Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    120,718

Ma voisine d'adolescence (suite)

Mariveau

558 vues

Il y a pas quelques semaines je vous avez raconté comment pas un heureux hasard j'avais retrouvé ma voisine d'adolescence et nos retrouvailles Bordelaises.

J'appréhendais le week-end suivant car j allais me retrouver dans ma maison familiale sur le Bassin d'Arcachon à deux pas de la maison de mon amie. Partant pour un footing dans les bois proches je devais passer devant chez elle, elle était dans son jardin, son mari pas très loin. Un simple instant, nos regards se croisèrent. Ce moment fut des plus intense que j ai eu a ressentir dans un jeu amoureux. Je ne vis que ses yeux me regardant intensément, et je ne pouvais lui rendre ce regard sans éveiller la curiosité de son mari.

Je continuais donc mon footing avec moins d 'entrain, pensant à notre folle nuit bordelaise et ce regard.

Je quittais Arcachon l'après midi même. Le lendemain je recevais un sms, rappelles moi.

Je l'appelais à son Étude, pourquoi tu ne m'a pas dit que tu venais ce week end, on aurait pu se voir.

Je n ai point osé Patricia, lui répondis je. Depuis cette nuit d octobre, je pense souvent à toi dit elle, certaines nuits je me caresse et j éprouve un indicible plaisir à rêver que nous faisons encore l'amour. J aime profondément mon mari, mais il m est arrivé à penser à toi lorsqu'il me fait l'amour.

Depuis nous parlons le soir de temps en temps, cela nous est facile car pour des raisons professionnelles nous sommes célibataires géographiques. Certain soirs nous dérapons et nous retrouvons en cam, très tard dans la nuit.

Ce week end, repas de famille à Arcachon, je m'enhardis cette fois ci, je l 'appelle dès mon arrivée samedi, « dimanche matin je vais courir au pied de la Dune, je serai à 8 heures 30 parking de la corniche ». Un silence au téléphone puis « je serai là »

Ce matin donc 8 heures je me suis stationné à la Corniche, il fait encore frais mais le soleil est de la partie. Les Passes d' Arcachon sont calmes, la mer est haute. Une légère brise marine rafraichit l'air ambiant. Je regarde nostalgique le banc d'Arguin témoin de mes frasques passées.

DSC2657-la_dune_du_pilat_et_le_banc_d_arguin.jpg

Une voiture se stationne c 'est elle. Toujours aussi belle, avec ses cheveux noirs coupés court, ses divins seins, elle porte un short moulant mettant en valeur ses courbes de hanche et ses divines fesses. Il y a quelques pêcheurs à la ligne nous nous faisons la bise, mais ce sont nos regards qui s'embrassent intensément. Nous descendons l'escalier qui m^me à la plage sans un mot. Nous nous échauffons et nous partons en direction de la plage du Galouney , il n'y a personne, le soleil se fait chaud, nous courons l'un à coté de l'autre. De temps en temps nos regards se croisent et nous accélérons à en perdre l'haleine.

Nous faisons demi tour, on monte là haut dit elle, désignant la Dune du Pyla. Et nous entamons son ascension. Tu te souviens de la première fois me dit elle. Je souris, nous sommes en haut.

A 100 mètres au dessus de la plage, nous contemplons le paysage, celui de notre adolescence. Il nous semble que tout est figé depuis notre première fois , ici sur cette dune il y a presque 30 ans maintenant.

Sur cette étendue de sable d'un coté l 'immensité verte de la forêt de Pins maritimes, de l'autre l'immensité bleue de l'océan, le banc d'Arguin , le Cap Ferret, au loin l'Ile aux Oiseaux.

Malgré la brise nous avions chaud, elle retira son tee shirt, m'offrant sa magnifique poitrine enserrée par son soutien gorge . Seules face à ces immensités bleue et verte simplement délimité par ce ruban de sable fin, nous nous sommes embrassés d'un baiser fougueux, devenant de plus en plus langoureux, nos langues se retrouvant . Elle retira mon tee shirt, je libérais ses seins pour mieux les honorer de mes lèvres suçotant, mordillant ses tétons. Fais moi l 'amour, comme nous avons fait l'amour la première fois ici, l'été du bac. Elle baissa mon cuissard libérant mon membre durcit par le désir et de sa bouche elle s'en empara. Elle se mit à me sucer avec avidité jouant de sa langue de ses lèvres j'étais au supplice devant l'immensité de la nature. Il pouvait y avoir du monde autour de nous, mais nous n'avions cure, je l'allongeais sur une serviette, elle écarta avec cette indécence qui m'avait fait craquer il y a 30 ans et me dis viens me lécher j'adore tes lèvres et ta langue. Je ne me fis pas prier,. Ces gémissements devinrent de petits cris lorsque mes doigts se joignirent à ma langue et mes lèvres. Prends moi dit elle. Je m'avançais et présentais ma verge à son endroit et d'un coup je la pénétrais, son fourreau était si doux si humide est chaud. Je commençais par de lents mais puis va et viens pour en accélérer ensuite la cadence, lui arrachant des cris de jouissance à peine couvert par le ressac en contrebas .

J'étais prisonnier de ses cuisses, de ses bras de sa bouche. Nous roulèrent dans le sable, et elle me chevaucha m'offrant ses seins aux douces tortures de mes mains. Je me redressais pour mieux l'embrasser. Puis sans se parler, comme cette année du bac, je me mis en tailleurs et elle vint s'empaler à nouveau me tournant le dos, offrant sa nuque à mes baisers .

J'enserrai alors ses seins et face à l'océan nous eûmes notre orgasme, nous avons ressentis cette même sensation d'adolescent , elle tourna la tête vers moi, nos lèvres se rejoignirent et un un spasme puissant, je m’épanchais alors en elle, en longue saccade de sperme lui arrachant un cri de jouissance.

Nous sommes restés ainsi unis encore quelques minutes face à la mer, se caressant et s'embrassant.

Mais le temps passe vite, nous devions rentrer chacun de notre coté.

Elle m'embrassa tendrement, nous avons décidé de cesser nos bêtises virtuelles mais de se retrouver

de temps un temps l'espace d'un moment pour retrouver l’insouciance de notre adolescence.

Je restais encore un moment sur cette dune et j'en profitais pour faire quelques coucous à des amies du site, puis je redescendis pour me baigner nu dans l eau glacée de l'entrée du Bassin d'Arcachon et je rentrais rejoindre ma famille.

Là en dirigeant mon regard vers sa maison je la vis avec sa famille, elle me vit sortir de ma voiture et me fis un baiser de la main.

Source :


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.