Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,896

Les gourmandes et la chocolatrie

Mariveau

284 vues

Alicia, Virginie, Sophie et Aude sont quatre belles jeunes femmes trentenaires, amies d’enfance, copines d’école, de collèges, de lycée et enfin de fac.

Ce sont des femmes libres.

Alicia est avocate, récemment mariée mais déjà déçue, a entrepris une relation passionnée avec son amie Virginie. Virginie est journaliste, elle est célibataire, elle porte ses cheveux noirs à la garçonne, alors que ceux d’Alicia, d’un blond platine descendent en cascade jusqu’aux creux de ses reins.

Sophie est mariée c’est une femme au foyer, dont le mari subvient substantiellement au besoin du couple. Elle n’a pas encore d’enfants, et s’occupe de ceux de son mari plus âgé qu’elle d’une quinzaine d’années. On pourrait la décrire comme une « Deseperate House Wife ». Tellement désespérée par le manque d’entrain de son mari qu’elle s’envoie régulièrement son beau-fils d’une vingtaine d’année. Châtain cheveux mi-longs, elle est fière de sa poitrine altière et ses fesses bien fermes qu’elle entretient à son club de sport avec l’aide de son coach………

Aude est infirmière, elle collectionne les aventures, revendiquant sa bisexualité, internes, chef de services, collègues féminins et masculins se succèdent dans son lit. C’est une petite rousse, bien proportionnée.

Depuis les années lycées, elles n’ont jamais dérogé à cette règle, ce rituel, de se retrouver une fois par mois chez l’une d’entre elle pour s’offrir une après-midi lesbienne débridée. Multipliant les compositions et les nouveautés du sensuel, au hard en passant par l’acrobatique.

Comment connaissez-vous si bien ces charmantes et excitantes jeunes femmes me direz-vous ?

Simplement après chaque rencontre chaude, elles terminent leur après-midi, par un goûter gourmand dans un salon de thé de ma chaîne. Je ne peux m’empêcher de les écouter, savourant leurs pâtisseries, chocolatées, à la chantilly, racontant leurs ébats communs ou leurs aventures intimes.

Oui, on peut me considérer comme un voyeur, et ces jeunes femmes ont un effet certain sur ma personne, mes charmantes serveuses, ma secrétaire et mes amies en profitent agréablement.

C’est jeudi, elles ne vont pas tarder à arriver. Je leur ai préparé une surprise.

Une de mes serveuses les convie à la suivre dans un box plus discret du salon de thé et vient leur servir une pâtisserie. Une création érotique à base de chocolat représentant un phallus bien large, bien membré recouvert de chantilly. Une petite carte est jointe, une invitation à visiter mon musée de la gourmandise, le jeudi suivant.

Mais j’oublie toutes les convenances, je ne suis pas présenté. Je suis Mariveau Wonka, un cousin du célèbre Willy Wonka. Je suis le mouton noir de la famille, ayant toujours aimé allier les plaisirs du corps aux plaisirs des sens.

Les quatre femmes gloussaient devant ma création et décidèrent d’accepter l’invitation et dérogèrent à leur rencontre coquine et saphique du jeudi.

Elles arrivèrent à l’heure. Un de mes employés, un oompa loompa licencié par ma famille pour sa propension à trousser les employées de l’usine de mes cousins et que j’avais embauché leur ouvrit les portes de l’antre des plaisirs des sens.

Les jeunes femmes gourmandes étaient devenues des petites filles, devant les fontaines de chocolat, la rivière mélangeuse, la caverne des nougatines, la salle des jus de fruits, l’alcôve des guimauves.

Alicia ne cessait de regarder du coin de l’œil Aude, elle était légèrement vêtue , elle distinguait ses mamelons durs sous son chandail... Prenant une louche de chocolat tiède mais bien fondu, elle en éclaboussa son décolleté.

Aude surprise sur le moment ria de bon cœur.

Sophie et Virginie étaient occupées à savourer des fraises avec de la chantilly.

Aude retira son chandail laissant apparaître ses seins magnifiques, assez gros et chocolatés.

Elle glissa son doigt sur le chocolat et déposa la trainée qu'elle avait essuyée sur son mamelon et le pinça. Alicia était excitée, elle sentait sa chatte devenir chaude...Elle s’approcha de Aude qui mis son autre doigt couvert de délicieux chocolat sur les lèvres de son amie.

Alicia la plaqua sur le comptoir en l'embrassant fougueusement, langoureusement...

Chacun des coups de langue d’Aude contre la sienne embrasait sa chatte qui se réchauffait encore et encore... Elle s'humidifiait, se dilatait...

La poitrine de Aude se plaqua à la celle d’Alicia lui retirant son chemisier.

Sophie se trouvait maintenant assise sur le comptoir à bonbons, Virginie lui badigeonnant la chatte, et l’engloutissant avec avidité.

Alicia colla ses seins contre ceux d’Aude pour les glisser dans le chocolat. Ses mamelons étaient aussi durs que les siens et leur glissement soyeux la fit frémir.

Alicia descendit sa langue le long du cou et du buste d’Aude remontant, l'agaçant quelques instants puis porta sa bouche sur ses bouts de seins.

Alicia tournait sa langue autour d'eux, un sourire discret se dessina sur son visage...

Aude avait glissé sous la jupe de sa partenaire, écartant la dentelle de son shorty, elle enfonça trois doigts dans la chatte d’Alicia, qui cria de plaisir, à l’unisson de Sophie sous les coups de langue de sa compagne Virginie.

Alicia pressa ensuite ses lèvres tout autour des tétons d’Aude et suçait assez fort, Aude ferma les yeux, gémissant... Alicia lécha puis mordilla à nouveau les pointes excitées d’Aude et elle la sentait frémir, se cambrer légèrement. Alicia agrippa à deux mains ses seins et poursuivit son manège de plus en plus vigoureusement. La respiration d’Aude se fut plus intense, ses mains glissèrent dans les cheveux d’Alicia et elle la releva pour m'embrasser sauvagement.

Aude s’empara des mamelons d’Alicia et les tordit , les pinça et les tira doucement.

Alicia était au comble de l'excitation, sa chatte brulait de désir .

Virginie raffolait tout bonnement du goût subtil du sexe de Sophie et elle du sien. Elles étaient maintenant sur le sol, s’adonnant à un 69 gourmand de chantilly saupoudrée de poudre de cacao.

Elles se délectaient de leurs liqueurs de chattes Virginie trouvait une saveur légèrement poivrée au jus de Sophie, elle, trouvait une saveur salé-sucré au sien.

Elles aimaient déguster leur sexes, Alicia et Aude les rejoignirent sur le sol se chauffant les sens en écartant et se caressant les jambes, se léchant les seins les cuisses maintenant couverts de chocolat tiède, de poudre de cacao, de coulis de fraises ou de framboises, de chantilly de miel.

"Mange ma chatte ma chérie, prends mes seins, mange mon petit minou... , enfile moi avec cette succulente banane »

Les quatre amies se trouvaient emportées dans une folie sensorielle de sexe et de gourmandise....

Avisant un saladier Alicia y découvrit une sauce cannelle sucre noir qui se maria parfaitement avec le goût de la petite chatte de sa chérie, Virginie , qui quant à elle, prit une louche de sauce gingembre et quatre épices, agrémentée d'une pointe de chocolat noir-de-noir.

Se branlant mutuellement avec des bananes chocolatés, en matant leurs deux copines Aude et Sophie suçaient des phallus en chocolat.

"Lève ta cuisse ma chérie, que je sente ton parfum et que je goûte, souffla Virginie à Alicia tu sens si bon, laisse-moi te goûter."

"Ooh ma chérie, tu me fais jouir, humm, ta langue est experte.... à mon tour de te goûter, cambre tes riens, je veux te lécher par derrière, hummmm, je rafole de ton cul..."

"oh ouiiiii.... j'adore quand tes mains douces malaxent mon cul et quand ta langue fouille entre mes fesses, hhmmmmouiii..."

Sophie et Aude se lèchent les seins, puis le ventre, les jambes, les pieds. S’appliquant comme des onguents des coulis de fruits rouge mêlés de chocolat noir en une sauce tiède et ce sur leurs chattes hyper excitées et trempées.

Les quatre amies se dégustaient avec délectation, avec le savoir-faire de passionnées de la grande gastronomie.

Elles étaient comme possédées

"Alicia , ta cyprine mélangées à cette sauce au chocolat, humm, quel délice"

"Sophie je sens la sauce couler lentement le long de ma raie, lape mon trou du cul, ouiiiiihmmm..."

" Aude écarte bien tes cuisses que je puisse passer ma langue bien partout.... tu me fais jouir, ahhhmmm..."

Elles se prennent les fesses pour bien se laper. Se caressent leurs culs et lui glissant un doigt dans l'anus. Elles sont prêtes à exploser de plaisir.

"ouiii, Virginie comme ça, je viens, je vieeennnns...je viens dans ta bouche ma chérie, ouiiiii..."

"moi aussi je viens, ouiiii, c'est boooooonnnnn...."

Elles écroulent de leur poids les unes sur les autres . Quand elle reprirent leurs esprits, elles rirent de leurs gourmandises.

« Vous croyez les filles que Mariveau Wonka accepterait de nous louer son musée un jeudi par mois »

"Laissons-lui un mot on verra bien, mais on va devoir redoubler d’effort pour nos cours de step, c’est agréable mais pas très diététique »

Elles rirent à nouveau de bon cœur.

Bien sûr que j’allais accepter, et même gratuitement, oui j’avais fait le voyeur avec ma secrétaire et ma chef de projets et on venait de s’envoyer en l’air derrière la vitre sans tain en regardant les ébats de ces quatre véritables amies.

http://www.youtube.c...h?v=fU8Hocdjse4


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.