Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,884

Tempête

Mariveau

276 vues

Tempête

Tel les éléments mon désir est en furie

Les vagues de mon envie se brisent

Mon écume recouvre ta prairie

Je me laisse emporter par ton emprise

Mon sexe en toi balloté par les flots, tempête

Il ne cesse sous l’effet de ta houle de se tendre

Nous basculons et roulons sur la moquette

Avec la fougue du vent je vais te prendre

Ô Christine, ma douce insoumise

Ma verge est une lame,

Sur la grève de ton calice elle se brise !

Sous la chaleur de ton étui elle s’enflamme

Je te veux offerte et conquise

Pour toi je me damne

Je glisse ma lame de fond

En toi si profond,

Raz de marée de plaisir, Tsunami,

Dans tes plus secrets replis.

Et dans cette torture

Emportés par le courant

Tu me sens long et dur

Ton corps contre moi s’arque boutant

Tes seins frissonnant pointent

Donnant le cap tel un amer

D'une joie non feinte.

Et loin d’être éphémère

Ton corps embaume de subtils effluves

Lorsque ma bouche s’empare de ton calice

Liqueur de ton plaisir coulant à flot de ta vulve

J’y étanche ma soif de toi avec délice

Au contact de tes naturelles essences

Mon sexe se tend se dresse

A la vue de ce que tu m’offres avec indécence

Tes sublimes et divines fesse

De mes mains j’ai pris hanches

En ton séant avec puissance je me déhanche,

Ma verge gonfle prête à jaillir

Pour ce suprême plaisir

Nous nous dirigeons vers l’orgasme

Assouvissant nos fantasmes

A la fois captive, tu es insoumise

Te laissant aller à ta jouissance

Tu te caresses avec indécence

Tu as déposé sur moi ton emprise

Dehors la tempête redouble,

L’ouragan en nous se déchaine

C’est la folie qui nous enchaine

Et la passion qui nous trouble

Lame de fond de notre plaisir

Déferlante qui nous emporte

Emporté par un puissant désir

Plus rien d’autres nous importent,

Mon bassin vient percuter le tien

Le rythme des flots bat son plein,

Quand ma verge entre et sort

Tu m’emmènes vers la petite mort

Tu te fais fontaine, et tu m’inondes

Je me répands, en ta caverne profonde

Sous ma langue mes doigts tu gémis

Sous tes baisers enflammés je jouis

Faisant jaillir de ma plume

En ta matrice je t’ensemence

De l’encre blanche de mon écume...

Je t’offre ma semence

Dernières salves, ultimes élans

Tétons roses sur lit de sperme blanc...

Te voilà couverte de ma jouissance

Marque sauvage de notre indécence

  • Like 1


1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.