Aller au contenu

brem63
  • Résumé ou 1er Paragraphe:

    Je m'appelle David, j'ai 48 ans, et je vais vous raconter la merveilleuse qui me permit de me découvrir sexuellement et me changea pour la vie.

Cette aventure a m’est arrivée en 1984, j'avais alors 16 ans. Nous sommes fin juin, je suis en vacances depuis quelques jours et je m’ennuie ferme dans cet appartement surchauffé. Ayant la chance de posséder une moto, je décide donc de me rendre à un endroit calme que je connais au bord d'une rivière à environ 10Km de mon domicile.

Arrivé sur place, je gare mon deux-roues et prends mon sac où se trouvent mes affaires puis me dirige vers la plage discrète que je connais. Une fois sur place, je m'installe et enfile mon maillot de bain, en prenant bien soin de vérifier qu'il n'y a personne avant de me changer, puis je vais à l'eau que je trouve un peu froide au début. Après deux ou trois minutes, je me sens mieux et nage pendant une bonne dizaine de minutes. Je m'allonge ensuite sur ma serviette et sors un roman. Je lis quelques pages puis m'endors à cause de la chaleur et du calme qui règne dans ce petit Eden.

Je dors je ne sais pas combien de temps avant d'être réveillé par une voie masculine. J'ouvre les yeux et je vois un couple qui s’installe à trois mètres de moi. Ils ont environ la trentaine ; il est grand, l'allure sportive, les cheveux châtain clair, elle de taille moyenne, la taille fine, les hanches et la poitrine bien développée, blonde, je la trouve vraiment belle. Ils s’aperçoivent que je ne dors plus et l'homme me salue me demande si cela me gêne qu'ils se soient mis à côté de moi. Je lui réponds par la négative. Ils se présentent : Pascal et Véronique. Ils s'installent sur leurs draps de bain, lui en short de bain, elle en deux pièces turquoise.

Je ne peux pas m’empêcher de les observer discrètement. Ils sont très proches l'un de l'autre et ils se touchent sur tout le corps en riant comme deux enfants qui jouent à se faire des chatouilles. Puis les guiliguilis deviennent des caresses de plus en plus sensuelles. Il lui passe les mains derrière le dos et lui dégrafe le haut du bikini qu'elle enlève aussitôt. Il en profite pour lui caresser ses seins qui sont vraiment sublimes, ils semblent très fermes, en forme de poires, avec des tétons bien dressés ; cela me provoque une érection comme je n'en ai jamais encore eue car à cause de ma grande timidité, je suis encore puceau. Pour qu'ils ne voient pas mon état, je me retourne sur le ventre avec la tête tournée de leur côté. D'une main, il lui caresse toujours les seins et de l'autre il dénoue les liens du bas de maillot de Véronique qui se retrouve nue. Je suis aux anges, c'est la première femme nue que je vois et elle divine. Je remarque que son pubis est complètement glabre, ce qui me surprend (dans les années 80, cela était très rare). Ils continuent de chahuter comme si de rien n'était puis elle se redresse et attrape le short de son compagnon et lui descend d'un coup jusqu'aux chevilles. Je suis comme hypnotisé par le sexe de Pascal qui, comme elle, est entièrement épilé et de plus il bande. Jusqu'à présent, je n'ai vu que le sexe de mes copains du hockey sur glace lorsque l'on prend notre douche après l'entraînement et je trouve que celui que vois là est énorme.

J'ai mal tellement je bande et n'arrête pas de bouger car mon sexe est comprimé sous moi. J'aimerais pouvoir me retourner sur le dos et me masturber mais je ne peux pas, pas devant eux.

À ce moment, je vois la tête de cette femme de rêve qui descend jusqu'au sexe de son homme pour le sucer comme si je n'étais pas là et il tourne le visage vers moi et me fait un clin d'oeil. Je suis tout éberlué de voir que cela ne les gêne pas que je les regarde pendant leurs ébats. Puis là Pascal me dit de me mettre à l'aise en me retournant sur le dos car j'avais l'air gêné par ma position, ce que je fis puis il me conseilla d’ôter mon slip de bain pour libérer mon sexe qui semble à l'étroit. Je reste sans bouger, je suis tétanisé par la timidité. Comme je ne bouge pas, Véronique arrête sa fellation et vient vers moi. Elle se baisse et tire mon slip de bain d'un coup. Ma bite jaillit comme un diable qui sort de sa boîte aussitôt elle la prend dans sa main et commence à me branler. Je suis au bord de l'explosion tellement que je suis excité. Elle se penche vers ma queue et commence à me sucer. Pascal nous rejoint et se place derrière sa femme et l'enfile d'un coup de rein ce qui provoque un gémissement à ma suceuse. L'excitation était tellement forte que je jouis très vite dans la bouche de Véro qui avale tout mon sperme.

Privilège, je ne débande pas. Pascal, tout en la baisant, se penche et dit quelque chose à l'oreille de Véronique qui la fait sourire. Aussitôt il se retire du sexe de sa compagne qui remonte sur moi pour venir placer sa chatte sur ma bite et s'empale d'un coup et commence a faire des mouvements de va-et-vient. Cela dure quelques minutes puis elle nous fait rouler sur le côté de façon à ce que je sois au-dessus. Je donne des coups de rein pour essayer de m'enfoncer le plus profondément possible dans ce fourreau chaud et humide qui me donne tant de plaisir quand je sens soudain une main qui me caresse les fesses et la raie ; c'est Pascal qui me pelote le cul et qui s'attarde de plus en plus sur mon anus. Je n'ose rien dire, de peur de rompre le rêve dans lequel je suis. Je sens ensuite sa langue sur mon trou qui s'ouvre sous la caresse puis un doigt me pénètre, ce qui décuple mon plaisir.

Ensuite les choses se passent très vite, un deuxième doigt rejoint le premier, il tourne dans mon anneau qui s'ouvre en s'assouplissant. Je sens un liquide froid (du lubrifiant) sur mon anus bien ouvert, puis c'est le bout de quelque chose de dur qui se pose à l'entrée de mon conduit. Je comprends que c'est Pascal qui veut me pénétrer et je veux l'en empêcher mais Véronique me prend dans ses bras et m'embrasse puis me demande de me laisser faire, que ce sera très bon. Je me résigne et Pascal m'enfonce la queue doucement. Au début, j'ai un peu mal, puis une sensation agréable, et enfin un plaisir immense se fait sentir. Après quelques hésitations, nous avons réussis à synchroniser nos mouvements, ce qui me donna l'impression que la bite de Pascal baisait Véronique à travers moi. Après à peine cinq minutes, j'ai joui au fond de cette chatte si merveilleuse, ce qui me provoqua des contractions annales qui firent jouir Pascal et je sentis aussi les contractions du vagin de Véronique qui jouissait aussi.

Nous sommes restés le reste de la journée ensemble à discuter. Au moment de partir, ils m'ont donné leurs coordonnées, ce qui me permit de les revoir souvent pour parfaire mon éducation sexuelle.

Depuis cette rencontre, j'assume ma bisexualité qui m’apporte un équilibre que je n’aurais pas autrement


  Signaler Contenu


Retour utilisateur

Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.



Invité
Cet élément ne peut plus recevoir de commentaires supplémentaires.

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.