Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,895

Plaisirs d'automne

Mariveau

259 vues

Te voilà enfin cher automne

J’ai tant attendu ta renaissance

Même si les jours deviennent monotones

Mon plaisir est là immense

La brume matinale en ce matin s’installe tout doucement

Les feuillages se parent de leurs couleurs mordorées

Sous ta couette je me glisse à tes cotés lentement

Pour toi ma colombe mon amour est immodéré

Tu te rapproches tout contre pour te réchauffer

Tu caresses avec douceur mon torse de ta main

Nos sens aux aguets commence à s’échauffer

Délicieux réveil-matin

Mes doigts vagabonds vont sur ton ventre, caressant

Ton nombril, ton pubis pour cueillir ton bourgeon délicat,

Montant lentement pour savourer ton plaisir grandissant

Tu gémis, chant de ton amour et de ton plaisir, sublime magnificat

Tes lèvres sucrées se posent sur ma bouche

Je ferme les yeux pour savourer ce délice

Nos langues s’unissent et se touchent

Elles sont si empressées, qu’elles jouent avec malice

Ma main vers tes seins maintenant glisse

Sans attendre, avec envie je m’en empare

Tes pointes dardent, de ton plaisir complice

Comme se dresse fièrement mon étendard

Le goût de ta peau me donne une irrésistible envie

De continuer à te lécher, à te sucer

D’étancher ma soif à la source de ta vie

à ta coupe je viens m'abreuver

Mes doigts te rendent un doux hommage

Pendant que je descends vers ton antre d’amour

Lisant ton corps comme un livre d’images

Le soleil perce la brume au point du jour

Je dépose là mes baisers fous,

Parcourant tes cuisses de mes lèvres,

Puis remonte en un endroit tout doux

De out ton être, j’ai la fièvre

Je te lèche ce sublime bouton humide

Qui te fait trembler sous mes caresses

De mes petits coups de langue avides

tu enfonce tes ongles en ma peau telle une tigresse

Tu me conduis indiciblement à l’ivresse

Tu offres ainsi à ma bouche ta douce corolle

Alors que sur mon vît tes lèvres s’empressent

Sur ma verge ta langue danse une farandole

Le soleil d’automne exhale des odeurs boisées

Ma langue s’immisce entre tes lèvres sublimes

De tes arômes mon âme est transportée.

Parfums délicats de tes fluides intimes

Dehors tombent les feuilles sèches

Au fond de ma gorge coule ton nectar

Avec gourmandise, tu me lèches

Mon membre aussi droit qu’ un poignard

Notre plaisir est si puissant et intense

Nos pensées érotiques ainsi vagabondent

Nous crions à l’unisson notre jouissance

Alors que de nos sucs nos bouches s’inondent

Nos corps entament une danse sensuelle

A l’un et à l’autre nous nous abandonnons

Nous nous étreignons de plus bel

Car c’est ainsi que nous nous aimons


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.