Aller au contenu
  • entries
    12
  • comments
    47
  • views
    6,773

Douces retrouvailles

melia

1,246 vues

Tout commence un jour de juin triste et pluvieux, Elsa n'a pu fermé les yeux de la nuit à cause de cette pluie battante qui la déranger.

Pour son premier jour de vacances comment ne pas être déçue. « Que vais-je faire de ma journée ? »

Toujours dans son lit seulement vêtue d'un shorty et d'un débardeur, emmitouflée dans sa couette rien ne la motivée à en sortir. Célibataire depuis quelques mois, les bras d'un homme lui manquaient terriblement. Afin de pas se morfondre tout la matinée, elle se décida à se lever, alla dans la cuisine ouvrit les volets et se prépara un café.

Pendant que celui-ci coulait, elle se dirigeât dans la salle de bain, ôta ses quelques vêtements. Pris une baguette et remonta ses longs cheveux en un chignon. Elle s'observa malicieusement dans le miroir et un petit sourire lui vint au coin des lèvres. Elle entra dans la douche ferma la porte et ouvrit le robinet, l'eau chaude commençait à ruisseler sur sa peau blanche , elle ferma les yeux et ne pensait à rien d'autre qu'à cette eau qui la détendait. Elle pris le gel douche et savonna chaque parcelle de son corps.

Son imagination vagabondait à la recherche de vieux souvenirs. Certains douloureux car une larme se mis à couler le long de sa joue. Afin d'oublier le passé au plus vite elle se rinça, sortie de la salle d'eau, enfila un peignoir et alla se servir une bonne tasse de café, rien qu'à l'odeur celui ci lui mettait l'eau à la bouche. La première gorgée de ce nectar lui fit une bien fou.

Elle pris place devant son écran d'ordinateur l'alluma, pendant que celui ci chargeait. Elle se décida tout de même à s'habiller, même si la journée promettait d'être ennuyeuse autant être présentable au cas où si quelqu'un décidait de lui rendre visite. Elle choisit un jeans et un top noir ainsi que d'un cache cœur de la même colorie. Elle retourna à son ordinateur, s'installa confortablement et ouvrit Hotmail afin d'aller lire ses courriels.

Quelle fut sa surprise quand elle aperçu le mail d'un ami de longue date et qu'était sans nouvelle de lui depuis un moment. Ils avaient vécu une bref histoire mais cela remonte à tellement de temps qu'elle ne pouvait même pas dire quand exactement.

Elle lu le mail : « Salut ma douce, je sais cela fait un temps fou que je ne t'ai pas donné signe de vie. Ne m'en veux pas j'ai eue tellement de souci, que j'avais la tête ailleurs. Je suis rentré y a quelques jours et en rangeant mes affaires je suis retomber sur une photo de nous deux. J'ai hésité mille fois avant de t'écrire, car peut être que t'avais fait ta vie [….]Je comprendrai que tu ne veuille plus m'adressais la parole, tendres pensées Christophe »

Elle réfléchit à ce qu'elle allait lui répondre quand elle vit la fenêtre « Christophe vient de se connecté » son cœur fit un bon dans sa poitrine.

Elle cliqua sur son nom, la fenêtre apparu avec sa belle gueule d'ange toujours aussi craquant.

Ses doigts tremblaient sur les touches du clavier, quand elle lui écrit : « Coucou le revenant, je viens de lire ton mail. Effectivement j'ai été étonnée , mais loin de la l'idée de t'en vouloir. Au contraire ça m'a fait même plaisir de te relire à nouveau. »

Sa réponse fut immédiat : Hello, ma belle Elsa, content que tu m'en veuille pas...

Ils discutèrent de tout et rien une bonne partie de la journée, en oubliant même de manger. Ils décidèrent de se donner rendez-vous dès le lendemain pour boire un verre.

La soirée venait à peine de commencer, Elsa devait aller a son cours de Musique. Ses progrès à la guitare se voyait de plus en plus. Quand on aime se qu'on fait autant le faire bien, et puis c'est toujours plus agréable d'apprendre à plusieurs que seule. Elle rentra chez elle, exténuée et heureuse que cette journée fut remplie de rebondissement au lieu d'être longue et ennuyeuse.

Elle vérifia ses courriels et fut contente en apercevant que Christophe lui en avait laisser un, il y a moins d'une heure :

« Bonsoir ma belle, j'ai hâte d'être demain, je te souhaite une douce nuit et que celle-ci soit emplie de beau rêve. Je t'embrasse. Christophe.»Un long sourire ne la quittait pas.

Elle éteignit son ordinateur, passa à la salle de bain puis alla se couchait.

A peine endormie que Morphée l'emporta au pays des songes. « Une soirée où elle était seule chez elle, elle attendait avec impatience le retour de son amant qui devait pas tardais à rentrer de sa journée de travail. Il se faisait tard et elle commençait à s'endormir sur le canapé. Elle se décida à aller se coucher, étant donné qu'il avait les clé donc elle ne le laissait pas à la rue. Elle dormait depuis quelque temps, lorsque le bruit de la serrure se fit entendre. Des pas dans le couloir, des pieds qui se déchaussent, le froissement d'une veste qu'on pose sur une chaise. Un léger frisson lui parcouru l'échine, elle sentit une présence se dévêtir non loin d'elle. Un corps nu vint s'allonger à ses côtés. Deux mains vinrent se posèrent sur ses jambes remontèrent progressivement sur ses fesses, son dos, sa nuque, ses cheveux. A chaque passages de ces mains investigatrices un frisson de plus lui parcouru le corps. Les mains furent remplacer par des lèvres. Hum que c'était bon de se sentir désirée. Cette bouche approcha de la sienne, elle sentit le souffle de son bien-aimé. Leurs lèvres se trouvèrent puis leurs langues. Un soupir s'échappa de leurs gorges. Leur baisers était de purs délices, tous leurs sens étaient en émoi. Leurs corps se mouvaient à la perfection, ils répondaient promptement à leurs désirs jusque là inassouvi. Leurs jouissances furent au paroxysme de cet appétit sexuel tant attendu, ils s'écroulèrent comblés s'endormant dans les bras l'un de l'autre. »..........

Aux aurores elle fut réveiller par les rayons du soleil qui traversés les rayures des volets. Elle ouvrit ses yeux et fut un peu perdu de constater qu'elle avait rêvé, car personne ne se trouver à son côté. Un léger regard sur son radio-réveil, elle fit un bon en se rendant compte qu'elle n'avait plus que quelques temps pour se préparer avant de retrouver Christophe dans un café du centre ville.

Pomponnée et habillait d'un pantalon noir moulant ainsi que d'un sweat manche trois-quart avec un décolleté en V qui laissait apparaître à la vue de tous, la naissance de sa poitrine sans toutefois en montrer de trop. Elle avait mis des chaussures à talon qui mettait ses petits pieds en valeur.

Malgré le trac, elle était pressée de revoir son ancien compagnon. Elle arriva a l'heure devant le lieu de rendez-vous, Christophe était là.

Lorsqu'elle l'aperçut son souffle fût coupé. Il était toujours indéniablement beau, surtout lorsque ses yeux croisèrent les siens, comment résister à son regard si envoutant.

C'est lui qui vint à sa rencontre : « Bonjour, toujours aussi belle, Elsa.

Elle rougit et lui répondit : Merci beaucoup je te renvoi ce compliment. »

Ils se firent la bise, il lui prit la main, lorsqu'il lui toucha la peau elle eut un léger frisson qui lui traversa tout le corps. Ils entrèrent dans le café et s'assirent face à face à une table.

Trop humide le temps ne permettait pas encore de s'installer en terrasse. Étant donné que la veille il a plut une bonne partie de la journée, malgré les quelques rayons de soleil la température n'était pas favorable. Quelques minutes passèrent dans un silence qui les mettait un peu mal a l'aise.

Le serveur les interrompit dans leur rêverie : Bonjour, je vous sers quoi ?

Christophe : Honneur aux dames !

Elsa : Alors pour moi ça sera un cappuccino s'il vous plaît.

Le serveur : Et pour vous monsieur ?

Christophe : Je vais prendre un café long s'il vous plaît.

Serveur : Bien je vous apporte ça de suite.

Elsa : Je vois que tu es toujours aussi galant.

Christophe : Envers de jolie femme toujours.

Elsa Rougit, elle venait d'avoir un flash de son rêve de cette nuit qui lui fit perdre le temps de quelques secondes l'endroit ou elle se trouvait.

- Pourquoi rougis-tu ?

- Tu me trouble toujours autant.

- Moi je te trouble, tu devrais pas je suis resté le même.

- Ben justement on dirait qu'on ne sait pas perdu de vu.

Le serveur revint avec leur commande. Ils burent leur café en silence mais sans cesser de s'observer.

Peu de temps après Christophe lui demanda : Eh bien avec toi le temps passe malheureusement trop vite, si tu veux je t'invite au restaurant ?

- Oula je n'avais pas fais gaffe à l'heure, je ne peux pas accepter ton invitation je suis déjà invitée à manger chez mes parents.

- Oh ! Mince alors.

- Écoute ce qu'on peu faire, viens chez moi ce soir pour 20h je t'invite à dîner.

- D'accord ça me va, je te ramène le vin, ok ?

- Pas de soucis.

Au moment de se dire au revoir, elle allait lui faire la bise, lorsqu'il mis ses mains sur ses joues et lui déposa un léger baiser sur les lèvres.

Elsa ne sut quoi dire, elle partie en lui criant : « A ce soir, j'habite toujours à la même adresse, tu retrouvera ton chemin ? »

En guise de réponse il lui fit un oui de la tête. Elle arrivera à sa voiture, inséra la clé et mis le contact. Ses mains tremblaient sur le volant, elle se regarda dans le rétroviseur, elle avait les joues rose et les yeux qui brillaient. Elle roula à une allure tout a fait normal mais arriva avec quelques minutes de retard chez ses parents.

Son père un peu grognon lui fit la remarque, mais elle fit comme si elle ne l'avait pas entendu et lui dis bonjour ainsi qu'à sa mère. Ils passèrent tous trois à table. La discussion passait d'un sujet à l'autre. Elle ne leur parla pas de Christophe car elle voulait le garder rien que pour elle, car si son père apprenant qu'il était de retour il allait la bombarder de question.

Chose qu'elle ne voulait pas. La montre lui rappela qu'elle devait filer si elle voulait encore s'arrêter au supermarché afin de faire ses courses en vu du dîner de ce soir. Elle embrassa ses parents et repris la route. Elle était tendue a l'idée d'être en tête à tête avec son ancien amant. Sans perdre de temps elle fit ses achats et rentra chez elle. S'attelant à la préparation de son repas. Lorsque tout fut fini, elle s'occupa de mettre en place sa table, sortie sa plus belle vaisselle et alluma quelques bougies pour créer une ambiance tamisée. Afin de se détendre elle se coula un bain avant la venue de Christophe. L'eau était tiède et se fut un divin plaisir de décompresser quelques instants.

Elle sortit de l'eau, enleva le bouchon de la baignoire afin que celle-ci évacue l'eau. Elsa enfila son peignoir se sécha, se coiffa et se maquilla légèrement. Elle ne savait pas quoi se mettre, elle ne voulait pas paraître trop aguicheuse ni trop simple. Elle fit le tour des ses nombreuses robes, son choix s'arrêta sur une robe bleu nuit avec un voile noir. Elle enfila des sous vêtement en satin (autant être coquette c'est on jamais ) ainsi que des bas noir agrémenter d'un splendide porte jarretelle. Elle pris soin de mettre sa robe sans se décoiffée, sans oublier les escarpins, s'observa dans le miroir et se trouva très jolie.

Elle retourna en cuisine afin de vérifier la cuisson de son plat au four, rien n'avait cramé c'était bon signe. A peine l'eut t-elle refermé que retentit la sonnette. En cet instant son cœur ne fit plus d'un bon, sa respiration s'accéléra encore plus fort « mais qu'est ce qui t'arrive ma vieille arrête de flipper comme ça » se dit-elle.

Elle reprit son souffle comme si elle avait courut un 100M. Elle appuya sur le bouton pour ouvrir la porte de l'immeuble, comme elle était au rez de chaussée elle entendit les pas de Christophe raisonner dans les escaliers.

Avant qu'il n'arrive devant sa porte elle entrouvrit celle-ci. Elle fut bouche bée devant tant de beauté, en plus du vin il tenait un magnifique bouquet de rose blanche.

- Ouah ! Elsa tu tu es maaagniifique *petit sifflement* tu vas me faire mourir tellement tu es belle.

- Merci toi aussi. Tu es élégant

- Tiens je me suis arrêter chez le fleuriste en passant, mais laisse moi te regardait tourne sur toi même ? (elle s'exécuta) pfiou j'en ai le souffle coupé.

- Arrête tu vas me faire rougir dit-elle en souriant . Merci, je vois que tu n'as pas oublier que les roses blanches étaient mes préférer.

- Tu sais j'ai une très bonne mémoire.

- Je t'en pris rentre.

Il la précéda et eu l'occasion de continuer à l'admirer, elle alla chercher un vase dans le buffet du salon et fila en cuisine pour le remplir d'eau afin d'y mettre le bouquet de rose.

Il était toujours dans l'entrée entrain de l'observait, la bouteille de vin toujours en main.

Elle le regarda et eu un petit rire : « Tu vas pas rester toute la soirée dans le couloir ?

Il parti d'un fou rire et lui répondit : Arrête ce matin c'est moi qui te troublait maintenant c'est l'inverse, il faut être fou pour appréhendais d'être en ta compagnie.

- Mais je vais pas te manger (même si dans sa tête des envies coquines lui traversaient l'esprit)

- Ah c'est ce que tu dis, je me méfie (rire) non je plaisante.

Elle lui prit le vin et s'en alla prendre le tire-bouchon. Il la suivit dans la cuisine et reprenant des mains la bouteille, il la dé-bouchonna dans un « plop », qui en dit long sur la finesse de l'ivresse de ce nectar.

Il alla au salon et rempli les deux verres de cette élixir à la douce couleur rosé. Elsa l'avait suivit sans dire un mot, il lui tendit son verre.

Il porta un toast : « A nos retrouvailles et à toi qui es charmante ce soir » Elle porta son verre à ses lèvres et but quelques gorgées de ce divin breuvage.

Il la regardait dans les yeux, il s'avança près d'elle, pris son verre et le posa sur la table au côté du sien. Il se trouvait maintenant qu'a quelques centimètres d'Elsa, il s'approcha passa ses bras derrière sa nuque et l'attira a lui. Il posa ses lèvres sur les siennes elle se laissa faire, leurs langues vinrent se joindre l'une a l'autre en une danse des plus sensuelles.

Leur baisé dura une éternité, il y mit fin avec regret. « Si je continu à t'embrassais je ne m'arrêterai plus.

- C'est peut être ce que je recherche.

- Ne me tente pas douce Elsa, surtout que tu me laisse pas du tout indifférent »

En effet on pouvait apercevoir du désir émerger de son pantalon, mais Elsa ne l'avait pas remarqué. Ou si elle l'avait vu elle avait fait celle qui n'avait rien remarqué.

Pour pas être repérer il pris place à table, but une gorgée de vin pour meubler les instants et que le temps eut raison de la pression afin qu'elle redescende petit a petit. Pendant ce temps Elsa partie en cuisine cherché le repas. Une bonne odeur vint chatouiller les narines de Chris' .Il la trouvait belle même avec les gants qu'elle portait pour ne pas se bruler avec le plat qu'elle ramené à table.

Elle le posa sur le repose plat prévu à cet effet, elle demanda l'assiette de Chris' pour pouvoir le servir mais celui ci en décida autrement : « Laisse moi faire, assied toi, moi je sers. Tu en as assez fait pour ce soir » Elle ne protesta pas bien au contraire elle fût contente de le voir se rendre serviable. Les deux assiettes remplis, ils dînèrent tout en parlant de tout et de rien. Le vin diminuait à vu d'œil de la bouteille. Le verre d'Elsa paraissait ne jamais se vider. Peut importe elle se sentait bien, l'effet du vin se faisait ressentir car elle était plus rieuse. Elle tenta même l'audace en laissant son pied vagabonder sur la jambe de Christophe. Celui-ci la regarda et lui fit comprendre que ça ne lui déplaisait pas.

Elle continua son petit manège jusqu'à atteindre son entre-jambe. :twisted: Lui retint sa respiration car la situation le rendait de plus en plus fou. Depuis leur rendez-vous de ce matin il avait envie d'elle, de la sentir nue dans ses bras comme à l'époque. Ne faire qu'un avec elle, ne tenant plus du tout, il se leva, passa derrière elle, décrocha la pince qu'elle avait utilisé pour remonté sa chevelure.

Ses cheveux châtain descendirent en cascade dans son dos, pendant que se répandait le parfum qu'elle avait mis plus tôt dans la soirée vint lui chatouillé suavement les narines. Il passa ses mains sur sa féminine nuque et déposa un baiser sur le front de la jeune femme. Elsa retenait son souffle, elle avait fermé les yeux pour mieux sentir les mains de son ami sur sa peau.

Elle soupira et dit à Christophe : - J'ai peur d'ouvrir mes yeux et de constater que ce moment n'est qu'un rêve.

- Pourquoi rêverais-tu ma douce Elsa ?

- Je n'en sais rien, car ça me paraît irréel, toi ici avec moi.

Il continuait à l'embrasser dans la nuque, descendit le long de son dos.

- Tu vois comme ton corps réagit à ces caresses.

- Oh oui ! J'en ai des frissons Il lui pris les mains et l'aida à se lever, maintenant leur corps était tout proche l'un de l'autre. Elsa appréhendait se qu'il allait se passer, non elle n'avait pas peur de lui mais d'elle.

Car après tant d'années séparées l'un de l'autre, elle avait peur de le décevoir. (une petite voix lui demanda d'arrêter de penser à ces sottises et que tout se passera bien, elle répondit à cette voix en son fort intérieur : plus facile a dire qu'à faire ) Il pris alors sa tête entre ses mains pour l'embrasser sensuellement, au début leurs langues s'effleurèrent pour enfin fusionner.

Ses mains se firent douces, prenant leurs temps elles commencèrent à parcourir le corps de la jeune femme. Tout en continuant de l'embrasser il descendit ses mains sous sa robe et remonta jusqu'à ses fesses. Il sentit qu'elle portait un porte-jarretelle qui lui prodigua une frissonnante décharge de plaisir supplémentaire. L'envie d'aller plus loin, l'envie de lui faire plaisir, l'envie de la faire languir, l'envie qu'elle s'abandonne totalement à lui. Toutes ces envies se bousculent en un tourbillon délicieux et se présentent à lui...Il continua sa balade sur cette peau si douce, sa robe se trouvait à mi hauteur. Ce bout de tissu l'empêchait d'aller plus loin dans la découverte de ce corps de femme il prit l'initiative de la lui ôter. Il eu le souffle coupé lorsqu'il la vit arborer fièrement cet ensemble de lingerie sexy .

Elle le regarda malicieusement, elle avait les yeux qui brillaient à la puissance d'une myriade d'étoiles dans le ciel. Il continua à la regardait quelques seconde de plus. Voyant qu'il était troublé, elle s'approcha de lui et lui susurra à l'oreille des mots doux. Elle vint à son tour l'embrassé longuement, pendant que leur langues jouaient elle se laissait couler dans le bonheur de leur étreinte, goûtant au miel de la bouche de son amant. Puis, se laissant assaillir par le désir de le palper à son tour, de toucher sa peau qui doit être ferme et douce. Elle défit délicatement chaque bouton de sa chemise. Celle-ci tomba au sol dans un froissement. Elle caressa son torse glissa ses doigts dans le léger duvet qui se trouvait sur sa poitrine.

Ils cessèrent un instant de s'embrasser. Il la prit dans ses bras et la transporta dans sa chambre. Il l'allongea délicatement sur le lit et pris place au-dessus d'elle. Il embrassa sa gorge et le haut de ses seins, il passa ses mains dans son dos et dégrafa son soutien-gorge. Il posa sa bouche sur sa poitrine et la couvrit de baisers. Sa langue pris possession d'un des tétons, effleurant et le titillant, il l'entendit gémir de plaisir. Tout en continuant cette délicieuse torture, il s'aperçut que la pointe de ses seins grossissait de désir. Il descendit plus bas, vers son nombril. Un légers frisson parcouru le corps de sa bien aimée. Face à l'envie de plus en plus grande chez lui..... Il se leva et déboucla sa ceinture puis baissa et ôta son pantalon afin de lui montrer à quel point il la désirait à quel point il avait envie d'elle.

Mais malgré son désir il n'avait pas envie de tout gâcher en allant trop vite. Il repris place et vint lui susurrait à l'oreille ses envies, son envie de lui faire longuement l'amour, l'envie de la goutter, l'envie de la redécouvrir. Elle se laissait faire, même si au fond d'elle elle avait une folle envie de lui de son sexe en elle de ne faire qu'un avec lui. Il continuait de l'embrasser, elle avait le corps en feu. Ils avaient atteint le stade de non retour. Il arriva au niveau de son sexe, elle était bien excitée car son shorty était bien humide. Il le fit glissait le long des ses jambes jusqu'à l'enlever complètement.

Il commença par déposer des baisers sur la partie haute puis passa sa main entre ses lèvres humides tout en la regardant dans les yeux. Il lui caressa son bouton en passant ses doigts dessus puis passa ses mains entre son mont de vénus. Il approcha sa tête et sa langue titilla son intimité. Il s'y attarda longuement s'arrêta afin de la faire languir un peu.

Elle poussait des petit couinement tel un petit animal. Il lui inséra un doigt en même temps petit à petit pour le faire rentrer entièrement et commença un va et vient long et profond tout en continuant de la lécher. Puis un deuxième doigt pris possession de son intimité. Pendant ce temps il s'attardait sur son petit bouton qu'il lécha, aspira très délicatement.

Elle n'en pouvait plus elle eue un premier orgasme, elle reprit ses esprits et lui dit :

« Viens en moi j'en peux plus, j'ai besoin de te sentir, s'il te plait !

- Hum, madame n'en à pas assez ?

- Non. »

Il alla chercher un préservatif dans la poche de son pantalon (eh oui il y avait pensé, autant être prévoyant) l'enfila et vint sur elle et la pénétra doucement...

Lentement...

Profondément...

Il resta un instant en elle...

Il en profita pour l'embrasser sensuellement...

Leur étreinte dura un bon et long moment. Ils atteignirent le plaisir ensemble, ils s'écroulèrent sur le lit et s'endormirent enlacés dans les bras l'un de l'autre.

 

Durant la nuit ils reprirent leurs douces danses de l'amour. Le matin arriva, Elsa ouvrit les yeux eu un haut le cœur en s'apercevant que personne dormait a côté d'elle. Elle eut peur d'avoir de-nouveau rêver (décidément c'est pas mon jour, si je fais des rêves aussi réaliste, ma pauvre il te faut vraiment un homme). Elle soupira, se leva et s'aperçut qu'une douce odeur de café flottait dans l'appartement (Hein ! Mais je ne me rappel pas avoir mis du café en route) elle se dirigeât à petit pas dans la cuisine et qu'elle fut la surprise en y découvrant la table mise pour deux avec un plateau de viennoiserie toute chaude.

 

Elle vit Christophe s'affairait à la vaisselle.

 

Elle dit à voix haute : Non je n'ai pas rêvé, c'était bien réel.

Christophe se retourna et lui demanda : Pourquoi dis tu ça ?

- Ben en me réveillant la place à côté de moi était vide, j'ai cru avoir encore rêvé de nos étreintes.

- Encore ? Elle rougit.

- Oui, encore y a deux nuits de cela j'ai fait un rêve de toi et moi.

- Ah oui, tu rêves de moi, j'en suis flatté.

Elle se mordit la lèvre, il vint vers elle, elle l'embrassa sensuellement.

- Je te promet de ne plus te laisser, je t'ai retrouvé, je te garde. J'ai été idiot de mettre un terme à notre relation à l'époque.

- Chut tais-toi, elle l'embrassa le principal c'est que nous soyons ensemble.

 

Ils se prirent dans les bras l'un de l'autre et se promirent de ne plus jamais se quitter.

 

 

http://www.forum-intime.com/topic/13647-douce-retrouvaille/

 

  • Like 3


18 Commentaires


Recommended Comments

si seulement ça pouvait vraiment arriver...

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Wouah ma Mélilounette a retrouvé sa belle plume avec laquelle elle nous fait venir tant d'émotions, c'est beau, c'est palpitant, entre rêve et réalité, c'est terriblement sensuel et très efficace! Bravo ma minette, c'est vraiment superbe!!!

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

merci mon rooo minet mais ce texte existait déjà sur le forum dans "histoire érotique" d'ou je te souviens que tu l'avais déjà lu :bisous3: les mettre ici je trouve que ça permet de mieux les retrouvés :bisous3:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

j'adore, plein de douceur, de souvenir....Un récit à fleur de peau comme je les affectionne

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
merci mon rooo minet mais ce texte existait déjà sur le forum dans "histoire érotique" d'ou je te souviens que tu l'avais déjà lu :bisous3: les mettre ici je trouve que ça permet de mieux les retrouvés :bisous3:
Peut-être, ma Mélilounette, mais je ne m'en souvenais pas et je te remercie chaleureusement d'avoir ainsi ravivé ma mémoire avec d'aussi beaux souvenirs...
  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Merci encore à tout le monde :bisou:luce, garetha et décibel :bisous3: les filles :bisous3:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

superbe texte, tendre, doux, un tantinet mélancolique mais tellement sensuel !! merci

  • Like 2

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Eh bah quelle plume !

Décidément tes récits sont tous supers ma chère !!

Bisous

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

:oops: merci beaucoup c'était un des tout premier en plus donc ça remonte y a 6 ans pfiou ça passe le temps. 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.