Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,718

Depuis : Le sauna du club de sport

Mariveau

759 vues

J'abandonne un temps, mes histoires romantico-érotique, pour vous raconter quelques marivaudage de votre serviteur.

L'année 2009 fût pour moi une année assez difficile. Les aléas de mon métiers me conduisit à me retrouver célibataire géographique à 200 km de chez moi, travaillant dix jours d'affilé pour quatre jours de repos.

Je ne suis qu'un homme de peu de foi avec ses défauts et ses passions.

Ce nouveau départ, me permit de prendre des décisions capitales pour mon capital santé.

Profitant donc des certaines soirées libres, je m'inscrivais dans un club de sport. J'avais quelques idées sur ces clubs, propices à des rencontres et des échanges.

Les premiers mois je m'attelais à perdre du poids et reprendre goût au sport. J'observais les membres, les rencontres qui s'initiaient, les changements. Au bout de neuf mois d'observation, de violences faites à moi même et 35 kg en moins, je commençais à avoir mes marques.

Le patron du club et quelqu'unes des coachs étaient devenus des amis. Je commençais à marivauder, jeunes femmes , femmes matures . Je retrouvais mes sensations qui quelques années auparavant m'avaient conduit du vignoble Bordelais, aux étendues de sables du banc d'Arguin.

Mon travail ne me permettait complètement de profiter du club et son patron m'autorisait de rester après la fermeture pour profiter du sauna et du spa après les cours.

Ce lundi soir là de décembre 2010, j'avais passé près de trois heures à suer . Dehors il faisait nuit, le brouillard et le froid n'incitait pas à vraiment quitter la chaleur de la salle. Chaleur qui d'ailleurs n'était pas que sportive. Je suis irrécupérable mais que de belles visions que de voir se déhancher des femmes toutes aussi belles les unes que les autres. Après une bonne douche chaude je me décidais de rejoindre le sauna puis le spa pour me détendre. J'avais une petite heure devant moi avant que le patron quitta les lieux.

Pensant être seul, c'est dans le plus simple appareil que je me dirigeais vers le sauna, la serviette négligemment posée sur l'épaule et sifflotant une mélodie me rappelant mes années fac que j'avais entendu dans ma voiture. Vous savez ces mélodies qu'une fois dans votre tête vous ne pouvez vous en séparer. En l’occurrence cette mélodie qui me poursuit encore « Hour House une a middle of the street »

Donc j'arrive devant le sauna et j'ouvre la porte, et là je me fige. Devant moi mon regard se fixe sur une croupe que je qualifiais de divine. Une femme entre 25 et 30 ans à genou, une magnifique femme à la peau sombre, d'un noir au reflet cuivré, aux hanches sublimes, des cuisses au galbe parfait.

pd1907571.jpg

Je me fixais quelques secondes devant ces fesses sublimes, elle avait un mouvement qui me permettait de voir, son sexe d'un rose claire contrastant avec sa peau et ses doigts qui se voulaient vagabond.

Le levais les yeux, car je m'attendais à ce que tout bon mâle pense à ce moment là, et non ce n'était point un homme qui profitait des caresses buccales de cette belle, mais une femme.

C'était une femme mure qu'une quarantaine d'années, elle avait des cheveux tout aussi sombre que sa peau claire légèrement halée. Elle était coiffée. Je pouvais voir son sexe totalement rasée. Elle avait la tête en arrière, gémissant la bouche entrouverte.

Euh pardon, je ne savais pas balbutiais je. Elle se redressa, et dit y a pas de mal, elle me dévisagea, me reconnut et me sourit, c'est vous Mariveau. Ne vous gênez pas, reprit elle en descendant le regard au niveau de ma ceinture, agréable vue. Effectivement ma virilité me précédait maintenant dans le sauna. Elle rajouta, si cela vous dit vous pouvez rester et regarder.

Je suis ce que je suis et je ne peux refuser une invitation si gentiment adressée et je m’asseyais sur un banc de façon à ne rien manquer. La femme femme m'adressa un regard des plus brillant, non pas à moi, car son regard donnait directement au niveau de mon entre jambe. Mon membre la remercia d'une telle attention en se raidissant de plus belle, ce qui la fit sourire de plus belle. Elle me dit sois le bienvenu Mariveau.

Ma main ne laissa pas seule mon membre et entreprit de jouer avec? pendant que les deux femmes variaient leur plaisir. Ce n'était pas que le sauna qui faisait glisser le long de mon dos des goutes de sueur.

Elle ne jouait qu'avec leurs bouches, leurs lèvres et leurs doigts.

blackandwhiteerotique008_795.jpg

Chantal gémissait à chaque assaut linguale de son amante. Je pouvais voir la langue de Mylene qui pénétrait le sexe de Chantal comme un sexe masculin. Mylène continuait à se gamahucher d'une main, de l'autre elle branlait le bourgeon de Chantal. Chantal se pinçait les seins et me regardait.

Je compris son regard et je m'approchais, elle ouvrit sa bouche et me laissa entrer. Sa langue glissait sur mon gland, sa main droit abandonnant son sein, elle entreprit de jouer avec mon membre, qui prenait un malin plaisir à aller et venir entre ses douces lèvres.

Elle s'interrompit et dit à Mylène, tu devrais gouter, tu ne sera pas déçue.

Mylène se redressa et sa bouche vint rejoindre celle de Chantal pour mon plus grand supplice et mon plus grand plaisir.

Je ne pus alors me retenir et mon écume sortit avec puissance, pour la délectation de ses deux femmes. Elles s'embrassèrent ensuite avec indécence et sortirent du sauna.

Je restais pantois quelques minutes, je sortais et j'allais me douchais rapidement et prenant congé de mon ami, je me trouvais sur le parking du club.

Il n'y avait plus que trois voitures, celle du patron , ma « merco » et une Audi. Je ne fis pas attention sur le moment mais dans mon dos, une voix. Dis moi Mariveau, Mylène et moi on est resté sur notre faim, Stéphane vient de nous dire que certaines des membres de son club n'avaient pas à se plaindre de moi. Veux tu finir la soirée avec nous dit elle.

Pourquoi pas, je vous suis.

Suivant l' Audi de Chantal, j'étais songeur. Un énorme portail en bois s'ouvre, nous montons une allée de Cèdres. Nous montons en perron. M'indiquant le salon, mets toi à l'aise nous revenons sers toi ce que tu veux.

Je me servais un Bourbon sec, et je me mis à rêvasser lorsque Chantal et Mylène arrivèrent.

Tout n'était que contraste. Mylène portait un déshabillé transparent en dentelle blanche, de même qu'un shorty assorti. Sa démarche étaient féline, je retrouvais en elle Grace Jones dans James Bond.

Je pouvais voir enfin ses seins en forme de poires aux aréoles marrons et aux pointes noires.

Chantal portait un bustier laissant libres ses seins, porte jarretelle en dentelle noire, des bas de soie assortis , des talons hauts mais aucun morceau d'étoffe ne couvrait son sexe rasé.

Elle poussait devant elle un chariot avec une corbeille de fruit et du champagne.

severin-roesen-still-life-with-fruit-and-champagne-glass-1860.jpg

Mylène vint s'assoir à ma gauche et Chantal à ma droite.

Une soirée des plus agréable sans nul doute.

A suivre..........................

Source :

  • Like 1

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.