Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

antonvolt

trio dans le métro

Recommended Posts

Ma femme et moi aimons nous caresser dans les lieux publics et plus particulièrement dans les transports. A ce sujet, je fantasme sur une aventure qui pourrait nous arriver dans le métro. Nous serions debout dans une rame bondée. J’ai le dos appuyé sur une barre verticale. Nous sommes face à face. Je caresse négligemment les cuisses de ma femme. Elle me sourit et m’invite à continuer. Je glisse une main sous sa jupe et savoure sa chair nue. Je passe l’autre main dans son dos et la fait redescendre. Je ne peux atteindre ses fesses, car il y a contre elles un obstacle. L’homme derrière ma femme a plaqué son bassin sur ses fesses. Je réalise qu’il est probablement en train de se masturber, la tige dans son sillon culier. Ma femme a fermé les yeux. Elle ondule du bassin. Alors que je suis en train de prendre compte de la charge érotique de la situation, la rame s'arrête. La lumière vacille puis s'éteint. Une voix dans le haut parleur demande de rester calme, tout est sous contrôle.

Tandis que les gens commencent à pester, discuter, spéculer, nous agissons. J’ouvre ma braguette et certain de l’état de ma femme, je glisse ma bite sous sa jupe pour venir la pénétrer. J’entre sans difficulté en elle. Sans s’accorder avec mes va et viens, elle continue d’onduler son bassin à l’attention de l’homme derrière elle. Je passe ma main sur ses fesses et je constate qu’elle masse une bite nue. Je prend ce sexe et je le guide plus bas, vers la chatte que j’occupe. L’homme se laisse faire. Il semble juste hésiter quand son sexe rencontre le mien. Ma femme se dresse sur ses pieds pour nous facilité la tache et bientôt, nos deux queue sont enfoncées dans son minou. Ce que je ne saurait qu’après, c’est que l’homme lui pelotait franchement les seins et lui glissait à l’oreille des compliments sur l’accueil de ses fesses et de sa chatte. Il ne nous a pas fallu longtemps pour jouir dans cette situation, d’autant que la foule autour de nous dans le noir ajoutait au plaisir. Ma femme pousse un cri à peine étouffé. Je me retire ainsi que l’homme. Les sexes viennent tous juste d’être rentrés que la lumière revient. La rame repart. Nous nous embrassons tendrement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.