Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,897

Première neige

Mariveau

297 vues

En ce petit matin, le froid a pris racine annonçant l’hiver

Les premières neiges sont là, la brume recouvre la vallée

Laissant toutefois poindre quelques rayons solaires

Réchauffant les rondins de mélèzes de ce petit chalet

Sous l’effet du givrent, les arbres des sapins ploient

Alors que dans la pièce principale, le feu de bois crépite

Une blanche pellicule de gel recouvre les toits

Parsemés de multiples et brillantes pépites

J’entre doucement dans le nid douillet de ta chambre

J’entrevois avec envie ton corps nu sous les draps

Avec indécence et sensualité tu t’étires et tu cambres

Me faisant agréablement oublier les premiers frimas

Ton divin corps promesses de rondeurs sensuelles

Offre à mes yeux éblouis, ton indicible beauté

Provoquant en moi un intense émoi sensoriel

Tu es si belle ; dans un maelström je me sens emporté

Tes seins au port altier, ton ventre doux, la rondeur de tes fesses

Sont autant d’invitations subtiles à de merveilleux voyages

Ta fleur ouverte, ton bourgeon prêt à éclore, fruit délicieux

Je me sens l’âme d’un vagabond bien loin d’être sage

J’ai faim, j’ai soif de ta peau, de ta bouche, de ton corps

Dans tes draps de satin, tout contre toi, je me glisse

Je me sens un aventurier à la découverte d’un trésor

En ta bouche délicate frémissante la langue s’immisce

Nos deux corps se frôlent, emportés par l’ivresse

Je te couvre de baisers brûlants et langoureux

Mes mains indécentes caressent tes seins, tes fesses

Ton corps tremble, frissonne, je vois briller tes yeux

Mes mains se font légères, pour exprimer ton plaisir

Chargés d’une folle passion, nos corps sont en fusion

Brasiers érotiques, consumés par un puissant désir

Ton corps brille de mille feux, sublime vision

Ma verge, flèche bandée contre ton corps te pénètre

En toi je suis, en toi je vais, en toi je viens, en en toi je m’immisce

Nos corps enlacés, nos envies s’enchevêtrent

Mon glaive en ton étui s’enfonce, douce et chaude matrice

Je sens tes hanches chalouper, lorsque tu viens me chevaucher

Sur mon membre coule ton nectar, intime et douce liqueur

Tu gémis, je râle, avec fougue maintenant tu t’empales

Sauvage, puissante tu me fais l’amour avec ardeur

L’orage monte en nous, tu te cambres pour me recevoir

Je me consume telle la bûche dans l’âtre, houle femelle, éclatante chaleur

A la chute de tes reins, je me fonds dans tes eaux intimes, je suis sous ton pouvoir

Le brasier en moi se prolonge et rayonne, je te prends avec vigueur

Volcan en éruption en ton cratère ma lave se répand

Elle coule brûlante, elle t’inonde, écume de vie

Nous jouissons à l’unisson, ce plaisir nous ensorcelle

Extase lumineuse, vibre l’écho de nos envies

Tu es mon fruit défendu, mon amour, ma passion

Nous aimons cette folie qui nous ensorcelle

Notre amour sans limite n’est que déraison

Comme si à travers le temps notre amour était éternel



2 Commentaires


Recommended Comments

magnifique comme toujours mon cher Poète  ;)

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.