Aller au contenu

Ma collègue Véronique


Hank Moody
  • Résumé ou 1er Paragraphe:

    Je travaille avec Véro depuis de nombreuses années. Elle a dix ans de plus que moi (46). Petit brin de fille dynamique et pétillante elle adore se mettre en valeur, se mettre en avant et elle apprécie les regards de ses plus jeunes collègues sur ses formes encore parfaitement conservées.

    L’occasion se présenta à un moment où je ne m’y attendais le moins....

Je travaille avec Véro depuis de nombreuses années. Elle a dix ans de plus que moi (46). Petit brin de fille dynamique et pétillante elle adore se mettre en valeur, se mettre en avant et elle apprécie les regards de ses plus jeunes collègues sur ses formes encore parfaitement conservées.

De taille moyenne elle a de beaux yeux avec un regard félin, des petits seins (85B) qui malgré son âge sont encore bien fermes. Elle pourrait d’ailleurs parfaitement se passer de soutien-gorge mais la coquine aime les dessous qui la mette en valeur. Elle a un cul splendide et elle le sait. Elle n’hésite d’ailleurs pas à le mettre en valeur avec des jeans moulant ou des petites robes bien courtes.

D’un tempérament fougueux, bien qu’elle dise s’être calmée, elle aime beaucoup parler de sexe sans détours. J’ai eu avec elle de nombreuses conversations très chaudes.

Lors de quelques soupers avec les collègues et l’alcool aidant nos corps se sont plus d’une fois rapprochés. Il y a d’abord eu une danse lascive en Turquie où la belle frottait son cul contre ma queue et lors de laquelle j’ai eu du mal à cacher mon érection. Ce soir-là j’aurais pu aller plus loin avec elle car elle m’a clairement fait comprendre qu’elle aurait bien voulu rentrer à l’hôtel avec moi. Je me suis dégonflé par peur de ne pas assurer vu la quantité abondante d’alcool que j’avais ingurgité. Quelques temps après je la découvrais enrouler avec un autre collègue, à ma grande surprise. J’avoue avoir également éprouvé une pointe de jalousie.

Lors d’autres soirées nous avons échangé quelques baisers où Véro me faisait découvrir son expérience du baiser lorsque sa langue experte s’enroulait autour de la mienne. Bien entendu j’accompagnais ses quelques rapprochement de caresses sur son cul d’enfer qui me faisait tant envie. J’ai également eu la chance d’envelopper ses petits seins qui recouvraient parfaitement mes mains. Cela n’a jamais été vraiment plus loin si ce n’est un soir où lors d’un baiser sa main a plongé dans la poche de mon pantalon pour venir enserrer ma virilité au garde à vous. Bref rien de terrible mais ces quelques moments d’intimité m’avaient à chaque fois donné envie de la baiser.

L’occasion se présenta à un moment où je ne m’y attendais le moins. Véro et moi avions beaucoup de travail ce jour-là et nous nous sommes retrouvés seuls au bureau.

Il est temps de fermer. Elle est habillée d’une robe courte grise qui enserre sa poitrine et met en valeur son joli cul. Il fait chaud et elle n’a pas mis de bas. Comme à mon habitude je lui lance des petites phrases dans le but de l’allumer et à mon grand étonnement elle répond positivement.

  • Dis, Véro, comme on est à deux ce serait l’occasion d’un peu s’amuser.
  • Cela dépend ce que tu entends pas t’amuser ?
  • Tu n’as jamais voulu faire l’amour dans le bureau du patron ?
  • C’est vrai que cela m’exciterait pas mal mais honnêtement je ne crois pas que tu saurais assumer.
  • Il n’y a qu’une façon de le vérifier. Vient

Je la prends par la main, monte à l’étage et rentre dans le bureau du patron. Elle rigole en me suivant. Elle me regarde en souriant et me dit :

  • Bon alors et maintenant ?
  • Viens par ici ma coquine

Je l’attrape par la taille et la rapproche de moi. Elle se laisse faire. La situation commence à pas mal m’exciter et je sens déjà poindre un début d’érection. Je l’embrase dans le coup. Ma main descend le long de son dos pour terminer sur son magnifique cul. Il s’en suit quelques secondes qui paraissent une éternité où nos regards se croisent. Elle s’amuse en voyant le trouble qu’elle provoque chez moi. Nos visages se rapprochent et nos bouches s’unissent pour un long baiser très sensuel. Elle glisse son genou entre mes jambes et comme à doucement le frotter contre ma queue maintenant en pleine érection. C’est qu’elle sait y faire pour exciter un homme la diablesse.

Ni une ni deux je place mes deux mains sous la fine étoffe de sa robe et lui empoigne fermement les fesses. Je ne suis pas étonné de tombé directement en contact avec sa peau. Je sais que Véro ne met pratiquement que des strings et la fine dentelle que je sens entre ses fesses me montre que je ne me suis pas trompé. Quel bonheur d’enfin pouvoir palper se magnifique cul sur lequel j’ai tant fantasmé. Quelle fermeté, quelle rondeur !

Véro n’est pas en reste. Sa main vient se poser sur la protubérance enfermée dans mon jeans et elle commence à me caresser avec un petit regard de défi. Nous n’avons toujours pas prononcé le moindre mot.

  • Dis donc tu as envie que les choses sérieuses commencent visiblement ?
  • A voir la bosse dans ton pantalon tu en as également envie.

J’attrape la base de sa robe et d’une geste je la lui fais passer au-dessus de la tête. Véro ne porte plus que son string et un soutien-gorge assorti en dentelle rouge. Je prends un peu de distance pour pouvoir admirer son corps. La belle s’approche lentement de moi et défait les boutons de ma chemise en me regardant dans les yeux. Mes mains flattent ses fesses. Une fois la chemise retirée j’attrape les fesses de Véro, la soulève et vient la coucher sur la petite table de réunion. Elle relève les cuisses et écarte légèrement ses jambes. Mes mains glissent le long de ses cuisses. Elle ferme les yeux et je sens un frisson parcourir son corps. Je m’attarde sur le haut de ses cuisses là où la peau d’une femme est d’une douceur extrême. Elle pousse un soupir de plaisir et écarte un peu plus les cuisses m’invitant à poursuivre mes caresses. Je glisse mes mains sous ses fesses et d’un geste lui retire son string devenu inutile. Sa petite chatte est parfaitement taillée. Ma bouche a remplacé mes mains et je prends soin de remonter lentement depuis sa cheville vers son mon de vénus. Je remarque que sa chatte est déjà bien humide mais je décide de prendre mon temps. Mes mains écartent doucement ses petites lèvres et ma langue commence à titiller son clitoris. Elle cambre légèrement le dos et respire de plus en plus fort. La caresse lui fait de l’effet. Elle attrape ma tête, la colle contre sa chatte et se met à remuer le bassin. Ses mains caressent ses seins qu’elle a sortis de leur écrin. Son souffle s’accélère de plus en plus. Le ballet de ma langue sur son clitoris continue. Par moment je descends lui titiller la rondelle. Elle soupire de plaisir. Mes doigts rejoignent ma langue et bientôt un puis deux doigts s’enfoncent au plus profond de sa chatte. Elle attrape à nouveau ma tête et la colle contre sa chatte. Elle se cambre une dernière fois et se met à jouir intensément.

Après avoir repris ses esprits je m’approche d’elle et l’embrasse avec fougue pour lui faire goûter le jus provenant de son fruit. Elle s’assied sur la table me sourit et me lance

  • Et bien dis donc si j’avais su que ta langue était aussi experte je t’aurais laissé t’occuper de moi il y a longtemps.
  • Et bien oui, je t’ai toujours dit que le plaisir de l’autre passait avant le mien
  • C’est à moi maintenant de te donner du plaisir.

Son regard coquin glisse immédiatement vers la bosse formée dans mon pantalon…

La suite plus tard… si ça vous intéresse ?


  • Like 5
  Signaler Contenu


Retour utilisateur

Commentaires recommandés



Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.