Aller au contenu
  • entries
    39
  • comments
    82
  • views
    5,386

Brocéliande 2

Palmyre

559 vues

Petite suite des aventures extraordinaires de Ringo.

Un mois s'était écoulé depuis sa rencontre avec Morgane, mais Ringo ne parvenait pas à l'oublier. La pierre de lune accrochée à son cou le renvoyait invariablement à cette soirée irréelle passée au coeur de Brocéliande. Qu'est ce qui l'avait poussé à porter ce satané bijou? Il l'ignorait. Tout ce qu'il savait, c'est qu'une volonté plus forte que la sienne l'y avait obligé. Chaque fois qu'il avait voulu l'enlever, ses mains semblaient paralysées. Et même une fois où il avait été tenté de l'arracher d'un geste brusque, il avait interrompu son mouvement, pétrifié par une lancinante douleur dans la poitrine. En même temps, il retirait un certain réconfort du pendentif dont la présence prouvait qu'il n'avait pas rêvé. Dans ses pires moments de doutes et d'interrogations, la pierre semblait prendre vie, irradiant une douce chaleur qui l'apaisait et l'aidait à reprendre espoir.

L'image de Morgane le hantait jour et nuit. Le soir, il se couchait en pensant à elle, visualisant son corps parfait, ses hanches fines et son ventre encore plat, sa poitrine ronde déjà gonflée et tendue par la promesse de vie qui palpitait au fond d'elle. Il revoyait ses yeux verts pétillants et son sourire lumineux.

Une sarabande d'émotions et de sentiments contrastés s'embrouillait dans son cerveau embrumé. Tantôt, son désir pour la fée l'emportait, tendant douloureusement son sexe dans son caleçon, tantôt la colère le submergeait à l'idée d'avoir été berné par cette sorcière à l'apparence de déesse, qu'il n'avait été qu'un jouet, un instrument dans une histoire dont il se sentait exclus. Il ne doutait plus de la réalité de son aventure et pensait à cet enfant conçu sans son accord et qui grandirait sans père. A 35 ans, il n'avait jamais songé à s'établir durablement avec une femme. Il vivait bien son célibat délibérément choisi, papillonnant d'une conquête à l'autre sans se préoccuper du lendemain. Mais l'annonce de sa future paternité l'avait troublé. Il devait bien s'avouer que l'idée de devenir père ne lui déplaisait pas. Mais Ringo était aussi un homme responsable, qui ne pouvait envisager d'abandonner son enfant sans rien mettre en oeuvre pour le retrouver.

Ses nuits étaient peuplées des réminiscences de ses ébats avec Morgane, du plaisir offert et reçu en retour. Sa machine à fantasmes fonctionnait à plein régime et il s'imaginait avec elle, renouvellant à l'infini les caresses les plus douces et les partages les plus intimes. Il voyait ses mains explorer le corps de sa fée, s'attardant sur ses seins, les soupesant, les malaxant délicatement en titillant ses mamelons si sensibles, juste avant d'y poser sa bouche pour les gober et les téter avec gourmandise. Il rêvait de la bouche de Morgane explorant sa peau, le faisant frémir d'excitation, et avait parfois la sensation de ses lèvres saisissant son sexe gonflé pour lui faire subir la plus douce des tortures. Il fantasmait sur l'image de sa virilité tendue qui écartait délicatement les lèvres intimes de cette femme sublime, pour s'enfoncer profondément en elle et lui arracher des gémissements de plaisir et de bien-être.

Invariablement, ses songes se terminaient par des explosions de jouissance dans la bouche ou dans la chatte de sa merveilleuse maîtresse et invariablement aussi, il se réveillait le matin avec une érection si forte qu'elle en devenait douloureuse et le ventre poisseux de ses décharges nocturnes.

Il ne mangeait plus, ne sortait plus, maigrissait à vue d'oeil, délaissait son travail et avait même coupé les ponts avec la petite Charline tant elle lui semblait fade désormais. Malgré la mise en garde de Morgane, il consacrait tout son temps libre à explorer Brocéliande, à la recherche de la clairière enchantée. Il s'enfonçait dans les fourrés, écartait ronces, genêts et fougères, enjambait les troncs couchés dans l'espoir de retrouver le chemin de sa première promenade. En vain! Ses bras couverts d'égratignures témoignaient de son acharnement, mais c'est comme si la forêt prenait un malin plaisir à lui interdire l'accès à l'endroit recherché.

Un jour où ses péripéties l'avaient mené bien plus avant dans la forêt, Ringo finit par se décourager et, laissant tomber par terre son petit sac à dos, s'assit sur une souche. Il ferma les yeux, la tête entre les mains et laissa échapper un soupir mêlé d'un sanglot mal réprimé. Il n'était pas du genre à s'apitoyer facilement sur lui-même, mais la fatigue s'ajoutant à la déception, il avait du mal à gérer ses émotions. "Décidément, je ferais mieux de suivre le conseil de Morgane et de laisser tomber. Jamais je ne la retrouverai." Le craquement d'une brindille lui fit lever la tête et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant à quelques mètres de lui une biche et son faon. Son sang ne fit qu'un tour, il se revit subitement allongé à côté de Morgane qui tendait une pomme à l'animal. Il se souvint alors qu'il en avait emportée une avec lui, dans son sac, pour le cas où il aurait un coup de mou. Avec des gestes lents et mesurés, il ouvrit son sac et en sortit le fruit, sans quitter la biche des yeux. Elle semblait sur ses gardes, mais rien dans son comportement ne trahissait une peur quelconque. Il posa la pomme sur la paume de sa main, comme Morgane l'avait fait un mois plus tôt et la tendit à la biche qui approcha pas à pas. La biche saisit la pomme et recula pour la manger, mais ne paraissait pas vouloir s'enfuir. Elle fit mine de partir, son faon derrière elle, mais s'arrêta bien vite en fixant Ringo de ses grands yeux de velours. Elle semblait l'inviter à la suivre.

Ringo ramassa son sac et se leva, bien décidé à en avoir le coeur net. Au pire des cas, la biche se sauverait dans les sous-bois et il n'avait plus rien à perdre. La biche s'engagea dans un petit sentier que Ringo n'avait pas remarqué jusqu'à ce moment et se retourna pour vérifier si l'homme lui emboîtait le pas. Elle trottinait quelques mètres devant lui, son faon toujours sur ses talons et s'arrêtait parfois pour attendre Ringo. Après un quart d'heure de marche, la biche s'arrêta à l'entrée d'une clairière baignée de soleil, au milieu de laquelle bruissait une source. Ringo en resta estomaqué, dans l'eau limpide Morgane se baignait nue, en apparence inconsciente de sa présence incongrue en cet endroit improbable. Aussi belle que dans son souvenir, avec juste sa poitrine un peu plus ronde qu'auparavant, elle laissait l'eau fraîche la caresser, s'insinuer entre ses cuisses, durcir ses seins, elle s'abandonnait au plaisir de la baignade. Les yeux clos, elle laissa ses mains parcourir son corps, s'arrêter sur son ventre qu'elle couvrit d'un geste protecteur et tendre, puis glisser vers son intimité.

Ringo s'agenouilla derrière un buisson, bien déterminé à ne pas trahir sa présence, de peur de rompre le charme de ce moment hors du temps. Il s'efforça de faire abstraction de la bosse qui gonflait son pantalon pour se consacrer pleinement à la vision idyllique de la femme aimée qui se caressait sous ses yeux. Allongée dans l'eau peu profonde, elle avait désormais les cuisses écartées, dévoilant sa douce toison au regard éberlué de Ringo qui retint son souffle. Une des mains de Morgane était posée sur son mont de vénus, avec un doigt inséré entre ses lèvres et qui semblait aller et venir sur son bouton d'amour, puis tourner autour, puis reprendre ses va et viens de façon plus soutenue. L'autre main de la fée vint vite rejoindre la première, De son poste d'obervation, Ringo put voir son majeur écarter ses lèvres et s'insinuer dans son étroit conduit, en lents va et viens de plus en plus profonds. Son index ne tarda pas à rejoindre le majeur, tandis que l'autre main continuait les stimulations du petit bouton que Ringo devinait dur et gonflé. Le rythme des caresses s'accéléra progressivement, la pression des doigts se fit plus ferme, Morgane semblait se tendre et se crisper tandis que de petits cris lui échappaient. Incapable de résister plus longtemps, Ringo défit son pantalon et saisit son sexe à pleine main, se masturbant au rythme des caresses de Morgane. La jeune femme haletait et gémissait de plus en plus fort, c'étaient maintenant trois doigts qu'elle avait insérés en elle et qui s'agitaient frénétiquement pour la faire jouir. Son visage crispé témoignait de l'intensité de son plaisir. Ringo sentit les prémices de la jouissance l'envahir. "Nooooon, pas maintenant!!! Pas encore!!! Je veux jouir en même temps qu'elle!!!" Mais il lui était impossible de faire marche arrière et il se mordit les lèvres pour ne pas crier alors que son orgasme le submergeait. Au même moment, Morgane se raidit et hurla "Ringooooooo!" en s'abandonnant enfin à la jouissance.

(A suivre)

  • Like 1


3 Commentaires


Recommended Comments

Guest Librine&Fred

Posté(e)

Ahhhhh....On s'y croirait.....!!

Pfiouuu..!!!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Guest Librine&Fred

Posté(e)

au secours, je n'ai pas vu de suite.....!!!!!! ?????????????????

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.