Aller au contenu

"Strip-Trivial pursuit"

Antoine220

995 vues

En écrivant sur ma jeunesse, j'ai pleins de bons souvenirs qui me reviennent en mémoire. L'époque de mes 20 ans était un moment plein d’insouciance et de liberté dans laquelle tout était possible, surtout en matière de sexe. Je n'ai jamais cherché cela à tout prix mais j'étais toujours prêt à m’engouffrer dans une brèche... :) J'ai tout de suite compris que pour créer un lien avec une fille il fallait être à l'écoute, drôle et souriant. En plus, j'ai toujours été quelqu'un de serviable et jovial, très facile à vivre, c'est qui doit aussi aider.

L'expérience que je veux partager avec vous où lieu pendant mes années d'études dans une école d'Art. A l'époque, et je crois que c'est encore vrai de nos jours, il avait plus de filles que de garçons. Du coup, je me suis fait pas mal de copines pendant mes années d'études. Curieusement, j'avais  une grande facilité à nouer des relations amicales avec mes camarades féminines, alors que j'étais plutôt timide dès qu'il s'agissait d'aller plus loin.Même après avoir vécu plusieurs histoires, j'étais toujours assez intimidé par les filles.

Enfin, cet éventement est arrivé l'été où nous étions tous fraîchement diplômés. Alors qu'on prenait le temps des vacances pour réfléchir à ce qu'on allait bien pouvoir faire maintenant, on flânait aussi en profitant de la fin de nos études...

Une après-midi, vraiment par hasard, je tombe sur deux copines inséparables, Marie et Berta. Bien sûr, nous sommes ravis de se croiser et elles m'invitent à les suivre pour prendre un verre dans l'appartement que la grande mère de Berta à mis à sa disposition pour qu'elle puisse monter son atelier. Il s'agissait d'un petit F2 où elle avait installé un petit canapé convertible qui lui servait de lit, une table de jardin qui lui servait de bureau à tout faire et toutes ses affaires de peinture pour remplir de grandes toiles disséminées un peu par tout dans l'appartement. J'étais franchement jaloux de la chance quelle avait. On rêvait tous d'avoir un coin à nous pour s'éclater artistiquement...

C'est précisément ce que je lui ai dit et Marie était d'accord avec moi. Après avoir parlé un peu du vieux temps et des projets que chacun avait en tête, elles ont complètement changé d'avis en me proposant de faire un "Strip-Trivial pursuit" !

Au départ, j'ai cru qu'elles me faisaient une blague. Mais elles ont insisté en disant que ça allez être drôle ! J'étais vraiment surpris. C'étaient deux amies de longue date avec lesquelles j'avais partagé pleins de soirées et de sorties, mais sans avoir flirté avec elles. C'est peut-être ça qui les rassurait, que je sois juste un copain sans arrière pensé.

Quoi qu'il en soit je me suis laissé faire. Au départ, je me suis dit que si on commençait à être vraiment à poil, elles arrêteraient les premières. Nous étions en été, alors autant dire que nous ne portions pas une tonne de fringues...

Malgré le fait que je sois plutôt assez fort en culture générale, je me suis rapidement retrouvé en caleçon et Marie, elle n'avait plus que son T-shirt. Celle qui s'en sortait le mieux c'était Berta, qui avait encore son chemisier et ses sous-vêtements.

Je dois dire que la situation était un peu surréaliste. On jouait sérieusement tout en apportant une excitation grandissante au jeu. Nos regards étaient fuyants et en même temps de plus en plus remplis d'envie...

Il était clair que les deux filles s'étaient liguées contre moi, alors, évidemment, j'ai été le premier à finir à poil ! Heureusement, nous étions assis autour de la table ce qui cachait encore mon sexe. J’avais, d’ailleurs, de plus en plus de mal à contrôler mon excitation et m’empêcher de bander…

Je ne voyais pas vraiment où tout cela allez nous amener mais j’avais, évidemment, envie d’aller plus loin. Alors, sur mon tour suivant, j’ai fait exprès de donner la mauvaise réponse pour savoir ce qu’elles avaient prévu…

-« Un gage ! Tu dois faire un gage ! »-se sont écriés ensemble en rigolant. 

Les deux filles se sont concertées à voix basse avant de se tourner vers moi l’air malicieux.

-« On est sûres que tu bandes… » - me lança Berta impertinente.

-« On voudrait voir comment tu te caresses... »- dit Marie en finissant la phrase.

Je pense que je suis devenu tout rouge ! J'ai fantasmé sur ce genre de choses depuis des années, et le jour où cela m’arrive je ne sais plus où me mettre !

Après un long moment d’hésitation et sous les regards bienveillants et coquins de mes deux amies, je me suis levé sans trop savoir comment. Et regardant un peu en l’air, j’ai, timidement, commencé à caresser ma verge en pleine érection, cette fois-ci.

J’étais très excité et terriblement embarrassé en même temps. Tout à coup, j’ai senti les mains des filles venir effleurer ma peu. Elles me prodiguaient des caresses très douces pour éviter de me brusquer…On a fini par s’entrelacer tous les trois en se caressant et en s’embrassant mutuellement…

Tout naturellement, nous nous sommes retrouvés tous les trois nus sur le canapé déplié. Pour commencer, ce fut une orgie des baisers et des caresses sensuelles à trois. C’était assez incroyable ! On se roulait des pelles à tours de rôle, avec moi ou entre elles.

J’exultais de me retrouver avec ces deux jolies filles, jeunes et frêles, aux fesses bien rondes et des seins si fermes. Je dégustais avec gourmandise ces fruits exquis pendant que nous explorions mutuellement nos corps…

Fugacement, à plusieurs reprises, je me suis inquiété de ne pas avoir des préservatifs sur moi, mais je dois dire qu’il n’était pas vraiment le moment d’interrompre nos ébats pour savoir si elles en avaient prévu de leur côté…J’ai décidé de profiter du moment présent et de me laisser aller au plaisir partager.

Nos corps s’enroulaient comme des serpents. Nos bouches sont devenus de plus en plus lubriques…nos gestes de plus en plus précis, stimulant maintenant les zones érogènes de nos sexes respectifs…Parfois on utilisait nos doigts…parfois nos langues…en fonction de la position qui se présentait à nous dans cette danse débridé et lascive.

Je  n’ai pas non plus la moindre idée de combien de temps nous nous sommes stimulés de la sorte, mais je sais que nous avons pris notre pied ! Nous avons même joui plusieurs fois à la suite ( ce qui est assez rare pour moi, en général ).

Nous étions couverts de sueur et de nos jus respectifs. Nous sommes resté,s néanmoins, encore un peu, étendus sur le canapé, pour profiter de cette parenthèse enchantée…Un bonheur partagé, comme celui que nous avions après une grosse bataille de polochons entre copains-copines, essoufflés sur le lit…

Puis les deux filles ont sauté dans la douche. Moi j’ai remis mon pantalon et un peu d’ordre dans l’appartement avant de passer à mon tour.

Ensuite nous avons décidé d’aller prendre un verre en ville et nous avons fini par passer la soirée ensemble. Tard dans la nuit, nous nous sommes dit au revoir et les filles sont rentrées ensemble…

J’avais très envie de les suivre, mais une fois encore je n’ai pas eu le courage de forcer la chance. En même temps, je ne voulais pas abuser non plus et, surtout, je voulais préserver la magie de ce moment partagé…



1 Commentaire


Recommended Comments

Très joli témoignage !

Le genre d'aventure maintes fois fantasmée, mais jamais vécue... quel chanceux !

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.