Aller au contenu
  • entries
    33
  • comments
    113
  • views
    6,746

La Capture

Mein Teil

628 vues

Trop tard je ne peux plus contenir.

Un dernier sursaut de lucidité m'avait fait croire que j'aurai pu me noyer dans la masse.

Je ne veux plus être noyé dans cette masse, je veux être le Tsunami qui va vous submerger.

Autour de moi ils dansent à un rythme effréné, je sens mon coeur qui palpite, mes muscles qui se tendent , ce frisson qui me vrille les tempes.

Je laisse ma nature se manifester au grand jour et balaie la salle des yeux : j'en vois une.

Elle m'a repéré aussi, une créature démoniaque entourée de ses laquais ou de son futur repas, peu importe je prends le chemin le plus court pour mettre fin à cette abomination, que ce soit la sienne ou la mienne.

Elle sort les crocs, elle voit que mes yeux transpirent déjà la rage.

Une créature céleste que je n'avais pas repéré essaie de m'attraper le bras, m'intimant de respecter la Trêve : elle va vite avoir de quoi s'occuper, ma vis à vis encore assise chuchote quelques mots aux boys band qui l'entourent, me désignant du menton.

Ils se lèvent, avides de se démarquer les uns, les autres : je vais pouvoir laisser libre court à ma fureur.

Je frappe le premier l'un d'entre eux, je sens avec plaisir le craquement de la mâchoire sous mon poing, cela ne fait qu'attiser cette frénésie qui monte. L'un d'entre eux me porte un coup de pied que j'encaisse en grondant : comment pouvait-il préméditer mes griffes ? Son mollet déchiqueté, on devine qu'il hurle sous cette musique assourdissante, je le projette et fonce sur le suivant.

Nous sommes au sol : je ne le frappe pas, je le martèle de manière totalement désordonnée, je sens des coups ça et là mais je veux terminer mon carnage et finit en lui croquant le nez tout en lui lacérant la poitrine.

Il se cache le visage dans une mare de sang, il ne pourra plus renifler le cul des femelles ! Une odeur de sang et de whisky, une perte d'équilibre : la créature en face hurle ses ordres aux deux hommes encore debout qui commencent à comprendre que les bouteilles fracassées ne suffiront pas.

Ils fuient, ils fuient tous : sauf elle. Elle se lève, la splendeur de sa robe rouge met en valeur son corps d'une manière outrageante.

Je charge tant que je peux : elle se laisse percuter et nous traversons le mur, son rire m'effraie, elle m'entrave les poignets et déploie sa langue sur ma bouche écumante.

Les humains nous entourent mais ses ailes soudainement déployées nous cachent.

Je suis paralysé dans son cocon, ma rage s'effrite puis s'écroule, mes yeux se révulsent.

Elle me chuchote des paroles apaisantes, des promesses de douleur et de plaisir.

Je ne peux pas lui résister.

La créature céleste en retrait a compris que c'était fini et éloigne les humains.

Je ne cherche plus à me libérer, elle sait que je suis sous son emprise et s'amuse à glisser son talon derrière ma cuisse, ses griffes me lacèrent délicieusement.

Elle me chuchote que désormais je suis son Esclave.

blogentry-86726-0-51041700-1394310596_th

  • Like 2


1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.