'entends mon ex qui chuchote à sa copine: "voilà il a encore ses pulsions de femmes". Ma cible entends cette phrase, elle prends un air sérieux et me dit d'un ton sec: "tu as cru que tu aurai ton prochain plan baise". C'est mal barré, je tente de rebondir rapidement avec sourire: "on verra plus tard le plan cul, pour l'instant soyons les meilleures amis". Mes 2 anciennes compagnes me font la bise afin de quitter le café, enfin un fardeau de moins, c'est assez difficile comme ça. Enfin seule, mais madame n'est pas prête à se laisser faire.

-"J'attends mon petit ami, vaut mieux pas qu'il te trouve ici".

Avec un air arrogant et rieur que je tiendrais pendant toutes les conversations:

-"Même pas peur, puis de toute façon j'aime les plans à 3... et dis avant, je ne t'ai pas dis qu'on serait les meilleures amis?"

Un grand sourire s'esquisse sur son visage. J'enchaine:

-"Je m'appelle Yliess et toi?"

-"Je te donnerai pas mon prénom à un inconnu et puis de toute façon tu n'es pas mon genre, cela sert à rien de te donner mon prénom"

-"Moi aussi tu n'es pas mon genre, pourtant j'ai fait un effort pour venir te parler, je suis sur que derrière ce visage glacial il y a un grand coeur"

Elle rougit légèrement, surement gênée.

-"Sans ton prénom, nous ne pouvons pas être amis, au revoir" Je feins de me lever.

-"Stéphanie"

-"Voilà le 1er stade de l'amitié atteins, mais je vais te donné un petit nom, la castratrice...

-"C'est méchant ça"

-"J'adore les castratrices, surtout celles que je domine"

S'en suit des sujets de conversation banales.

Je décide que ca suffisait pour aujourd'hui, je tente une phrase pour sortir d'une autre manière qu'un simple "on se reverra, file ton tel etc...".

-"Tu dois me conseiller en tant qu'amis sur mes vêtements, suis moi, on va au magasin à côté".

Je devais bien me rendre en ville pour acheter des fringues, mais je n'avais pas prévu qu'elle me suive. Pensant finir la discussion ici, tirer son numéro de téléphone et me barrer.

A ma surprise elle se lève, je la prends par la taille.

-"Tu va posé un lapin à ton petit amis là..."

-"Il attendra"

-"En supposant qu'il existe"

Elle souris...

On discute de tout et rien, j'apprends qu'elle travail dans le marketing d'un grand groupe international, célibataire, vivant seule en centre ville, bref une petite bourgeoise un peu hautaine, avec un égo affirmé, manquant de prétendant qui sont souvent lourd (ce sont ses mots).

En arrivant dans la boutique, je prends des vêtements, je me dirige dans une cabine d'essayage. Elle tente d'entrer avec moi.

-"Il est hors de question que ma meilleure amis entre avec moi"

-"Ah oui c'est vrai, restons amis" tout en souriant.

Pendant que je me change, je vois sur le miroir des tentatives d'intrusion. Je me cache afin de la faire languir.

Je sort, la prends par la main, et l'amène au rayon lingerie:

-"En tant qu'amis, il faut que je te conseil de la belle lingerie"

-"Ça va j'en ai déjà pas mal"

-"Tu portes quoi là?"

-"Un string avec un porte jarretelle"

-"Complètement démodé, has been, te faut autre chose, en vrai amis je vais choisir pour toi".

Je prends un string avec un porte jarretelle et lui montre:

-"Voilà, ça c'est bien mieux, indémodable !"

-"Ahah c'est quasiment pareil"

-"Non pas du tout, fait voir la couleur du tiens"

Elle descends légèrement sa jupe, un string de couleur noir.

-"Tu vois le mien est rouge, ça change tout, va l'essayer"

Elle le prends, entre en cabine, et me demande d'entrer.

-"Ah non, je ne peut pas voir mon amis nue, c'est indécent !

L'air déçu, elle se change et me force à entrer afin de voir d'y voir le résultat.

Que dire, elle était magnifique, une femme de 30 ans dans toute sa splendeur, une peau ferme que j'imaginais douce, une poitrine assez forte en forme de poire, une taille magnifique très cintré, des yeux gris perçant, un teint de peau très clair, des fesses rebondies, des lèvres charnus.

-"Tu vois c'est bien mieux, tu es très excitante comme ça, tu va faire encore plus peur aux mâles qui voudront te séduire"

Elle me prends par la taille et m'embrasse. Je me rétracte en tirant ma tête de ses lèvres:

-"Mince, on devais être amis"

-"Je me fou de ton amitié"

Elle me prends avec plus de force contre elle et m'embrasse à nouveau.

La suite plus tard :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je l'embrasse doucement tout en maintenant ses fesses. J'arrête au bout de quelques secondes pour la faire languir. Je la tourne, une petite fessée:

-"Allez rhabille toi, on verra si tu mérites que j'aille plus loin"

Je sort et l'attends à la sortie de la boutique.

Elle me rejoins sans un mot, me prends instinctivement par la main qu'elle fait passé autour de sa taille. Je coupe court:

-"Je dois rejoindre un ami, on se recontacte"

-"Un ami ou une amis?"

-"Un pote"

-"Tu es célibataire?"

-"Non, après toi, j'ai Cassandra, Estelle et Malika qui m'attendent, ne soit pas jalouse, tu es lourde quand tu fais ça, allez j'y vais je vais être en retard" tout en prenant le chemin inverse.

-"Attends comment on va se revoir? Tiens mon numéro". Elle prends un crayon pour noter et me tends le bout de papier.

-"Tu m'oublie pas hein !" avec un large sourire.

Je m'éclipse rapidement.

3 jours plus tard, je l'appel.

-"Allo"

-"Je reconnais bien la voix de ma castratrice préférée."

-"Dominante ou dominée?"

-"On verra quel tournure prendra notre amitié."

-"..."

-"Bon je viens te chercher chez toi à 19h soit prête et belle."

-"Heu j'ai un truc à faire à cette heure."

-"Tant pis, je te rappel plus tard."

-"Non, viens je serai prête, je repousserai à plus tard ma course."

-"A toute alors."

Arrivée devant chez elle, un quartier très chic, je sonne à l'interphone, elle m'ouvre direct. J'arrive devant la porte, elle m'attends déjà. Trop sexy, une jupe courte noir à rayure rouge, des talons hauts, de magnifique collants sur ses longues jambes fines, une chemise au manche courte avec une veste légère.

-"C'est parfait ça, allez on y va."

Je passe les discussions sur divers sujets.Je la sens un peu plus froide que la dernière fois, en même temps je l'avais énormément languir, la pression est retombé, à moi de remettre cela.

Nous arrivons devant un restau / bar, apparemment elle ne connais pas, tant mieux, je vais lui faire découvrir un concept.

Nous prenons place, elle commande, toujours ignorante de ce qui se passera. Et quelques minutes plus tard, plus de lumière, noir absolue.

-"Wahou qu'est ce qui se passe?"

-"On va mangé dans le noir, tout simplement."

Sans un mot je me place à côté d'elle discrètement, prends sa taille et la colle contre moi. Elle me prends par le cou et m'embrasse, elle passe sa main sous ma chemise et caresse mon torse. Je reproduis le même geste et éffleure son ventre. Je la soulève légèrement et la pose sur mon bassin, les jambes de chaque côté. Je caresse ses fesses, nous continuons notre long baiser. Elle descends doucement, embrasse mon coup, déboutonne ma chemise pour poser quelques baisers sur mon torse. Elle descends encore et arrive à hauteur de ma braguette. Je stop tout, remonte son visage, l'embrasse, et la quitte un moment. Dans le noir, elle m'appelle, je ne réponds pas. Je reviens quelques secondes plus tard, me remet à ma place, elle m'entends.

-"On fini de manger quand même, je t'aurai pour le dessert"

-"Toujours en train de stopper quand ca deviens intéressant ! Tu me frustres"

-"Ah je te domine alors, ca fait quoi d'être dominé par un homme 10 ans plus jeune que toi."

-"C'est assez excitant... Mais attends tu as 20 ans?!"

-"Je sais pas, tu en as 30?"

-"Oui, mais toi?"

-"J'ai l'âge que tu me donne."

-"Donc 20?"

-"Faut que je redemande à ma mère, j'ai l'âge que tu penses que j'ai."

-"Je connais ni ton âge, ni ou tu habites, ni ce que tu fais dans la vie"

-"Et encore, tu n'es pas sur de mon prénom"

-"Réponds aux questions."

-"Il y avais une question?"

Nous finissons notre repas tranquillement, toujours dans le noir, parfois elle passe son pied sur mes cuisses tentant de m'exciter. Je bois quelques verres de trop et c'est madame qui prends le volant. Nous arrivons devant chez elle:

-"Allez viens, on va boire un verre chez moi."

Je descends de la voiture et emprunte le chemin de son chez elle, dans l'ascenseur elle se colle à moi et m'embrasse fougueusement. Je rentre dans son appartement, il est très grand et très bien décoré. Je ne fais aucune remarque dessus, bien que j'ai rarement vu un aussi belle endroit de vie.

Pendant qu'elle prépare les verres, je monte à l'étage, entre dans sa chambre et m'assoie sur le lit. Elle me cherche un moment et me trouve enfin. Je me lève, la prends dans mes bras, la pousse sur le lit, elle tombe à la reverse. Je me positionne au dessus d'elle et l'embrasse sauvagement. Je descends rapidement au niveau de son bassin, la doigte à travers son string. Elle tremble légèrement. Je descends son tissu, et comment un cunni concentré essentiellement sur son clito avec doigt en bonus dans sa chatte. Je remonte fortement mes doigts au niveau du vente et appuie fermement, j'avais lu ca dans un bouquin, apparemment ca provoquait des orgasmes assez puissant. Pour la première fois, je rencontre une femme qui a un bon gout de mouille. Elle tremble de plus en plus, lâche de petit cris, après un traitement de plus en plus sauvage elle jouis et jailli de son sexe un liquide abondant. Une femme fontaine... Que demander de plus. Elle tremble énormément, une quasi perte de connaissance. Elle reprends ses esprits après de longue secondes.

-"Wahou, j'avais jamais ressenti ça."

-"Tu es très sensible à ce que je vois."

Elle déboutonne mes vêtements, plaque son corps sur le mien.

-"Je me sens si bien avec toi."

-"..."

------------------------------------

La suite prochainement, je me suis pas relu, je tenterai de faire un peu le ménage dessus dès que j'ai le temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.