Aller au contenu
  • entries
    13
  • comments
    36
  • views
    3,135

Une emprise incontrôlable - Première partie

Evano

954 vues

L'histoire commence au nouvel an 2011, chez un ami qui possède une piscine couverte ainsi qu'un sauna. Le thème de la soirée était donc les maillots de bain et pool-party. Au début de la soirée, lorsque j'arrive, il y a déjà pas mal de monde, je connais quasiment tout le monde sauf un couple. Vinciane et son copain, Benoît. Je leur dis bonjour sans trop faire attention. A ce moment, je suis en couple mais ma copine est à une autre soirée. Cela ne faisait que trois semaines, on avait donc décidé de fêter la nouvelle année séparément. Vinciane n'est pas vraiment le style de fille qui attire mon regard, petite, très fine sans poitrine, discrète, le teint blanc, les cheveux bruns et courts et les yeux marrons. Mais c'est surtout qu'on ne l'entend pas, elle ne parle pas et reste muette. Elle ne doit pas connaître grand monde, vu qu'on chez l'ami de son copain. Je ne m'en préoccupe pas mais je remarque bien qu'elle me regarde plus que les autres. J'analyse beaucoup les gens en les observant, j'ai appris les gestes qui trahissent les pensées et je peux parfaitement lire en elle. Son regard, sa bouche, son corps me fait comprendre que je lui plais. C'est plutot flatteur… Et j'en rajoute, je n'ai aucune envie d'elle mais ça m'amuse de voir que je plais.

Une fois en maillot de bain, je ne prive pas pour pavaner devant elle mais sans jamais lui parler, sans jamais me rapprocher d'elle. Je joue même dans la piscine avec d'autres amis et amies, elle ne se baigne pas, n'ayant pas de maillot de bain. Puis tard dans la nuit, ils finissent tout les deux à partir, étant dans la piscine, je ne les ai même pas vu partir… C'est tout me direz-vous ? Non, bien sur… Ce n'est que le début.

 

 A la fin du mois du mois de Janvier, je vois une demande sur Facebook. Une demande d'ajout en ami et il s'agit de la Vinciane. Je l'ajoute sans dire un mot, elle ne m'envoya pas non plus de message. Jusqu'au début Février ou je marque sur Facebook que je suis à nouveau célibataire. Là, je reçois un message de sa part, un truc un peu niais mais on entame la conversation… Elle me remonte un peu le moral mais je lui explique qu'à présent, je ne cherche que des relations sans lendemain ou mieux sans sentiments. Juste du sexe, juste du plaisir. Elle ne semble ne jamais eu avoir ce genre de relations et semble assez perplexe. je lui vante les avantages selon moi de ce genre de relations. Elle semble intéressée car cela semble mal se passer dans son couple.

Elle vit déjà avec son mec malgré qu'ils n'ont que 22 ans, que cette situation est bien trop routinière pour elle et qu'il n'y a plus rien d'excitant dans sa vie. Ma curiosité lui fait avouer leurs relations sexuelles… Très basique, pas de lieux, pas de situations… Je la charrie et commence à lui faire imaginer des situations...

  • "Mais toi ?! Ça te plairait plus d'originalité ?
  • "Je sais pas, c'est pas trop son truc…"
  • "Oui mais toi ?! Dans une voiture, dans la foret, au cinéma ?"
  • "…'
  • "Genre imagines, tu es dans ta voiture, dans une petite ruelle sombre où peu de gens passent. Tu commences à embrasser ton partenaire, à le caresser. Ses mains à lui parcourent ton corps, se glissent sous tes vêtements. La température monte, de la buée se forment. Tu sens sa bosse sous son jean. Ils glissent sa main dans le tien, commençant à caresser ton sexe. Tu ouvres son pantalon et commence à branler son sexe bien dur dans le creux de ta main… Tu te retrouves nue contre son corps nu sur la banquette arrière de sa voiture… Imagines la suite"

Je vois la petite icône comme quoi elle est entrain d'écrire, puis elle disparaît, puis réapparaît.

  • "C'est pas une bonne idée d'imaginer ça !"
  • "Pourquoi ?"
  • "…"
  • "Tu préfères imaginer au cinéma ?"
  • "C'est pas bien d'imaginer ça car je pourrais pas le faiire"
  • "Qu'est-ce qui t'en empeche ?"
  • "Lol… le fait d'avoir un copain peut-être !"
  • "Si tu n'es pas satisfaite, si tu as envie de plus et qu'il ne peut pas de le donner… Tu as le droit d'aller chercher le plaisir ailleurs… avec un autre"
  • "Avec un autre ?"
  • "Une personne avec qui tu pourrais explorer tes plaisirs, tes envies, en connaissance de ta situation… Qui ne s'attacherait pas"
  • "Et bien sur, tu te proposes pour ce poste ?"
  • "Pourquoi pas… Je cherche une partenaire pour prendre du plaisir sans prise de têtes et toi, une personne avec qui explorer et découvrir les choses…"

Encore une fois, elle hésita de longues secondes. Je décide d'en rajouter une couche, plus par jeu, par curiosité que par réelle envie d'elle.

  • "Qui imagines tu dans la voiture ?! Sur qui imagines tu frotter ton sexe humide ? Qui imagines tu entrain de te lécher jusqu'à l'orgasme ?"
  • "Ok, tu veux qu'on se rejoignes quelque part ?"
  • "Quoi ? Tu veux tout de suite ?"
  • "Oui… Voilà mon numéro, dis moi où !"

Je lui envoie un sms avec l'adresse d'une rue que je connais plutôt tranquille et je prends ma voiture.

 

 

Je suis donc dans cette petite ruelle, peu éclairé, un soir de février. Il commence à faire froid et Vinciane ne répond pas à son téléphone. Plus les minutes passent et plus je me dis qu'elle ne viendra pas. Mais je vois les phares d'une voiture s'avancer dans le rue doucement puis se garer juste derrière moi. Les phares s'éteignent et je vois Vinciane dans sa voiture. Je défais ma ceinture et sors de ma voiture. En me rapprochant, je ne peux pas m'empêcher de penser à ce que je lui ai demandé d'imaginer un peu plus tôt dans la soirée. C'est la première fois que je la revoie depuis le nouvelle an, je vais coté passager, elle déverrouille les portes et je rentre dans sa voiture. Elle se tourne vers moi et on se fait la bise… Je trouve ça un peu ridicule sachant ce qu'il va se passer dans peu de temps. Son visage ne m'attire toujours pas énormément. Je me rends compte qu'à ce moment, je veux juste baiser, quelque soit la fille…

  • "Il a pas trouvé ça bizarre que tu partes comme ça en milieu de soirée ?"
  • "Non… J'ai dis que ma meilleure amie avait un problème et puis il était sur sa console"
  • "Je vois"

Un petit silence s'installe, c'est plus facile de parler et de provoquer derrière un écran et puis le : "Bon bah on commence", ça le fait pas vraiment… Elle finit par briser la glace.

  • "Donc le principe c'est que c'est un plan cul, c'est ça ?"
  • "Il me semble que l'on a tout les deux envie d'avoir du plaisir, sans se prendre la tête avec des histoires de couples ou de sentiments"
  • "Surtout que j'en ai pour un autre…"
  • "Mais c'est moi que tu désires…"

Je la regardes droits dans les yeux. Elle porte un grand manteau noir ouvert, ainsi qu'un pull en laine et un jean. Elle a mis le chauffage à fond et il fait chaud dans sa voiture, et à force de parler de la buée à commencer à se former.

  • "Tu es sur de ça ? J'avais peut-être juste envie de parler…"
  • "Dans ce cas, empêches moi de faire ça…"

Je soulève son pull et glisse ma main contre sa peau, je la sens frémir

  • "Haaaa, tu as les mains glacées"

     

Mes doigts finissent par toucher ses seins, elle ne porte pas de sous-tifs. Sûrement à cause de leurs petites tailles, mais je sens qu'elle pointe dans le creux de ma main.

  • "C'est peut-être pour ça que tu pointes ?"

Elle me regarde dans les yeux et ne réponds pas. Je descend ma main, j'ouvre son jean mais elle retient finalement ma main.

  • "C'est un peu rapide non ?!"
  • "C'est toi qui voulait tout de suite, je te rappelle"
  • "Oui mais ça fait bizarre, aucun mec n'a fait ça sans m'avoir embrassé avant…"

Je me penche sur elle et appuie sur le levier du siège, elle se retrouve allongée sous moi. Je ferme les yeux et l'embrasse délicatement, Je sens sa langue venir chercher la mienne, son baiser est passionnel, je la laisse faire. Sa main lâche la mien, et vient caresser mes cheveux. Mes doigts se glissent sous sa dentelle, découvrant son sexe épilée puis plus bas, chaud et déjà humide. Sans difficulté, mes doigts trouvent son petit bouton, il est gonflé et ses lèvres semblent petites et fines. Mes doigts doivent encore être froids car elle gémit de surprise lorsque je les enfonce en elle. Vinciane continue de m'embrasser, je lui rends au minimum son baiser. Je joue avec son clito, faisant glisser deux doigts dessus. Je la vois rougir puis ouvrir les yeux pour me regarder, je la sens écarter les cuisses mais bloquer par sa voiture et son jean. Je remonte mes doigts et les porte à ma bouche, je sens le doux parfum nacrée de sa cyprine sur ma langue. Ce geste semble l'excitée puisqu'elle se mord la lèvre. Je commence à tirer son jean pour le lui retirer.

  • "On va à l'arrière ?"
  • "D'accord mais comment tu veux aller derrière ?"

Je remonte son dossier et avance les deux sièges avant, je me glisse entre pour aller sur sa banquette arrière, je m'assois et ouvre mon jean pour lui dévoiler ma verge qui se sentait trop à l'étroit. Elle la regarde avec surprise et envie, je devine par son expression que son copain n'en a pas une si grosse. Elle finit par retirer son jean.

  • "Retires aussi ton string !"

Elle me regarde intriguée…

  • "Tu donnes des ordres aussi ?
  • "Ça te dérange ?!
  • "Je ne pense pas…"

Cette petite phrase n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd… Elle retire également son string et me rejoint sur la banquette arrière. Elle a gardé son pull, je tente de lui retire mais elle me retient, prétextant qu'on peut la voir alors que la buée est dense et que personne n'est passée dans la rue. Elle s'assit à coté de moi et pose sa main timidement sur ma verge, effleurant du bout des doigts avant de la saisir. Elle me branle doucement, dans ma tête je sais que si je bande c'est à grâce au manque et à la situation. Je ne ressens pas d'excitation et d'attirance pour Vinciane mais elle a mon sexe dans le creux de ma main. Ce qui parasite ma tête, et me fait l'embrasser. Elle est penchée sur moi, et mes mains remontent sur ses fesses. Et là, je peux dire que j'ai étais surpris… Son cul est parfaitement ferme et rond, ses petites fesses laissent à accès facile à son sexe.

Sa voix est tremblante, hésitante comme si une partie d'elle n'assumait pas

  • "Tu as de quoi te protéger ?"

Je cherche mon jean puis la poche arrière, où je sors un préservatif. Pendant que je l'enfile sur mon sexe, elle tente de s'allonger sur la banquette.

  • " Y a d'autres positions plus faciles…"
  • "Lesquelles ?" - Je la sens très excitée à l'idée de ne pas faire le missionnaire
  • "Je peux m'allonger, et toi me chevaucher sur moi ou encore t'empaler comme si tu étais assise normalement… ou encore moi assis normalement et toi sur moi"
  • "La dernière, me plait."

Je m'assois donc entre les deux sièges, les fesses presque dans le vide. Elle place ses jambes de part et d'autres. Je vois sa petite chatte se placer au dessus de mon gland puis  l'avaler. La fine bande de latex me prive de sentir l'humidité de son antre mais je sens quand même la chaleur de son corps. Elle laisse échapper un petit cri, surprise par la largueur de ma verge. Vinciane met du temps à s'y habituer, je la sens se contracter dessus mais peu à peu ma queue disparaît en elle. Son entrejambe se collant à mon bassin. Je la sens trembler sur mon pieu. Mes mains saisissent ses fesses, mes doigts se plantant dedans. Je commence à la tirer vers moi, la soulevant légèrement. Mon clito frotte contre mon pubis rasé. Elle gémit de plus en plus…

Les yeux fermés, la bouche grande ouverte, les joues rouges de plaisir, les cheveux volants, sa respiration bruyante et rythmés, ses gémissements fuyants, à chaque va et vient… A ce moment, pour la première fois, je trouve Vinciane plutôt jolie. Elle se soulève pour faire glisser ma queue en elle, je sens mon gland taper au fond. Je maudis ce maudit plastique me séparant d'elle, mais c'est obligatoire pour la sentir vibrer, la voir chevaucher, et l'entendre jouir… Elle s'empale et se contracte, se recroquevillant sur moi, ce qui me fait jouir également. Le préservatif se remplit et je me retire rapidement et tenant la base du préservatif…

 

Après quelques secondes de silence, son téléphone sonne. C'est bien sur son copain qui lui demande quand elle rentre. Ce coup de fil précipite son départ, ce qui n'est pas pour le déplaire… J'avais envie de rentrer également. Je dois avouer qui si j'avais envie de rentrer, c'est que pour une fois, après avoir fait l'amour, je n'avais pas envie de rester avec ma partenaire. Vinciane ne m'intéressait pas vraiment, uniquement pour le sexe et je venais de l'obtenir… Oui, j'étais un petit con, et c'est loin d'être fini dans cette histoire…

En voyant la voiture de Vinciane s'éloigner, je suis sur qu'elle ne voudra pas recommencer et regrettera cette nuit. Mais deux jours plus tard, elle revient me parler sur Facebook, la conversation est banale, on tourne autour du pot et ça à le don de m'agacer. Je lui pose donc la question…

  • "Alors, aucun regret à propos de Mardi soir ?"
  • "Un peu…"
  • "Ecoutes, je suis désolé de t'avoir mis ça dans la tête"
  • "Je regrettes que mon copain ait appelé…"
  • "Donc si je comprends bien, tu voudrais recommencer ?"
  • "oui :$"

A ce moment, je comprends que Vinciane est soit tombée amoureuse de moi, soit c'est une coquine, soit les deux…

  • "Même endroit ?"
  • "J'arrive…"

Je la vois se déconnecter avec un léger sourire. J attends quelques minutes pour prendre ma voiture et me rendre sur le lieu du rendez-vous. Je suis à nouveau le premier et je l'attends, déjà très excité à l'idée de ce qu'il va se passer. Comme il y a deux jours, je vois sa voiture arriver et se garer derrière moi. Je monte dans sa voiture, elle ne dit pas un mot en me dévorant du regard. Une fois assis, elle me saute dessus en prenant ma tête dans ses mains et porte ma bouche contre la sienne. Sa langue ne perd pas une seconde pour retrouver la mienne.

  • "Tu m'as reprocher d'être rapide la dernière fois, mais là, tu bats le record du monde" - lui dis je.
  • "Quand je suis partie, j'étais toujours très excitée. J'ai pas réussi à me calmer et je le suis toujours…"
  • "Aucune culpabilité à tromper ton copain ?"
  • "J'ai l'impression d'être un peu une salope" - Dit elle sur le ton de l'humour et légèrement gêné.

Je glisse ma main sous son pull, retrouvant sa poitrine, ses tétons pointus.

  • "Ça n'a pas l'air de te perturber…"
  • "Un peu, une partie de moi, me dit que c'est pas bien"
  • "Selon toi… il vaut mieux être une copine fidèle malheureuse ou une salope infidèle heureuse ?"
  • "Une salope…" Sa voix est nouée, comme si il s'agissait d'une prise de conscience de sa part.

Mes mains se posent sur son jean et l'ouvre, je lui tire au niveau des genoux ainsi que son string. Mes doigts se posent sur son sexe ouvert et déjà humide, je caresse nerveusement son clito et elle réagit immédiatement. Se cambrant, et ondulant son bassin pour se caresser contre mes doigts. Je me déshabille et me faufile à l'arrière, mon sexe est déjà fièrement dressé et elle ne peut pas le louper lorsqu'elle me rejoint. Après quelques caresses mutuelles, on finit par trouver une position pour que je puisse la lécher. Elle, allongée sur la banquette, les cuisses grandes ouvertes. Moi, assis sur les genoux derrière le fauteuil passager. Je peux voir avec le peu de lumière sa vulve grande ouverte. Elle a de fines lèvres permettant de parfaitement distinguer son clito, ainsi que l'entrée de son vagin. Avant même que je ne joue avec ma langue, son sexe est inondée de cyprine… Ma langue se met à jouer, à tourner, à danser sur son petit bouton. Je le sens rouler sous ma langue, donnant de petits coups de langue. Je descend jusqu'à sa grotte pour y enfoncer ma langue. Elle se cambre et gémit sous l'action de ma langue, puis remonte, j'appuie de tout le long de ma langue sur mon clito. Appuyant dessus, voyant qu'elle gémit. Ses mains se posent à l'arrière de ma tête pour la maintenir plaquée contre son clito. Je commence à avoir mal à ma langue, mais je n'arrêtes pas. Je la lèche avec passion, sa chatte est délicieuse, et sa vue est carrément excitante. Je sens ses cuisses se serrer, vibrer et sa respiration se bloque… Elle va donc jouir… Je redouble d'effort pour l'achever.

Elle finir par jouir dans un râle étouffé.

Une fois son orgasme passé, elle reprend doucement sa respiration.

  • "Alors, on dirait que tu aimes être une salope." Lui dis-je sur le ton de l'humour.
  • "Tu n'as encore rien vu… Allonges toi !"

Je m'exécute et la regarde se mettre dans la même position que moi, il y a quelques minutes. Elle saisit avec ses petits doigts ma verge et effleure mon gland avec sa langue. Je gémis de plaisir en sentant le bout de sa petite langue glissait le long de ma verge. Une fois remonté, elle gobe mon gland et se met à me sucer doucement. Je lui tiens les cheveux plus pour éviter qu'ils ne la gênent que pour appuyer, elle monte et descend d'elle même sur elle. Vinciane aspire en creusant ses joues, c'est un détail mais sentir ses joues se resserrer sur ma verge et avoir cette sensation de compression me fait lâcher un long gémissement. Sans m'en rendre compte, j'appuie sur sa tête mais elle résiste.

  • "Continues comme ça, et je vais jouir…"

A mon grand regret, elle se redresse, essuyant la bouche. Je me mets à fouiller mon pantalon, comprenant ce qu'elle désire. J'enfile la protection et la laisse venir s'asseoir sur moi.

 

La voiture n'est vraiment pas faite pour les relations enflammés, mon genoux est enfoncé dans la portière, je suis à moitié allongé, la tête tapant dans l'autre portière. Mais la vision de mon sexe s'enfonçant dans le corps de Vinciane me fait oublier toutes ces choses. Elle est toujours très serrée et malgré toute sa cyprine et le lubrifiant du préservatif, mon sexe a du mal à s'enfoncer en elle. Après plusieurs va et vient, sa chatte accueille entièrement ma queue, elle se penche sur mon visage pour m'embrasser…. Dommage. Mes mains retrouvent son bon petit cul bien ferme. Le fait de s'être penché à encore plus resserrer son sexe sur le mien. La position n'est pas idéale pour le contrôle, les va te vient sont puissants, brutaux, son corps claque contre le mien. Elle gémit dans le creux de mon oreille à chaque coups.

Je me suis toujours demandé à quoi ressemblait une voiture dans laquelle une couple copule, vu de l'extérieur… Si elle sautillait, si la buée trahissait l'acte qui s'y déroulait… Ou si la carrosserie absorbe le bruit de nos corps en action ou les gémissements de Vinciane. Je finis par éjaculer, me contractant, enfonçant mon pieu au plus profond d'elle… Je la sens jouir à son tour, quelques secondes après moi…

Cette fois-ci, aucun coup de fil de son mec pour empêcher le câlin post-coïtale. Je retire ma capote et la jette par la fenêtre après y avoir fait un nœud.

  • "Tu ne devrais pas rentrer ?". Lui dis-je.
  • "J'ai pas envie de rentrer et de voir sa tête…"
  • "C'est le problème de vivre avec un copain que tu aimes plus…"

Après de longues minutes de conversation, relevant plus de la consultation psychologique. On finit par se rhabiller à cause du froid prenant la place de la chaleur sexuelle, ce qui met notre rendez-vous.

 

 

 

 

Après ce deuxième rendez-vous, nos conversations par SMS augmentèrent. Vinciane prenait de plus en plus goûts aux sextos, se lâchant, se révélant plus facilement. La semaine suivante fut exactement la même que la précédente : à deux reprises, on se retrouva dans cette petite rue, à l'arrière de sa voiture pour prendre du plaisir. Je n'avais toujours pas de sentiments pour elle mais de l'attirance purement sexuelle, ou plutôt un gros manque sexuelle à combler… et c'est elle qui est là… De son coté, elle ne gâche pas son plaisir. Autant aux deux premiers rendez-vous, elle était hésitante, timide, les deux suivants elle fut beaucoup plus expressive, libérée, et entreprenante. Elle me regarde droit dans les yeux lorsqu'elle me suce, me murmure des choses à l'oreille lorsqu'elle me chevauche et me laisse un totalement accès à son corps.

Je ne me prive donc pas de profiter de la situation mais lors d'un cinquième rendez-vous alors qu'elle était sur moi, Un homme qui promène son chien passe à coté de la voiture. Aucun doute qu'il a pu voir les seins de Vinciane et qu'il a compris ce qu'y se passait… Mais il continue son chemin mais Vinciane est complètement refroidie et commence déjà à se rhabiller.

  • "Il serait peut-être temps de se retrouver ailleurs que dans une voiture." - lui dis je en retrouvant mes affaires.
  • "Je te rappelles que je vis encore avec mon ex pour l'instant et toi, tu as tes parents…"
  •  "Pour l'instant ?"
  • "Je voulais te faire une surprise… Je vais le quitter et me prendre un appart à moi…"
  • "Intéressant… Ça sera plus pratique"
  • "On sera plus libre pour faire nos bêtises en effet"

Elle se penche vers moi pour m'embrasser et je lui rend son baiser

  • "Mais je te rappelle que c'est que du sexe dans notre relation, faut pas que tu l'oublies"
  • "Je sais… Mais bon, je vais peut-être mettre du temps à le trouver"
  • "Dans deux semaines, mes parents partent en vacances. J'aurais la maison pour moi, tu n'as qu'à venir le week-end…"
  • "On dormira ensemble ?"
  • "On va surtout baiser, tu resteras sûrement toute nue tout le week-end donc on dormira peu…"

Elle a finit de s'habiller, j'enfile mon tee-shirt en reprenant.

  • "… Après si tu as des tenues… des accessoires… de la lingerie… Amènes la, ça nous changera de toute nue"
  • "On verra" - Je la vois rougir.
  • "Je suis sur que tu en as, petite salope que tu es…"

Elle passe sa langue sur sa lèvre inférieur à ce mot qui la définie. Je continue.

  • "… C'est un ordre !"

Elle fixe ma bouche avant de détourner son regard

  • "D'accord…."

Je sors de sa voiture et remonte dans la mienne pour rentrer chez moi. Pendant deux semaines, on ne put se voir pour éviter qu'éveiller la suspicion de son copain. Pour combler, chaque jour sa conversation coquine puis durant la deuxieme semaine, des photos d'elles nus, ou entrain de se caresser arrivent sur mon smartphone…

 

 

 

Ça y est, c’est Vendredi et je remue la main pour dire au revoir à mes parents pour leur week-end. Il me laisse donc la maison. D’habitude j’organise toujours une petite soirée en invitant quelque personne. Pour cette fois-ci cela sera juste UNE personne : Vinciane. Une fille rencontrée au nouvel an avec qui le feeling est purement sexuel. On s’est déjà retrouvés à plusieurs reprises dans sa voiture, la nuit, pour se faire plaisir. Et cette fois, elle reste dormir deux soirs, laissant penser à son copain qu’elle descend chez ses parents… Je pense que cela lui plait de le tromper, d’avoir une double vie, de se découvrir un peu sous un nouveau jour. Je prépare donc ma chambre, étant encore chez mes parents, j’ai un lit simple ce qui n’est pas pratique. J’installe donc au sol deux matelas simple pour faire un grand lit double qui prend tout l’espace libre de ma chambre… Ce qui ne laisse aucun doute sur ce qu’il va se passer dans quelques heures.

Je reçois un SMS de sa part

  • -       Je pars de chez lui…. A tout de suite.
  • -       Parfait, tu as pris ce que je t’ai demandé 
  • -       Pas tout… Sinon elle pourrait se douter quelque chose.

 

Je lui avais demandé d’emmener tous les accessoires et tenues sexy qu’elle avait, c’était plus un léger défi pour voir à quel point, elle pouvait m’être soumise. Je sentais qu’elle m’aimait un peu plus qu’elle ne le laissait entendre. Que pour elle, ce n’était pas que du sexe… Après de longues minutes à tourner en rond à l’attendre, j’entends une voiture se garer dans l’allée. J’ouvre la porte d’entrée et je la vois se rapprocher, la tête baissée. Une fois entrée, elle est habillée normalement, un simple jean et un pull.

  • "Bienvenue chez moi"
  • "Merci…"

On ne se fait pas la bise, ni d’embrassade… La nuit est tombée, j’ai donc fermé tous les volets. Je lui fais visiter la maison, en gardant ma chambre pour la fin… Elle remarque les deux lits au sol

  •  "Je vois que tu as préparé ta chambre…"
  • "Tu es venu pour quelque chose de précis donc oui"

Elle sourit timidement.

  • "Ha bon ? Et pourquoi je serais venue ?"

Je me rapproche d’elle, me collant à son dos. Je la sens légèrement se cambrer pour appuyer ses fesses contre mon bassin. Mes mains se glissent sous son pull, contre sa peau pour remonter sur sa minuscule poitrine. Sous mes doigts je sens ses tétons déjà durs. Je lui murmure à l’oreille.

  • "Tu es là pour te faire prendre comme tu en as réellement envie… Dis moi comment tu veux être prise ?"

Ses joues sont devenues déjà rouges, sa respiration s’est accélérée

  • "A toi de me faire découvrir ça."

Je l’embrasse dans le cou qu’elle m’a dégagé d’un coup de tête. Mes mains descendent sur son pantalon pour le lui retirer puis je remonte sous son haut pour retirer son pull. Je découvre un ensemble noir en dentelle totalement transparent qui lui va à merveille. J’admire son petit cul parfaitement rond.

  • "Montres moi ce que tu as amenée"

Elle sort de son sac un ensemble porte-jarretelles noir avec des bas ainsi qu’un sextoy. Je regarde intrigué.

  • "Je m’attendais à mieux, je te pensais plus salope."
  • "Comment j’aurais justifié les menottes dans ma valise ?"
  • "Certes, vu comme ça… Demain nous ferons un tour à Pigalle."

Je me recolle contre ses fesses, cette fois mes mains glissent entre ses cuisses, son sexe est déjà humide, ruisselant de cyprine. Ses fines lèvres permettent un accès facile à son clito. Déjà gonflé que je le sens glisser entre mes doigts. Son shorty s’écarte pour que je vienne le faire rouler. Elle appuie ses fesses contre mon bassin, une bosse se forme… De plus en plus longue… De plus en plus dur… Mon autre main se pose sur sa gorge, elle saisit mon poignet de ses mains.

  • Fais-moi confiance, si ça ne va pas… Trouve un mot qui voudra dire stop"
  • "Caramel…" Dit-elle d’une voix essoufflée

Je serre légèrement ma poigne sur son cou, sans trop forcé non plus… Elle tient toujours mon bras, le resserre en fonction de son plaisir. Mes doigts parcourent son intimité, sa cyprine coule sur mes doigts. Ses jambes tremblent et son corps se contracte sur lui-même. Ses yeux sont fermés, sa bouche grande ouverte et ses joues rouges la rendent terriblement excitante. Sa respiration est saccadée par des gémissements. Je glisse mes doigts en elle, sa petite chatte est serrée, deux doigts suffisent à toucher les bords, à les sentir vibrer. Je continue ne lui laissant aucun répit. La voir jouir ainsi, aussi facilement est fascinant… Elle se mord la lèvre inférieure et se dresse sur ses pointes de pieds. J’appuie fermement vers le haut, en caressant son clito. Elle pousse un magnifique long gémissement, je la sens vibrer de plaisir… Je relâche la pression sur sa gorge, elle prend une grande inspiration et s’effondre sur les lits.

Je la regarde reprendre ses forces à quatre pattes sous mes yeux… Cette vision-là m’excite au plus haut point.

  • "Dis-toi que ce n’est que le début du week-end…."

Elle tourne la tête avec un large sourire… Elle se cambre, me tendant ses petites fesses encore à moitié caché par son shorty.

  •  "Montres moi…"

 

 

Vinciane est à mes pieds, à quatre pattes sur ses genoux, ses cuisses grandes ouvertes, les bras tendus vers l’avant. Après lui avoir retirée son shorty en dentelle, elle se cambre au maximum, m’offrant cette vie magnifique sur ses petites fesses rondes. Elles sont si petites que je vois l’entrée de son sexe, ses fines lèvres sont gonflés et parfaitement ouvertes. Je retire, que dis-je j’arrache mes vêtements pour me mettre aussi à nu. Ma lance est tendue lorsque je m’agenouille derrière elle. Je fais glisser mon gland contre son entre-jambe humide pour lubrifier mon gland. Une de mes mains se pose sur son fessier, il est si ferme que mes doigts ne peuvent s’enfoncer dedans. Je guide mon sexe pour qu’il vienne s’enfoncer en elle. Elle a les cuisses tellement ouverte que sa chatte est bien serrée, je la sens encercler mon gland. Je savoure cette première pénétration dans le confort (une voiture c’est bien mais pas très confortable) et sans séparation... Je sens son vagin s’ouvrir autour de mon gland que j’enfonce doucement. Je sens la chaleur brûlante de son désir, de son envie, de son plaisir.

Vinciane laisse échapper un long gémissement en laissant sa tête retomber. Je vois mon sexe disparaître entre ses lèvres. Je me glisse sans à-coup, elle mouille abondement. Je la sens se contracter, resserrer son sexe autour du mien, bougeant ses fesses de haut en bas.

  • "Ne bouges pas, laisse-moi aller jusqu’au bout."

Elle écoute et cesse de bouger. Ses fesses touchent enfin mon bassin, ma longue queue est entièrement en elle. Je sens mon gland appuyer sur le fond de sa petite chatte serrée, je la sens vibrer. Mes mains remontent le long de son dos, elle tremble un peu plus. On ne bouge pas, juste le plaisir de me sentir en elle. Je ne vois pas le visage de cette petite infidèle mais j’entends son plaisir.

  • "C’est mieux ainsi, non ?" – lui demandais-je.
  • "Hoooo oui…" Dit-elle entre deux inspirations
  • "Ah oui ? Tu aimes ma queue ?"
  • "Oui."

Je la fais lentement sortir, je découvre ma verge totalement recouverte de sa cyprine. Elle donne un coup de tête et se cambre à ce mouvement. Je vois son orifice s’ouvrir au passage de mon gland.

  • Si tu es là, devant moi, dans cette position, c’est que tu la préfères à celle de ton mec ?

Elle hésite quelques instants. Sans tenir mon sexe, je l’enfonce à nouveau en elle. Sa chatte résiste légèrement à l’entrée de mon gland, jusqu’à ce qu’il s’ouvre. Je m’enfonce d’un coup en elle, tapant au fond. Un cri de plaisir et de surprise s’échappe de sa bouche

  • "Oui." Dit-elle d’une petite voix fébrile.

  • "Dis-moi pourquoi ?"

Le fait de lui poser ces questions, m’excites énormément. Je me sens maitre de la situation, un contrôle total sur elle, sur moi, je contrôle totalement mon plaisir.

  • "Je ne sais pas."

Je recule mon bassin, mon sexe ressort mais juste avant que mon gland ne sorte, je m’enfonce d’un grand coup sec. Ses fesses contre mon bassin. Mon gland au fond de sa petite chatte.

  • "Elle est plus grosse, je la sens beaucoup plus". D’une petite voix saccadée par les gémissements.

Je recommence mon mouvement, mes mains tiennent Vinciane par les hanches pour mieux la tirer vers moi.

  • "Houuuuuu… Elle est plus longue, je la sens au fond."

Je la sens vibrer, se contracter sur ma verge, je la sens encore sur le point de jouir. Mon plaisir monte d’un coup. Je tente de respirer lentement pour me calmer, pour ne pas jouir maintenant.

  • "Donc tu aimes te faire prendre par un autre que ton mec ?
  • "Uniquement toi…"

Je pose une main sous son ventre, l’autre à sa gorge et je la tire vers mon buste. Je sens nos sexes liés changer de position, ma verge appuyant plus sur ses parois. Ses épaules se collent à mon torse. Elle pose ses mains sur les miennes, mes doigts se glissant sur son clito, serrant sa gorge

  • "Tu es donc ma... salope." Je lui murmure cela dans le creux de son oreille.

Je Devine un sourire sur son visage, malgré sa bouche grande ouverte, les yeux fermés.

  • "Dis-le…"

     

 

Elle passe sa langue sur sa bouche. Je commence me va et vient à répétition. De plus en plus vite.

  • "Je veux te l’entendre dire."

Elle gémit de plus en plus fort, sa respiration saccadée, elle passe sa langue sur ses lèvres. J’accélère de plus en plus.

  • "Je suis ta salope."

Je suis au bord de l’orgasme

  • "Cries le !" – j’appuie sur son clito
  • "JE SUIS TA SALOPE ! hoooooooooo…"

Je me contracte et jouis, lui remplissant sa petite chatte. Elle jouit au même instant en se contractant, cessant son gémissement. Je la relâche et la laisse retomber en avant. Elle répète ses quatre mots à voix basse pendant que mon sexe rétrécit après mon éjaculation. Il finit par sortir. Je caresse les fesses de ma nouvelle partenaire de débauche, ma salope…

 



1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.