Aller au contenu

zeb67
  • Résumé ou 1er Paragraphe:

    Il y a des jours où tout vous sourit, où ces rencontres que l'on vit que dans nos fantasmes se produisent......

C'est par une belle journée de printemps, les premières journées ou le soleil commence à réchauffer les corps, les filles commencent à s'habiller avec de jolis décolleté et des jupes qui raccourcissent. Je me baladais sans but précis, juste pour profiter de cette journée, je marchais dans la forêt profitant de la tranquillité des lieux et de la nature. J'étais bien et j'étais seul, mes pensées pour seul compagnie.

Au détour du chemin j'aperçus au loin une silhouette, une personne faisant certainement son jogging, de part sa tenue vestimentaire je pensais que c'était une femme. Elle était vêtue d'une débardeur blanc et d'un tout petit short rose c'est tout ce que je pouvais distinguer à cette distance. Je la regardais se diriger vers moi en essayant d'observer plus de détails. Je me suis aperçu tout d'abord qu'elle était brune, avait les cheveux courts et n'était pas très grande mais je n'étais toujours pas sûr que cette personne soit du beau sexe, les préjugées vous jouent des fois des tours, short rose = femme, rien n'est moins sûr.

Quand elle fût à une distance raisonnable, je suis d'abord frapper par sa poitrine, lourde et généreuse comme je les adore, le débardeur semble trop petit pour cacher cette superbe poitrine, le balancement de ses seins est un doux ballet que je ne peux pas m'empêcher de fixer. Le soutien gorge renforcé que portent les sportives et qui écrase les petits seins n'est pas capable de bloquer suffisamment le balancement. C'est vraiment très joli et comme la plupart des hommes, je me mets à essayer de deviner son tour de poitrine, elle est pas très épaisse donc 90 maxi 95 par contre pour les bonnets c'est au minimum du " C " mais je décide que c'est du " D ". Oui sur minimum un " D ".....

Je suis maintenant assez prêt pour voir plus de détails, tout d'abord son visage plutôt rond, des yeux bien ronds aussi, les joues rosées dû à l'effort, maquillée légèrement mais je remarque ses lèvres relevées par un rouge-à-lèvres d'un rouge flamboyant.

Son visage est très agréable mais je m'attarde pas, elle ne court pas très vite mais quand même je veux avoir le temps de plus la mater et mon regard se porte naturellement sur son petit short rose moulant. Il est très, très court, il est tellement moulant qu'il dessine parfaitement son entre-jambe. On peut sans mal deviner la forme de ses grandes lèvres et surtout l'épaisseur grâce au fait qu'il soit très moulant et qu'il dessine parfaitement la raie séparant ses grandes lèvres. Ses jambes sont musclées comme quelqu'un qui court régulièrement. C'est ce que j'appelle une belle femme, la quarantaine avec de belles formes, tout ce qu'il faut ou il faut et j'adore ce tableau.

Arrivée à ma hauteur, elle me sourit et je lui rends son sourire, je pense qu'elle a dû s'apercevoir de mon regard appuyé sur tout son corps et qu'elle doit être satisfaite de la tête de contentement que je dois avoir. Elle transpire et lorsqu'elle me croise, mes narines sont affolées par le mélange de son parfum, N°5 de chez " CHANEL " je connais bien, et son odeur corporelle. Je dois reconnaître que tout cela commence à me mettre en émoi.

Une fois dépassé, comme tout les hommes quand le devant vous plaît il est impossible de ne pas regarder le derrière. Je me retourne donc et le tableau est tout aussi magnifique, je m'arrête totalement de marcher. Le regard ne traîne pas et va tout naturellement à l'essentiel, son cul.

Et là, je ne trouve pas de qualificatifs assez fort pour vous décrire l'image que j'en garde. Ce qui se passe devant avec ce short moulant se passe aussi derrière. Il dessine parfaitement la raie de ses fesses qui sépare deux globes d'une rondeur parfaite. De plus sa cambrure est superbe et quand vous regardez ce fessier, vous avez l'impression qu'il vous supplie de le caresser. C'est comme si ce short était une deuxième peau et que je la voyais nue. J'ai même pensé que sous ce short il n'y avait pas de culotte, cela devait être un short slip comme il en existe, j'étais catégorique et sûr de moi.

Je la regardais s'éloigner et j'étais très heureux d'avoir eu cet instant magnifique et merveilleux.

Que c'est beau une femme......

Je reprends donc ma marche non sans avoir quelques pensées osées, je dois le reconnaître, A peine je m'étais retourné que j'entends un bruit sourd suivi d'un cri strident. Je me retourne et je l'aperçois couchée sur le sol. Je me précipite vers elle. Arrivée à sa hauteur, je vois qu'elle se tient la cheville et une larme s'écoule de son oeil, elle s'est vraiment fait mal. Je lui demande ce qui s'est passé.

D'une voix chancelante elle me désigne une racine d'arbre qui traverse le chemin et qu'elle n'a pas vu et me dit qu'elle s'est tordue la cheville, elle a ressenti une vive douleur. Je me baisse et examine de plus prêt sa cheville pour voir si elle avait enflée. Je dois avouer que j'en profite pour regarder aussi son entrejambe qui se trouve sous mes yeux du fait qu'elle a une jambe tendue et l'autre légèrement repliée mais les cuisses largement écartées. Je lui dit d'attendre un petit moment pour se relever afin de vérifier si sa cheville enfle ou pas. elle acquiesce. Nous en profitons pour échanger quelques banalités et moi pour la déshabiller plus profondément du regard. Quelques gouttes de sueurs sur le front, les yeux soulignés d'un léger trait noir, toujours cette bouche mise en évidence par ce rouge, ce décolleté impressionnant que je surplombe et qu'il me laisse voir une

bonne partie de sa gorge séparant ses deux seins. Elle est vraiment très belle. Au bout d'un instant, je prends sa jambe meurtrie pour vérifier l'état de sa cheville. Elle a la peau très douce, une main sous son mollet pour tenir sa jambe et l'autre qui baisse sa mini-chaussette pour mieux me rendre compte. Je lui demande si ça va, si elle ne ressent pas de lancers, elle me répond que la douleur s'estompe, je décide donc de lui retirer la Tennis et la chaussette. Joli pied, ongles ornés d'un rouge comme ceux de ses mains. Je manipule très doucement cette cheville blessée pour voir si tout va bien, elle ne se plaint pas donc nous en concluons que c'est juste une petite torsion. Je lui remets chaussette et chaussure puis je l'aide à se lever. Elle boîte un peu donc je la

soutiens en passant son bras sur mes épaules et en la tenant par la taille. A ce rythme là, il nous faut 20 bonnes minutes pour rejoindre sa voiture garée à l'orée du bois. Pendant tout ce temps je suis envahi par ses effluves corporelles qui je reconnais ne me laissent pas indifférent. Ma main sur sa taille descend sur sa hanche ou remonte jusqu'à la naissance de son sein suivant le déhancher de notre marche. J'ai des frissons dans le caleçon qui ne trompent pas, mon sexe est en train de se réveiller.

Étant vêtu d'un bermuda seulement, mon érection naissante commence à se voir.

" Vous êtes garée où exactement " lui demandais-je

" Je me suis mise là à entrée du petit chemin derrière ce bosquet "

Arrivée à la voiture, je l'assois sur le capot, lui demande la clé pour ouvrir la voiture et je me prépare à prendre congé d'elle non sans lui avoir demandé si elle pouvais conduire et l'avoir assise dans la voiture.

" non ça va aller, vous êtes très gentil, je peux rentrer merci"

Je me tiens dans l'ouverture de la portière et forcément une fois installée, elle a son visage à hauteur de mon sexe, elle s'aperçoit de l'état dans lequel je suis, elle esquisse un sourire et sans rien dire, saisi mon sexe pour lui prodiguer les premières caresses.

Là je dois dire que je suis aux anges, elle sort mon sexe de mon caleçon, me regarde droit dans les yeux et plonge sa tête sur ma bite. Elle commence alors une superbe fellation, sa langue glisse le long de ma verge, s'appliquant à ne pas oublier le moindre centimètre, puis elle enserre le gland, court sur le frein, je bande comme un fou, elle me prend à pleine bouche et de sa main coulisse le long de ma bite en variant la pression exercée, elle est très adroite et je sent l'expérience et le plaisir qu'elle prend à me prodiguer cette caresse.

Pendant ce temps je ne reste pas inactif, je dégrafe son soutien-gorge et libère sa poitrine opulente. Enlève son débardeur et titille ses mamelons pour les faire durcir au maximum, sa respiration exprime son désir qui augmente au fur et à mesure. Ses seins sont maintenant très durs, ils sont vraiment magnifiques et très arrogants avec ces tétons tous dressés. Elle s'active de plus en plus, sa main libre caresse mes fesses, mes bourses, s'insinue dans ma raie et frôle mon anus, ce qui a pour conséquence de m'arracher des cris que je ne peux contrôler. Elle est parfaitement consciente que je vais bientôt exploser ce qui décuple son excitation. Elle aspire mon gland comme une damné, une main sur ma hampe et l'autre sur mes fesses, je n'en peux plus.

Je l'avertis que je vais jouir, elle sourit, même avec ma bite dans la bouche, puis au moment suprême, la dirige sur ses seins, que j'inonde de longs jets de sperme. Une fois fini, elle me reprend en bouche et d'une main étale le sperme sur tout son buste.

Je décide de la sortir du véhicule, j'ai très envie de lui rendre sa caresse, de goûter à son nectar intime et de l'entendre prendre son pied. Elle se laisse faire et je la couche sur le capot de la voiture, lui retire son short moulant, non sans mal. Je prend le temps d'admirer cette vulve qui m'est offerte, j'avais bien raison pas de culotte et une toison limitée à son stricte minimum. Ses grandes lèvres sont déjà largements ouvertes et un peu de cyprine s'écoule de son vagin, preuve qu'elle a pris elle aussi du plaisir à me faire cette fellation. Ses lèvres sont larges et son clitoris encore dans son fourreau. Je l'embrasse à pleine bouche et mes mains partent à l'aventure

entre ses seins encore tous gluant de mon sperme et son joli puits d'amour.

Lorsque mes doigts glissent le long de sa fente et sortent son petit bouton, les premiers cris sortent de sa bouche. Je sent qu'il est temps de lui donner plus et je lâche sa bouche pour descendre vers son mont de Vénus. Au passage je m'occupe évidemment de sa poitrine que je flâte de mes lèvres et de ma langue. Sa transpiration, son parfum, mon sperme, tout cela mélangé donne une saveur très agréable et très excitantes. Arrivé on contacte de sa vulve, ma langue s'active de suite et redessine entièrement le contour de son sexe, ses grandes lèvres puis les petites puis l'entrée de son vagin puis retour sur son petit bouton qui maintenant n'est plus si petit que ça. J'attrape ses jambes qui étaient pendantes dans le vide et les pose sur mes épaules ce qui a l'avantage de remonter son bassin et de dégager son petit trou. J'en profite donc pour ne pas l'oublier et ma langue vient le saluer comme il se doit ce qui provoque chez elle un cri d'approbation. Sa respiration est de plus en plus saccadée et ses mains appuient de plus en plus fort sur ma tête, comme pour m'empêcher de fuir.

Elle est prête à jouir, mes doigts se joignent à ma langue pour la combler un peu plus, j'aspire son clito puis le relâche, ma langue le secoue de gauche à droite, de haut en bas, deux de mes doigts s'occupent de fouiller son intimité avec des va et vient d'abord d'une lenteur extrême puis s'activent de plus en plus quand à mon autre main, je l'occupe à l'entrée de son anus, en l'effleurant, en y pénétrant juste le bout d'un doigt, sans forcer. Maintenant elle gigote dans tous les sens, elle ne tient plus en place, elle accompagne les va et vient de mes doigts, ce qui fait aussi pénétrer mon doigt dans son anus à chaque fois qu'elle pousse.

Ma tête est prise dans l'étau de ses mains, ses cris sont de plus en plus rapprochés et dans un dernier sursaut, ses fesses se décollent du capot de la voiture pour venir se coller plus fort encore à mes lèvres, à ma langue et que les pénétrations soient plus profondes. Elle explose dans ma bouche, sa cyprine a un goût sublime et s'écoule généreusement dans ma gorge puis elle s'écroule sur le capot repus de plaisirs.

Je me redresse et la regarde droit dans les yeux, elle me sourit, elle est vraiment encore plus belle après l'orgasme. Depuis le début, pas un mot n'était sorti de nos bouches que des cris et des bruits et la elle me dit qu'elle a beaucoup apprécié et que cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas joui de la sorte à cause de son célibat. Elle regarde ma bite qui a repris du volume grâce à son orgasme pose sa main dessus avec beaucoup de délicatesse, de douceurs, d'envie et me demande si j'ai ce qu'il faut pour continuer.

Malheureusement pour moi, pas de préservatifs sous la main, elle non plus, nous nous embrassons fougueusement comme des ados mais notre frustration à tout les deux est palpable

Nous échangeons nos numéro de téléphone avec la ferme intention de recommencer depuis le début et de finir en apothéose.

Cela fera donc l'objet d'un prochain récit si mon histoire vous à plu.........


  • Like 3
  Signaler Contenu


Retour utilisateur

Commentaires recommandés

Invité coquinou333

Posté(e)

Vraiment genial j'ai haye de connaitre la suite!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites


Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.