Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    114,032

Il n'est point de plaisir

Mariveau

260 vues

Il n’est point de plaisir

Que je ne puisse assouvir

Avec cette indicible envie

Que de plonger en toi mon vît

Ta main habile glisse sur mon membre

Que tu aimes tant sentir se tendre

Tu n’es point farouche

Lorsque tu le conduis à ma bouche

Je me soumets à ta gourmandise

Douces sensations exquises

Ma verge prisonnière de ton emprise

Mon plaisir tu attises

Douces sont tes lèvres

Brulante est ma fièvre

Sur mon gland excité

Ta langue danse avec sensualité

Ta gorge se fait profonde

Tu veux que je l’inonde

En elle mon foutre abonde

Mes mains se font vagabondes

Ma bouche aborde ton sublime con

De ta goutteuse cyprine il est fécond

Ma langue dardée s’immisce

En ton chaud et humide calice

Tes lèvres gorgées de plaisir

Jouissent de ma langue empalée

En mon palais coule ton nectar

Alors que tu te délectes de mon dard

A ma bouche tu offres ta rose

Alors que de ta langue tu oses

Ma bouche cueille tes pétales

Alors que ta langue m’empale

De ton bourgeon, mes lèvres s’emparent

Mes doigts en ton con s’égarent

En ta caverne trempée, mon poing s’immisce

Je sais que tu raffoles de ce délicieux supplice

Tu cries avec force et passion ta jouissance

Alors que ton jus coule sur mes doigts à outrance

Je viens m’abreuver à ton calice

Y étancher ma soif est un délice

De cette étreinte, tu te délivres

De tes arômes je m’enivre

A la fois féline et fatale

Sur mon pieu tu t’empales

Offrant tes seins à ma bouche

Mon priape tu enfourches

Je dévore avec avidité tes pointes dardées

Alors que ton bassin fait des embardées

Mes mains empoignent tes hanches

Tu jouis sur ma verge ta liqueur blanche

Tu me chevauches en une course éperdue

Ne ménageant point ma lance tendue

De mes mains empressées, je te caresse

Avec douceur tes divines fesses

Tu frémis de cette ivresse

Toi ma libertine déesse

Je viens ainsi cueillir ta rose

Que sur mon gland tu déposes

Ton plaisir est immense

Autant que mon désir est intense

Ton fourreau si serré

Emprisonne mon glaive acéré

Tu entames une danse orientale

Notre étreinte se fait animale

Toi mon Amazone

Tu domines ton homme

Des plaisirs de Sodome

Nous atteignons le summum

En ton divin séant, je m’abandonne

Libérant mon écume tel un cyclone

Tu cries ta jouissance

Je râle ma délivrance

Sur ma verge membrée

Ton corps offert s’est cambré

Pour mieux me garder emprisonné

A ton plaisir je me soumets

Il n’est point de plaisir

Que nous ne puissions assouvir

Avec cette indicible envie

De s’étreindre sans fin et ce pour la vie



1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.