Aller au contenu
  • entries
    7
  • comments
    24
  • views
    2,650

un soir d'été

erastor

871 vues

Souvenir fugace qui remonte.....un soir d'été.....C'était un soir d'été, 23h00, il faisait bon, nous avions dîner, je ne sais plus, chez des amis ou au restaurant. Nous rentrions tranquillement, savourant cette soirée d'été où il fait bon flâner dans les rues. Contrairement à l'accoutumée, les rues étaient plutôt calme.J'étais comme à mon habitude dans ces moments là, où tout est calme perdu dans mes pensées...boulot, famille, vie de tout les jours....mes pensées flottaient au grès de toutes mes tracasseries quotidiennes.Elle ne disait rien, accrochée à mon bras, ta tête posée, nous marchions tranquillement. Elle me connaissait, savais que j'étais perdu dans mes pensées, et une moue de contrariété se dessinait sur ses lèvres, elle voulait que je sois présent avec elle et non à mille lieux de là.Nous déambulions sans but précis, si ce n'est avancer vers notre immeuble en plein milieu du centre historique. les rues piétonnes qui zigzaguait, les pavés, les immeubles hauts aux façades anciennes.Elle s'impatientait, et comme a son habitude, savait lâcher une bombe en plein milieu d'une situation où j'étais totalement ailleurs..."tu sais?" commença-t-elle doucement, temporisant pour voir si j'allais réagir.Sa voix me sortit de mes rêveries, je revenais à la réalité."non." lui dis-je."tu sais, j'ai hésité toute la soirée à te le dire, mais, ...." un petit sourire coquin comme je les aime se dessine sur ses lèvres ".... je n'ai pas mis de culotte ce soir."Silence.... mon coeur s'emballe, coup de sang dans le bas-ventre.... elle me connait et sait comment me faire de l'effet.....ça bouillonne là-haut."ah?" je souris grivoisement.Elle est heureuse, elle sait qu'elle vient de me harponner là, et que je suis tout à elle..."oui." Elle fait l'innocente. "Tu ne me crois pas? Viens vérifier !"Elle me lance un défi ! Son sourire est sans équivoque. Et elle sait que je suis assez peu exhibitionniste, dans la rue là elle me domine, sait que je vais devoir me lâcher un peu.Elle a bien choisi son moment, nous sommes dans une petite rue piétonne, peu large, une de ces rues que seuls les habitants du quartier connaissent, pas d'échoppes ou de bars ici, seulement des accès à de vieux immeubles historiques, bref une rue totalement calme, et moyennement éclairée."D'accord... voyons cela...".Elle se mord les lèvres, heureuse.Je l'embrasse langoureusement, pendant que ma main glisse lentement sur son ventre. Je glisse sous sa jupe, et caresse sa cuisse, remontant cette fois trés trés lentement, au point d'exacerber son désir.Elle immisce un semblant de refus en serrant ces cuisses, mais l'humidité qui coule déjà et que je sens avec plaisir au bout de mes doigts, ne laisse aucun doute sur ses envies.Elle me laisse faire et caresser son intimité."hummm, c'est vrai." lui dis-je simplement.Nous nous embrassons encore plus langoureusement, le désir intense qui nous submerge ne fait pas de doutes....Sa main caresse ma bosse, je sens qu'elle cherche les boutons de mon jean pour les ouvrir. Elle me tira sous un porche."J'en peux plus, j'en ai trop envie, s'il te plait, là maintenant."Phrase sans équivoque, surtout qu'elle a sorti mon sexe gonflé et qu'elle le manie avec dextérité. Elle retrousse déjà sa jupe, et là j'ai une jolie vision sur son sexe tout mignon et tout lisse.Mes caresses l'agacent. Elle sait que j'adore les préliminaires, mais là elle n'en veut pas, elle veut de l'action. Elle repousse ma main, attrape mes fesses et me colle à elle.Je la cale contre la porte, elle se soulève et me guide pour que je la pénètre. Soupirs mutuels au moment où nos sexe se rencontre, je glisse lentement mais surement en elle. Nous nous calons le mieux possible tout les deux, nos regards se croisent, sourires coquins, elle n'attend qu'une chose, que je lui donne de suite en entamant des va-et-viens puissants qui font claquer son dos sur la porte.C'est un moment de folie intense, nous nous laissons totalement aller à nos envies primaires. Savourons et jouissons rapidement à l'unissons...Plus tard, une fois rhabillés, nous reprenons tranquillement notre chemin comme si de rien n'était, un sourire repu sur nos lèvres.Je repart dans mes pensées, et lui dit :"Tu imagine, si à force de coups sur la porte, on était venu ouvrir."Silence, et là on s'exclaffe comme deux fous au milieu de la rue, qui cette fois n'est pas déserte. Les gens nous regardent bizarrement.....

  • Like 1


7 Commentaires


Recommended Comments

héhé la kokine mais pourquoi ils vous regardaient hein?Hein?

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Hummm, petite coquinerie bien sympathique et qui réveille certaines envies, mon loulou...

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.