Aller au contenu
  • entries
    17
  • comments
    98
  • views
    8,576

Séance avec Emilie

bigbi33

871 vues

C'est dans un petit bistrot, au coin de la rue que nous avions fixé notre rendez-vous!Après d'intenses « négociations », de ferventes prières, des échanges multiples, j'avais réussi l'impensable, obtenu l'inimaginable : un rencart avec la divine Emily! ;-)Emily, fantasme d'un idéal féminin, devant laquelle je me prosternai depuis que je l'avais découverte, par hasard, lors d'une déambulation coquine sur un forum bien connu! :oops:La délicieuse coquine avait donc accepté une rencontre non fortuite, à la suite d'une proposition dont je vous cacherai les termes si ce n'est que l'objectif avait suffisamment éveillé l'intérêt.C'est donc dans mon atelier vitré que nous nous retrouvâmes pour une séance photos que je n'avais jamais osé imaginé : la belle était bien présente, avec son sourire malicieux, tout à fait à l'aise, plaisante, amusante alors qu'une grosse boule me nouait l'estomac et que je recherchais avec difficulté à retrouver les bases de la langue française.Habillée simplement, d'une jolie petite jupette, d'un T shirt noir moulant ses magnifiques formes, mon modèle se tenait à présent dans mon atelier dans l'attente des consignes.Après avoir cassé un verre, renversé un vase, mis le feu à l'atelier, déclenché une éruption volcanique, je réussis à retrouver mon calme et à nous offrir une petite boisson revivifiante....et zou, un coup de vent, une bourrasque venue d'on ne sait où, et zou une petite jupette vole dans les airs de l'atelier surchauffé!!! :aime2:les plans qui suivent, prennent une tendance baroque, voire surréaliste :fou: la vue de la petite culotte d'Emily affecte mes sens et je ne fonctionne plus que sur mon cerveau reptilien!!!et zou, un cyclone jamaïcain frappe le centre de la verrière : dans un déhanchement propre à ridiculiser Travolta, Emily vient de faire voler son T shirt désormais trop étroit pour le moment choisi. Les éclairs des flashes de mon appareil crépitent et accompagnent l'ouragan des îles! Quel nigaud je suis!!!pas le moindre citron vert alors que j'ai une soudaine envie de 'tit punch!Emily est superbe dans ses sous-vêtements qui emballent son corps comme les beaux rubans d'un superbe cadeau : Merci Père Noël, désormais, je suis ton plus grand fan :pardon:Je suis dans un état indescriptible, j'essaie d'accompagner les mouvements suaves de la superbe Salomé devant moi!! j'ai déjà perdu la tête mais j'ai gagné en volume en un autre endroit que la décence m'empêche de citer ici. Ah si? Ah bon!J'éprouve une certaine gêne dans mes propres mouvements, et même si je revendique une certaine souplesse qui me permet de faire des contre-plongées des plus intéressantes, une raideur très localisée me limite dans certains de mes mouvements (pourvu qu'elle ne remarque rien, me dis-je! :non: ) (le côté malin de ma personnalité, m'incite à avoir des espoirs opposés!!!OUPS!, j'ai failli avaler ma langue... le soutien gorge d'Emily vient de dégringoler...Les premières fortifications viennent de tomber, mais je n'y suis pour rien: l'ennemi était à l'intérieur!!! les seins superbes d'Emily viennent d'apparaître, objets de multiples fantasmes, sujets de ferveur auprès de nombreux lecteurs du forum cité ci-dessusah que n'ai-je plusieurs mains pour me précipiter sur ces objets d'art, j'ai des envies de plongeons, des désirs d'assoupissements sur ces magnifiques coussins d"amour, qui me font de l'oeil avec leurs tétons bien dressésIl faut sauver le soldat Bigbi! je n'en peux plus de tout tenter pour me retenir, je suis sous le coup d'une intense fièvre tropicale :fou: :fou: La Belle coquine sourit de me voir si déconfit (il serait plus juste de dire surconfit!!) consciente de l'effet qu'elle produit sur moi: les boutons de ma braguette ont à peu près tous cédé et ce n'est que grâce à une position totalement hors norme, que j'ai réussi à retenir la bête qui ne sommeille plus en moi, bien éveillée, elle est là, prête à bondir, un vrai fauve!!! la petite culotte vient de tomber, elle trône à présent sur le sol du lieu paradisiaque qui était autrefois un simple atelier : Aphrodite, dessus son coquillage, s'offre à moi, encore plus belle que le modèle de Boticelli, admirable, sublime, Emily est éblouissante et le peintre italien en aurait été ému ...ému au point d'en avoir une aussi belle érection que la mienne, je suis dans un tel état que même les plans excessifs d'un film de Russ Meyer (pour les connaisseurs) paraîtraient ridiculement puritains!!! :aime: :aime:...et la séance photo ne venait que de commencer!!!!Au fur et à mesure que la séance avançait, j'avais enfin retrouvé l'usage de la parole, ma main était plus sûre, mon œil plus déterminé : mon exquise muse avait d'elle même pris la direction dans la façon dont son corps se prêtait au mitraillage dont il était l'objet.Hormis quelques conseils, par rapport à la lumière et sur sa façon de me regarder, je n'avais pratiquement plus d'indications à lui donner : la belle menait la séance, proposait les positons, découvrait des poses, imposait des situations.Petit à petit, en plus du sourire mutin qui ne quittait pas son délicieux visage, je découvris une expression de défi : elle en voulait plus, anticipait mes attentes, provoquait mes désirs.Emily bougeait dans la lumière chaude de l'atelier, elle offrait son corps sublime dans une série de mouvements divers. Elle se laissait aller et improvisait en offrant sa sensualité débridée, et sans jamais oublier de fixer l'objectif, ses yeux initiaient autre chose que de la curiosité : :oops:invitation au voyage, montée du désir, accélération des rythmes cardiaques, … l'eau était en ébullition dans la carafe, les vitres de la verrière commençaient à se déformer sous l'action de la chaleur, les montres de Dali se mettaient à couler, Emily avait commencé à se dévêtir... :twisted:(Vu dans les épisodes précédents : Une magnifique jeune fille, plus connue sous l'appellation contrôlée « Emily », a accepté de poser pour un photographe sujet à des crises d'hyperventilation en cas de gentils désordres!)Le vent fripon a sévi et tous les effets de mon divin sujet, traînent à présent dans un coin de l'atelier. Quant à moi, je traîne aussi, simulant le professionnalisme du grand photographe de renom, mais la vérité est que j'ai du mal à dissimuler une gigantesque érection qui mettrait à mal ce professionnalisme que je revendique : j'en suis donc réduit à prendre la jeune femme dans sa nudité extrême, et à expérimenter des plans qui devraient être choisis dans les galeries d'art contemporain et extrême.Le sourire d'Emily illumine l'atelier ajoutant à la belle lumière du moment présent. Divine dans sa beauté, la jeune femme m'a déclaré sa totale inexpérience et pourtant elle excelle dans les poses qu'elle me propose et valoriser ce splendide corps qui est le sienJe mitraille toutes les parties de son être : sa sublime poitrine que dont je rêve de saisir les seins lourds à pleines mains, les fesses bien rondes, le dos cambré comme il faut, les bras, les jambes, le ventre,... c'est une jeune femme magnifique dont les courbes parfaites sont faites pour inspirer les artistes.Je suis encore à pleine action lorsque je découvre que mon modèle s'est rapproché de moi de manière imperfectible : je ne veux y voir de sa part qu'une volonté d'être prise en plans rapprochés, je continue donc à tenter de m'appliquer. Mais la délicieuse Emily a profité de mon innocence pour se saisir de mon appareil, puis elle me repousse de son air délicieusement mutin, sourire coquin jusqu'aux oreilles et elle me signifie que c'est à moi à présent de poser pour elle!!!Pris au dépourvu, je n'ai que 2 choix possibles : je refuse en prétextant ce fameux professionnalisme auquel je faisais référence précédemment ou bien j'accepte en dévoilant l'étendue des dégâts de mon état général.Et si nous rendions ce texte un peu interactif???Qu'auriez-vous choisi à ma place???Après une séance photo des plus torrides, la sensuelle Emily a décidé de prendre les choses en mains et a confisqué mon appareil : nous voici donc en plein milieu de la fameuse scène de « l'arroseur arrosé »!Me voici donc devenu la cible de mon propre objectif : Emily, dans son plus simple appareil et en possession du mien (appareil), me mitraille à présent en me faisant de beaux sourires très encourageants.Je ne sais pas trop comment me tenir et je me sens très maladroit dans cette posture. D'autre part, je n'arrive pas à me détacher de la vue du corps somptueux de mon ex-modèle, ce qui lui permet de continuer ses prises de vue.« Ne sois donc pas si raide!!!, détends-toi!! »Je voudrais vous y voir, avec la raideur qui bloque mes mouvements depuis qu'elle a adopté une tenue d'Ève, j'ai beaucoup de mal à adopter une attitude, disons, détachée!Elle se précipite alors sur moi, enlève ma chemise coincée dans mon jean, après en avoir défait les premiers boutons, elle me l'enlève par le haut en m'arrachant presque la tête; son impatience est perceptible, puis elle s'attaque à mon jean et là, ah soulagement!!!, une fois le bouton du haut défait, comme par déclic, tout s'effondre et je laisse apparaître une bandaison donc l'aimable Fernande serait sûrement ravie!!!D'ailleurs Emily semble l'être également, elle éclate de rire et reprend toute une série de clichés dont l'unique sujet pourrait figurer dans la programmation du journal du hard ou bien dans un documentaire sur les reptiles d'Amazonie.« et si nous passions aux gros plans, à présent? » déclara-t-elle! Comme si cela ne lui suffisait pas! Je ne veux pas avoir l'air de me vanter, mais je vous assure qu'avoir les seins d'Emily sous son nez, suffit à vous provoquer des grosseurs dont les plans ne peuvent que faire rougir!!Elle me pousse par terre et s'allonge près de moi, ce qui fait que nous nous retrouvons dans la position plus célèbre sous l'appellation de 69, ou bien tête bêche pour ceux qui préfèrent. Elle s'intéresse à mon p'tit Jules devenu bien grand Julot à présent, quant à moi, j'ai son sexe juste devant mes yeux, en gros plan, en réel, en direct!!!Je n'en puis plus, je décide de laisser parler mon instinct et je plonge dans les délices de l'intimité d'Emily, et j'ai juste le temps de penser « mon vieux, tu vas t'en prendre une mais tant pis cela vaut le coup!!! ». avec ma main je passe doucement sur le petit buisson frisotant et descend câlinement vers son sexe déjà entrouvert. Un soupir chantonnant, telle est la réaction que j'obtiens. La coquine était, elle aussi dans un bel état d'excitation, en témoigne l'humidité qui recouvre ses lèvres gonflées. Je passe doucement avec mon doigt pour recueillir la délicieuse rosée qui recouvre son sexe et pour me glisser vers son clitoris que je n'ose qualifier de petit car, Je dois vous l'avouer tout net, au risque d'en choquer plus d'un ou une sur ce forum quand même très conventionnel : Emily bandait aussi, sont petit coquillage érectile était dans un état d'excitation qui faisait plaisir à voir!!De son côté, il semble qu' Emily soit entrée dans le vif du sujet : mon sexe se trouve bien entre ses mains, et pas du bout des doigts, je peux vous l'assurer! Elle me masse le gland délicatement, le décalottant avec adresse et me prodiguant des caresses que même Shéhérazade n'osa décrire dans ses récits des mille et une nuits. Résultat, j'ai le sexe en feu, une vraie torpille, un missile intercontinental (désolé, je vais abandonner ce langage terriblement guerrier alors que la situation ne s'y prête guère!).Enhardi par ses initiatives, c'est avec ma bouche que j'explore les plis exquis d'Emily! Quel régal, du bout de la langue, je recueille tous les sucs que la belle laisse sourdre de sa source enchantée et je me laisse aller à un va et vient des plus sensuel et les gémissements qui me viennent en réponse, d'un peu plus haut, me laissent à penser qu'ils sont appréciés!En réponse, j'ai droit à une prise de parole, ...pardon, une prise en bouche : Elle s'est saisi de mon gland qu'elle suçote comme s'il s'agissait d'un délicieux berlingot, elle passe le bout de sa langue sur la petite fente, joue avec, puis redescend le long de mon extrémité! Rhâââ que tout cela est délicieux!!! alternant petites suceries (oui, je sais, je viens de l'inventer pour l'occasion) et gobages plus conséquents, je suis aux anges!Je décide alors de lui répondre en lui titillant sont clitoris tout gonflé en prenant garde de ne pas l'irriter, et dans le me temps, j'introduis mon doigt d'explorateur dans sa vulve accueillante. La belle me réponds par des sursauts de son bassin et j'insiste donc en jouant de mes lèvres sur son coquillage merveilleux!Mon sexe est enfoui bien au chaud dans sa bouche, elle me suce divinement : en fellatrice experte, elle sait me prodiguer les mouvements adéquats et devine lorsqu'elle m'amène au bord de l'orgasme : alors, elle s'arrête et vient me lécher ma mandragore géante (excusez-moi pour ce manque d'humilité!) et joue avec tous mes récepteurs sensoriels : Je suis au bord de l'extase mais je ne veux pas en finir ainsi!Je me dégage doucement de son emprise ensorceleuse et me tourne sur elle pour remonter (vous me suivez???) jusqu'aux 2 magnifiques globes mammaires pour m'en repaître avec avidité!!! La belle m'agrippe par les cheveux et m'enfouit la tête dans ce paradis moelleux. Ma bouche gourmande est irrésistiblement attirée vers les 2 magnifiques tétons qui (plus tôt dans ce récit), me faisaient de l'œil comme une invitation à un voyage vers l'éden. Je n'ai pas assez d'une seule langue, d'une bouche unique pour me saisir de ces sublimes nichons, je maudis le ciel de m'avoir fait aussi mal adapté, alors je « cours » d'un sein à l'autre, frustré de ne pouvoir les prendre en même bouche. Emily ferme les yeux en poussant des cris exquis et ne sachant plus à quel sein me vouer (ou me dévouer), je décide de venir l'embrasser en lui proposant d'aller chercher de quoi me coiffer...Quiconque a réussi l'ascencion du Canigou, après une longue et éprouvante marche sera récompensé par un point de vue superbe : Hors, lorsque je retournai dans la pièce dans laquelle m'attendait la sublime Emily, je compris que ce n'était rien en comparaison du spectacle qui s'offrait à moi :aime: :aime:Penchée sur une table, elle regardait d'anciens clichés éparpillés et offrait à mes yeux gourmands le point de vue le plus charmant qu'il soit : cette croupe courbée était la plus délicieuse des invitations et je suis sûr d'avoir battu un record de sprint pour me retrouver imbriqué contre elle, telle une brique lego, mon zizi, de caoutchouc vêtu, bien au chaud entre ses fesses.Elle réagit langoureusement en se redressant contre mon buste hyperviril, et, sans même un torticoli, réussit à m'embrasser fièvreusement2 secondes plus tard et mes mains s'étaient collées à ses seins plantureux comme aimantées par une force surnaturelle :doh:Elle se retourna contre moi et m'escalada avec souplesse, les bras autour du cou, les jambes autour de mon bassin, et son sexe face à face avec mon pic à glace!!!Je n'eus aucune difficulté à pénétrer dans sa grotte délicieusement humide et pour se faire, glissais mes mains sous ses fesses brûlantes : d'un coup, je me retrouvai au plus profond de son être et reçut, en remerciement, ce que je pris pour un cri de plaisir.Et c'est ainsi, dans cette position héroïque, que nous commençâmes notre cavalcade effrénée!! Emily, fermement accrochée à moi, me donnait des coups de bassin auxquels je répondis en lui serrant fermement son joli petit cul pour l'amener au plus extrême de mon sexe chauffé à vif.Je l'amenai doucement à terre afin qu'elle me chevauchât complètement et la laissai me mener à son rythme, sentant de délicieuses contractions tout le long de mon bâton de maréchal! la bride était lâchée, mon amazone aussi!!! c'est à un rythme d'enfer que ma cavalière mena le train, en poussant des gémissements délicieux, et je lui répondis par des rugissements de fauve en rut ( oui, c'est bien ça qu'on dit ) mais je sentais que bientôt j'allais perdre le contrôle de la situation, car quelques décharges électriques étaient les premiers signes annonciateurs d'un gigantesque ouragan, les rafales augmentaient, les murs tremblaient, sous les coups de tonnerre mélangés aux cris aigus d'Emily, les vitres de l'atelier commençaient à se briser, les toitures des immeubles voisins commençaient à s'envoler, la tornade qui s'annonçait au plus intime de mon être, grossissait progressivement, telle un gigantesque vortex, prêt à engloutir tout sur son passageMa hussarde déchaînée, ne me laissait aucun répit, d'avant en arrière, elle s'agitait avec frénésie sur mon sexe chaud comme une braise. Puis soudain, comme paralysée, elle s'immobilisa et je ressentis les signes annonciateurs d'un événement cataclysmique, son corps tout entier était l'objet de frémissements multiples, trépidations incessantes,et ce fut le déchaînement prévisiblealors qu'elle se précipitait vers son orgasme dans l'énergie d'une éruption volcanique, elle poussa un grand cri de jouissance et m'amena à relâcher le raz de marée que j'avais réussi tant bien que mal à retenir jusqu'iciun orgasme phénoménal, à la hauteur de la suite d'excitations qui l'avaient préparé, mais surtout grâce aux bons soins de ma cavalière émérite qui n'avait pas ménagé sa peine pour m'amener jusqu'ici!Après la tempête, ce fut le calme, le repos des eaux, Emily se reposait tout contre moi, son visage réjoui, sur ma poitrine apaisée et je m'endormis doucement!Quelle ne fut pas mon horreur, lorsque une vingtaine d'heures plus tard (il fallait bien ça pour me remettre de cet épisode tumultueux), je découvris que j'étais seul, dans mon atelier, dans le calme retrouvé, frigorifié à présent!Et si tout cela n'avait été qu'un rêve??? un simple fantasme,,,Je commençai à remettre de l'ordre dans mon atelier, puis saisi d'un doute, je cherchai mon appareil numérique que j'allumai et impatiemment, j'attendis de voir les dernières prises???Alors d'après vous ?????? :lal:(je précise que cette fin fut écrite par la principale intéressée, la belle Emilie, qui me fit l'honneur d'écrire cette jolie petite conclusion qui colle merveilleusement à la fin de ce récit ;-) )Alors Emily se réveilla quelques heures avant son beau photographe. Elle prit l'appareil en main (celui qui fait des photos bien sûr, bande de pervers ) et pris son bel apollon sous toutes les coutures. Mitraillant ce modèle endormi, reposé, avec un large sourire de bébé aux lèvres, apaisé et fier de lui. Elle connecta l'appareil à l'ordinateur et téléchargea l'ensemble de cette dernière séance. Elle lança un diaporama de monsieur le photographe nu et endormi pour qu'il ait la surprise à son réveil. Elle titra ce diaporama : "Faut pas s'endormir lorsqu'on a une femme dans ses bras". Les autres photos d'Emily furent graver sur un CDrom qu'elle rangea précieusement dans son sac à main. Elle effaça la totalité des prises de vues de la carte mémoire. Elle s'habilla silencieusement puis laissa un petit mot sur un post-it jaune près de l'ordinateur : Désolée de vous avoir chippé vos photos, mais j'ai bien l'intention d'en faire des tirages sur papier. En grand tant qu'à faire !! Permettez-moi juste de les proposer à une galerie d'art que je connais très bien de réputation, en vue d'une exposition s'appelant Adam sur Eve et vice versa (ce titre devrait vous plaire ). Merci de votre professionnalisme, vous êtes très doué (en photo comme en d'autres choses). Bisous et à bientôt pour l'expo, je vous envoie un carton d'invitation, promis.

  • Like 2


9 Commentaires


Recommended Comments

j adoreeeeeeee on ressent a travers tes mots toutes l excitation et le plaisirs que tu as ressenti !!!et j aime cette facon humoristique de raconter .

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Superbe Bigbi, on vit avec toi les sensations que tu as ressentis ................

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Et si nous rendions ce texte un peu interactif???Qu'auriez-vous choisi à ma place???Alors MOI j'aime la séduction qui est faite pour durer donc :je refuse en prétextant ce fameux professionnalisme auquel je faisais référenceJe t'assure que t'es un grand fouuuuuuuuu des mots ,des jeux de mots j'adoreeeeeeeeJe souris ,je frémis ,je brrrrrrrrrEt j'adore Emily ,son aplomb j'adore :aime2:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Merci la Miss, :aime2: ravi de t'avoir fait vibrrrrrrrrrrrrrrrrer! Big Kissssssssssssssssssssss

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Merci Debo, j'aime bien aussi comment tu racontes les tiennes :aime2:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Waou, j'ai adoré ton récit ! on sent bien l'excitation et le plaisir monter au fur et à mesure, une fois pris dans ton tourbillon, impossible (et surtout aucune envie) d'en sortir !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.