Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,757

Anna et l'inconnu

Mariveau

643 vues

Paris Juin 1931

Les années folles semblent si loin, l'Europe est en proie aux bruit de bottes.

Mais Paris la ville éternelle, la ville lumière est encore insouciante. Les traces de la Grande Guerre s’estompent à peine.

Le plaisir, le désir de vivre est encore là.

Ce matin de juin, Anna se réveille d'une nuit de danse et de plaisir dans les clubs Montmartrois, à ses cotés une jeune femme d'une vingtaine d'années dort encore. Elle a une pose indécente mais si agréable à voir. Embrumé par les reste de champagne, Anna se lève et offre son corps divin aux rayons naissant du soleil.

Anna a trente cinq ans , c 'est une femme libre choisissant comme bon lui semble son amant ou sa maitresse d'une nuit. Elle est grande, ses cheveux châtains sont coupés à la garçonne, ses longue jambes au galbe parfait s'achèvent sur de fines chevilles aux pieds menus. Sa chute de reins ne laisse pas indifférent femmes et hommes. Ses seins aux aréoles sombres sont dignes d'Aphrodite.

Anna est journaliste, elle a parcouru la Russie Bolchévique, la Chine des Seigneurs de la Guerre.

Elle a pris amants et maitresses au rythme de ses désirs.

Lorsqu'elle regagne Paris, elle offre son corps aux pinceaux des Maitres de MontMartre, c 'est d'ailleurs lors d'une séance de pose qu'elle a rencontré cette jeune modèle. Pour la première fois elle s'est laissé séduire par cette jeune femme.

[media=]

Elles ont passé la soirée à danser, charleston , foxtrot, Anna s'est laissée conquérir, s'est laissée embrasser, caresser. Le désir était intense sensuel.

nous-etions-libres-2004-11-g.jpg

Anna avait remarqué dans le cabaret un homme assis seul, son regard perdu, comme s'il cherchait quelque chose, quelqu'un à l'horizon. Quel âge avait il, quarante, quarante cinq ans il avait les cheveux si blanc, une barbe poivre et sel. Anna croisa son regard alors qu'elle dansait sensuellement avec sa maitresse, il lui sourit.

Anna et son amante quittèrent le cabaret pour rejoindre son appartement de Montmartre.

A peine arrivée la jeune femme s'empara d'Anna, elle était sous l'emprise de la fougue de sa maitresse. Anna connut des orgasmes profonds violents, sous les assauts des lèvres, de la langue de la bouche des mains des doigts de Clara. Anna aimait le plaisir saphique, mais elle avait eu toujours le contrôle. Là Anna était une proie, elle se surpris à penser à cet homme lorsque dans un orgasme final elle cria son plaisir.

Mais Anna ne s'avouait jamais vaincue, se retournant, regardant le corps de Clara nue sur ce lit, elle s'empara d'elle. Elle lui rendit le plaisir qu'elle avait eu, avec fougue, puissance, se plaquant contre la jeune femme, jouant aussi de sa bouche de ses mains, la jeune Clara surprise se lâcha.

Puis les deux femmes firent l'amour tendrement, pubis contre pubis,sexe contre sexe bouche contre bouche seins contre seins.

L'heure tournait, Clara partit sans rien dire, Anna avait rendez vous avec un amant.

Elle arriva à l'aérodrome du Bourget, son nouvel amant l'attendait , un Bréguet 19, le même utilisé par Coste et Bellonte pour traverser l'Atlantique en septembre 1930;

breguetXIX.jpg

Anna en femme libre avait appris à piloter et elle avait décider de traverser seule l'Afrique d'Oran au Cap.

Une foule de journaliste l'attendait pour une conférence de Presse. Anna remarqua au fond de la salle le même homme que la veille dans le cabaret, il fumait. Elle était intriguée, après avoir répondu à ses collègues journalistes, elle se dirigea vers cet homme , il avait disparu.

Les mois qui suivirent furent pour Anna source de préparation de ce périple, elle abandonna les peintres de Montmartre, les clubs, les amants les maitresses.

Toulouse septembre 1931.

Anna vient d'atterrir sur l'aérodrome de Montaudran, elle a décollé le matin du Bourget, il y avait une telle foule.

Ici sur le bord de piste de la base de l'Aéropostale, Saint Ex, Mermoz et le patron de l'Aéropostale Monsieur Latécoère l'accueillent. Elle est si émue. Elle dort cette nuit là sous son Bréguet.

Elle a baptisé son avion « L'inconnu ». Cette nuit là elle rêva de cet inconnu.

Colom-Béchar septembre 1931

Jusqu'à maintenant le vol c est bien passé, mais Anna va entreprendre la traversée du Sahara, périlleuse traversée de cette région aux tribus touaregs dissidentes. L'officier en charge de la région fait ses recommandations. J ai envoyé mon meilleur officier sur la route on ne sait jamais.

Anna sourit comment des méharistes pourraient aller aussi vite que son avion.

A la fraicheur du petit matin elle découle dans l'aube naissante.

photo38729.jpg

Sahara septembre 1931

Anna est épuisé, cela fait maintenant 8 jours qu'elle s'est posée en catastrophe panne de moteur.

Anna s'est que c'est fini pour elle, elle n'a plus d'eau, les dernière gouttes du radiateur de l'avion on à peine étanché sa soif.

Elle revoit sa vie, elle ne regrette rien, sa dernière étreinte sensuelle, si elle regrette elle ne rencontrera jamais cet inconnu.

Le délire la prend, regardant l'horizon au sommet d 'une dune elle aperçoit une silhouette arrivant avec rapidité et souplesse. Elle ferme les yeux, elle s'évanouit.

Combien de temps a t elle dormi, suis je au paradis, Anna entend la musique lancinante des teubeuls, elle perçoit le blatèrement des méharis, des chants Touareg. Je suis sauve mais prisonnière se dit elle.

Se détachant de la voute céleste, une silhouette s'approche, un homme, il semble irréel avec la lumière diaphane de la Lune. Elle est troublée, une voix chaude et douce, Capitaine Vincent LAPERINE, vous revenez de loin Anna. C'est l'inconnu de Montmartre, l'inconnu du Bourget.

mail%201948%20300x500.jpg

Remettez vous nous partirons dès que vous aurez repris des forces.

Deux jours après la patrouille de méharistes reprennent la route de Béchar.

Anna quitte son amant de métal et de toile sans regret, car « l'inconnu est toujours à ses cotés »

Anna monte la méhara préférée de Vincent, elle est fascinée par cet homme. Chaque soir à l'étape, elle apprend à le découvrir.

Lui la regarde l'écoute.

Un sentiment puissant nait entre Anna et cet homme.

Colom Béchar octobre 1931

Anna est dans son hôtel, elle repart déçu à Paris

On frappe, Vincent est là, Anna j'ai pris mon congé, accepteriez vous que je vous accompagne.

Oui mon ami dit elle.

Durant le voyage de retour, ils apprirent à se connaître encore plus. Chaque soir, il la raccompagnait à sa chambre

Paris Novembre 1931

Vincent quitte Anna pour se rendre au Ministère des Colonies faire son rapport, n'avait il a pas été chargé de veiller sur cette aventurière, membre d'une famille d'un personnage important.

Anna a regagné son appartement de Montmartre.

On sonne elle ouvre, c est Vincent, habillez vous Anna, je vous emmène diner.

Elle se laisse conduire, les voici dans ce club où elle la vu la première fois. Un regard une attention un geste, sans attendre la fin du repas laissant un important pourboire, ils regagnent le nid douillet d'Anna.

Face au Sacré coeur, Vincent s'arrête, une petite vendeuse vend des roses dans la rue, il en achète une et l'offre à Anna et l'embrasse avec passion, Anna se laisse aller. Ils regagnent le nid douillet d'Anna.

Cette nuit là Anna et Vincent se donnèrent l'un à l'autre, leurs bouches se soudèrent, leurs doigts se croisèrent se serrèrent emportés dans le tourment des spasmes de l'amour.

2538244744_small_1.jpg

Elle n'avait pas connu cette puissance sensuelle et tendre de la part d'un homme, une délicatesse presque féminine, il la caressait avec cette rose . Ils jouirent à de nombreuses reprises. Elle le chevaucha, il s'abreuva à sa coupe, elle goutta à sa lance . Ils s'aimèrent.

Il démissionna de l'Armée, Anna abandonna son métier de journaliste.

Aérodrome du Bourget mai 1933

Anna et Vincent monte dans leur avion, dans le petit matin, pas âme qui vive, il décollent direction l'Afrique

Source :



1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.