Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,739

Depuis : Les gaffes de Mariveau - Le Parking

Mariveau

457 vues

Comme vous avez pu le constater la vie amoureuse dans mon couple est loin d'être calme, parfois ponctuée par des gaffes et des loupés mémorables. Véro m'appelle m'affuble du patronyme de Lagaffe et je lui retourne alors le compliment, elle devient alors ma Mademoiselle Jeanne.

L'été 2009 a été l'apothéose dans le cumul de petites histoires qui nous font encore rire.

Certes les mois qui avaient précédé cet été avaient été dès plus difficiles dans notre couple.

J'avais trois semaines de congés et chacune de ces semaines a été ponctuée de péripéties diverses et variées. L'Espagne et le lit d'eau, l'Auvergne et les lits jumeaux.

La troisième semaine fut arcachonaise entre famille et amis.

Le dernier samedi nous étions invités à une soirée dansante avec les anciens de notre lycée.

La soirée se déroulait « au Tire au Vol » un parc et une salle donnant directement sur la plage de Pereire.

Véro portait une magnifique robe courte noir, découvrant son dos et son creux des reins, mettant en valeur ses hanches . Et quel décolleté mettant en valeur ses seins fermes . Elle ne portait qu'un string de dentelle si petit si mignon si fin. Ses jambes de danseuse étaient mise en valeur par de hauts talons ouvert. Pour la ma part fidèle à mon style je portais une chemise corsaire, en soie noire et un simple pantalon noir.

La soirée était charmante, entrainante, et nous l'avons bien arrosé au champagne.

Véro était l'objet des regards des hommes présents, elle en jouait à mon grand plaisir. Et je jouais de même de mon coté avec mes copines de lycée, qui pour certaines avaient été plus que des copines l'espace d'une nuit, ou d'une après midi. Je suis encore nostalgique de mes années lycée.

Etant bien chaud tous les deux, ma douce me glissa à l'oreille, sa petite envie.

Nous sortions de la salle et nous ne pouvions rejoindre la plage et nous décidâmes d'aller vers le parking.

Nous venions de changer de voiture, une Mercedes de couleur noire. Embrumé par les bulles, je me dirige vers le véhicule. A peine arrivé ma Douce ne perd pas de temps et s'agenouille dégraffe mon pantalon libérant mon pénis bien tendu. Avec sa bouche habile elle entreprends de me sucer.

J'ai du mal à me contrôler et je mine de fumer une cigarette lorsqu'un convive sort sur le perron.

Elle se relève et je la plaque contre la carrosserie l'embrasse fougueusement. Puis je descends et tel le poète déclament ses vers à sa muse, je m'agenouille et je glisse mon visage sous sa robe lui retire son string et je viens m'abreuver à sa coupe.

Nous sommes terriblement excité et Véro dit alors prends moi sur le capot, celle là on ne l'a pas encore baptisé.

Appuyant ses mains sur le capot, elle m'offre sa divine croupe, je me retrouve donc le pantalon sur les chevilles et elle la robe retroussée. Je commence ma va et vient, nous sommes très excité et soudain l'alarme de la voiture se déclenche. Surpris je réagis vite parvenant acrobatiquement à récuperer les clés de la voiture et la télécommande de l'alarme. J'appuie mais rien ne se passe. Véro grogne, une voiture neuve et la télécommande qui ne marche pas.

Je comprends alors que nous nous sommes trompés de voiture. Du monde sort de la salle. Tels deux commandos nous nous jetons au sol, moi parvenant difficilement à remonter mon pantalon, Véro cherchant son string que j'avais négligemment laissé choir. Et à ce moment là deux autres voitures ont leur alarme qui entre en fonction, puis la notre. En fin de compte c'était celle d'à coté. Je coupe, dans le tintamarre, cela ne se remarque pas.

Nous évacuons à quatre pattes les lieux, nous enfonçons dans le bois proche et regagnons la salle par la plage. Assez essoufflé nous reprenons le rythme de la soirée.

Nous sommes un peu frustrée et profitant d'un moment propice, nous nous éclipsons vers les cuisines, vides maintenant à cette heure avancée de la nuit. Et nous finissons ce que nous avions commencé. Notre orgasme est intense . Véro se dirige alors vers les toilettes pour se refaire une beauté. Je rejoins la salle de bal et là, une jeune fille 19 ou 20 ans , fille d un des couples me croise dans le couloir et me glisse à l'oreille: j'aimerai tant que mon copain me baise que vous avez baisé votre femme, puis elle rejoint ses parents et quitte la fête.

Le petit jour se lève et nous regagnons notre voiture. Sur le rétro droit trône le string de Véro.

Nous ne saurons jamais comment il a pu se retrouver là.

CONCLUSION:

Si vous voulez baptiser votre voiture assurez vous de l'alarme, et qu'il s'agit bien de votre voiture.

Source :

  • Like 1

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.