Aller au contenu
  • entries
    33
  • comments
    113
  • views
    6,746

Le Chemin des Ronces

Mein Teil

639 vues

Tu vas rejoindre ta vallée fertile que tu attends depuis si longtemps, l'herbe y sera verte et les fleurs seront belles, les oiseaux y chanteront certainement !

Pour y accéder, il y a la route, sécurisée, rapide !

Et il y a les Bois.

Dans les Bois il y a le Loup, tu l'as déjà laissé t'approcher, tu l'as déjà laissé te mordiller.

Enfonce toi dans les chemins de ronces, les petites entailles te feront sentir vivantes.
 

https://www.youtube.com/watch?v=gfWQ1JuI43w





Le chemin sera différent.


---

Quand elle se trouve face au premier agent de sécurité, elle lui répète le texte que je lui ai donné, j'ai pris les dispositions de mon côté : elle rentre et suit mes indications mais je ne sais pas si elle sent comme son interlocuteur est en train de la reluquer !

Elle passe la première porte transparente, et me voit de l'autre côté de l'autre.

Je fais "semblant"d'être là pour autre chose, comme prévu, je lui laisse le temps d'encaisser le visuel un peu spécial.

Avec un petit bonjour entre gens civilisés, nous entrons dans l'ascenseur.

Plus de caméra, je me rue sur elle : 3 étages de baisers fougueux et d'attouchements affamés : elle est sublime.

Nous sortons de l'ascenseur comme des gens civilisés, elle reste sur place avec son portable, j'ouvre deux portes et évalue la tranquilité du parking sous terrain. Elle est en train de compter.

Je traverse, c'est calme comme prévu, certains néons soubresautent.

J'ouvre la porte, j'écoute : un silence qui bientôt sera profané par deux créatures déchirées par le Désir.

Je ferme pas tout à fait totalement, je guette.

J'entends comme prévu deux portes qui s'ouvrent, elle avance droit devant elle, et change de cap au dernier moment.

Son odeur si proche de moi...Je referme la porte derrière elle.

Je l'entraîne par la main, nous prenons un étage.

Nos baisers reprennent, je lui laisse le temps de s'acclimater à la froideur du décor et à la chaleur de mon corps, nos caresses se font sauvages, j'ai faim...

Je lui enlève sa culotte que j'hume sans complexe devant elle, puis je m'agenouille en faisant poser sur mon épaule sa cuisse qui tremble légèrement.

Mes doigts l'ont déjà bien préparée : je commence par la dévorer des yeux, j'ai les papilles en ébullition !

Puis vient ce moment où enfin mes sens galvanisés par l'Envie s'ouvrent et dévastent les craintes, stimulent cette étincelle de lubricité et s'enivrent de ce que mon invitée m'offre : son nectar, ses gémissements, ses caresses, sa fureur...

J'alterne les endroits, les manières, je trouve ce qui la fait vibrer et je joue avec son corps, attise son Feu, embrase le mien.

Plus tard, je remonte l'embrasser la bouche luisante, mes mains glissant sur son corps.

"Déshabille toi."

Ses yeux étincellent, elle se met totalement nue, ne gardant que ses chaussures.

Je reste un instant à l'observer en silence, elle rougit mais aime mon regard.

Sa poitrine...Ma bouche en veut toujours plus, tour à tour elle fait durcir la pointe des seins, tandis que mes doigts reprennent des caresses plus sages...

Je la fais s'agenouiller.

"Regarde moi"

Ses yeux brillent, mon regard doit être celui d'une créature sortie de l'enfer, j'enlève ma ceinture et sort ma queue.

Elle la suçote du bout de la langue après un rapide regard sur elle.

Je me sens palpiter dans sa bouche, ses yeux me percent...

Ma ceinture passe derrière sa nuque : elle avale jusqu'à la garde en fermant les yeux.

C'est Divin.

Je la relève notre baiser est bestial, sale.

Je la tourne contre le mur après m'être rapidement équipé.

Elle se cambre, je glisse mes doigts pour m'assurer de sa moiteur...et je la pénètre enfin.

Je vois son docile petit cul avaler lentement ma queue, les parois de son sexe me serrent dans un étau des plus enivrant.

Mes coups de reins démarrent lentement, haletante elle apprivoise ma queue et le mur froid face à elle.

Je la colle contre le mur, elle frissonne du contraste des chaleurs, je bloque ses poignets derrière la tête d'une main ferme : je veux la sentir Salope, Soumise.

Je change d'inclinaison et fait faire un cercle à ses bras pour les rabattre dans son dos, ma main libre empoignant sa chevelure.

Je la baise un peu plus fort, elle suce mon doigt.

Ces tétons sont mis à rude épreuve contre le mur, je la met à quatre pattes dans les escaliers montants.

Cette fois, elle entend le crissement d'une paire de menottes en acier qui résonne sur trois étages.

Les mains attachées dans le dos, à quatre pattes, son cul est comme une délivrance.

Je reste dans sa petite chatte et pénètre doucement d'un doigt son orifice qui me fait de l'oeil.

Puis ma queue disparaît lentement dans cet orifice là.

Ses gémissements affolés deviennent des plaintes sourdes.

Je pose ensuite mes deux mains sur les hanches et la pénètre aussi rudement que son cul le permet.

Nous exultons dans des râles de délivrance...



Cette sensation de Félicité me hante encore.

Puisse t elle regarder la Pleine Lune de temps en temps.
  • Like 2


3 Commentaires


Recommended Comments

Que dire ?

Encore un texte sublime, sans équivoque, qui va droit au but, sans fioritures. 

On en finirait presque la lecture haletant, tant la description de la scène et précise et juste.

On en frissonne d'être surpris là à vous mâter, tapis entre deux bagnoles, témoins d'une envie

bestiale à assouvir immédiatement ou celle d'un moment privilégié d'une rencontre attendue.

Merci pour ce bon moment de lecture MT, tôt le matin, ça met en forme pour la journée.

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Tu fais un peu peur mec, mais c'est vraiment très bon !

  • Like 2

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.