Aller au contenu
  • entries
    17
  • comments
    98
  • views
    8,653

Quelle bouche !!!

bigbi33

907 vues

voici une nouvelle histoire avec une ravissante héroïne que vous reconnaîtrez peut-être : je précise bien qu'il s'agit d'une fiction pour lever tous les sous-entendus !!!Assis au bord de la piscine, je tente de reprendre mon souffle après les presque 600 longueurs, discipline hebdomadaire que je m'impose pour éviter de devenir bedonnant !Il ne reste plus qu'une vingtaine de minutes avant la fermeture, seuls, deux à trois nageurs confirmés, une mémé, un marmot joueur, troublent la surface avec leur pataugement aquatique.Et c'est alors qu'elle entre, dans un coup de tonnerre qui fait vibrer toutes les vitres opaques du bâtiment, que tous les néons et autres projecteurs se mettent à clignoter d'une manière insensée, que le sol se met à trembler comme si tout allait être englouti dans les abysses d'un gouffre sans fin.Tout ceci n'est que le fruit de mon imagination mais la jeune femme qui est entrée près du bassin est bien réelle et tout de suite je suis subjugué par la classe de sa beauté : de belles jambes fuselées, un corps de rêve aux dimensions idéales et aux formes excellemment mises en valeur par un maillot d'un bleu électrique, zoom sur son visage avec des yeux souriants, malicieusement coquins, et une chevelure flamboyante Mais c'est surtout sa bouche qui m'attire le plus : une bouche à damner le plus pieux de tous les moines franciscains... :twisted:Tout de suite, elle se met à l'eau et m'offre le ravissant spectacle de sa personne aux prises avec l'élément aquatique. En fait, c'est l'inverse qui se produit tant l'eau semble être au service de ce splendide corps de sirène qui semble glisser avec aisance sur toute la longueur de la piscine. :aime2:Mon regard reste fixé sur sa beauté, son élégance, sur sa...mes yeux sont comme scotchés par cette vision quasi mystique qui fait que, lorsque la belle sort de l'eau, la Vénus de Botticelli ressemble à un vieux laideron tout racorni !C'est alors que je constate avec stupeur qu'elle se dirige vers moi, et sans un mot, tout au plus un sourire, elle vient s'asseoir juste à côté de moi ! Moment délicat pour moi car je ne veux pas rester ainsi, dans l'attitude du chien de chasse en arrêt, langue pendante, patte relevée, regard abruti,...il me faut prendre un air de circonstance et tenter de lui sortir mon célèbre sourire à la George Clooney (whatelse!) .C'est alors que, sans le vouloir (probablement l'inverse, c'est à dire par un fait exprès!) son bras humide vint toucher le mien et qu'elle se tourna vers moi pour s'excuser. Ce simple contact suffit à m'électriser, les quelques milliards d'hormones se mirent au boulot et enclenchèrent la machine à excitation... :fou:Je ne voyais plus que sa bouche sensuelle, gourmande à souhaits, aux lèvres pulpeuses et je fus envahi par un raz de marée de désir lorsqu'elle s'ouvrit :« Lilianne, enchantée, fit-elle avec ses beaux yeux de printemps,- George, euh, Xavier, tout le plaisir est pour moi !!! », (je tiens à dire que par souci de confidentialité, afin de ne gêner personne sur ce forum, je ne vous donnerai pas les identités réelles des deux protagonistes).Le charme, le contact avec sa peau, le léger parfum qu'elle dégageait malgré la présence de l'eau chlorée,...tout ceci fit que :« excusez-moi, mais je dois aller nager un peu ! » et je plongeai rapidement dans l'eau de peur que les dimensions prises par un des organes les plus externes de ma personne ne soient remarquées par ma toute nouvelle connaissance. :oops:Une fois dans l'eau, je réalisai alors que j'avais été rejoint par la délicieuse créature qui me tenait compagnie depuis peu, et alors que je nageais vers le bord, à l'abri des regard inopportuns, je fus rattrapé par l'élégante naïade qui vint pratiquement se coller à moi.« Alors beau Xavier, voulez vous que je vous laisse vous entraîner ? me dit-elle d'un regard légèrement moqueur,

  • non, mais vous comprendrez que dans certaines conditions, je ne puis,...
  • ah vous voulez parlez de cela ! répondit-elle en riant presque et sa main plongea et vint tâter ce qui causait chez moi cet embarras soudain. Si ce n'est que cela, rajouta-t-elle en chuchotant à mon oreille, cela ne me gêne nullement, bien au contraire, et elle entreprit de me caresser sous l'eau, et dégagea mon obélisque que mon maillot ne pouvait plus contenir !

Je regardai par dessus son épaule afin de voir si personne ne pouvait nous remarquer, mais à part l'infatigable ménage de l'octogénaire qui terminait son dernier kilomètre, nulle âme pour déranger ce petit manège qui n'était pas encore de la natation synchronisée, alors que sa main qui faisait bouillir l'eau autour du périscope qui me tenait lieu de sexe, se faisait de plus en plus insistante dans ses lents mouvements de va et vient et je sentis les prémisses d'une éruption, comparable à ces geysers qu'envoient les cétacés lorsqu'ils émergent pour venir respirer !Horreur !, c'était bien la sirène qui résonnait dans les murs du bassin pratiquement vide, annonçant la fermeture prochaine des lieux, mais surtout, l'orgasmus interruptus me privant d'un plaisir auquel la belle Lilianne semblait décidée à m'accorder. :(Je l'embrassai rapidement en me rhabillant de manière excessivement malaisée et décidai de piquer une dernière longueur, histoire de pouvoir sortir de l'eau avec un minimum de décence. Auparavant, je lui avais promis :« on se retrouve dehors, et je vous paye un verre », avec le plus beau sourire dont j'étais capable, le souffle pratiquement coupé, le zizi dont la tête hors de l'eau, semblait regarder de son œil unique ce qui pouvait bien se passer en dessus de la surface.Elle ne répondit pas mais me gratifia d'un magnifique sourire de sa bouche magique et ses yeux coquins alors que je tentais tant bien que mal de revenir à une température convenable.Lorsque mon sexe eut enfin pris une taille raisonnable et que le gardien de bassin commença à me regarder avec suffisamment d'aigreur, je compris qu'il me fallait sortir de l'eau, je regagnai ma cabine et, alors que j'ouvrai la porte, je fus bousculé par une tornade aux éclairs bleus électriques. Je compris alors que la divine Lilianne n'était pas encore décidée à se rhabiller. :twisted:«Tu es parti bien vite, jeune homme, tu aurais pu me demander mon avis et attendre que j'en ai fini avec toi, j'ai horreur de ne pas terminer ce que j'ai entrepris » et alors que j'ouvrais la bouche pour protester, elle s'y engouffra de toute sa passion et m'administra le plus chaud et le plus long des baisers langoureux dont on puisse rêver !Lorsque elle me laissa enfin respirer, elle se releva, fit glisser les bretelles de son maillot par dessus ses superbes épaules nues et en un tour de main fit voler le maillot bleu, s’accroupit à mes pieds, en tirant vers le bas mon maillot, et commença doucement par une prise en bouche qui me fit penser que j'allais certainement disparaître, tout entier, dans sa bouche chaude et accueillante, et qu'il n'y aurait pas plus belle fin !Satisfaite du résultat, et des dimensions de « la bête », elle se tourna et je compris rapidement qu'il s'agissait là d'une invitation : le spectacle qu'elle m'offrait était divin, un des plus beaux culs de la création, et une vision sur un sexe ouvert, une fleur aux pétales si magnifiques que nul insecte ne peut lui résister. Et c'est ainsi qu'après avoir recueilli un peu du pollen de son pistil, et l'avoir porté à ma bouche, après avoir humé le plus doux de ses parfums intimes, après avoir légèrement humidifié le cœur de sa fleur, je m'introduisis dans sa corolle et comme l'insecte happé par une plante carnivore, je me vis disparaître au plus profond de son être intime !!!Magique, magnifique, mirifique,...il n'y aura jamais assez de qualificatifs en -ique pour décrire ce que je ressentais alors que je la butinai de plus en plus ardemment tel un bourdon gourmand enivré par tant de sucs.Les mains en appui sur ses fesses aux formes idéales, puis, alors que j'allais toujours plus profond, comme attiré par je ne sais quel principe érotique, vinrent prendre en corbeilles ses beaux seins qui s'agitaient sous l'ardeur de mes coups de plus en plus pressants.Il nous fallait être discrets, car même si les derniers nageurs avaient évacué les vestiaires, le cerbère des lieux restait encore à l’affût mais, occupée à nettoyer l'eau répandue sur le sol, nous laissait encore quelques temps pour exprimer, avec quelque retenue, les soupirs d'une satisfaction qui se faisait grandissante.Aux petits cris poussés par ma compagne, je compris qu'il me fallait apporter une conclusion à ce manège post aquatique et je l'accompagnai dans un final qui n'avait rien à envier au plus beau des bouquets de feux d'artifice ! :youpie:Une fois rhabillés, lorsque ma belle complice des vestiaires me rejoint à l’extérieur, elle vint m'embrasser et me décocha un magnifique sourire, ravageur, dévastateur,... et me laissa entrevoir, dans sa bouche entrouverte, la minuscule boule bleue qui ornait le piercing à sa langue. Il m'avait bien semblé sentir une drôle de sensation, alors que je me trouvais bien au chaud dans sa bouche et quelle bouche... !

  • Like 2


2 Commentaires


Recommended Comments

hé hé un perçing bleu sur la langue ?J'ai vu ça quelque pas me semble-t-il :lal:tu as le don de dire les choses sans les dire bravoooooooooo!!!!

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.