Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    118,352

Corresondance du Poète et sa muse - Dans la tourmente du désir

Mariveau

385 vues

blog-0162577001334793314.jpg

Mon doux poète

Je viens enfin de recevoir ta lettre que j’ai attendu si longtemps. Cette attente était interminable, mon esprit était embrumé tellement mes pensées t ont été dévouées.

Je commence à lire et voilà que je me vois déjà avec toi dans cette foret avec le moineau et le papillon qui veillent sur nos étreintes si sensuelles et fougueuses.

Je m’allonge dans cette herbe près de toi et déjà ta bouche prend possession de mon corps. Elle découvre chaque parcelle de mon être, s’attarde à certains endroits, tels que mes seins que tu aimes tant et qui dardent sous les attentions que tu leurs portes. Sur mon petit ventre qui te fait sourire, et là sur mon fruit dont tu ne peux te passer.

Tes lèvres écartent doucement celle de mon fruit et ta langue vient titiller ce petit bouton qui me fait chavirer. Tes mains caressent mes seins, je te sens fougueux et passionné et cela me donne envie de lâcher prise.

Je saisis ta tête entre mes mains et te fait remonter vers mon visage, je t’embrasse passionnément, je sens ton sexe contre le mien mais je veux faire durer le plaisir. Je viens te susurrer des mots dont tu n’aurais jamais pensé entendre dans ma bouche et cela te rend fou.

A ce moment-là je sens ton sexe me pénétrer brusquement ce qui me fait lâcher un râle de plaisir. Ton sexe entre et sort de moi avec puissance, je te découvre sous un nouveau jour, tu es plus fougueux et j’aime ça.

Nos corps ne font plus qu’un, tes coups de reins sont saccades ainsi que ta respiration. Je te regarde dans les yeux et te dit que je veux t offrir ma petite rose, je vois tes yeux s’illuminer à ce moment-là.

Je me redresse et me place à quatre pattes devant toi en t offrant ma croupe. Je sens tes mains saisirent mes hanches et ton sexe à l’entrée de ma petite rose, tu pousses doucement et y pénètre cm par cm, une fois au fond tu y reste un moment sans y bouger.

Puis tu commences de doux va et vient qui deviennent plus puissants au fur et à mesure que notre plaisir nous envahit. Un orgasme puissant me saisit et je sens que pour toi cela va arriver, encore un ou deux coups de reins et je sens ta liqueur se déverser en moi.

Nous nous écroulons sur l’herbe éreintés par nos ébats si intenses. Nous restons enlacés tendrement sous la surveillance du moineau et du papillon.

Voilà mon doux poète comment j’aimerai que notre future rencontre se passe.

Je souhaite que tu me reviennes vite et que nous puissions ressentir toutes cette passion que nous mettons dans nos lettres.

J e t’embrasse passionnément

Ta muse, ton ange

Mon Ange, ma Muse

J'ai tant attendu ta lettre, tourmenté par mes désirs. Depuis que nous nous avons entamé cette correspondance épistolaire, je sens monter en moi un indicible, une irrésistible envie de toi, de posséder ton âme, ton corps. Mais cauchemars de mes nuits d’insomnie ont été remplacés par ton image, par notre image d'amants se donnant l'un à l'autre sans retenue.

Je me réveille alors en sueur, tremblant de désir, le membre tendu vers ma muse.

Je viens de recevoir ta lettre. Je ne cesse de lire tes mots puissants, et mon âme chavire.

Je prends ma plume pour te déclarer mon désir, mon envie de toi, mon envie de te posséder avec fougue et amour.

Tu es là contre moi, en cette clairière. Nous nous caressons, nous nous embrassons langoureusement. J'aime ton corps, j'aime caresser tes seins ta chute de reins, tes sublimes fesses. Tu me fais allonger et tu viens oser ton sexe si doux si chaud sur ma bouche. Mes mains écartent tes lèvres intimes et ma langue devient vagabonde, ma bouche devient gloutonne jouant de ton bourgeon. Tu gémis ton plaisir.

Mais tes mains s'emparent de ma verge et commencent un va et vient subtil. Puis tu approche ta bouche et tes lèvres enserrent mon gland. Je sens ta langue glisser sur sa peau fine. Tu me mets au supplice. Mais moi aussi ma langue est vagabonde et abandonnant ton bourgeon, elle vient glisser sur les pétales de ta petite rose.

Je te sens vibrer lorsque la pointe de ma langue vient frapper à ta porte. Tu me dis alors ces mots qui m’électrisent « prends moi mon amour »

Tu reste dans ta position initiale me présentant ta divine croupe, tes hanches généreuses.

Ma raideur vient alors à te pourfendre avec puissance . Tu te cambre à chacun de mes accoups , tu te redresses, je prends tes seins à pleine main et continuant mes assauts je te mordille le cou . Tu halètes, oui continue prends moi encore. Tu joues avec tes mains sur ton bourgeon. Cueilles ma rose mon amour me dis tu alors. Dans la même position tu t'empales sur mon vît tendu par ce désir puissant qui m'habite. Doucement ma lance s'enfonce en ton intimité qui cède centimètre par centimètre. Je suis en toi tu bascule à nouveau en avant et te saisissant les hanches j'entame une sarabande endiablée . Tu gémis, tu crie ton plaisir. Je sens ton plaisir qui se transforme en un puissant orgasme lorsque j'inonde en un râle profond ta caverne intime. Par saccade mon jus intime te possède.

Nous sommes épuisés par la puissance de notre jouissance. Nous restons enlacés dans cette douce prairie.

Je reprends mes esprits, je suis là seul dans ma roseraie, le papillon butine de rose en rose, le moineau s'ébroue dans une coupelle d'eau.

Je pose ma plume, Mon Ange ma Muse, j'ai tant envie de cette rencontre entre le poète et sa muse.

Il me tarde aussi de te lire à nouveau, je veux puiser à la coupe de tes mots comme à la coupe de ta coupe d'amour, je veux me rassasier encore de tes phrases. Ton papier exhale ton parfum, ce parfum de passion qui nous unit intemporellement.

Reviens moi vite mon Ange Ma muse,

J'attends ta nouvelle lettre

Je t'embrasse passionnément avec fougue et tendresse.

Ton poète à la Rose

Source :


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.