Aller au contenu
  • entries
    3
  • comments
    6
  • views
    1,292

Le Tantrisme c'est quoi donc ?

bittersweet

1,231 vues

blog-0391459001428600366.jpgJe n'ai que très peu pratiqué le "tantrisme" mais j'aime me documenter avant de me lancer dans un truc... d'autant qu'à ce sujet il convient d'être conscient du potentiel sectaire et de s'en préserver. Que je ne suis ni hindouiste ni bouddhiste, ni d'aucun culte d'ailleurs, je suis agnostique et libertaire, donc je ne fais que tenter de réduire mon ignorance et si je prêche quelque chose c'est avant tout que nous ne devons nous asservir à aucun Dieu ni aucun maître. Cela explique une attitude critique que vous décèlerez ici ou là, surtout quand je fouille dans le tantrisme occidental. SI je ne critique pas les cultes ancestraux c'est seulement que j'en parle pour remettre le Tantrisme dans son contexte, c'est déjà assez long comme ça et pour faire vite je vous passe mes réactions contre les systèmes de castes et autres dérives des moines en tous genres.

Epoque Antique

Dès l'âge de bronze des pratiques religieuses s'étendent dans la vallée de l'Indus au point de devenir le socle des religions futures. A l'âge de fer ces pratiques et croyances forment le Védisme avec l'arrivée de l'écriture permettant la diffusion de quatre textes nommés vedas. Vers 600 ans avant JC le Brahmanisme est créé pour réviser le Védisme et développe une approche mystique individuelle au delà des rituels védiques. C'est une explosion de mysticisme durant laquelle fleurissent diverses approches comme le Bouddhisme qui s'oppose au Brahmanisme. Au quatrième et cinquième siècle le Brahmanisme est réformé pour faire face au Bouddhisme qui est en déclin, c'est la formation de l'Hindouisme tel qu'on le connait encore aujourd'hui.

En raison de la diversité d'approches mystiques des Brahmanes l'Hindouisme est polymorphe et rassemble plusieurs courants qui se complètent et parfois se répulsent. L'un d'eux est le Tantrisme. Le Tantrisme s'oppose à l'idée, très répandue dans les autres courants, que pour atteindre l'éveil il faut respecter l'ascétisme. L'ascèse c'est l'élévation spirituelle par le renoncement. Renoncer aux biens matériels, renoncer aux désirs, à l'égo etc. Le Tantrisme dit qu'au contraire pour atteindre la pleine conscience il faut se connaître et donc se confronter à ses pulsions et les transcender. La sexualité fait bien sur partie de ces pulsions, elle est même une des plus fortes et des plus importantes. Certains brahmanes ont donc cherché à la sacraliser par la pratique et ont créé une recherche spirituelle de la sexualité qui a inspiré beaucoup d’œuvres, comme notamment la plus connue, le Kama Sutra.

Au sein de l'Hindouisme, bien qu'il ait marqué à peu près toutes les subcultures (chaque culte à une des déités forme des cultures au sein de l'Hindouisme qui les rassemble toutes) on trouve le Tantrisme principalement dans deux groupes de croyance, le Shivaïsme et le Shaktisme. Presque simultanément le Tantrisme pénètre aussi le Bouddhisme qui fini par l'intégrer dans son triptyque composé par trois piliers :

- Le Mahayana, le Grand Véhicule, celui qui guide l'ensemble du Bouddhisme tibétain. C'est un peu le Vatican Bouddhiste, son Pape étant le Dalaï Lama. Le Mahayana se pose comme celui qui doit être diffusé aux laïques et décider de toutes les grandes tendances du Bouddhisme.

- Le Theravada, le Véhicule des Anciens, qui regroupe les textes proto-bouddhistes d'avant la création du Mahayana, il est considéré par le Mahayana comme une sorte de bibliothèque ancestrale. Il est aussi appelé Hinayana par le Mahayana car cela signifie "Petit Véhicule" ce qui permet de faire une distinction aisée avec le Grand Véhicule. Mais historiquement le Hinayana n'est qu'un des courants ancestraux du Theravada, ce qui génère bien des tensions et des schismes au sein du bouddhisme.

- Le Vajrayana, le Véhicule de Diamant (ou de foudre), aussi appelé Guhyayana, le Véhicule secret. Ces noms insistent sur l'aspect à la fois lumineux et fulgurant, car il est dit qu'il s'agit de l'école qui permet d'atteindre l'éveil de la façon la plus totale et rapide, mais aussi sur son aspect élitiste, il se doit de rester secret car sa fulgurance peut provoquer des traumatismes chez certains pratiquants. On l'appelle enfin Tantrayana, le Véhicule des tantras, car c'est dans ce courant que le Tantrisme prend toute sa force au sein du Bouddhisme.

Plus tard le Bouddhisme sort du Tibet et se répand dans le reste de l'Asie. Confronté au Taoïsme en Chine il devient le Bouddhisme Chan. Il se débarrasse alors du Tantrisme car le Taoïsme, avec qui il cohabite alors, intègre déjà une grande liberté épicurienne. Les moines taoïstes ne voient pas d'intérêt dans ces doctrines qui bousculent l'ascétisme puisqu'ils ne sont pas franchement brimés (ils peuvent se marier, ont une grande culture de la sensualité etc). Le Chan poursuit son chemin et devient le Zen en arrivant au Japon.

Traditionnellement on se retrouve donc avec deux grandes familles tantristes : le tantrisme hindouiste et le tantrisme du bouddhisme tibétain. Dans ces deux familles à moins d'être sadhu ou lama on ne va pas dans des "stages sensoriels" pour apprendre à jouir en se faisant de massages... et même si on est sadhu ou lama il n'y a pas de stages organisés tels que nous les connaissons dans notre système consumériste, et surtout on ne se limite pas à ce genre de pratique qui ne sont que des moyens parmi mille autres pour exercer son Tantrisme.

Epoque moderne

Dans les années 60/70 l'Inde reçoit bon nombre de jeunes occidentaux propulsés sur les routes pour satisfaire leur soif de liberté et de quête métaphysique inspirées par des auteurs comme Jack Kerouac. La beat generation devient hippie et invente le flower power au contact des philosophies mystiques indo-asiatiques. L'une de leurs préoccupations est la libération sexuelle à ce point brimée par les valeurs ascétiques judéo-chrétiennes qu'ils vont en faire une révolution. Une fois de plus le rejet de l'ascèse appelle le tantrisme et c'est ce courant qui va le plus les marquer.

Certains gurus sentent qu'il y a d'une part une forte demande, et c'est leur rôle d'y répondre, mais ils sentent aussi qu'il y a moyen de rouler sur l'or. Rajneesh Chandra Mohan Jain est l'un d'eux. Pour des raisons inconnues il change de nom dans les années 60 et se fait appeler Acharya Rajneesh. Le changement d'identité officielle est une des marques de fabrique du guru. Dans les années 70 il quitte Bombay pour des raisons officiellement médicales, mais vu le bonhomme il est fort possible que ce soit pour éviter quelques ennemis pour de sordides motifs. Il s'installe à Pune et change à nouveau de nom pour Bhagwan Shree Rajneesh. Fort de son succès auprès des hippies il quitte l'Inde dans les années 80 et s'installe aux USA, en Oregon, et se fait appeler Osho, sans doute pour porter un nom plus facile à mémoriser par les non initiés. Son mouvement fort de plusieurs milliers d'adeptes portera alors aussi ce nom. Ce changement marque aussi le progressif pétage de plomb du maître et de son école. Il est la caricature du guru qui perd pied et se goinfre de dollars, devient fétichiste de Rolls Royce, baise tout ce qui bouge et aime être adulé. Son groupe fini par exploser suite à un attentat sous la forme d'un empoisonnement de masse en 84 et il est aussi poursuivi par le FISC américain. Il fini par se faire arrêter à l'issu d'une cavalcade rocambolesque. Il est extradé, retourne à Pune et y meurt en 1990 entouré d'un nombre tout de même assez conséquents de fidèles aveuglés. Au final il est toutefois considéré comme un des piliers de la pensée New Age qui reconnait dans ses propos quelques unes de ses plus fortes valeurs.

Malgré ces pathétiques dérives qui ont définitivement relégué son mouvement dans le rang des sectes, la pensée d'Osho est quand même très intéressante. Il parle de liberté, d'acceptation de soi, d'élévation par le respect de notre nature. Certes au final il a engendré l'inverse en asservissant des adeptes, mais cela retourne de son hypocrisie machiavélique, pas de la valeur de ce qu'il prétendait défendre. Un peu comme ces politiciens qui nous racontent de belles histoires démocratiques et de solidarités sociales sous les frontons de la République ornés du superbe "liberté, égalité, fraternité" : ce n'est pas parce qu'ils n'ont en tête que des plans carriéristes et qu'ils nous mentent pour obtenir leurs mandats que les valeurs avancées dans les beaux discours ne sont pas positives. Le problème c'est qu'aussitôt au pouvoir ils crachent dessus...

Revenons à nos moutons (c'est le cas de le dire...), Osho était aussi surnommé le "sex guru" car comme tout bon tantriste il pensait que la libération de l'être passe par la libération sexuelle et organisait des exercices dans ce but. Cependant même s'il en faisait plus état que ces prédécesseurs pour attirer les occidentaux en mal de plaisirs, il restait très proche de la dynamique tantriste et ne voyait en cela qu'une des approches possibles dans un but bien plus grand. Vu le nombre impressionnant d'adeptes lors de ces exercice il dut déléguer les enseignements. Et c'est là que sont apparus des tantrikas spécialisés dans telle ou telle discipline et notamment des instructeurs en matière d'exercices tantriques sensoriels et sexuels. C'est un point très important dans l'histoire du tantrisme tel que nous l’appelons aujourd'hui en occident, c'est de ces pratiquants là qu'a découlé la vague tantrique érotique.

L'une de ces tantikas chargée d'animer les exercices sexuels se nommait (et se nomme toujours) Margo Anand tel qu'Osho la rebaptisé. C'est une des plus anciennes fidèles qui l'a connu à Pune. Elle a été très impressionnée par ce qu'il était alors et sa philosophie qui n'était pas encore pervertie par ses élucubrations mégalomanes. Elle s'est dissocié du mouvement dans les années 80 mais a gardé un immense respect pour le guru. Je pense, mais ce n'est qu'une théorie personnelle, qu'elle a été choquée par les dérives de la secte et que d'autre part (c'est ce qu'elle dit) elle a au travers de ses voyages rencontré des personnes qui lui ont apprit que le tantrisme allait bien au delà de la vision réductrice qu'Osho lui avait enseigné pour la spécialiser dans le tantrisme sexuel. Je crois que malgré ces faits qui l'ont ébranlé et poussé à se dégager du mouvement elle a du vivre une ambivalence difficile à gérer. Il est en effet très complexe et douloureux de renier un enseignement et un maître qui a fait de vous un adepte convaincu, et les anciens membres de sectes gardent très souvent une affection profonde pour les bons moments qu'ils ont vécu, et parfois même pour les mauvais. Une sorte de syndrome de Stockholm d'autant plus profond que pendant des années on s'est construit sur un socle de croyances et d'expériences. Rejeter en bloc tout un pan de sa vie c'est se rejeter soi même, perdre une part de son identité. Certains y parviennent, d'autres pas.

Margo Anand, française d'origine, est rentrée au pays, a donc du faire sa route de son côté et a continué sur la voie qu'elle avait déjà parcouru et qu'elle appréciait. Après avoir cherché une sorte de labellisation (Arica dans les années 70, puis Osho) elle a décidé de se séparer des maîtres à penser et de faire de sa pratique un label en soi. Elle a fondé le Tantra Sky-Dancing, écrit plusieurs livres qui ont été des succès en Europe et aux USA. Ce succès est très important pour le tantrisme sexuel car c'est de cette popularisation faite par Margo Anand qu'a découlé la plus grande part des pratiquants que l'on trouve aujourd'hui. Et si ce tantrisme tourne principalement autour de la sensualité et de la sexualité c'est parce qu'elle a valorisé sa spécialisation dans le domaine.

Il n'y a pas d'école de tantrisme qui soit unanimement reconnue. Celles qui forment des tantristes supposés mener des séances ne sont pas capables de garantir la qualité de leurs "instructeurs". N'importe qui peut se réclamer de n'importe quelle école. Et vu les tarifs de formation pour devenir instructeur (comptez 1500€ pour deux semaines composant un niveau, et de nombreux niveaux avant de devenir "apte"...) on se retrouve vite à claquer des brouettes d'euros pour au final obtenir une validation qui n'a aucune valeur diplômante. Autant se payer une formation de massage bien être par une école reconnue, avec certification professionnelle établie, ça coûte moins cher, c'est plus sérieux et c'est utile au tantrisme... et en parallèle pratiquer le tantrisme dans divers groupes pour en saisir toute la portée. Comme disait un grand maître de Kung Fu alors qu'il quittait son dojo et le laissait à la responsabilité de ses élèves : "Aucune école n'est digne de ce nom à part la vie, aucun maître n'est digne de ce nom à part vous même, ne vous aveuglez pas en croyant qu'un style ou un maître est supérieur aux autres. Picorez ici et là, soyez votre propre maître et bâtissez votre Kung Fu." Bref...

Le tantrisme contemporain occidental est très souvent une immense foutaise spirituelle menée par des arnaqueurs. Ils se dilue même dans la prostitution.

Mais il est aussi porteur de pratiques particulièrement puissantes et ne peut être résumé à une manipulation sectaire. Les séances peuvent proposer des exercices très forts, et surtout efficaces, qui permettent de comprendre à quel point nous sommes capables de prouesses orgasmiques et relationnelles.

  • Like 1


2 Commentaires


Recommended Comments

Hey salut Pinkette ! Désolé j'avais pas vu ta réponse. Au plaisir de papoter ?

 

PS: tiens un sujet vient de s'ouvrir : 

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.