Aller au contenu
  • entries
    8
  • comments
    15
  • views
    2,961

Souvenir de jeune homme

jeanparapluie

816 vues

Il faisait froid et nuit. La neige fondue continuait à tomber et à infiltrer doucement les vêtements, à transir les chairs. Les pieds trempés et gelés, le jeune homme attendait au bord de la route qu'un automobiliste le voie et veuille bien le rapprocher de chez lui. Une Peugeot 403 s'arrêta enfin, l'éclaboussant un peu au passage. Il monta à larrière de la voiture, son petit bagage sur la banquette à côté de lui. A l'avant un couple d'une quarantaine d'années commença la conversation de rigueur. Q'est-ce que tu fais dans la vie ? Tu étudies quoi ? Ca fait longtemps que tu attends ? etc. La femme se retournait pour le regarder et l'homme conduisait mais lui adressait un sourire rapide de temps en temps. Après quelques kilomètres, la voiture s'arrêta et ils invitèrent le jeune homme à prendre place à l'avant. Les 403 avaient une large banquette à l'avant où trois personnes de corpulence normale tenaient facilement. "Mais je ne veux pas vous déranger". Ils insistèrent. "Tu auras moins froid", etc. Il passa donc à l'avant, à côté de la femme, qu'il put regarder plus attentivement, discrètement, timidement. Il remarqua sa bouche pulpeuse, ses cheveux longs et noirs, son oeil vif dans les lumières fugitives dela nuit. Elle posa la main sur sa cuisse, lui demandant s'il n'avait pas trop froid. Il tressaillit de sentir une main de femme mure sur lui. Il y a longtemps que sa mère ne lui touchait pas les cuisses ! Quant aux filles de son âge, il était peu expérimenté, et le contact était très différent. La main était douce et ferme, en même temps chaude et légère. La main d'une jeune aurait été plus hésitante ou plus vive, celle-là était calme et résolue. Elle le regardait, et faisait lentement glisser sa main plus haut sur le pantalon, plus haut, doucement, tantôt sur le dessus de la cuisse, tantôt plus à l'intérieur. Elle le regardait et lui n'osait pas répondre. Il était gèné et pris d'une émotion nouvelle. Le mari alors intervint et prit la main du jeune homme et la posa sur le nylon du genou de sa femme. Le jeune homme d'abord interloqué et surpris s'enhardit et il éprouva doucement la rondeur du genou, la douceur de la cuisse. La femme sourit et s'ouvrit doucement. "Continue" lui dit-elle. Les deux mains remontaient doucement sur les deux cuisses. Elle atteignit sa braguette. "Oh c'est tout petit !" "tu as froid ?" "Oui, un peu ...". Elle le massa à travers les vêtements et la verge enfla et durcit. Lui touchait enfin la chair nue des cuisses au-dessus des bas. Elle poussait de petits soupirs. Elle ouvrit son pantalon et fouilla dans le slip pour sortir le sexe maintenant dur et chaud et le pris doucement entre ses doigts, décalottant le gland et caressant amoureusement le sexe d'un jeune homme dans la nuit noire striée des lumières des phares et des réverbères. Il sentit les lèvres de la femme. Jamais il n'avait encore senti un sexe de femme si largement ouvert et si humide dès la première approche ! Il mit un doigt et caressa doucement les abords du gouffre. Elle lui dit "Plus fort, si tu veux". Il enfonça plusieurs doigts et explora cette grotte humide et chaude, inconnue et affamée. Elle aussi le caressa plus fort, jusqu'à ce que l'inévitable se produise. Elle fut déçue et s'excusa de l'avoir amené à souiller ses vêtements. "Non merci au contraire, c'est moi qui ..." Elle l'embrassa et le caressa. Il fallut descendre lorsque les routes se séparèrent. Il s'en alla dans la nuit froide et trempée.

  • Like 1


3 Commentaires


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.