Aller au contenu
  • entries
    11
  • comments
    97
  • views
    24,105
MissG

Y'a pas de com,  c'est pas grave blablabla... 😎

En fait si   😪   Vos avis me manquent grave au moment de m'attaquer à la suite de l'histoire.

Les copains noteront tjs le même blocage... Quand je chauffe, je n'ai plus les mots 😶

Grosses pensées à vous Tous, des bisous toussa

 

Message added by MissG

Mon petit lapinou de la prairie :*

MissG

560 vues

Trop Trop cool... j'ai essayé de poster précédemment, c'était bloqué (ou pas du coup...) Je suis contente de retrouver mon blog, et vous , les anciens les finautes, les copains.... :* 

On est tout triste d'avoir assisté à la mort de notre cher Fofo

De mob côté, je me lance dans une nouvelle aventure. Promis je fais un effort pour la finir

(Je ne pense pas que les coms fonctionnent, spagrave)

Je vous bisouille, j’espère que vous faisez tous bien gaffe à vos fesses 

Mg, pour vous servir ;)

?

 

Je les connais tes rendez-vous… Faut prendre le risque du bec dans l’eau avec toi, mon petit lapin…

Deux nuits, libres, à nous, avais tu dit… Difficile à croire !

Alors même  si tu parais sûr de toi, je n’ose pas préparer mes affaires.

Heureuse à l’idée d’une escapade, j’ai bien fait qq emplettes, mais je ne m’emballe pas  Je connais la chanson. J’attends de te voir dans l’encadrement de ma porte avant de faire quoi que ce soit .

Téléphone. C’est toi .

-‘Tes prête ? Tu descends quand j’arrive ?

-Nan, je t’attends

-Mais si, vas y, prépare toi un sac, tu descends quand j’arrive, dans 30minutes environ

-T’es en voiture ?

-oui, on part avec. Alors vas y, prépare toi un sac avec qq affaires j’arrive.

- ok, ok »

Ça m’amuse tjs quand tu me penses docile et disciplinée. Mais j’ai décidé de t’attendre. Sans te contrarier.

Je ne sais pas trop comment doit se dérouler ce weekend, ce que je sais, c’est que j’ai 30 minutes max pour prendre une douche, m’habiller et chercher un sac

Je me pose 1000 questions de filles. Je m’en veux de faire ma meuf au fond, mais c’est du sérieux, mon dressing m’attends là, juste dehors. Mais je kiffe l’eau chaude qui me croque le dos, je frissonne, je pense à mes mains toutes savonneuses, toutes parfumées sur  ta peau. J’ai envie de toi. Je me demande quels plaisirs rempliront notre séjour.

Mais je n’ai pas le temps de rêvasser… un shampooing, vite, les aiguilles tournent

A peine rincée, je m’enroule dans une serviette, à l’assaut de mon armoire.

Avec ce confinement qui nous a tous cloué les ailes, aujourd’hui levé, j’ai envie de tout porter. J’y pense en me maquillant. Si mon liner est droit, ce sera un signe…

Gagné !

J’enfile une robe. Puis une autre….je l’aime bien, celle-ci. .. ça fait plaisir de se préparer ça s’est bien entassé quand tu sonnes.

Zut. J’ai oublié l’heure. Misère tu montes à toute vitesse. Mince ! le sac !!  Vite, mon jean !!

Il est à peine fermé quand tu pousses la porte. Je suis là, à moitié habillée à l’entrée de ma chambre

-« Tu déconnes Mg, je t'ai appelé 100 fois, je t’attendais en bas !

-Allez allez … Râle pas. J’ai pas entendu….Fais moi un bisou  et un sourire plutôt, bonjour !

- oui, bien sûr. Viens « 

La chaleur de ta main sur ma peau, dans mon dos nu et tes lèvres qui se posent comme une plume dans mon cou. Je suis contente de te toucher. Je ne m’en veux pas de te faire attendre mon petit lapinou. Je traîne un peu contre toi

Et en enlevant ta veste, « -Allez, dépêche toi steuplait

-On va où ?

-T’as pas besoin de bcp de fringues

-Très drôle !

- Le champs des possibles Mg, rappelles-toi ! » me dis tu en t’installant dans le canapé.

Arf…mon propre piège….

Oui…mais moi, j’ai envie de savoir.  Ça me brouille les idées, je ne suis pas efficace face à ce sac plein de vide. Je jette l’indispensable dedans , et viens te tourner autour….

« -Tu le connaissais déjà ce soutif ? Je l’aime bien…

-oui oui…comme tu dis mais s’il te plait prépare toi »

Je fais semblant de ne pas bouder, j’ai un objectif en tête. Si je l’atteins, plus personne ne boude

« -Attends attends , je te montre mieux ! 

-Putain, t’es chiante ! me dis tu en riant, je vous voulais partir vite! »

C’est trop tard, je suis à cheval sur toi, mes mains se frayent déjà un chemin sous tes milliers de tshirts, et je remonte le long de ton cou du bout de mon nez. J’entends ton souffle dans mon oreille. Ça m’excite. Je pause. Je saisis l’instant. Je vole un baiser. Puis deux. Puis trois

Je sens mes reins se creuser, la chaleur dans mon ventre. Et mes hanches, spontanément, instinctivement, qui commencent  à rouler sur toi

Et tout doucement, dans ton oreille

« -ça me fait plaisir de te voir, c’était vachement long

-oui, à moi aussi. Alors viens, on perd pas de temps

-Nan, ne perdons pas de temps tu as raison

Nos bouches rejoignent, nos langues s’emmêlent, la chaleur de tes doigts sur ma peau nue, frissonnante à ton contact…grisant. Déjà, j’ai envie de lâcher prise. Dans ce feu, je comprends immédiatement à quel point nos coquineries m’avaient manqué.

Mon sourire répond au tien quand je prends du recul. Je me régale de la scène un instant avant d’ouvrir ton pantalon.  Mes yeux plantés dans les tiens , je décroche ta ceinture doucement. Effrontément pê un peu. Mais tu me laisses faire. Tes mots me disent une chose, et ton corps son contraire. Je n’écoute que lui en dégrafant  ton pantalon. Ma langue retrouve la tienne, avide.  Mes doigts glissent sur ton ventre, sous ton boxer,  inexorablement attirés.  Quand enfin, sous mes doigts explorateurs, chaude, raide, offerte, ta queue.

Frissons. 

Ta main sur ma nuque m’attire contre tes lèvres. Très résolument, mes doigts remontent ta longueur comme pour mieux l’apprécier avant de les refermer sur ton axe d’une douce pression dans laquelle, déjà, tu peux lire tout mon désir. Nos bouches se cherchent, se trouvent, se dévorent. Ma main glisse, coulisse sur toi… sensations, impressions, fantasmes. Ta tête bascule en arrière. Je te tiens.

Je me lève, te tire par la main, jusqu’à ma chambre. Tu quittes ton pantalon sur le chemin

« -C’est quoi ce Bronx ? me demandes tu en riant

-je ne savais pas quoi mettre… laisses, viens… »

Le temps que tu me rejoignes, j’ai fait voler mon jean à l’autre bout du lit.

Sitôt je sens ta chaleur contre moi, ton souffle dans mon cou que déjà, ma danse animale reprend.  Ponctuée de baisers torrides. Tes mains sur mes fesses me tiennent contre toi, nos jambes se mélangent

Mes mains reprennent leur danse sur ta peau, mais je sais que déjà ma patience est à bout. Le feu s’embrase entre mes reins dés que j’ attrape ta queue.  On ne branle jamais bien un homme je crois, c’est très égoïste comme plaisir, pourtant, je m’attarde, perdue dans mes fantasmes.

Puis La Gourmande, puis ma langue…. Pointue d’abord, comme pour apprécier ta longueur, juste un instant, tout en serrant l’étreinte de ma main… tu es dans ma main et je balade ma langue en te caressant… avant de t’avaler goulûment

Gourmandises. Frissons. Plaisir.

Tes mains cherchent  mon sexe. Mon antre. Ma chatte déjà trempée et affamée de toi.

Je m’éloigne. Des semaines que je ne fais rien, c’est sur ta queue que je veux m’ouvrir. J’attrape une capote. Te demande de l’ouvrir pendant que ma langue court une dernière fois sur toi. Je savoure de ces derniers instants …..  te glissant au plus loin de ma gorge pour me remplir, me régaler de toi. Je déroule la capote sur ta queue toute pleine de mes baisers, de ma salive en me projetant déjà dans l’après.

Le plaisir d’après…

Elle est cool cette complicité qui s'est crée au fil de nous. Tu sais déjà que le plaisir d’après sera à califourchon sur toi. Ça se lit dans nos sourires.

Et c'est tout à fait vrai, je ne tarde pas à t'enjamber.

Je kiffe le frisson qui me parcourt le dos en sentant ta chaleur, là entre mes jambes .... Grrrrr !!!! 

Doucement, je m'approche, comme d'un feu brûlant... Et enfin, le contact...ouch... Je me sens fondre sur toi, c'est délicieusement grisant.

Je glisse sur ta queue, ton gland posé sur mon clito...soupir, c'est magique. Je m'installe qq instants dans ce va et vient, mes yeux plantés dans les tiens.

Je maîtrise mon sourire. J'ai le contrôle. Kiffance.

Mes lèvres s'ouvrent doucement sur toi; je te sens dur, fort, brûlant, mes hanches roulent naturellement, tes mains les accompagnent. J'aime retrouver cet état de désir. Ardent, instinctif.

J'accentue ma cambrure pour te cueillir. Enfin, je te sens là, à l'entrée de ma grotte*, un mouvement et tu m'auras complètement pénétré. Tu ne bouges pas, tu m'attends, j'aime.

Je descend doucement sur ton axe, épais, offert. Je m'enfonce sur toi doucement, toute serrée sur ta queue. Et j'aime m'ouvrir sur toi comme ça.....

Ta main, dans mes cheveux me rapproche près de ton visage.Dans un sourire, je te souffle :"- Hey... Salut Toi, c'est de bon de te retrouver enfin"

Pour toute réponse, tes lèvres, ta langue et ton premier mouvement. Ta queue plantée tout au fond de moi, je n'étais pas prête. Fulgurant. 

Je pose mes pieds sur tes jambes comme pour te retenir, je me relève sur toi. Le changement d'axe, nos corps se suivent, ma chatte avalant ta queue toute entière. Je sens une boule d'énergie prendre forme dans mon ventre...Oh oui...tu m'as manqué. Je pose mes mains sur ton torse, mes hanches se balancent naturellement, résolument. J'adore te sentir me remplir comme ça.

Je ne perds pas une miette de l'instant, je glisse sur toi, m'enfonçant tjs plus profondément..... Grrrrr, c'est trop bon.

je soulève mon bassin pour te goûter sur toute ta longueur, toute serrée sur toi encore...jusqu'à senti ton gland, épais, me retenir. C'est mon signal. 

Je m'installe dans la transe, 

Tes mains m'accompagnent, tes yeux aussi. Je glisse. Je vais , je viens. On est deux savourer le moment.

Les mouvements, les respirations s'emballent, j'adore entendre ton souffle dans mon oreille. Nos corps se mélangent, nos ventres se rejoignent, tu me gardes contre toi

J'imagine la vue qui t'est offerte. Ma croupe dansant sur toi, de haut en bas.... Ta main, sur mes reins, suit la danse. Nous nous retrouvons dans un baiser. 

je me relève, j'ai envie de sentir tout au fond de moi encore... Tes doigts glissent sur ma nuque, mes bras...jusqu'à tes mains qui viennent englober mes seins. Mon bassin oscille inexorablement sur toi.

Plaisir

Tu me rejoints, j'adore pouvoir m'accrocher à toi comme ça. Mes mouvements deviennent, plus profonds. Je te veux..

Tu grommelles qqchose que je suis incapable de comprendre. Je n'y entends qu'une invitation. Et ma danse s'amplifie

Je me remplis de toi, je te vampirise, jusqu'à sentir te sentir te  crisper...

"Attends, attends!"

Non.... je n'attendrai pas.... je vais te cueillir, là, maintenant.

 

Nos corps tombent, repus de nos ardeurs passées. je te regarde en souriant.

Et avec un petit bisou sur la joue...

"-Fanfaronne pas, notre week end ne fait que commencer.... Tas fait ton sac?

 

 

--------------------

* vous noterez qu'il n'y a pas de mots jolis pour parler d'une chatte, d'un vagin...bon là, je choisis ça ...

en tous cas, je "sèche" sur le cas. ce qui est dommage, avouons ?

  • Like 3
  • Thanks 1

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.