Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    114,032

Le voyage d'Olivia ou les plaisirs de Mytilène (3° partie et fin)

Mariveau

240 vues

Sapho et Bilitis encadrant Olivia lui prirent les mains et allèrent plus en avant.

Olivia se laissait conduire, elles entrèrent dans un jardin dont la vue de part et d’autre donnait sur la baie de Mytilène. Autour de la villa, le jardin offrait aux yeux d’Olivia une véritable collection d’essences méditerranéennes : oliviers et vignes, grenadiers, caroubiers, acanthes et myrtes, lauriers-roses et iris, pins et cyprès, palmiers et papyrus.

Percée de nombreuses ouvertures, elle était beaucoup plus élevée que les habitations traditionnelles de l’île de Lesbos. Le sol était pavé d’une mosaïque figurant une rose des vents.

Sur la façade, un cadran solaire complétant celui situé au couchant dans le péristyle, permettait la lecture des heures tout au long de la journée.

Olivia était subjuguée par la beauté mature de Sapho et la beauté juvénile de Bilitis.

Les voilà qui entraient dans le Thyrôreion, vestibule carré aux murs recouverts de fresques de couleur noire sur fond rouge ; Sur le sol en guise de dallage, il y avait une mosaïque représentant les amours saphiques de la poétesse, en dessous l’inscription de bienvenue XAIPE signifiait réjouis-toi.

Au fond du vestibule d’entrée se trouvait une grande statue de marbre de Pergame d’Aphrodite, déesse de l’amour.

Le vestibule s’ouvrait sur le péristyle, Olivia entendit une musique douce de flûte de pan et de lyre, mêlée à des rires de jeunes femmes et des gémissements de plaisirs.

Ici et là des groupes de femmes aussi belles les unes que les autres étaient enlacées dans des étreintes érotiques, ou dansaient sensuellement frottant leurs corps les unes contre les autres.

Le péristyle était bordé de portiques autour de laquelle étaient disposées les pièces d’apparat.

Décoré de peintures murales et de mosaïques, il était entouré de douze colonnes en marbre.

Dans cette cor centrale des fontaines déversaient leurs eaux vers le balaneion , thermes entièrement dédiée aux Naïades, nymphes présidant aux eaux courantes, ruisseaux, sources et fontaines.

Dans le bassin, profond d’un mètre, de forme octogonale, aux cotés entièrement recouvert de marbre tigré de Carrare au fond pavé d’une mosaïque représentant les amours interdit des Muses, des femmes à la peau d’ébène, à la peau cuivrée, ou à la peau de porcelaine s’entremêlaient dans une palette irréelle et érotique.

Olivia se disait qu’elle devait rêver, mais un rêve si réel, elle ressentait le goût des lèvres de Sappho et Bilitis qui alternaient sur ses propres lèvres. Et leurs mains aux doigts si habiles………

Elles montèrent à l’étage, il y avait une grande salle au sol recouvert de coussins en soie provenant des caravanes perses. De cette endroit on pouvait voir les ébats des officiantes prêtresses de l’amour saphique, de même que celles-ci avaient une vue direct sur le lieu des ébats qui allaient suivre.

Sans attendre Sapho possession de la bouche d’Olivia avec impatience, alors que Bilitis n'a de cesse d'embrasser chaque centimètre carré de poitrine visible Les mains parcourent son buste dénudé, des lèvres viennent jouer avec ses tétons déjà tendus. Les mains d’Olivia glissent sous les vêtement des gourmandes, caressant à son tour les poitrines, la moyenne et la petite, les deux sont autant appétissantes pour elle.

Elle s'attaqua aux deux petits seins, les mains s'égarant entre les cuisses de Bilitis. Olivia sentit une main fraiche caresser sa toison courte, et descendre de plus en plus, jusqu'à effleurer son clitoris, le caresser et tourner autour, le contact lui arrachant des gémissements.

Sapho, elle, balançait son bassin au rythme des doigts qui la possédaient puis la délaissent pour caresser plus haut son bouton puis redescendaient pour revenir, implacables dans leur besoin de la posséder entière. Bilitis a senti la main fraiche cheminer lentement de son sein à son sexe, comme pour l'habituer à la caresse froide qui arrive sur son sexe chaud et déjà humide.

Les gémissements se fondent les uns dans les autres, le monde ne s'arrête qu'à elles trois, à leur plaisir de se toucher, d'être touchées, au plaisir donné. Olivia est la première à céder à l'orgasme, la tête appuyée sur l'épaule de Sapho, les cuisses resserrées sur la main, elle laisse échapper un long cri de plaisir qu'elle essaie d'étouffer le plus possible en mordant la chair qui est à sa portée. La morsure précipite le plaisir de Sapho, qui mord sa lèvre inférieure en gémissant de plaisir, tête en arrière. Elle hâte sa caresse sur le sexe de Bilitis, qui jouit à son tour, le téton de Sapho encore entre ses lèvres atténue la plainte de son plaisir.

Les trois filles, jambes tremblantes, se laissèrent aller contre le mur, puis se resserrent les unes contre les autres, partageant un baiser toutes ensembles.

Allongée sur le lit, une femme à la peau cuivrée et au yeux en amade vint les rejoindre rejoindre, elle posa sa main sur l’ intimité d’Olivia et constata qu’elle était trempée, sa chatte ruisselait de cyprine, elle se mit aussitôt à genoux devant sa vulve et entreprit de lui sucer le clitoris tout en introduisant un puis deux doigts dans le vagin.

Elle ne put retenir un long soupir de plaisir qui enchanta Bilitis qui faisait de même à Sapho .

La Persanne en profita pour lubrifier la rose de Damas d’Olivia de la langue. Prise d’une furieuse envie de plaisir elle la supplia de continuer plus en avant.

Sapho s’arnacha d’un olisbos en ivoire sculpté de nervure si réel, si membré, comme s’il avait été moulé sur la verge d’Eros ou de Dyonisos .

Elle fit mettre Olivia à genoux en levrette devant elle . Pour lui lubrifier son petit conduit et elle l’allongea sur le dos les jambes relevées et les cuisses écartées en la e regardant dans les yeux et lui enfourna d’un trait l’objet d’ivoire entre les pétales doux de son oeillet. Elle la prit ainsi pendant plus de vingt minutes.

Olivia jouissait à répétition, complètement à sa merci, alors que Bilitis et la servante lui lécher son bourgeon avec avidité.

Puis Bilitis commença à caresser l’intimité d’Olivia en l’a pénétrant d’ un doigt entre ses lèvres intimes.

Bilitis puis Roxane la belle persane la doigtent.

Sapho se retire du palais de Sodome d’Olivia. Roxane vient de s’arnacher du même objet que la poétesse et celle-ci m’invite à m’empaler sur Roxane. Olivia le fait lentement afin de bien sentir le pal entrer dans son intimité, il est large et la remplit bien et la lente progression lui écarte les chairs en la faisant soupirer de plaisir.

La position dans laquelle elle se trouvait lui fait offrir à nouveau ses reins à Sapho dans une position impudique..

Olivia gémit sous l’introduction dans son palais de Sodome de l’olisbos de Sapho, il était lui aussi large et la possédait bien, ses chairs étaient distendues à la limite de la rupture, c’était à la fois si jouissif et si douloureux . Olivia fit un mouvement du bassin pour s’échapper de cette pénétration anale, mais cela lui f it m’empaler encore plus, jusqu’à la garde, l’olisbos de Roxane dans sa vulve. Bloquée contre Roxane Sappho en profite pour la prendre complètement.

Bilitis a posé son sexe sur la bouche de Roxane qui la lèche avidement, excité Olivia suce le bourgeon de Bilitis qui répand sa cyprine dans la bouche des deux femmes.

Elles chantent leurs plaisirs par des gémissements qui couvrent maintenant ceux des prêtresses.

Roxanne lui caressaient les seins tandis que Sapho lui caressait les fesses lentement.

A sentir ainsi étirées ses chairs les plus intimes Olivia commença à sentir une douce chaleur envahir mon corps .

C’était Roxane qui commençait des mouvements en elle, profonds et rythmés lui faisant naître des ondes de plaisir, Sapho toujours plantée au fond de sa rose .

Olivia était maintenant palpitante, échauffée au possible, Sapho à son tour entre et sort de son œillet, Olivia était prise par les deux orifices provoquant en elle un râle de bonheur.

Chavirée par cette double pénétration, les yeux mi-clos elle gégnait.

Mais bientôt le rythme s’emballa, ses deux amantes la possédèrent sauvagement alors que la cyprine de Bilitis coulait dans sa bouche à grandes giclées , provoquant des ondes furieuses dans les reins d’Olivia , son plaisir était proche et les trois femmes le savaient.

Olivia se sentait devenir folle de jouissance, Elle hurla son orgasme se sentant envahie et perdit son contrôle -même lorsque la vague du plaisir la submergea et la tétanisa.

Après l’explosion, Sapho se retira laissant son anus béant de cette pénétration et Roxane se dégagea sur le côté pour la prendre dans ses bras et la cajoler .

Bilitis de coté se gamahuche . Olivia Je est dévastée, son vagin et de son anus palpitent encore,.

Roxane se dégage et Olivia se retourne sur le ventre pour se reposer et reprendre ses esprits.

Semi-inconsciente, elle entend ses trois amantes dans de nouveaux ébats.

Olivia s’endormit profondément. Au petit matin, elle se réveilla quel rêve, mais ses chairs endolories, lui firent douter de sa raison.

Elle se leva, se dirigea vers la salle de bain de la villa qu’elle avait loué. Son attention se porta sur une fresque murale qu’elle n’avait pas prit soin d’admirer depuis son arrivée sur l’ile de Lesbos.

Elle resta figée, cette mosaïque antique de plus de 2000 ans représentait des ébats saphiques.

Olivia s’approcha, et découvrit le visage de Bilitis, de Sapho de Roxane mais aussi le sien……………

(Fin)

  • Like 1


1 Commentaire


Recommended Comments

Je viens de lire les 3 parties à la suite !

Quel merveilleux voyage ... ou rêve a traversé Olivia ...

 

Il serait peut-être bon que je prépare mes bagages et prenne un billet ....

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.