Aller au contenu

Ladyvine
  • Résumé ou 1er Paragraphe:

    Il me tarde de retrouver un certain jeune homme, et de tester avec lui mes achats coquins.

    Voici comment j'imagine la soirée...

Il toque à ma porte vers 23h20. Je me demande comment il a pu entrer dans la résidence, et souris à l'idée qu'il a du encore une fois préférer attendre dans la rue qu'un voisin entre plutôt que de sonner à l'interphone. Ne pas me laisser le temps de m'habiller décemment pendant qu'il monte les escaliers semble valoir la peine d'attendre un quart d'heure dehors.

Je saute hors de mon lit, enfile ma petite robe noire pour ne pas ouvrir nue, et jette un œil par le judas. C'est bien lui, tout sourire. Durant notre dernière soirée, il avait justifié son manque d'endurance en prétextant que je l'avais "trop chauffé". Il ne s'attendait pas à ce que je lui réponde que la prochaine fois on le ferait sans préliminaire.

Je déverrouille la porte et lui ouvre avec entrain :

« Hello !

- Hello, tu vas bien ?

- Impec, et toi ?

- Impecable, impecable...

- Super. Enlève tes vêtements. »

Il me fait un large sourire malicieux et commence à se déshabiller. Son corps musclé et métis se dévoile peu à peu, mais je me garde bien de l'aider pour ne pas le "chauffer", n'est ce pas. Je me contente de le regarder, et de laisser tomber ma robe. Une fois nu, il est visible qu'il est aussi excité que moi. Je lui mets un préservatif en me retenant de caresser son membre bandé. Il semble attendre un geste de ma part, étonné sans doute par ma retenue inhabituelle. J'hésite entre le prendre contre le mur ou lui dire simplement « quand tu veux. » La deuxième option pouvant le décontenancer, le laisser croire que je ne suis pas d'humeur coquine, je choisis la première afin de lui montrer combien ces deux mois sans lui ont été longs. Et je le prends contre le mur, ce qu'il semble apprécier grandement.

Au bout d'un moment, il m'attrape par la taille et tente de me faire pivoter pour que j'atterrisse sur le lit. Pas si vite, garçon : perso je préfère rester debout. Faisant mine qu'on ne s'est pas compris, je me retourne façe au mur, et me cambre légèrement, sachant combien il aime me prendre par derrière. En effet, il adore : il gémit légèrement, glissant en moi et me massant les seins. Ah, on dirait qu'il vient. Comme quoi ça vient pas de moi, son manque d'endurance.

Nous allongeant sur le lit en attendant la revanche, on commence à discuter sur ce qu'on a fait de beau pendant ces deux mois. Après lui avoir raconté mon stage, je lui propose un massage. Il s'allonge sur le ventre, se calant avec un oreiller, pendant que je m'assieds sur ses fesses. Je saisis la bougie sur ma table de chevet, la soufflant pour l'éteindre. Je l'approche de ton visage : « tu aimes l'odeur ? » Il avance son nez et reconnaît la vanille. Je verse alors un peu de cire dans le creux de ma main pendant qu'il s'inquiète : « tu fais quoi, là ?

- C'est fait pour, c'est une bougie de massage. L'huile est tiède. J'ai acheté ça sur Paris. »

Tout en lui racontant l'intérieur du love shop, les produits et les clients, je commence le massage. L'huile glisse sur son dos, et j'ai un petit regret sur le fait que la vanille masque la senteur naturelle de sa peau. Pour jouer, je mets un peu d'huile sur son tatouage, et lui contracte son biceps pour la faire dégouliner. Je me dis que j'aurais du mettre quelque chose pour ne pas huiler mon couvre-lit, mais me reconcentre bien vite sur ma tâche. Je lui masse les épaules, le dos, les fesses, et attends fébrilement qu'il soit prêt à recommencer nos ébats. J'insiste sur les fesses.

Il semble à nouveau d'humeur câline, je lui enlève l'huile avec le matériel sur ma table de chevet, et nous échangeons nos places. Sur moi, il commence à me doigter, à me sucer les seins, et je décolle peu à peu. C'est drôle comment certains hommes réussissent à me donner le tournis. Ma tête chavire, je me sens partir... et je jouis.

Je le regarde déposer quelques gouttes d'huile sur mes seins : « c'est dommage qu'on ne puisse pas la manger ». Je souris : « tiens au fait, tu veux essayer quelque chose d'autre que j'ai acheté à Paris ? » Il semble réfléchir un instant, puis je vois dans ses yeux une lueur m'indiquer qu'il se rappelle du crayon au chocolat. Je le cherche dans le tiroir de ma table de chevet, puis lui donne : « fais-en bon usage ! ».

Il teste le crayon sur ses doigts, goûte, et s'étonne « ça ressemble aux chocolats de Noël ! ». Ne sachant que répondre, mais contente que le goût lui plaise, je réplique « ho ! ho ! ho ! Bon appétit mon petit ! ». Lui, bonne pâte, rit doucement pendant que je réprimande mentalement ma bouche qui laisse sortir n'importe quelle connerie. Mon agacement s'estompe bien vite cependant quand il commence à encercler mes seins de chocolat, puis entreprend de dessiner deux spirales jusqu'aux pointes. Il les lèche en plusieurs fois, puis me demande quelles formes me feraient plaisir. Prise au dépourvu une nouvelle fois, je décide cette fois par sécurité d'utiliser les mots d'un autre : « surprends-moi... »


  • Like 1
  Signaler Contenu


Retour utilisateur

Commentaires recommandés

Invité Klenack

Posté(e)

très sympa ... et tu écris très bien

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites


Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.