Aller au contenu

Thé à la menthe à l'AL'CÂLÎN


Stairway_to_Heaven
  • Résumé ou 1er Paragraphe:

    Je ne puis m’empêcher de vous faire partager ce petit courriel que je viens de recevoir et que j’ai évidemment rendu anonyme.

    Il rapporte une "Premiere fois" dans un Hammam coquin de Marseille....

« Salut Najah,

Tout compte fait, j’ai suivi ton conseil et je me suis rendu avec Virginie au nouvel Hammam « mixte » de Marseille. En fait, j’appréhendais un peu d’y aller avec Virginie car comme tu le sais déjà, je ne me considère pas comme une dévergondée. J’ai eu très peu d’hommes dans ma vie et jusqu’à présent j’estimais que ce que me faisait mon mari me suffisait. Mais je dois bien avouer que Virginie plante en moi les graines de la coquinerie. Quand je l’ai appelé pour aller au hammam, j’étais toute rouge mais je savais que l’idée lui plairait. Alors jeudi on s’est lancées.

En entrant je me suis sentie transportée aux portes de l’Orient. J’avais déjà ressenti ça en allant à la mosquée de Paris, prendre un thé quand j’étais étudiante. Mais là, avec le soleil de Marseille, j’étais vraiment dans un autre temps. D’un panoramique, j’ai observé les hommes présents. J’imaginais déjà que l’un d’eux allez peut-être devenir mon amant d’un instant… Deux marins en uniforme étaient attablés en face de nous. Probablement, fraîchement débarqués du navire de guerre américain qui venait d’arriver. Hummm et si c’était l’un deux qui allait me chatouiller… eheheheheh.

En lisant la carte, j’ai compris pourquoi le lieu s’appelait l’Al Calîn. Ton explication était un peu trop technique mon cher Najah, certes c’est bien du CF4O3 mais tu ne pouvais pas me dire tout simplement que ce gaz de couleur rose était inodore et non toxique. Apparemment la nouveauté c’est que suivant la teneur en oxygène, on peut régler l’altitude de la fumée. Mais là je deviens aussi technique que toi, j’en viens au cœur de ce que j’ai vécu :

Sur la carte, Virginie et moi décidons de prendre la formule à 9.50€ qui comprend un thé à la menthe, des petits gâteaux tunisien et le buffet de Calîns. Le serveur nous dirige alors vers un corridor qui débouche sur deux portes où sont inscrit en lettres calligraphiées, sur l’une le mot « Offrir » et sur l’autre « Recevoir ». Virginie et moi nous sommes regardées d’un air complice et en belles égoïstes, nous avons choisi la porte « Recevoir ». Un vestiaire nous permet de changer nos habits du bas et d’enfiler une sorte de robe comme celles des Derviche Tourneurs mais sans le pantalon ! lol A notre disposition aussi, des Loups et des Masques Vénitiens. J’ai opté pour le masque car je n’avais vraiment pas envie qu’on me reconnaisse dans la rue, hehehe…

Au fur et à mesure que je m’habillais, la tension montait et je me demandais ce que je faisais là et si c’était vraiment bien raisonnable pour une mère de famille comme moi. Les rires et sourires de Virginie m’ont vraiment aidé à me décontracter. Nous sommes alors entrées dans cette ancienne salle de hammam. C’était impressionnant. Je n’avais jamais rien vu de tel, comme dans les spectacles à gros budget ou dans certaines boîtes, le gaz appelé Calîn tapissait le sol à hauteur de la taille. D’après ce que j’ai pu comprendre, il ne faisait que 5 ou 6 cm d’épaisseur, juste de quoi ne rien voir en dessous de la taille. Les lumières tamisées et la musique un peu planante avec des violons à l’oriental parachevaient une ambiance propice à la détente. Un serveur nous ouvrit le chemin et nous menât à une table haute où thé et pâtisseries nous attendaient. J’eus un moment une petite angoisse puisqu’en fait, chaque table était individuelle et j’ai donc été séparée de Virginie qui s’éloignât vers le bout de la salle. Je ne savais ce qui allait se passer…

Alors que je portais ma tasse de thé sur le bout des lèvres, je sentis à mes chevilles une main me caresser. Ce premier contact, j’en frémis encore. D’autant que je ne m’étais pas aperçu qu’autour de moi, gémissaient des jeunes filles et surtout des moins jeunes. Ces échos de plaisir auquel je ne pouvais associer que des masques plutôt que des visages participèrent au début d’excitation que je ressentais avec cette main qui se glissait le long de mon tibia puis maintenant vers l’intérieur de ma cuisse. La main me semblait virile mais pas trop calleuse. Elle restait agréable au toucher. Je m’attendais à ce qu’elle aille jusqu’en haut de mon entrejambe, pourtant c’est une chevelure soyeuse qui vint se loger entre mes cuisses. Comme on me l’incitait, je décidai d’écarter le plus possible mes jambes. Je me reposais un peu sur cette table qui était encore parsemée et parfumée des pâtisseries que je n’avais pas eu le temps de manger. Alors me dis-je, pourquoi ne pas combiner tous les plaisirs ? Je mis en bouche l’un de ces délices tunisiens qui est un affront à tous les diététiciens. A cet instant, une langue parcourra cette petite culotte que je m’étais refusé à enlever dans le vestiaire. Je la mis alors immédiatement dans une humidité que je ne pensais pas avoir si rapidement. Allez, que je sois confortable, je vais glisser ma culotte et je pourrai alors offrir à cette inconnue mon petit minou bien taillé mais pas complètement rasé…

Je m’apprêtais à faire glisser ma culotte quand les deux mains du monsieur m’en empêchèrent. Le coquin voulait me « travailler » à travers le tissu. D’abord un peu frustré, j’ai trouvé ça fort excitant, d’autant que je ressenti ses dents me mordiller légèrement la petite excroissance qui bombait le tissu. Je priai pour qu’il ne soit pas l’une de ces brutes qui pensent que la morsure est excitante pour les femmes. Je fus exaucée, son mordillement, bien dosé me fis venir rapidement. Oui, moi aussi comme celles qui m’entouraient je haletais et me lâchait pleinement dans le cri de l’anonymat. Soudain, près de moi, une de mes comparse du moment renversât dans l’émoi, son thé sur son partenaire souterrain : « Bloody fucking bitch ! » tonna une voix manifestement américaine… lol.

Mon inconnu, lui, se retirât. Je recherchai alors du regard ma petite Virginie qui a dû faire partie de ces gémissements qui traversaient toute la salle. Ne la voyant pas, je m’apprêtais à repartir dans le café « normal » quand là encore, une main se faufila sur le bas de mon corps. J’avais eu ce que je voulais, pour moi c’était fini alors je me suis baissée pour retirer cette main et m’en débarrasser. Mais cette main là, n’était plus une main d’homme ou du moins l’imaginais-je.

Tu sais Najah, je ne me suis jamais fait toucher par une femme. A priori, je suis hétéro 100% pourtant je fus prise d’une fulgurante envie de m’offrir à une inconnue. Quelle douceur que cette peau contre la mienne, quel soyeux, loin des muscles d’un travailleur. Pourtant la coquine fut très vite entreprenante, et ma culotte glissât sans même que je pus m’y opposer. Une langue toute douce et toute fine parcourra mon entrecuisse. J’avais hâte qu’elle arrive à destination et en même temps j’aurais voulu suspendre cet instant. Quand elle effleurât l’arrondi de mes lèvres gonflées, je crus défaillir. Je me cambrai pour bien lui ouvrir mon petit coquillage qui recelait d’une perle de plus en plus grosse…Comme une petite écope, elle se délecta de vider méticuleusement la cyprine qui me faisait sombrer…

Pauvre elle ! Si son dessein était de m’assécher, elle n’arriverait jamais à ses fins. Vaincue par mes flots grossissants, elle n’abdiqua pas pour autant. Puisque la brèche était là, il fallait la colmater. Aussi fine fut-elle, sa langue épousât les formes de mon entrée et s’immisçait pour fouiller chacune des parois de mon antre. Je crispai alors mes mains sur la table et me disait qu’aucun homme ne m’avait fait ressentir autant de voluptés menant à la défaillance. Simultanément ses doigts se faufilaient le long de mes fesses. L’un d’entre eux me massait très délicatement ma petite rosette que j’interdisais pourtant à mon mari. Je voyais bien où allait mener ce petit massage culier. Mais sa langue en moi était comme une clé qui déverrouillât une serrure que je pensais à jamais rouillée. Quand elle s’invitât avec une phalange, lentement en moi, j’hésitai entre la honte et la joie de ressentir de bien nouvelles choses dans ce domaine. A la deuxième phalange et quand elle basculât sa langue vers mon clito, je jouis tellement fort que je crois lui avoir inondé tout le visage. Sa succion du clito me maintenue sur un plateau pendant de longues secondes encore, j’étais sur le bord de m’évanouir. Quand je repris mes esprits, la belle avait disparue.

Dans le vestiaire, je me rhabillai, honteuse mais heureuse. Je m’inquiétais de ne plus voir les affaires de Virginie. M’avait-elle lâchée ? Non, ma petite Virginie m’attendait sagement dans la salle du café. On s’est regardée, nos yeux complices s’échangeait un « et alors ? » qui nous fit éclater de rire, un peu comme pour cacher notre gène.

Dans la voiture, je lui ai quand même demandé pourquoi elle était partie si vite. Elle me dit alors avoir été dans le salon « Offrir ». De s’être elle-même glisser à quatre pattes et avoir été inondée d’un vit pourtant très, très, très petit. Je ne lui demandai pas les détails de peur qu’elle me demande la même chose. Malgré mes grandes lignes, elle comprit que cette expérience fut l’une des plus fortes de mes dernières années.

La seule ombre au tableau était que du coup j’avais perdu ma petite culotte d’un ensemble que j’avais payé fort cher. J’étais un peu irritée de cet aléa. Mais il se faisait tard, je déposais Virginie rapidement pour aller chercher mes enfants à l’école. A notre retour à la maison, je décidai de vider mon sac pour que Robert ne trouve pas le ticket de carte bleue du hammam « Al Calîns ». Là, je fus pris d’un soudain rougissement suivi, probablement, d’une étincelle dans mes yeux. Je ne sais comment ou plutôt je le devine fortement, j’avais retrouvé ma petite culotte dans mon sac à main…

En me reconnectant au chat du Forum-Intme, Virginie m’avoua que mon clito était quand même très, très gros… ;-)

Encore merci pour cette adresse pleine d’Adresses.

Bisous, ta petite Sylvie ;-) »


  • Like 4
  Signaler Contenu


Retour utilisateur

Commentaires recommandés

Invité Vénézia

Posté(e)

Agréable récit de cette "aventure" au Hammam...Excitant et ponctué d'un peu d'humour!

J'ai apprécié sa lecture!Merci.

Vénézia

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites


Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.