Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Quarlton

histoire erotique: en avion

Recommended Posts

...

Elle l'avait conduit à l'a aéroport, et l'avait emmené jusqu'à l'embarcation.

Une fois embarqué il prit place sur le siège indiqué par l'hôtesse.

Son voyage durait plus de neuf heures, il en avait l'habitude de ces trajets et avait prévu de quoi s'occuper.

Il aimait cette période avant le décollage ou tout le monde prenait place dans l'avion.

Il aimait à regarder les gens.

Sa place située au fond de l'avion près de la cabine des hôtesses lui permettait d'avoir pleine vue sur l'avion.

Et il aimait aussi à observer le personnel de cabine qui passait.

Le décollage effectué, l'avion avait prit son altitude ainsi que sa vitesse de croisière.

Le premier plat avait été servit et l'avait permit de faire connaissance avec une des dames de cabine. Elle lui répondit en s'occupant de lui plus qu'elle ne le faisait avec les autres, et il faisait tout pour trouver une excuse pour l'attirer à lui.

Quand elle venait le servir il s'arrangerait pour voire la forme que dessinait ses dessous. Il avait réussit à savoir qu'elle portait un string, et des bas autoportant.

Chaque fois qu'elle se baissait il essayait de voire son soutient gorge et d'en voire la couleur.

Elle avait comprit son jeu et afin de satisfaire sa curiosité elle avait défait un bouton de son chemisier et s'était arrangée pour qu'il le voie lors d'un de ses services.

Un sourire complice fut échangé de la part de chacun.

La nuit était venue, les lampes de veilles étaient allumées, les couvertures avaient été distribuées. La majorité des personnes avaient prit place pour dormir, un film dernièrement sorti au cinéma était entrain de passer, entre temps les lampes avaient été éteintes.

Elle avait prétexté de vouloir fermer le volet de son hublot pour l'enjamber et lui offrir la vue de son fessier, cette vue lui avait donné raison sur ces bas autoportants.

Repassant devant lui, elle le regarda avec un nouveau sourire.

Et prit la direction des cuisines.

Il se leva, et se rendit aux toilettes, en sortant de celles-ci, il alla lui demander si il était possible d'avoir du whisky, elle lui offrit quatre bouteilles offertes par la compagnie.

Il lui proposa de les partager avec elle.

Il lui répondit qu'elle partagerait le verre avec lui mais préférait du champagne.

Elle sortit une bouteille de champagne et les servit.

Ils profitèrent de ce moment pour de discuter un peu au calme, son tour de repos allait bien être a elle et lui conseilla d'allé reprendre sa place.

Sa collègue venant de passer devant lui, elle arriva peu de temps après, elle se glissa sous la couverture.

Elle l'enjamba et alla s'asseoir près du hublot, en l'enjambant, il mit ses mains sur ses hanches, elle s'arrêta devant lui, il glissa ses mains sur ses jambes, et les remonta et fit remonter sa jupe, ce qui lui permit de découvrir son string noir transparent..

Ses mains glissèrent sur ses fesses bien rondes et fermes, une main lâcha une de ces fesses, pour prendre la direction de son entre cuisse, il glissa sa main doucement sur entre cuisses.

La pression de sa main sur ces lèvres, les firent gonfler davantage, elle déposa ses mains sur sa tête l'encourageant à continuer, sa main sur sa fesse continua à la palper, un doigt était passé dans l'échancrure de sa culotte et caressait maintenant de la fente, il effleurait son clitoris, qui le fit gonfler d'avantage, ses lèvres s'étaient écartées, son doigts entra entre celles-ci, son doigt s'en couvrit de son liquide de désir, il en profita pour glisser son doigt dans sa grotte mouillée, il fit de petits mouvements de vas et viens qui firent écarter d'avantage ses lèvres, ses mains enlacèrent son crâne et avait effet d'encourager ses mouvements.

Son doigt allait de plus en plus profondément en elle et s'enduisait de plus en plus de son liquide, deux doigts prirent maintenant place en elle.

Ses tétons étaient perceptibles à travers son chemisier, qu'elle déboutonna rapidement lui offrant une vue sur ses seins emprisonnés par ce tissu noir transparent.

Il fit glisser sa culotte en bas de ses jambes, et la guida vers le fauteuil d'à côté.

Son doigt continuait ses vas et viens dans son entre mouillé, son autre main avait prit possession d'un de sein et sa bouche maintenant était sur l'auréole de son téton qui était titillé par sa langue.

D'un mouvement il était maintenant sur elle. Leurs langues étaient s'entremêlaient, elle défit son pantalon et l'abaissa ainsi que son boxer. Sa verge droite et gonflée pointait vers elle, une de ses mains, elle en prit possession, un geste de vas et viens commença, ne faisant que la rendre d'avantage plus raide, il était tellement excité que cela lui en faisait presque mal. Elle releva doucement ses jambes et le dirigea doucement vers son sa grotte. Doucement il pénétra son gland en elle, par de petits mouvements, il l'a prit. Ses mains se mirent sur ses fesses l'encourageant à la pénétrer plus profondément, et accentuant ainsi l'amplitude des ses mouvements et sa cadence. Ses mains le pressèrent de plus en plus pour qu'il la prenne plus profondément encore.

Ainsi ils jouirent ensemble, afin d'étouffer ses cris de jouissance elle mordit à pleines dents son épaule et profitèrent de ce moment qui leur était octroyé.

Ils se rhabillèrent et se réajustèrent, ayant reprit sa place elle l'enjamba et lui déposa un baiser.

Sa culotte lui était restée, à ses pieds, il l'a ramassa et l'a garda dans ses mains. Lors de son service afin de vérifier que les passagers n'avaient aucun besoin, il l'a regarda marcher dans les allées, sachant qu'elle ne portait nul culotte.

Lorsqu'elle arriva à sa auteur, elle se pencha sur lui, lui demandant si il n'avait besoin de rien, avec un sourire, il lui répondu qu'il était comblé et lui montra sa petite culotte enfermée dans sa main.

Elle lui glissa à l'oreille qu'elle lui rendrait à un autre moment.

Et regagna sa cuisine.

Il déplia les couvertures et les glissa sur lui et s'endormit.

Les lumières se rallumèrent, une voie annonça que dans une heure ils arriveraient à destination et que le personnel navigant allait leur servir le petit déjeuné.

Elle lui apporta son plateau tout en lui demandant si il avait bien dormi, accompagné par un sourire et une vue sur ses seins qui aveint été libéré de leur prison de tissus.

Il ouvrit le volet du hublot, le soleil était déjà bien là et un ciel bien bleu lui éclata au visage.

Elle vint reprendre son plateau et lui proposa un deuxième café.

Accompagnant sa boisson un ticket lui indiquant à quel hôtel la joindre dans les trois prochains jours.

Il débarqua de l'avion, passa à la douane ou il la croisa une nouvelle fois.

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...

Il prit la direction de l'hôtel ou elle séjournait.

Son moteur vrombissant, s'arrêta à l'entrée de l'hotel, un homme arriva pour conduire sa voiture au parking, tandis qu' il se dirigea vers la réception.

- Bonjour Monsieur, pourriez vous téléphoner à la chambre de Madame Douglas, s'il vous plait ?

# Bonjour Monsieur, veuillez patienter un instant s'il vous plait.

# Monsieur, veuillez m'excuser mais personne ne répond.

Mais peut être pourriez vous la trouver au restaurant de la piscine.

- Merci, beaucoup, bonne journée.

# Pareillement Monsieur.

Il se dirigea vers le restaurant, mais décida de faire une boucle par la piscine.

Il s'installa au bar de la piscine, ce qui lui permettait d'avoir une vision sur tous les gens installés autour du bassin.

Profitant d'un apéritif dont seul les barmen d'hôtels ont le secret.

Quelques temps plus tard, il l'a vit provenant du couloir du restaurant, s'installer sur son transat, accompagnée de deux de ses collègues.

Il attendit qu'elle fut installée, et décida de prendre un bout de papier et un stylo, y nota quelques mots, et demanda à un serveur de lui porter un apéritif accompagné ce mot.

Sur ce temps là, il finit son apéritif se leva et se dirigea vers le restaurant, le serveur avait apporté l'apéritif et livré le message.

Ayant lu le mot, elle leva les yeux et le vit quitter l'espace de la piscine.

Une fois sa boisson bue, elle se leva, enfila son paréo et se dirigea vers bar du restaurant.

Attablé à lisant un magasine mit à disposition de la clientèle, il leva ses yeux lorsqu'elle vint le rejoindre à la table.

# Bonjour Monsieur Bangs.

- Bonjour Madame Douglas.

# Le séjour vous plait il ?

- Et vous de même?

# Reposant, il en est.

- Connaîtrais tu quelques à voire, à visiter ?

# Dans quel style?

- Un musé, une galerie, un endroit particulier?

# Il y a bien une galerie d'art moderne dans le centre à proximité d'un parc ou il y a une galerie commerçante.

- Et toi ? Que souhaiterais-tu faire ?

# L'idée me parait bonne, mais je dois aller me changer. Tu m'accompagnes?

Leurs apéritifs terminés, ils se dirigèrent vers l'ascenseur.

Les portes fermées, elle se rapprocha de lui, colla son corps contre le sien, ses bras l'enlacèrent, elle posa ses lèvres sur les siennes.

Arrivés à la chambre, la porte fermée, elle se rapprocha de lui, l'embrassa goulûment, il l'enlaça de ses mains, qui se dirigèrent vers ses fesses, sa cuisse était pressée entre les siennes,

Sa poitrine gonflée, pressée contre son torse.

Elle se retrouva dos au mur et emprisonnait son visage de ses mains afin de mieux l'embrasser.

Une de ses mains était descendue, sous le paréo, pour caresser une de ses fesses à travers le tissu de son maillot, il ne fallu pas longtemps pour que sa main soit passée dans l'échancrure de sa culotte, de ses doigts il caressait sa peau, il empoigna sa fesse d'un main ferme, l'attirant plus encore à lui.

Sa croupe, vint se presser contre sa cuisse, les tétons de ses seins se mirent a durcirent d'avantage.

Ses jambes s'écartèrent pour mieux se presser contre lui, un doigt de sa main était maintenant entre sa cuisse et ses lèvres, elle fit de petit mouvement, de vas et viens pour se presser sur son doigt, sa vulve était gonflée, de désir, ses petits mouvements, se précisèrent et maintenant son doigt caressa maintenant son bouton, elle se cambra d'avantage afin de s'appuyer au mieux sur son doigt. Son doigt, ainsi que le tissu de son bikini était mouillé par le désir. Son doigt, s'était maintenant introduit dans son entre, elle continua ses petits mouvements de vas et viens, se faisant ainsi pénétrer par son doigt, avec son autre main l'avait soulagée de son soutien gorge, et emprisonnait un de ses seins de celle-ci, il pinça son téton entre deux doigts, il se pencha vers elle, ce qui eut pour effet de la basculer vers l'arrière, sa tête penchée vers elle, les lèvres de sa bouche emprisonnait maintenant son mamelon, elles se refermèrent sur son téton, le titillait de sa langue, par cette position, elle emprisonnait profondément son doigt.

De petits gémissements de bonheur sortaient de sa bouche.

Il libéra son sein de sa bouche pour retrouver ses lèvres, elle profita de cette liberté pour déboutonner sa chemise et lui ôter. Il dégagea sa main emprisonnée, et la saisi par les hanches, et lui permit de la soulever, et de la déposer sur le lit, Assise sur le lit, elle défit sa ceinture et déboutonna son pantalon, qu'elle fit glisser à ses pieds, ainsi que son boxer, elle se retrouva face à sa verge en érection, qu'elle saisit d'une main douce, elle approcha sa bouche de celle-ci et l'encercla ses lèvres, elle y fit glisser sa langue sur tout le long, sous ses douces caresses son membre se raidit encore plus fort, sa main emprisonna son membre, elle faisait glisser sa langue sur autour de son gland, et replongeait son membre dans sa bouche, il avait déposé ses mains sur sa tête suivant ainsi au mieux ses mouvements, l'incitant aussi a continuer. Il déposa ses mains sur ses épaules et la bascula en arrière, il se pencha sur elle, l'embrassant, continuant sa descente, ses mains avaient prit possession de ses seins, sa bouche et sa langue titillait chacun d'eux.

Ses mains descendues sure ses hanches, ses doigts glissés entre les ficelles de sa culotte, la faisait descendre le long de ses cuisses. Sa culotte enlevée, il entra sa tête dans le v fait par ses cuisses, sa bouche prit possession de sa vulve, sa langue caressait ses lèvres humides et gonflées, remontait jusqu'à son clitoris excité, qu'il emprisonna des ses lèvres, et le faisait rentrer et sortir de sa bouche, le léchant.

Ses jambes s'étaient posées sur ses épaules, il se redressa et eu comme effet de mettre celles-ci à la verticale, tenant sa verge d'une main, la dirigeant vers sa grotte, il n'y introduit doucement que le gland, et le ressorti tout aussi doucement, il recommença ce mouvement quelques instants, puis la pénétra plus profondément, sa course étant toujours limités par sa main. Son mouvement s'accélérant, il se libéra de sa main, lui permettant de s'appuyer su celle-ci. Il la pénétra plus profondément, elle l'enlaça de ses jambes, et lui donna le rythme à prendre, ainsi que l'amplitude. Elle accéléra ses mouvements et le poussa plus profondement en elle, le faisant pratiquement ressortir, et le réintroduisit aussitôt en elle.

D'un coup, elle le pressa contre elle.

Allongé sur elle, il leur fit faire un demi tour, pour qu'elle puisse se retrouver sur lui. Doucement elle se fit doucement reglisser sur lui, il déposa ses mains sur sa poitrine plantureuse, les mouvements amples de son bassin le faisaient s'introduire en elle. Elle frottait son clitoris sur son bas ventre, ses mains avaient libéré ses seins pour se déposer sur ses hanches, et la forçait a s'appuyer sur lui qui avait pour effet de lui libérer de petits gémissements.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...

Les rayons du soleil, passant entre les tentures, se déposent sur son visage.

C'est ainsi que le soleil l'émergea de son sommeil.

Elle avait sa tête sur son torse.

Après une douche prit ensemble, ils descendirent déjeuner.

Son repas terminé il décida d'aller faire un tour, il prit sa voiture et se rendit sur une place et alla s'asseoir dans un café qu'on lui avait conseillé.

Assis à la terrasse, lisant un livre de poche, écoutant et regardant ses voisins.

Deux dames vinrent s'asseoir en face de lui, prêt de la quarantaine, habillées de façon classiques, chic.

Elles discutaient de leurs derniers achats dans les boutiques de hauts standings, de leur appartement à Chamonix, de leur berline.

Il les observa, amusé, celle lui faisant fasse le remarqua, un jeu de regards commença entre eux, elle changea de position, il se cacha derrière sa camarade, mais elle chercha rapidement à retrouver son regard.

Elle portait des chaussures à talon, des bas noires, un chemisier et une veste tailleur.

Elle commença un jeu avec ses jambes, ce qui lui donna un sourire.

Elle changea de position pour mettre en avant sa poitrine, qui semblait plantureuse.

Elle jouait avec ses cheveux,

Sa copine, lui annonça qu'il était l'heure pour elle de prendre congé d'elle lui souhaitant une bonne soirée et qu'elle reprendrait bientôt contact avec elle.

Aussitôt sa camarade partie, elle appela la serveuse et lui commanda un café.

Lisant son livre, il continua à l'observer, elle se leva, et lui demanda si cela ne le dérangeait pas de regarder ses affaires le temps qu'elle se rende aux toilettes, il acquiesça et lui répondit qu'il les surveillerait.

Revenue, elle se rassit en face de lui et le remercia, et engagea la conversation, en utilisant son livre comme prétexte.

La conversation, commençant à prendre forme, il lui demanda l'autorisation de venir à sa table. Tout en se levant et s'y dirigeant, il s'installa face à elle.

Il lui offrit un autre café, entre temps sa jupe noire était un peu remontée et laissait plus apparaître ses cuisses, il avait pu remarquer à travers l'échancrure de son chemisier, une tunique satin blanc.

Elle lui proposa de le raccompagner.

Il l'a raccompagna à sa voiture, située dans un parking sous terrain.

En s'asseyant dans sa voiture de sport la limite de sa jupe s'était rapprochée de son entre cuisse.

Il découvrit qu'elle portait des bas autoportants, en sortant du parking, regardant l'heure ç sa montre, elle lui proposa d'aller manger dans un resto situé à quelques pas de là et accepta la proposition.

Le restaurant, marocain, une table dans le fond de la salle, leur permettait d'être à l'écart.

Elle était commerciale dans une société d'édition.

Tour en conversant leur repas se passa.

Pendant qu'elle était aux toilettes il alla régler l'addition.

Elle avait un appartement au coin de la rue et lui proposa d'aller boire le café chez elle.

Dans l'ascenseur il se tenait face a elle, elle mettait en valeur ses jambes ainsi que sa poitrine.

Son appartement, était une nouvelle construction, minimaliste ou le béton et le métal régnaient en maître.

Tous les objets ainsi que le mobilier étaient design.

Il ne pu s'empêcher de penser qu'elle serait certainement intéressée par quelques unes de ses créations.

Ils se retrouvèrent dans la cuisine, un monobloc à la mode ou tout était incorporé situé au milieu de la pièce.

Il vint se placer derrière elle pendant qu'elle préparait le café avec cette fameuse cafetière faite pour les célibataires.

Il écarta ses cheveux, baissa sa figure au niveau de son cou, huma son parfum et expira dans son oreille, ce qui provoqua en elle de légers frissons, il glissa ses mains sur sa taille, et se rejoignirent sur son ventre, il les remontait vers ses seins et les engloba de ses mains.

Ses tétons se raidir sous ses caresses, il déboutonna son chemisier et glissa une de ses mains dans l'échancrure de celui-ci, il caressait sa poitrine, a travers le tissu en soie.

L'autre main descendit sur ses fesses, alla jusque sous celles-ci, il la glissa dessous, pour caresser son entre cuisse, il pu constater l'absence de culotte, elle retourna sa tête vers lui et l'embrassa sur la bouche, en le laissant l'explorer.

Il l'a retourna face à lui, la souleva et la déposa sur le plan de travail, il défit les derniers boutons de son chemisier, il se tenait devant elle, les jambes écartées lui remontant sa jupe, laissant apparaître sa croupe rasée, il embrassa ses seins, déposa un baisé sur sa bouche, la coucha sur le plan, se baissant pour aller ensuite déposer sa bouche sur son entre cuisse.

Il dé posa ses jambes sur ses épaules, attrapa sa son bassin et l'attira à lui,

De l'extrémité de la langue, il alla titiller son bouton, qui gonfla d'avantage sous ses mouvements.

Ses lèvres, se gonflèrent et s'écartèrent, elle déposa ses mains sur sa tête, de petits gémissements l'encourageant à continuer.

Ses mains pressèrent de plus en plus sa tête et ses gémissements étaient devenus des râles de plaisir. La pression de ses cuisses sur sa tête devint de plus en plus forte et se relâcha en même temps qu'un soupir de jouissance, ses mains lui caressèrent maintenant la tête.

Il se releva, elle l'attira à elle, l'embrassa d'un long baisé.

Remis de ses émotions, elle prépara enfin le café, il s'assit sur le plan de travail, l'invitant a venir contre lui entre ses cuisses, elle lui tourna le dos, discutèrent un long moment encore, tout en buvant leur café.

Leurs boissons consommées, elle le prit par la main l'invitant à descendre de son perchoir et à l'accompagner vers sa chambre.

Elle ouvrit la porte de la chambre, elle se pencha sur le lit pour le découvrir, sa position lui permit de déposer ses mains sur ses hanches et se rapprocha d'elle, se rapprocha de son postérieur.

Il l'a poussa sur le lit, ses mains descendirent ses mains sur ses cuisses, glissa ses mains sur ses bas et les remonta ainsi que sa jupe.

Il avait maintenant devant lui son fessier offert, elle s'avança sur le lit et s'appuya sur les coudes. Une de ses mains glissa sur son entre jambes, son index lui effleura sa croupe,

Il fit de petits mouvements, jusqu'à son bouton, qui le firent se gonfler, ainsi que ses lèvres, qui s'écartèrent en se gonflant.

Il défit sa ceinture, abaissa son pantalon, et tint en main son membre gonflé.

Il l'a pénétra doucement, si surprise, si excitée, un gémissement sorti de sa bouche, son gland pénétré, le ressorti aussi tout aussi doucement, sa main le guidant, son excitation si forte que son membre était mouillé par sa jouissance, sa main le lâcha pour se déposer sur sa hanche, il l'a pénétra plus profondément au rythmes de petits vas et viens, jusqu'au moment ou il fut entièrement en elle, ce qui transformât ses gémissements en un long soupir. Il accéléra ses longs mouvements, ses mains tinrent fermement ses hanches.

A chaque mouvement, un cri de plaisir sorti de sa bouche, il augmenta sa cadence, les cris de plaisirs n'étaient plus étouffés, sa douceur, laissa place à une bestialité, qui l'excita d'avantage.

Ses mains agrippaient les draps, à chacun de ses mouvements la pénétrant, elle s'appuyait sur ses cuisses, lui proposant de la pénétrer plus profondément.

Ses efforts étaient un mélange entre les cris de plaisir et les fortes respirations,

Ses mains empoignèrent ses hanches, et ses mouvements brutaux la pénétraient jusqu'à la limite.

Un râle de plaisir sorti de sa bouche, ses mains l'immobilisant contre lui, lui empêchant ainsi tous mouvements, pendant que sa jouissance venait en elle.

Elle se laissa tomber son visage sur son oreiller, se laissant emplir de sa jouissance.

Il s'abaissa, mit sa tête contre la sienne et l'embrassa dans le cou.

Quelques instants plus tard ils se couchèrent sur le côté.

Quand elle eu reprit ses esprits, elle lui proposa d'aller prendre une douche.

Dans la douche, plus grand qu'elle, il profitait des jets d'eau, elle venait se blottir contre lui afin d'en profiter elle aussi.

Ils retournèrent au lit, après être passé dans la cuisine pour se désaltérer et se rassasier un peu.

Allongés tous les deux sur le dos, ils discutèrent un long moment, et finirent par s'en dormir.

Durant la nuit il se réveilla, elle à ses côtés, allongées sur le ventre.

Il descendit les draps lui permettant d'avoir pleine vue sur son corps, il ne pu résister à l'envie de lui glisser sa main entre les cuisses, il glissa son index sur son sexe, après quelques passages sur son sexe, son doigt s'était introduit en elle et caressait l'entre de ses grandes lèvres, les caresses sur son corps lui donna une érection.

Il se releva, se mit derrière elle, en tenant son membre tendu, il se pénétra dans sa grotte, par de doux et longs mouvements, qui ne tarda pas à s'humidifier; réveillée elle écarta les jambes, se positionna lui permettant ainsi de mieux prendre possession d'elle.

Il agrippa la tête de lit de ses mains, bascula son bassin afin de lui faciliter ses mouvements.

Ses allés et venues devinrent de plus en plus rapides, son changement de position lui permit de venir plus profondément.

Jouissant il rapprocha sa tête de son épaule, et la mordit, l'empêchant de bouger.

Cette jouissance et cette douleur, lui donna le plaisir d'avoir été la raison de son plaisir.

Recouché à ses cotés, elle vint se coller à lui, lui déposant un baiser et se rendormi.

L'odeur du café et des croissant le réveillèrent, il enfila son jeans et se rendit dans la cuisine, elle l'attendait assise, buvant un café, elle l'accueilli avec un sourire, il s'abaissa, lui déposé un baisé sur le front et s'assit.

Le déjeuné terminé, il alla prendre sa douche, se rhabilla.

Ayant un rendez vous quelques heures plus tard, comprit qu'il devait ne pas s'éterniser.

En quittant son appartement, elle l'invita à reprendre contact avec elle, tout en lui glissant, dans la poche de sa chemise sa carte de visite.

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Se baladant dans un magasin de déco, passant de rayon en rayon, il regardait les meubles, les lampes, plus par leur conception que les objets en eux même.

Il en profitait pour observer les gens.

Les parents avec leurs enfants, les hommes, les femmes, leur comportement, il écoutait leur conversation, il y réfléchissait le reste de son parcourt dans le magasin et souvent il ne pouvait s'empêcher d'en rire.

Il continua son chemin jusqu'à la cafétéria ou il aimait aller prendre un café tout en fumant quelques cigarettes, pendant ce temps là il continuait son observation.

A la table devant lui, s'étaient installées une femme avec sa copine, qu'il avait remarqués plutôt lors de sa balade, il les observa plus en détail et continua ses observations autour de lui tout en tournant sa cuillère dans son café, et constata qu'elle le regardait.

Sans faire attention il réalisa qu'il observait ses jambes et qu'elle jouait avec elles, qu'elle les croisait et les décroisait. Quand elle fut bien sur qu'il la regardait, elle s'avança un peu plus en sur sa chaise, ce qui lui permit de voire sa culotte noire, ses jambes s'étaient plus écartées, s'assurant qu'il profitait bien de la vue qu'elle lui offrait.

Elle se leva et se rendit vers les toilettes, il en profita pour aller se resservir un café.

Et se rassit à sa place, réallumant une cigarette. Elle vint se rasseoir devant lui et au bout d'un moment tout en discutant avec sa copine elle le fixa, il la regarda, et baissa ses yeux vers ses jambes, elle se tenait dans la même position tel un film bien célèbre, elle ne portait plus la dite culotte, il remonta ses yeux pour croiser les siens, sur son visage, un sourire fit place quand il croisa son regard, elle continua son jeu de jambes un moment encore, lui offrant de nouvelles fois une vision sur son entre cuisses.

Il se leva et alla se resservir de nouveau un café, tout en passant devant elle, arrivé à sa hauteur, il lui rendit son sourire.

Il vint se rasseoir, il grilla une dernière cigarette, et bu sa tasse de café.

Une fois terminé, il se leva repassa devant elles, et reprit la direction des présentoirs, prenant la direction de l'étage inférieur il lui jeta un regard à travers la vitre de l'escalier, il constata qu'elle le regardait.

Il continua son chemin, s'arrêtant un moment à l'autre devant certain meuble, certaines installations. Arrêté devant un présentoir, il vit les deux filles passer devant lui, ralentissant devant lui regardant elles aussi les présentoirs.

Ils se dépassèrent l'un l'autres, se croisèrent dans des aménagements, un moment.

Arrivés prêt des caisses, il passa devant elles, et reprit la direction de la cafétéria, en la regardant. Il alla chercher deux cafés et s'installa presque à la même place, mais prêt d'une fenêtre donnant vers l'extérieur.

Ce qui lui permit de les voire sur le parking du magasin, sa copine prit la direction de sa voiture tandis qu'elle se rendit de nouveau dans le magasin, tandis que sa copine quittait le parking avec sa voiture, elle était presque prêt de lui; il la regarda, et lui proposa de s'asseoir à sa table et commencèrent à discuter.

Ils se levèrent et se rendirent à sa voiture sur le parking, il lui ouvrit la porte et elle s'installa au volant.

Elle démarra la voiture et prit la direction de la grande route, elle l'emmena chez elle, sur le chemin, il glissa doucement une main sur ses cuisses, qu'elle écarta docilement.

Elle s'avança sur son siège, remonta sa jupe, afin de lui permettre de mieux la caresser.

Il commença à glisser sa main sur son sexe, il précisa ses mouvements par un doigt, il s'attarda sur on clitoris et le glissa sur ses grandes lèvres, qui s'étaient gonflées par le désir, il appuya son doigt et le glissa entre ses lèvres qui s'ouvrir sous ses pressions, elles se mouillèrent directement sous ses mouvements, son clitoris était gonflé par le plaisir.

Son doigt, maintenant la pénétrait, elle s'appuya d'avantage sur son dossier afin de lui laisser toute sa liberté.

Arrivé devant la maison, elle ouvrit la porte du garage avec sa télécommande et la referma aussitôt la voiture rentrée, la voiture immobilisée il sortit de celle-ci et fit le tour pour lui ouvrir la porte, le contact coupé, elle sortit du véhicule avec son aide, elle passa devant lui, il referma la porte et la suivi jusqu'à la porte d'entrée. Elle s'apprêtait à ouvrir la porte quand il déposa sa main sur la sienne lui en empêchant. Elle tourna sa tête vers lui et le regarda, il déposa un baisé sur la bouche et glissa son autre main sur son ventre, la pressant contre lui. Sa langue pénétra dans sa bouche, tandis que sa main prit possession d'un de ses seins, il le pressa, l'emprisonna, il le lâcha pour se rendre sous sa blouse, il le caressait maintenant à travers son soutien gorge, sa main qui tenait la sienne était maintenant sur sa cuisse et remontait sa jupe pour se rapprocher de son sexe, et le caressait, son doigt la pénétra, sous son mouvement elle laissa échapper un cri de sa bouche. Emprisonnée dans ses bras il l'écarta de la porte et la dirigea vers la voiture, elle se pencha et y déposa ses mains sur le capot.

Il libéra son sein et remonta complètement sa jupe, de l'autre main il défit son pantalon, et tint son membre gonflé, d'un mouvement de pied il lui écarta les jambes, il fléchit ses jambes, et la pénétra, son sexe, fut accueilli par un grotte mouillée de désir, d'un coup sec, il l'a pénétra au plus profond, il commença de long mouvements de vas et viens, ses mains la maintenaient par le bassin, à chaque venue en elle, elle libérait un gémissement.

Il accéléra ses mouvements en elle, et la pénétrait de plus en plus fort, à chaque mouvement en elle ses mains glissaient sur la carrosserie de la voiture. Tous deux arrivaient presque à bout de souffle, jusqu'au moment où elle libéra un cri de jouissance.

Au même moment il se libéra en elle, la maintenant contre lui.

Remit de leurs émotions, ils se réajustèrent, et passèrent dans la cuisine.

Il s'assit sur un tabouret de la cuisine tandis qu'elle leur servait à boire.

Et vint ensuite le rejoindre.

Tandis qu'elle le servait, il jeta un coup d'œil sur la décoration, ayant remarqué qu'elle aimait les objets design, il détourna la conversation sur la décoration il lui recommanda un magasin de son pays en lui notant l'adresse de son site internet.

Tout en discutant elle s'était rapprochée de lui, et une de ses mains avait glissé sur sa cuisse.

Un instant d'après elle caressait son sexe, une fois qu'elle le sentit gonflé sous sa main, elle défit les boutons de son jeans, pour le caresser sous son slip, elle continua ses mouvements

Il avait prit possession de son entre jambes, ses lèvres étaient déjà gonflée et son sexe était déjà humide, il descendit de son tabouret, s'approcha d'elle, elle défit sa ceinture, abaissa son pantalon, son sexe raide, pointait dans sa direction, elle s'appuya sur la tablette du bar écartant ses jambes, sa jupe relevée, ses pieds posés sur les barreaux du tabouret lui offrant ainsi son sexe, il la pénétra doucement mais profondément, ses mains défirent les boutons de sa blouse, dégrafa son soutien gorge, libérant sa poitrine,qu'il caressa, qu'il lécha,ses mains descendirent vers ses jambes, la maintenant par les cuisses, il prit possession d'elle par ses mouvements, pendant qu'il la prenait, tantôt elle se caressait les seins tantôt elle les pressait,se pinçant les tétons, chaque fois qu'il était en elle au plus profond.

Ses pieds avaient quittés les barreaux de la chaise, pour se positionner sur son fessier, lui donnant ainsi le rythme qu'il devait prendre, et le poussaient d'avantage en elle.

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest bibine99

rien a dire cest une belle avanture

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Venant de déposer ses créations dans un magasin d'objets design, il avait réussit à négocier avec la patronne, qui avait un penchant pour lui et elle lui avait déjà prouvé quelques fois,

qu'elle appréciait pas uniquement ses créations.

L'accord était simple, quand il avait un stock, il venait le déposer au magasin et elle prenait un pourcentage sur la vente.

Son travail et ses déplacements ne lui permettant pas de rentrer des créations à intervalle régulier, de longs mois pouvaient passer avant qu'il ne revienne.

Elle lui avait proposé cet accord d'exclusivité et était devenu le magasin attitré de sa marque, car le mois suivant de son premier dépôt, tout avait été vendu.

Depuis qu'il déposait chez elle, sa clientèle s'était internationalisée et elle lui faisait souvent part de cette interrogation, du comment cela était il possible?

La première fois qu'elle avait eu un de ces nouveaux clients, qui avait payé le double du prix la création et qui lui avait remis sa carte lui demandant de l'informer de toutes nouvelles créations, elle n'avait pu s'empêcher de l'appeler l'invitant à passer au magasin.

Elle lui versa la somme doublée, réduite évidement de son pourcentage, elle était tellement surprise, étonnée et heureuse par cette affaire, qu'elle l'avait invité dans resto japonais pour fêter cet événement.

Ne connaissant rien en informatique, elle lui fit part de sa méconnaissance en la matière, et lui demanda s'il ne connaissait personne qui pourrait la conseiller, l'aider.

Pour elle, il n'était un simple bricoleur un peu bohême, marginal, qui travaillait à son rythme, qui avait un talent, un succès.

Le succès de la nouveauté se disait elle, mais en profitait autant que cela durait.

Elle se disait qu'il ne créait que quand il avait besoin d'argent.

Le lendemain à l'ouverture du magasin un garçon, avec une installation informatique complète l'attendait.

Un peu surprise par toutes ses caisses et tout ce bazar, elle demanda au garçon ce que tout cela signifiait.

Le garçon lui montra un mail qu'il avait reçu durant la soirée de leur ami commun et dans lequel il lui était demandé de venir installer un nouveau système informatique et si au besoin donner des explications.

Partout où il passait, il avait fait de telles connaissances, des gens avec qui il gardait un contact distant, il ne les voyait pratiquement jamais, mais étaient contactés par des clients, auxquels il les avait recommandé.

La fois suivante quand il vint déposer son stock, elle lui demanda de lui réserver un jour.

Il lui répondit qu'il avait le lendemain de libre, car il ne prévoyait jamais rien à long terme.

Le lendemain vers midi, il arriva au magasin.

Elle l'invita a se mettre au volant de sa voiture et lui désigna la route à prendre.

Elle l'enmenait vers un centre de thalasso, l'après midi, ils la passèrent dans les différentes salles de soins, côte à côte ils se faisaient masser, ils passèrent un long moment à discuter dans une baignoire remplie de boue.

Le soir venu, le centre disposait d'un restaurant gastronomique dans lequel elle avait retenu une table.

Elle portait une robe noire qui laissait dégager ses bras musclés par de la gym d'entretien, des chaussures à talons, un simple collier de perles exotiques lui ornait le cou.

Ses cheveux châtains, étaient en chignon simple mais sophistiqué.

Quittant le restaurant ils se dirigèrent vers la sortie, elle s'arrêta devant l'accueil où elle demanda le clef de la chambre qu'elle avait réservé.

Accompagné d'un membre du personnel de l'hôtel, qui les conduisirent à leur chambre.

Le groom parti, la porte fermée, elle laissa tomber sa robe, lui laissant découvrir ses sous vêtements noires.

Un soutien gorge noir transparent laissant transparaître le dessin de ses seins, ainsi que son string laissant voire son sexe épilé.

Elle s'avança près de lui, lui défit et ôta sa chemise, elle caressa son torse et s'abaissa et défaisant d'abor la ceinture de son pantalon ainsi que celui-ci.

Son visage était à hauteur de son slip, qu'elle caressa d'un main, une grosse érection de tarda pas sous ses caresses et son membre ne pu se contenir dans le sous vêtement, elle descendit son slip, empoigna son membre gonflé de désir, ses lèvres, virent l'embrasser et l'englobèrent, sa langue fit de petits mouvements autour de son gland, elle avança son visage pour mieux le pénétrer dans sa bouche, sa langue continuant à l'enrouler, tout en continuant à le faire entrer et sortir de sa bouche.

Ses mains vinrent se déposer sur sa tête, l'encourageant à continuer.

Il lui demanda de calmer ses mouvements sous peine de jouir, dans sa bouche.

Elle abandonna son membre un instant juste le temps de lui dire, qu'elle n'attendait que cela, et reprit aussitôt sa fellation, son excitation si forte, il ne pu se retenir, plus longuement.

Ses mains se crispèrent sur sa chevelure, l'attira plus près de lui, la calla.

Un râle de plaisir sorti de sa bouche.

Elle avala son sperme, tout en continuant ses mouvements de la langue sur ce sexe tendu, gonflé de désir.

Elle se releva, l'embrassa, il l'enroula de ses bras et la serra contre lui.

Quelques temps plus tard elle l'en mena sur le divan et l'invita à s'asseoir, elle s'assit sur ses genoux, sa poitrine face à son visage, il caressa de sa bouches ses seins, à travers le tissu de son soutien gorge, sous ses caresses, ses tétons se durcirent d'avantage et pointèrent dans sa direction, il essaya de les coincer entre ces dents, et les relâchaient aussi rapidement qu'il les avait attrapé.

De sa main qui la maintenait par le dos il lui défit son soutien gorge, libérant sa poitrine, il recommença son jeu, libérés de leur tissu, il pu les coincer entre ses lèvres, entre ses dents et les titillait de sa langue, son autre main engloba un de ses seins.

Elle se cola contre ses lèvres et lui poussa son sein en bouche, de petits gémissements de plaisir sortirent de sa bouche, l'insistant à continuer son jeu.

Sa main qui la soutenait par le dos glissa sur ses fesses, et se retrouva dans son entre jambes,

il caressa sa croupe à travers le fin tissus, elle se bombait sous ses caresses, le tissu se trempa sous ses caresses, il l'écarta d'un doigt et passa dans l'échancrure de celui-ci,

sans effort il se retrouva en elle, ses gémissements se firent plus forts, de petits mouvements de vas et viens de son doigt se firent de plus en plus profonds, sa jouissance de plus en plus forte libéra de plus en plus un liquide qui commençait à couler sur sa main.

Deux doigts la pénétrèrent, ses gémissements s'accentuèrent devinrent de plus en plus forts.

Devinrent des râles de plaisir.

Ses lèvres maintenant emprisonnaient maintenant son mamelon, sa tête était pressée contre son sein, sa langue, léchait son téton.

Son sexe, était empli de sang, et se tenait droit et plaqué contre son ventre, en un mouvement elle laissa, sa tête pour empoigner son membre et le glisser en elle, par l'échancrure de son string, elle le glissa, jusqu'au plus profond d'elle, il se retrouva appuyé contre le dossier du fauteuil, ses mains empoignant ses seins, elle donnait le rythme des vas et viens, s'appuya sur ses cuisses, elle montait et descendait, à chaque mouvement un gémissement sortait de sa bouche, son plaisir maintenant coulait le long de son membre jusqu'à ses testicules.

Elle augmenta sa fréquence, se laissant pratiquement tomber sur son membre à la descente.

Ses cris se libéraient à chaque mouvement, appuya ses mains sur son torse pour se maintenir et rien qu'avec ses cuisses, faisait ses mouvements de vas et viens, sa cadence si soutenue, qu'elle en perdait presque son souffle. Ses gémissements se transformèrent en cris, de plus en plus forts, de plus en plus soutenus, et se laissa tomber sur lui.

Par son bassin il continua ses mouvements, moins rapides, moins forts, mais presque aussi profonds, à chaque pénétration, elle se blottissait d'avantage contre lui, ses mains maintenaient son bassin afin de la pénétrer plus profondément, jusqu'au moment ou elle libéra un nouvel orgasme.

Elle resta blottie un long moment, mais ne tarda pas à refaire de petits mouvements avec son bassin, ce qui lui rendit son érection.

Elle l'a força à changer de position, s'appuya contre l'accoudoir, ses fesses, proposées à lui.

Baise-moi, défonce-moi, rempli moi, lui dit-elle.

Il maintenait son bassin entre ses mains, ses mains ancrées dans ses fesses.

Et par des mouvements bestials, il prit possession d'elle, de grands coups profonds, rapides. Ses gémissements, ses cris, étaient devenus des demandes, des "plus fort", des "encores", étaient ses requêtes, des "oh oui, comme cela".

Sous ses mouvements, elle ne tarda pas à jouir une nouvelle fois.

Mais malgré ce nouvel orgasme,

elle ne pu s'empêcher de lui crier "ne t'arrêtes pas, continue, encore"

Ses mains se crispèrent d'avantage sur ses fesses.

Il accéléra ses mouvements jusqu'aux limites de ses possibilités.

Il la défonçait.

Il ne tarda pas à lui libérer une nouvelle giclée en elle.

Un râle de plaisir sortit de leur bouche.

Elle sentait en elle ce foutre l'inonder.

Et libéra sous cette sensation un nouvel orgasme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lisant son journal, il mangeait ses petits pains et buvait son café, une femme se trouvait la table en face de lui, elle gardait un œil sur sa petite fille, et profitait elle aussi de son petit déjeuné, sa petite fille décida d'aller explorer sa table et commença à venir le dérange dans sa lecture, sa frimousse, jouait à cache-cache avec lui, sa mère amusée les regardait.

Leurs regards amusés se croisèrent. La maman un peu gênée des manières de sa fille demanda de l'excuser. Il n'y répondit rien et continua à jouer avec la petite.

La petite lui annonça qu'après leur déjeuné elles allaient faire des courses dans une galerie situé non loin de là.

Il regarda la maman et lui dit "on va profiter des soldes?"

Elle lui répondit dans l'affirmative, en rougissant.

Peu de temps après, elles prirent congés de lui en lui souhaitant la bonne journée.

Après avoir garé sa voiture, alla s'asseoir à la terrasse d'un café de la galerie.

Installé il se mit à lire un de ses dossiers, sans s'en rendre compte il s'était installé juste en face d'un magasin de lingerie fine.

Plongé dans sa lecture, un petite voie le sorti de ses pensé, "regarde maman, le monsieur de la boulangerie est là".

Il leva la tête et croisa à nouveau son regard, et continua son chemin.

Il la regarda continuer son chemin, ses longs cheveux blonds lui arrivaient presque en bas du dos, elle avait une silhouette élancée, mince, portait des chaussures à talon et une jupe mi cuisse, ainsi qu'un gilet noire.

Quelques pages plus tard la petite voie le sorti à nouveau de ses pensées,

elles étaient à la table en face de lui, à leurs pieds jonchaient une multitude de sacs des différents magasins.

Il ne pu s'empêcher de sourire et de la regarder avec de grands yeux souriants.

Voulant dire, "he ben, les soldes ont été bonnes"…

Il la regarda et lui répondit par un acquiescement la figure rougie comme une petite fille prise sur le fait.

L'air amusé il se replongea dans sa lecture, mais ne pouvait s'empêcher de la regarder.

Elle était entrain de regarder la vitrine du magasin de lingerie.

Et il ne pu s'empêcher de sourire à nouveau.

Leurs boissons terminées, elles se levèrent et se dirigèrent vers le dit magasin.

Il avait quitté sa lecture pour profiter de la scène, elle s'était assurée qu'il la regardait.

Dans le magasin elle demanda conseil à la vendeuse.

Elle demanda à essayer différents modèles tout en les désignant du doigt.

Elle jeta un regard vers lui, amusé, il lui sourit

Et elle disparu un moment dans la cabine d'essayage.

Elle ressortit du magasin sourire aux lèvres comptant un sac de plus.

Et revinrent s'asseoir dans le café, mais la table juste à ses côtés.

Midi était là et commanda un croc monsieur, elles le suivirent dans la commande.

Leur repas se déroula dans la bonne humeur comme avait commencé la journée, l'ambiance étant assurée par l'enfant.

Leur repas terminé elles se levèrent et quittèrent la taverne.

Il leur souhaita une bonne fin de journée.

Peu après leur départ il fit de même et retourna chez lui.

Le lendemain.

Il retourna à la boulangerie déjeuner, il entama son deuxième café, quand un 'bonjour" l'interpella.

Il l'invita à s'asseoir à sa table et appela la serveuse.

Sa commande faite ainsi qu'un nouveau café pour lui, ils commencèrent à discuter,

la petite était restée dormir chez une de ses amies, mais n'ayant pas de pain elle était venu à la boulangerie.

Elle était infirmière et commençait son service dans la soirée.

Elle lui proposa de retourner dans la galerie commerçante de la veille.

Quelques temps plus tard ils se retrouvèrent déambulant dans les allées,

Passant devant le magasin de lingerie, elle ralenti le pas et commença à scruter la vitrine.

Se dirigea vers la porte et y pénétra, ne pouvant que la suivre, il entra dans le magasin avec elle. Elle demanda à la vendeuse d'essayer quelques ensembles qu'elle avait désignés.

Un ensemble noir en soie, un noir transparent, un blanc et un rouge.

Elle entra dans la cabine d'essayage et l'appela quelques instant plus tard, elle était revêtue des dessous rouges, un string en dentelle et un soutien gorge ou le dessous des balconnets étaient en soi et le dessous transparent, ce premier essayage le surprit un peu mais apprécia le spectacle.

Elle fit un tour complet sur elle-même mettant en valeur ses formes, le petit tour terminé il ressorti sa tête de la cabine.

Il fut a nouveau appelé pour apprécier, elle était revêtue d'une guêpière blanche, offrant ses seins son string transparent laissait voire son intimité, il ne manquait que les bas pour que l'ensemble soit complet.

Ressorti de nouveau sa tête de la tenture, maintenant il avait droit à l'ensemble noir transparent, il se retira cinq minutes le temps de demander à la vendeuse si elle avait le porte jarretelles assorti, il revint dans la cabine lui tendant ainsi que le bas.

Elle le rappela pour admirer le complet, refit son tour, qu'il ne pu s'empêcher de demander de renouveler, une fois fait reprit sa place hors de la cabine attendant son signe.

Il passa la tête avant qu'elle ne l'appel et eu droit à la fin de son habillage, elle le regarda et lui disant qu'il n'avait pas le droit tant qu'elle ne l'avait pas appelé. Il ne pu que sourire en la regardant. Elle recommença son petit tour et lui demanda ce qui lui allait le mieux.

Elle savait que sa préférence était pour l'ensemble transparent avec le porte jarretelles, ce qu'il confirma.

Elle le poussa hors du box. En attendant qu'elle se rhabille il alla regarder les étalages.

Il vit la vendeuse ressortir de la cabine avec une boîte et se dirigea vers la caisse.

Il alla la trouver lui demandant si madame avait fait son choix et lui demanda le montant à payer, ce qu'il régla.

Ils quittèrent le magasin et allèrent à la taverne boire un café et manger un morceau.

Se baladèrent encore un moment dans la galerie et rentrèrent chez elle.

La porte d'entrée fermée, leur vestes déposées au porte manteau, il s'approcha d'elle, et la guida jusqu'au mur, l'embrassa, ses mains se posèrent sur ses hanches, la forçant à se rapprocher de lui.

Sa jambe passa entre les siennes, sa jupe le barrant, elle se pressa contre lui, un de ses mains était passé dans son dos, et descendit sur ses fesses, continuant leur baiser langoureux.

D'une main elle le repoussa, interrompant ainsi leur baiser, le mena vers la cuisine en passant par la salle à manger, l'assit sur un des tabourets et lui servit une boisson et vint se coller contre lui, tout en l'embrassant, son bas ventre se colla contre sa cuisse, sa main vint se déposer sur son bas du dos et remonta sous son pull, elle déposa sa main sur sa cuisse et la remonta pour s'arrêter sur son sexe, d'une main plate et souple elle le caressa, étant déjà excité par le spectacle qu'elle lui avait offert, son sexe se durcit d'avantage.

Assurée elle s'écarta de lui en lui déposant un baiser et le quitta pour se rendre dans le couloir, il termina son verre ainsi que sa cigarette et se rendit dans le couloir à sa recherche, une porte était entre ouverte, qu'il poussa de sa main, elle se trouvait devant lui sur le lit, en position à quatre pattes lui offrant en première vue ses superbes fesses arborées du porte jarretelles, ses jambes revêtues des bas noirs étaient terminées par des chaussures à hauts talons.

Il s'approcha d'elle déposant sa bouche sur une de ses fesses, glissant ses mains sur ses fesse et les remontant sur ses hanches, déposant un de se genoux sur le lit avança sa tête vers le bas de son dos, ses mains quittèrent ses hanches pour s'avancer vers son dos, passant sur son ventre et allant jusqu'à ses seins pour s'y arrêter et les englober, sa bouche continuait de l'embrasser.

Il redescendit ses mains ainsi que sa tête vers ses fesses, sa bouche se déposa sur son string et suivi le tissu, jusqu'à sa croupe offerte, sa langue commença à la lécher à travers le fin tissu, ses mains maintenaient ses cuisses et caressaient le tissu noir de ses bas.

Elles remontèrent vers son fessier et écartèrent le fin tissu, lui laissant ainsi sa croupe libre, aux caresses de sa langue, quelques mouvements de sa langue firent gonfler et écarter ses grandes lèvres, qui libérèrent son désir.

De l'extrémité de sa langue il parcourra ses lèvres, jusqu'à son clitoris qui était empli de désir, il continua à la fouiller de sa langue tandis qu'une de ses mains caressait son bouton, ses doux mouvements l'excitait de plus en plus, sa langue était maintenant en elle.

Au rythme de ses vas et viens elle libérait de petits gémissements l'incitant à continuer.

Sa bouche emplie de sa jouissance, sa main quitta sa cuisse, il la pénétra d'un de ses doigts.

Un nouveau râle l'incita à continuer, son doigt humide, la pénétra, doucement joua avec ses grandes lèvres, tandis que son autre main continuait ses douces caresses sur son clitoris.

Ses mains s'agrippèrent aux couvertures, ses bras tendus la pressaient contre sa bouche, le faisant pénétrer plus profondément en elle.

Il laissa son clitoris pour défaire sa ceinture et déboutonner son pantalon, qu'il abaissa, tout en continuant à la caresser de sa langue, sa main tenait son sexe gonflé, il écarta sa figure de son entre, libéra sa main de son clitoris pour se déposer sur sa hanche, il se tenait maintenant sur les genoux derrière elle son membre tendu dans sa main. Il l'a pénétra de l'extrémité de son membre, ce qui provoqua chez elle un nouveau gémissement de plaisir, elle libéra une de ses mains afin d'attraper une de ses fesses le poussant ainsi plus en elle.

Il ne fallu que quelques mouvement pour qu'il soit complètement en elle, ses deux mains étaient sur ses hanches et la maintenaient, sous ses vas et viens elle ne pu que reprendre de ses deux mains les couvertures, de grands mouvement profond en elle, étaient la cadence.

Ses râles de jouissance l'encouragea à accélérer ses vas et viens.

Ses mains maintenant l'agrippaient, la maintenaient, à chaque pénétration elle libérait un gémissement.

Son sexe était mouillé de sa jouissance, elle s'appuyait sur ses bras le forçant à la pénétrer plus profondément encore.

Ils étaient pratiquement tous les deux à cours de souffle, quand elle lui cria qu'elle était entrain de jouir, ce qui provoqua en lui la libération de sa jouissance en elle.

Lui s'agrippant à elle, lui limitant ses mouvements, elle pressant une main contre le mur afin qu'il reste en elle le plus profondément.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelqu'un de bien attentionné m'a conseillé de lire cet texte euh... ce roman !! :bisou:

Je le remercie vivement car c'est un texte que je découvre, j'ai vraiment adoré toute cette aventure Quarlton !!!

Très bien écrit, très bien décrit, les sensations sont à fleur de peau, une sensualité débordante, une douceur à toute épreuve, que d'aventures !!!

Merci beaucoup pour cette agréable, chaude et excitante lecture :wink:

Faut dire qu'avec ce soleil, on se croirait presque au printemps et du coup qq idées me traversent l'esprit et le corps... :bisou:

Encore Bravo Quarlton !!!! Tes textes sont très rares dis moi, c'est dommage :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, merci

pour la suite,

j'y pense ... j'y pense

mais y en a quelques autres en cours la

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très belle et captivante narration Quarlton..

Je veux la suiteeeee pleaseeee :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.