Aller au contenu
  • entries
    16
  • comments
    124
  • views
    2,789

Une flamme dévorante ! ( Bel âge # 07 )

Antoine220

737 vues

Tout le monde sait que les débuts d’une relation amoureuse sont toujours passionnés. Moi non plus, je n’ai pas échappé à la règle. Après avoir goûté au sexe, je suis devenu rapidement accroc !

Le père de Sofia étant parti pour un mois au Maroc, nous avions le loisir de son appartement pour nous seuls. Les semaines suivantes, j’ai passé tout mon temps libre chez elle. On faisait l’amour tous les jours. Je pense que Sofia appréciait ma fugue de « jeune loup » avec laquelle je me donnais à fond à chacun de nos ébats !

J’avais l’impression d’avoir grandi d’un coup ! Je me sentais fébrile et convaincu de pouvoir dévorer le monde entier !

Ce week-end là, j’ai monté un grand bobard à ma mère en lui disant qu’on avait organisé avec mes copains une énorme partie de jeu de rôles qui nous prendrait les deux jours. Ce n’étais pas la première fois que je participais à ce type d’événement, alors elle ne s’est pas vraiment méfiée. Elle préférait me voir faire ça, que traîner dehors…

J’ai rempli mon sac des boîtes de conserve, des gâteaux et des canettes de soda, et je suis parti rejoindre Sofia chez elle. On était vraiment contents de passer ces deux jours ensemble. Nous avions un peu l’impression de braver un interdit, de jouer un peu les loubards…On se prenait pour une version moderne de Roméo et Juliette…pour des amants clandestins obligés de cacher leur liaison…Un vrai délire d’adolescent…

Après avoir déballé mon sac sur la table de la cuisine, Sofia m’a proposé qu’on prenne un bain ensemble. Nous étions assez primaires à cette époque, nous cherchions à se faire plaisir avant tout. Elle fit couler un bain moussant bien chaud. Elle se déshabilla la première pour rentrer dans l’eau. Je la suivis aussi tôt.

Se retrouver dans ce bain chaud était très agréable. Sofia se plaça face à moi en allongeant ses jambes d’une part et d’autre de mon corps. On s’embrassa goulûment. Moi je massais ses petit seins pointus pendant qu’elle venais caresser ma verge pour la faire grossir davantage.

Nous avons joué ainsi un bon moment, avant de nous détendre dans le bain, collés, l’un contre l’autre. Puis, l’air de rien, Sofia se leva, encore couverte de mousse. Elle attrapa un petit rasoir rose qui traînait à côté de l’évier et elle le passa sous ses aisselles pour mettre un coup de propre. Ensuite, elle fit de même sur son pubis…

-« Ça te plaît ? » - me demanda t-elle.

Bien sûr que ça me plaisait ! Voir son minou tout lisse m’excitait énormément ! Et, en plus, elle le savait très bien…
-« À ton tour maintenant ! » - me lança d’un air coquin en agitant le rasoir.

Elle tira sur mon bras pour me mettre débout. Elle attrapa mon pénis pour avoir accès à mes couilles et commença à les épiler. Je me suis laissé faire, curieux de voir le résultat, d’une part, et très excité par son geste, d’une autre part. D’ailleurs, à la fin de son « nettoyage », j’ai bandais ostensiblement !

-« Viens » - me dit-elle en sortant du bain et en m’entraînant dans sa chambre. Nous n’avons même pas pris la peine de nous sécher alors, dans notre déplacement jusqu’à sa chambre, nous avons laissé une traîné d’eau sur notre passage.

Nos lèvres virent goutter notre peau encore tiède et humide. Le parfum du gel douche à la fleur d’oranger enivrait mes sens. J’avais à nouveau très envie d’elle. J’ai essayé de m’en approcher mais elle me repoussa en me faisant allonger sur le lit. J’ai compris que ce jour-là nous n’allions pas le faire comme d’habitude…la précipitation habituelle laissa place à la douceur.

Elle commença par me caresser les testicules fraîchement rasés. Ils étaient devenu une sorte de boule toute gonflée. La sensation de ses doigts sur ma peau de bébé était délicieuse… Pris dans une vague de plaisir, j’ai fermé mes yeux en me laissant aller.

J’ai senti ensuite sa langue venir les lécher avec envie…les sucer..les mordiller même ! À chaque fois, je frissonnais de bonheur…Puis elle s’attaqua à ma verge brûlante. Elle la lécha copieusement, montant tout doucement jusqu’à en haut de mon sexe bien décalotté…

C’était bien la première fois que je me faisais faire une pipe alors j’étais encore plus excité que d’habitude ! J’avais souvent essayé d’imaginer à quoi cela pourrait ressembler, mais la réalité dépassait amplement mes rêves les plus fous !

Sofia venait d’engloutir la totalité de mon gland dans sa bouche et le massait avec sa langue à me faire perdre la raison ! Mes doigts s’agrippaient aux draps avec crispation à chaque changement de direction…Puis, elle s’est mis à pomper le haut de ma verge avec sa bouche…sa salive, très abondante, dégoulinait le long de ma queue jusqu’à tremper mes couilles glabres.

J’ai ouvert les yeux pour la regarder faire. Elle avait l’air de prendre son pied autant que moi ! En s’apercevant que je la dévisageais, elle s’arrêta pour grimper sur moi afin de venir me donner un baiser particulièrement baveux…

En se redressant, elle plaça son sexe à la porté de ma bouche en me disant, une nouvelle fois, d’un air moqueur :
-« À ton tour. »

Son joli abricot brillait de désir…ses petites lèvres se dessinaient discrètement à l’entrée de son sexe gonflé. Doucement, j’ai porté la pointe de ma langue pour effleurer sa fente chaleureuse et impatiente…Elle frissonna de plaisir à son tour !

Le goût de sa cyprine me sembla délicieux. Je lapais sa figue comme un petit chien assoiffé.

Très excitée, elle plaqua son sexe contre ma bouche. Ce fut mon tour de la lécher, la sucer et la mordiller. Elle gémissait de plaisir, ce qui me rendait fier…et, surtout, excité ! Je sentais ma queue plus dure que jamais.

Pendant que j’essayais de plonger ma langue à l’intérieur de son vagin en feu, elle se branlait légèrement sur mon visage en faisant des petits allez et venues qui ont fini par me tremper la face…

Puis, elle se retourna pour reprendre mon joujou en bouche ! Maintenant, on se suçait mutuellement dans un 69 endiablé ! Nos corps tremblaient par moments sous l’intensité de ce plaisir partagé…

Quand Sofia atteignit son premier orgasme, j’ai eu l’impression qu’elle laissait couler sur moi quelques goûtes de pipi. Dans l’excitation, je n’ai pas prêté attention, trop concentré à dévorer sa chatte délicieuse…et, surtout, trop secoué par l’orgasme que sa langue libidineuse avait fini par provoquer en moi !

Tout à coup, j’ai été pris de panique ! Je ne savais pas s’il fallait que j’éjacule dans sa bouche ou si je devais me retirer. Je n’ai pas eu vraiment le temps de me décider…j’ai explosé d’un coup, dans sa bouche…

Sofia ne sembla même pas surprise. Elle se contenta d’ouvrir la bouche pour laisser le sperme s’échapper le long de ma verge. Je pouvais sentir le liquide visqueux et encore chaud inonder le bas de mon ventre.

En agitant son sexe devant mon visage, elle me cria : - « Continue ! Ne t’arrêtes pas ! ».

J’ai donc repris son sexe juteux en bouche en l’explorant davantage. En prenant le temps d’apprendre à mieux faire…

De son côté, Sofia engloutie ma queue encore raide dans sa bouche. Je me suis dit que ça ne servirait pas à grande chose. Une fois que j’avais joui, j’avais normalement besoin de récupérer un certain temps avant de bander à nouveau. Mais, cette fois-ci, sous l’insistance de ses coups de langue particulièrement libidineux, je me suis mis à bander aussitôt ! J’étais vraiment le premier surpris !

Sans attendre, elle enfila une capote sur mon membre en érection puis elle prit la position d’Andromaque, pour venir me chevaucher…Il était évident, que ce jour-là, elle avait décidé de mener le jeu, ce qui n’était pas du tout désagréable, bien au contraire…

J’ai senti ma verge s’enfoncer dans sa chatte comme dans du beurre. Elle s’est assise complètement sur moi en restant quelques secondes immobile…Elle me regardait, amusée, en me caressant le torse avec ses doigts fins. Je pouvais ressentir les contractions de ses muscles vaginaux autour de ma verge…Ce fut un instant assez magique.

Puis, tout doucement, elle commença à bouger son bassin…À partir de ce moment-là, je ne l’ai plus quitté des yeux. Je profitais de la vue de son corps nu qui me chevauchait de plus en plus vite…du plaisir qui je lisait sur son visage…de ses gémissements de bonheur qui envahissaient la pièce…

J’avais l’impression de flotter dans les airs, hors du temps et de l’espace, dans un nuage de plaisir interminable qui me remplissait de bonheur…

Puis nous avons atteint l’orgasme presque sans nous rendre compte, comme une sorte de prolongation évidente de ce moment si unique que nous étions en train de vivre…Nous jouissions ensemble en se regardant dans les yeux, le sourire aux lèvres, l’air un peu bête…

Je me rappelle qu’elle s’allongea auprès de moi, puis, nous nous sommes endormis, collés l’un contre l’autre…jusqu’au couché du soleil.

 

69bis.thumb.jpg.a306a46dde4fa44f8721faff358a3d4f.jpg

  • Like 2


1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.