Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,739

Au bonheur d'une Dame - Cadeau d'anniversaire pour ma Soeurette de CI

Mariveau

488 vues

Avec un peu d'avance

Paris 1890

Marie est une jolie femme dans la fleur de l'âge, ses maternités n'ont aucunement altéré la beauté de son corps, bien au contraire. Son corps est celui d'une belle odalisque que bien des peintres sculpteurs ou amants aimeraient bien avoir dans son atelier ou son lit.

Elle a des seins lourds aux larges aréoles et aux tétons fiers et orgueilleux, elle a des hanches généreuses aux courbes harmonieuses à faire pâlir Héra la femme de Zeus. Ses jambes ont un galbe sublime, ses pieds et chevilles si mignons.

Mais Marie se sent seule, son époux un bourgeois bougon plus âgé qu'elle la délaisse depuis des années alors qu'elle aime le plaisir et qu'elle aime tant plaire.

Un matin sa sœur, une célèbre actrice du théâtre des Bouffes Parisiennes, viens la visiter.

"Marie tu vas venir faire les boutiques avec moi , je ne veux plus te voir avec ses vêtements dignes d'un couvent de province, ma sœur tu es très belle et très désirable"

Marie et Amélie quittèrent l'hôtel particulier Haussmannien où résidait Marie et se dirigèrent vers ce nouveau magasin où le tout Paris chic se donnait rendez vous " Au Bonheur des Dames"

Amélie avait 25 ans elle collectionnait les amants, elle portait des toilettes toutes aussi extravagantes les une que les autres.

Marie était une petite fille dans un magasin de jouets en parcourant les rayons et les étages de ce magasin dédié à la mode et à la beauté des femmes.

Amélie entraina sa sœur vers le rayon bonneterie et lingerie.

Elles passèrent du temps à rire, essayer et faire des achats.

Amélie s'adressa à sa sœur

"Regardes tes formes, plus d'un jeune dandy, d'un riche bourgeois ou jeunes officiers aimeraient être ton amant et ce n'est pas ton barbon de mari qui te fera à nouveau connaitre le plaisir. Viens allons essayer les corsets.

Sur des mannequins en osier, une multitude de corsets de toutes les couleurs de toutes les formes, s'offraient au regard de Marie.

Elle prit du plaisir avec un, se troubla avec un autre, s'encanailla avec un, s'amusa avec un autre.

Elle les acheta tous au grand bonheur des vendeuses et commis du magasin.

Marie acheta plusieurs toilettes et décida de porter une robe de taffetas roue et noire en hommage à ce roman de Stendhal qu'elle venait de lire.

Amélie et Marie allèrent déjeuner à la Brasserie de la Coupole, Amélie fit remarquer à sa sœur comment le regard des hommes se portaient sur elle.

Le soir se déshabillant dans la chambre conjugale, Marie n'eut pour remarque de son marie : tu deviens une Cocotte comme ta sœur.

Marie pleura longuement dans la nuit, mais le lendemain elle sortit seule. Dans le parc des Tuilerie, un malicieux coup de vent emporta son ombrelle jusqu'aux pieds d' un jeune officier des Hussards . Il lui sourit et lui proposa de poursuivre sa promenade avec lui, sans réfléchir, elle accepta. Ils déjeunèrent chez Maxim's et sans savoir comment ils se retrouvèrent dans cet hôtel

Sans peur elle laissa tomber à ses pieds sa robe de taffetas rouge et noir, laissant apparaître au regard de son jeune amant ses courbes sensuelles, parées d'un magnifique corset rouge et noir , elle avait des bas de soie noirs et elle avait gardé ses petites bottines à lacets.

Elle frémit lorsque son amant lui délaça légèrement les liens de son corset libérant ses seins magnifiques.

Le jeune officier la fit assoir et sans attendre avec cette fougue cavalière caractéristique des hussards, il plongea son visage entre les cuisse de sa maitresse , lui arrachant un gémissement de plaisir.

Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas senti une langue sur son intimité d'amour. Elle se laissa aller , maintenant son amant entre ses jambes.

"Prends moi dit elle, il ne se fit pas attendre s'enfonçant avec puissant et fougue dans le sexe chaud et humide de Marie.

Elle se cambra pour mieux le recevoir. Le jeune officier allait et venait en elle de plus en plus vite, les gémissements de Marie devenaient cris .

Elle enserra les hanches de son amant avec ses cuisses lorsqu'il s’épancha en elle.

Quel délice de sentir à nouveau ce liquide masculin chaud inondant sa matrice en long jets chauds et puissants

Son amant s'étendit sur le lit à coté d'elle . Marie entreprit de remercier son amant de lui avoir redonné l'envie d'être à nouveau une femme désirable.

Elle entreprit de raviver la virilité légèrement retombée de son amant en s'emparant de son sexe avec sa bouche .

Au début malhabile, elle devint sensuelle et entreprenante. La lance de son amant reprit de la vigueur, il râlait sous les assauts de la langue et des lèvres de Marie.

Ne lui laissant aucun répit , elle vint alors à le chevaucher , ses seins s'échappaient du corset et s'offraient ainsi à la bouche et au main du jeune homme.

Une nouvelle fois il l'inonda avec puissance .

Il se faisait tard , elle déposa un léger baiser sur la bouche de son amant d'un après midi. Elle rentra chez elle;

"Te reverrais je" dit il "Oui demain même heure" osa t elle répondre

Le lendemain, elle mit une nouvelle toilette, un nouveau corset . Elle aimait faire l'amour avec cet homme, tout en gardant son corset ses bas et ses bottines, et ce pour le comble de l'excitation de son amant.

Elle offrit chaque parcelle de son corps à cet homme, à chaque nouvelle rencontre, elle portait une nouvelle toilette un nouveau corset.

Bordeaux 20 mai 2012

On sonne à la porte, c'est un transporteur. Eva ouvre avec circonspection, on vient de lui livrer une malle de voyage ancienne. Elle ouvre la carte qui se trouve agrafée dessus .

"De la part d'un ami, d'un admirateur de tes mots d'esprit et de ta joie de vivre.

Eva ouvrit donc la malle et découvrit alors de magnifiques corsets anciens. Il y avait une lettre racontant leurs histoires et celle de qui les avait porté, cette femme sensuelle et désirable pour le plaisir de son jeune amant.

Eva sourit, monta dans sa chambre et avec délectation, elle entreprit de les essayer, les uns après les autres . Elle avait une préférence pour le rouge et le noir, celui que Marie avait porté la première fois lorsqu'elle avait rencontré son amant.

Eva se dit, et si je me faisais une petites séance photo.................

1106111106181283578307177.jpg

1106111106171283578307176.jpg1106111106171283578307175.jpg1106111106171283578307174.jpg1106111106171283578307173.jpg1106111106161283578307172.jpg1106111106161283578307171.jpg1106111106161283578307170.jpg

BON ANNIVERSAIRE

Miss 33

Source :



1 Commentaire


Recommended Comments

Mon F'Rôdeur tout le monde doit se demander : mais pourquoi lui écrit-elle de si jolies choses ?

Moi même je ne peux répondre à cette question .

Dés nos premiers échanges sur le tchat de l'ancienne version nous avons été complices .

Ton respect pour mes idées , nos réves , notre région nous ont rapprochés .

Je te remercie du fond du coeur . De m'avoir acceptée et comprise .

Un immenseeeeeeeeeee MERCIIIIIIIIII

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.