Aller au contenu
  • entries
    6
  • comments
    15
  • views
    2,291

Moments de plaisir

Neo3Lus

981 vues

Du pouce je caresse tes lèvres déjà fébriles, elles trahissent ton envie.

Du contact des miennes.

De goûter leurs saveurs

Mes yeux ne quittent pas les tiens

Ils cherchent tes failles

L’instant propice pour passer à l’assaut, t’asséner le coup de grâce

Ce baiser se fait attendre

Tu n’en peux plus, je le vois dans tes yeux implorants

Mes doigts s’engouffrent dans tes cheveux

Ils se serrent, t’agrippent, te ramènent vers moi

Tu es piégée, à ma merci

Mes lèvres s’accouplent aux tiennes, enfin

Tu sens leur chaleur

Ce désir brûlant t’envahit et parcourt tout ton corps

Tu ne peux résister

Mon autre main se pose sur tes fesses, te ramène contre moi

Nos bas ventre se collent

Nos deux sexes en feu à quelques millimètres l’un de l’autre

Emprisonnés encore, mais pour combien de temps ?

Ce désir brûle, nous consume

Ma langue combat la tienne

Ma main te maintien inexorablement contre moi

Ce baiser est fougue, déraison et passion

Je veux te prendre

Goûter ton fruit, sentir tes lèvres sur le mien

Mon sexe en toi, toi me suppliant encore et encore de te prendre

Et ce désir

Il brûle,

Pourquoi résister encore ?

Ta respiration s’accélère, ton cœur devient fou et cogne fort dans ta poitrine

Aussi fort que le mien

Mes mains s’agitent

Te déshabillent

Tu es nue, quel doux spectacle

Et ces seins...

Je les veux aussi

Je parcours ton corps suave de caresses indécentes.

Tournant autour de toi avec des yeux impudiques.

Mes mains te frôlent, glissent le long de tes courbes

Tes épaules

Ton dos,

Tes fesses qui mériteront un sort particulier en leur temps

Tes seins qui me lancent des appels volontaires

Fièrement dressés vers moi, pointes en avant

Scène érotique au possible à laquelle je ne peux résister

Je les soupèse, les malaxe

Pince délicatement tes tétons raides d’excitation

Mes yeux plongent dans les tiens, observant tes moindres réactions

Tu te laisses faire, sans volonté

Victime consentante d’un bourreau de débauche

J’aime ce jeu de pouvoir

Cette torture délicate de mes mains sur ton corps

Tes yeux me supplient d’y mettre fin

D’abréger tes tourments

Ton sexe me réclame

Il se languit, s’impatiente

Ce jeu de pervers ne saurait durer

Je me colle à ton dos

Tu sens mon souffle sur ta nuque

Mes lèvres sur ton cou

Une main vient meurtrir délicieusement ton sein

L’autre s’engouffre dans ton entre jambes

Mes doigts découvrent ce sexe qui brûle

Humide

Doux

Accueillant.

Ils s’y propagent à la recherche de tes plaisirs

Ton bouton rose déjà bandé d’extase

Ta grotte

Mes fouilles te rendent folle

Tu ondules ta croupe contre mon sexe

Tu constates de sa raideur ce qui t’excite plus encore.

Mes doigts s’agitent au grès de tes soupirs,

Des ronronnements de plaisir comme une douce mélodie,

Trempés de ta liqueur intimes ils se baladent sans mal,

S’engouffrent dans ton vagin.

Un doigt

Deux

Aussi loin que possible.

Je les ressors

Taquine ton clitoris sorti de son écrin.

Je le pince entre deux doigt et le frotte de tout leur long par glissements langoureux.

Tu lustres mon sexe avec tes fesses

Je suis à l’étroit

Compressé dans un jean à présent trop serré.

Tu sens mon souffle s’exciter de plus en plus dans ton coup

Mes lèvres qui te vampirisent.

Tout ton corps revendique le plaisir

Tu t’abandonnes, victime qui lâche prise dans un dernier soupir

Bouche béante.

Tu cherches de l’air ?

Ou une queue à satisfaire ?

Soudain je te fais pivoter,

Marionnette docile à mes volontés.

Je te saisi par la nuque, t'attire à moi,

T'impose mes lèvres, mon baiser passionnel.

Nos langues se retrouvent avec délice et volupté

Et tu te délectes de ma véhémence jusqu'à l'ivresse.

Mais une autre tache t'incombe

Un plaisir

Le mien.

Mon sexe enfermé te réclame.

Pour que tu attises son ardeur

Que tu apaises ses revendications.

Il veut ta bouche,

Tes lèvres délicates, ta langue aguerrie.

Mes mains posées sur tes épaules

Je te guide.

Ferme et sans ambiguïté sur ce que j'attends de toi.

Tu descends le long de mon torse

Humant au passage les effluves du désir que tu provoques.

Je suis ta lente chute langoureuse.

Tes yeux soutiennent les miens avec audace,

Mais ta descente inexorable te conduit vers mes dessins.

A peine accroupie que déjà tes mains s'affairent,

Débouclent ma ceinture, un bouton, puis deux.

La tension est palpable, l'appel de la chair dévorante.

Jean retiré. Encore un obstacle.

Une protubérance qui bouillonne

Qui veut respirer pour mieux être engloutie.

Avec lenteur tu abaisses la cage

Les yeux plein de malice plongés dans les miens.

Mon sexe se dresse devant toi

Fier et ardent d’un feu que seule ta bouche peut contenir,

Ou attiser pour mieux m’enflammer.

Tu le saisis dans ta main pour en apprécier les proportions.

Ta langue sort de ta bouche, s’approche lascivement de mon gland gonflé

Et ce regard toujours aguichant semble me défier.

  • Like 1


2 Commentaires


Recommended Comments

Joli texte...

Jolie description...

Toujours avec cette même précision.

J'aime toujours autant comme tu décris les choses...

 

Merci

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Merci :)

Nouveau texte, nouvelle approche.

Un style un peu différent mais, je l'espère, tout aussi excitant.

Voire plus qui sait.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.