Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,895

Nuit sous les tropiques

Mariveau

295 vues

Posté aujourd'hui, 21:39

metisse-nu.jpg

Ce soir la nuit sera érotique

L’atmosphère lourde est magique

Sous la chaleur des tropiques

La lune éclaire cette plage de la Dominique

Accompagnée de cette musique de la Jamaïque

Tu regardes cette belle métisse

A la peau couleur mélisse

Son corps chaloupe, ta main s’immisce

Vers l’intimité de ton calice

Ton jus coule le long de tes cuisses

Elle danse nue face à l’océan

Offrant son corps à l’astre troublant

Tu la désire je le sens

Tes yeux son brillant

Ton regard se fait insistant

Elle est vraiment sublime

Comme une vénus sortie des abîmes

Elle t’a vu, te sourit, ton cœur s’anime

Elle entame à te frôler une danse intime

En vos yeux je perçois votre désir qui s’anime.

Tu frisonnes, ta peau de lait,

Contraste avec sa peau couleur café

Ombre et lumière tamisée

Votre beauté sublimée

Je jouis de votre sensualité

Elle t’invite dans sa danse

Elle retire ta robe, exacerbant des sens

Tu es maintenant nue sans défense

Tu te laisses aller avec une délicate indécence

Prélude à un corps à corps intense

Ses petits seins aux pointes sombres et dardées

Semblent faire l’amour à tes seins généreux si excités

Ses doigts s’immiscent, s’enfoncent en ton intimité

Tu gémis, sa langue force le passage de tes lèvres enfiévrées

Tu lui offre la tienne en un langoureux baiser.

Je te connais, je sais ce que tu veux

Tu as soif de son nectar, doux liquide chaleureux

Ta bouche descend le long de son corps lumineux

Goutant chaque parcelle de sa peau, je suis envieux

Elle me regarde avec des yeux malicieux

Au contact de tes lèvres, elle s’ouvre, se cambre

Offrant à mes yeux, ses fesses divines, couleur d’ambre

Ta langue glisse, pénètre son sexe, comme un membre

Elle caresse tes cheveux d’un geste tendre

Je m’approche doucement, oui je l’avoue pour l’entreprendre

Tu te relèves et te colle à elle, tout n’est que danse et caresses

Viens rejoins nous me dis tu, oui venez dit-elle avec hardiesse

Je me colle contre son dos, mon désir, caressant ses douces fesses

La musique nous enivre, et nous conduit à l’ivresse

Mordillant les lobes de son oreille, tu lui glisses qu’elles sont mes faiblesses

Maintenant à genou, tu conduis ma verge à sa bouche

Elle s’active avec délicatesse, elle n’est point farouche

Tu joues avec ses sens, elle aime quand son bourgeon tu touches

Tu la rejoins dans son plaisir, tu n’es point une sainte-nitouche

Avec gourmandise avec ta nouvelle amante, mon membre tu embouches

Je sens monter en moi, l’orage, mon bas ventre brule de votre plaisir

Je libère dans un râle, mon écume en vos bouches, j’aime vous entendre gémir

Mon liquide de vie coule sur vos seins, je sens la jouissance vous envahir

Lorsque vous partager en un chaud baiser mon jus qui semble vous ravir

Ma bouche rejoint les vôtres, pour avec vous, vous sentir jouir

Tu t’allonges sur le sable fin de cette merveilleuse plage

Offrant avec indécences ton sexe, à sa bouche, excitante image

Sous ses assauts tu jouis, tu coules, tu es sur un nuage

Elle se retourne, me sourit se cambre, c’est un message

Mes mains sur ses hanches, en elle je m’enfonce sans ambages

Moment intense, lorsque je plonge dans la douceur de son étui chaleureux

Je vais et viens entre ses intimes lèvres, dans l’humidité de son sexe délicieux

Tu gémis sous sa langue dardée, elle gémit sous les assauts de mon pieu

Sa peau perle de mille gouttes de sueur, sous les rayons de l’astre de la nuit si lumineux

Tu cries ton plaisir, elle crie son plaisir, je râle le mien en libérant en elle mon liquide crémeux

Les corps se démêlent, vous réanimez ma verge, que j’aime votre art buccale

Votre fougue, votre envie, vos caresses, vos techniques me seront fatales

Me voilà allongé sur le sable et avec fougue sans attendre tu t’empales

Tu me chevauches telle une valkyrie dans la chaleur de cette nuit tropicale

Elle m’offre son calice à mes lèvres avides, sa bouche baisant la tienne, superbe bacchanale

Elle caresse avec vigueurs des seins, je libère en toi mes dernières forces en ta matrice

Je joue de ses lèvres et de son bourgeon, elle m’offre son nectar intime coulant de son calice

La fraicheur est là, elles frissonnent, si nous poursuivions à l’hôtel dis-tu avec malice

Nous remontons la plage, rejoignant notre bungalow, elle rit avec un regard complice

Epuisé je reprends des forces, vous regardant toutes deux faire l’amour avec délice.

ma-metisse-est-nue_500x500.jpg


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.