Aller au contenu
  • entries
    7
  • comments
    24
  • views
    2,691

Un après-midi d'été (acte 1 - 3ème épisode)

erastor

754 vues

Souvenir fugace qui remonte.....un après-midi d'été (acte 1)....Encore un après-midi d'été ou il faisait bon se promener...Dans cette région du sud-ouest que j'aime temps et qui me manque, sur les petites routes calmes et ombragées, nous visitions la région, Brive, Périgueux, Bergerac, j'aime trop visiter ces décors....Nous roulions tranquillement, sans but précis, juste pour le plaisir. Nous nous arrêtions chaque soir pour chercher un hôtel et reprenions la route le lendemain, sans vraiment de destination que nos envies. A gauche, pour un château, à droite pour une montagne, 5 jours que cela durait....Fenêtres ouvertes, j'avais le coude sur la portière, elle, ses lunettes de soleil sur le nez, sommeillant avec le pied sur le tableau de bord.Sa jupe volait un peu avec le vent dans la voiture, et naturellement j'avais la main sur sa cuisse, c'est dingue comme une main sur une cuisse quand on conduit c'est sensuel....J'aime la sensation de ma paume sur sa cuisse douce.Elle sourit, toujours les yeux fermées, nous roulons tranquillement vers la prochaine halte qui sera peut être au prochain virage ou dans queqlues kilomètres, seuls nos envies de balade nous le dirons...Ma main va-et-viens sur sa cuisse, nos peaux sont électrisées, la chaleur n'aidant pas.Elle ouvre un oeil "pfff j'ai chaud, je transpire, il fait trop lourd..."Elle se relève, prend le vaporisateur et s'humidifie le visage. "c'est pas croyable comment il fait chaud, un coin à l'ombre ça serait sympa...""Oui, tu veux que je m'arrête?"Elle semble réfléchir, pose le vaporisateur et soulève ses fesses. Sa culotte vole et mon regard forcément regarde hors de la route."Chéri ! La route ! J'ai juste trop chaud et j'en ai marre de cette culotte"Je souris, caresse sa cuisse..."Tchsss juste la cuisse ! tu remonte pas plus haut, j'ai trop chaud."Elle pose ses pied sur le tableau de bord, cuisses écartées, je suis comme fou, forcément une bosse nait vite sous mon jean... Elle souris, remet ses lunettes et ferme les yeux...Pfff je pense qu'elle sait qu'elle me met dans tous mes états, elle adore me taquiner. Je sais que ce soir quand on s'arrêtera, on cherchera une hôtel et la nuit sera à nous, mais c'est là que j'ai envie d'elle...Je caresse sa cuisse et poursuit ma route, mi-vexé, mi-excité....Je me détend en me promenant sur sa cuisse, douces sensations que j'adore...15 minutes passent puis 30, je roule toujours tranquilement...."chéri?""oui?" dis-je"on s'arrête? un coin à l'ombre pour souffler?"je regarde la route, plutot dégagé comme coin, pas trop d'arbre, il va falloir prendre une route parrallèle."Là ! me lance-t-elle, la route vers ce petit bois."je ralentis, tourne à droite, et prend le chemin de terre.50 mètres puis petit bois où j'avance pour arrêter la voiture. Nous sommes plutot en retrait de la route.Les cuisses sur le tableau de bord, elle me fait un bisou dans le cou et lèche mon oreille."En fait je suis chaude bouillante mon chéri, ta main m'a donné faim..."Je remonte un peu et là pas de doute, elle est trempée.Elle rigole, se glisse loin de ma main et ouvre la portière.Au passage elle attrape un plaid derrière et sort en rigolant.Je défais ma ceinture, je sors pour me dégourdir les jambes. Elle a installé le plaid sur le capot."Le moteur est brulant !"Elle s'assoit sur le capot (le charme des anciennes voitures où le capot supporte votre poids)."Tu viens mamour ?"Baisers langoureux, ses mains s'attaque déjà à ma ceinture, les boutons de mon jean, il tombe sur mes genous.Pas la peine de préliminaires, l'un comme l'autre nous sommes chaud, on se rattrapera ce soir pour la bagatelle...Et là sur le capot, mes fesses à l'air et mon jean sur les genoux, nous nous laissons aller à nos folies buccoliques....Intense, rapide et puissant, nous en mourrions d'envie et avons pris un pied rapide.... Petits bisous dans le cou, rigolade, sans mot dire nous nous rhabillons, calins, sourire, nous nous sentons beaucoup mieux...Au loin, sur le chemin, un tracteur vient. nous sommes rhabillés, comme un couple qui fait une pause innocente. Le tracteur passe et nous reprenons la route juste après.Sur la route, son petit sourire m'intrigue, elle le voit et me dit :"Je pense que le paysan a profité de ton petit cul mon chéri, ça faisait cinq minutes qu'il attendait dans le virage...."

  • Like 2


2 Commentaires


Recommended Comments

Acte 1 épisode trois j'espère que il y aura encore beaucoup d'actes et d'épisodesmerci erastorj'adore

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.