Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,554

Fellation

Mariveau

451 vues

Sur ce lit parsemé de pétales de roses,

Tu t’approches délicatement et tu t’imposes,

Le soleil pénètre doucement par la fenêtre

Les zones d'ombre flirtent avec les rayons de l'astre

Entretenant les frissons qui parcourent nos êtres

Courtisant, de nos peaux mêlées, les légers contrastes

Dessinant nos caresses, nos désirs, nos passions

Tel un artiste en mal d'inspiration

Le regard furtif, les mains moites, le souffle lent, le sourire illuminé,

Je me demandais ce qui m’attendait,

Un bruit épars, isolé, fugace

Nous parvient quelquefois du dehors

Traversant notre espace

Aiguisant nos sens en essor

Ton regard coquin et Ton mordillement de lèvres me rendait fou,

Je savais ce qu’il allait se passer tout à coup,

Ma main s'attarde sur ton ventre

Qui s’arrondit et palpite,

Puis se fraye un chemin, vers ton antre

Où brûle, humide, une pépite !

Tu viens chercher cette tendre oreille,

De loin, tu sais qu’elle t’appelle,

Tes dents mordillent,

Ta langue titille,

Tu t'abandonnes à mes caresses, à ma quête de volupté

Tu voudrais pourtant prendre le pouvoir

Partir à la conquête entêtée...

De mon membre dont l'image au miroir s'est dressé...

Tes mains sur mon torse nu,

Caressant d’une façon originale,

Révélant ton côté bestial,

Qui l’aurait cru ?

Bouches à l'unisson

Se fondant dans nos pulsions

Nos langues n'ont de cesse de danser ensemble

Mais tu trouves la force de t'y soustraire

L'envie est là, implacable, première

De t'accroupir au pied du lit qui nous rassemble

Tes baisers se posant sur mon visage,

Sentant ta respiration,

Je me dis que tu redeviens sage,

Mais je fais bien attention,

Tes dents croquent ma lèvre supérieure,

Afin de me témoigner que tu as un esprit dominateur,

Ta langue lèche la mienne, la caresse tendrement,

Je sens ce désir imminent,

Un baiser langoureux s’échange,

Nos salives ne font qu’une, un véritable mélange,

Mes mains sur tes seins,

Les palpant en restant serein,

Continuant à m’embrasser,

Mon souffle commence à augmenter,

Touchant ta peau douce,

Je ne souhaite pas que tu me repousse,

Tu me plais beaucoup trop,

Pour penser à de tels mots,

Tu me décalottes

Et sur ton visage frotte

Tendrement, la peau fine et tendue

De mon sexe mis à nu

Tu as envie de lui et je le vois dans tes yeux,

Mais tu laisses le désir s’installer,

Afin que je souffre encore un peu,

Et que je sois encore plus excité,

Tu touches mon sexe,

Délicatement avec ton index,

Puis tu me lances ce regard de tueur,

Afin que je puisses sentir ta chaleur,

Chaleur de mes veines gonflées

Douceur de ma belle dureté

Dans ta main soudain serrée

Maintenant, d'une langue agile

Le long de ma hampe, fébrile

Ta langue titillant mon gland,

Tes lèvres suçant le long de ma verge,

Elle ressemble à un cierge,

Tu es dominatrice à présent,

Tu me regardes furtivement

Yeux coquins ou lascifs

Étudiant sur le vif

Mes émotions, tremblements...

Gobant mes bourses dans ta bouche,

Coups de langue par ci par là,

Moi je te touche, de haut en bas,

Faisant des va et vient avec ta bouche,

Tu salives à mon gland

Turgescent

Pressions si intense

A ma lance

Vas et viens sur mon pieu

Moment divin et merveilleux

Mon sexe est chaud et humide,

Tu fais des mouvements verticaux rapides,

Mon plaisir atteint fulgurant

Des faîtes indescriptibles

Seuls râles et gémissements

En sont alors dicibles

Tu me vois gémir de désir,

Je suis envahi par le plaisir,

Tandis qu'au rythme de tes succions

J'ai encore la frêle illusion

De garder ascendant et contrôle

Allons donc, faisons le drôle !

Tu continues à me branler,

Je te demande de continuer,

Tu me vois très excité,

Tu sais, ma belle amante,

De jouir déjà me tente !

Tu lèches ma verge de la base vers le haut,

Je n’ai plus de mots,

Je suis en proie à un tel transport

Qui se diffuse en mes sens, en mon corps

La fièvre me traverse de part en part

Et toi ô animale tu t'en empares

Sur mon gland avec ta langue des mouvements circulaires,

Je ne suis plus sur terre

Passant délicatement sur mon frein,

Je ne suis plus du tout serein,

Titillant de plus en plus rapidement,

Je suis comme un fou maintenant,

Je commence à trembler,

Tu continues à me caresser,

Tu embrasse mes bourses,

cherchant à t'abreuver à ma source,

Je voudrais retarder l'instant

Mais n'en ai pas le pouvoir de résister,

Tu me possèdes trop bien, je suis ton prisonnier

Tu m'enivres de ton chant

Faisant monter tes lèvres sur ma verge,

Poursuivant tes va et vient dans ta bouche,

Juguler ma jouissance

Est pure utopie, le plaisir est si immense

Je m'abandonne enfin

Me laisser aller serein

Dans ta bouche si avide

Jusqu’au moment où vient mon liquide,

Que tu avales avec prouesse,

D’une telle délicatesse,

Je cris et jouis, mon essence

Dans ta bouche, avec indécence

Mes muscles tremblent, faiblesse d'amour

A ton doux palais, sur ta langue velours

Je coule en toi mon nectar nacré

A ton sourire qui m'a comblé

Je m'essaime...

Je t'aime



1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.