Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,739

Une façon comme une autre d'inaugurer sa piscine.

Mariveau

626 vues

blog-0973712001334793420.jpg

Ce dimanche après midi, je me suis employé de remettre en fonction ma piscine et il m'est revenu en tête la façon bien particulière que nous avons eu pour l'inaugurer. de l'inaugurer .

Il faisait chaud ce dimanche de juin 2011, nos fils pas là, nous avions bien commencé le week end, un week-end d'ailleurs très coquin, fait de petits jeux de rôle, qui nous avaient bien excité.

Ce dimanche matin là donc, il commençait à faire déjà chaud, la nuit avait été plus que torride et j'avais peine à émerger assis dans un transat, sirotant un jus d'orange sur la terrasse en teck , je rêvais .

Soudain elle est arrivée, la démarche féline, radieuse, Chéri je suis encore toute chaude de notre nuit, j'ai dû jouer sous la douche avec mon olisbos préféré. Ces mots eurent un effet des plus agréable sur ma personne. Elle le remarqua, et elle laissa tomber sa serviette de bain à ses pieds, m'offrant à nouveau son corps d'odalisque. Elle s'approcha de moi, déposant un baiser sur mes lèvres, et effleura du bout des doigts mon membre déjà bien dressé. Puis elle me tourna le dos et plongea direct dans la piscine. Les projections de gouttelettes d'eau fraiche me surpris. Alors Chéri tu es réveillé maintenant, dit elle en riant .

Je vins alors m'assoir sur le bord, elle nageait, lascivement. Mon sexe était des plus raide, lorsqu'elle se mit à caresser ses seins, elle pinçait ses tétons et je devinais une main jouant sous l'eau avec son bourgeon. Tu aimes dit-elle, oui tu aimes je vois cela. Effectivement, imperceptiblement ma main avait rejoint ma verge, entreprenant des mouvements de haut en bas et de bas en haut. Non, non, non çà c'est moi qui le fait, elle s'approcha du bord et prit mon pénis entre ses mains poursuivant mon plaisir masturbatoire. Puis avec sa langue elle remonta le long de ma lance de mon périné jusqu'à mon gland. Elle joua avec ses lèvres pour finir par me gober.

Sa bouche était exquise allant et venant le long de mon vît. Puis elle comprima ses lèvres à la base de mon gland, comme elle sait si bien faire. Sa langue exacerbait, sa fine peau . Elle sentit alors de nouvelles contractions de mon sexe. Par saccade je jouis alors dans sa bouche. A chacun de mes jets de liquide chaud, je la sentais déglutir, et me masturbait de plus belle, m'arrachant un dernier jet Elle ne voulait perdre aucune goutte de mon écume.

Quel début de journée. Elle nagea à nouveau.

Puis elle sortit du bassin et toujours aussi féline elle, se positionne devant moi, qui me suis allongé à nouveau sur le transat. Elle est à genou, les coudes posés sur le bord de la piscine m'offrant sa magnifique croupe. Lèches moi, je ne me fais pas prier, et j'enfouis mon visage dans son intimité.

D'une main je joues avec son bourgeon, le pinçant légèrement, sa chatte était fraiche, mais lorsque j'y introduis mes doigts suivis de ma langue tout était en elle que chaleur.

Prends moi maintenant. J' agrippe alors ses fesses splendides et je présente mon sexe qui a repris de la vigueur, à l'entrée de sa mouille . J'entre et je sors dans son vagin. A chacune de mes embardées, elle arrache un gémissement, oui, oui, plus vite. Je pétris ses magnifiques fesses, je suis excité, ses lourds seins suivent le mouvement. Je les malaxe avec avidité . J'écarte ses fesses je peux alors voir sa vulve élastique ainsi que l'étoile brune de son œillet qui s’entrouvre à chacune de mes poussées, me livrant ainsi ses secrets les plus intimes.

Elle se cambre pour mieux me recevoir, Oui continu.

Je la connais bien, je quitte le nid douillet de sa vulve et je présente ma verge à son œillet. Je n'ai point à forcer et j'entre en elle lui arrachant un cri plaisir. Toujours enserrant ses hanches je deviens locomotive en son séant, oui, oui, et là je n'en puis plus et arrachant un râle du plus profond de mon être je jouis pour la deuxième fois.

Il était temps, le voisin vient de sortir de chez lui, certes il ne peut nous voir, mais nous entendre c'est une autre histoire.

Je vais vite me doucher, et je reviens sur la terrasse, ma douce nage à nouveau, je la rejoins pour de nouvelles caresses , plus tendre enlacés nous nous embrassons.

Chéri, j'adore cette piscine, et toi, moi c 'est toi dans la piscine que j'adore.

L'été ne faisait que commencer.

Source :


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.