Aller au contenu
  • entries
    39
  • comments
    82
  • views
    5,051

Trifouilli les oies

Palmyre

349 vues

En juillet 2011, un nouveau membre met mes sens en émoi. On va vivre des moments intenses ensemble, sur le forum et sur MSN...

Ce forum réserve bien des surprises. Il y a quelques temps, un nouveau membre poste sa présentation, quoi de plus banal ? En modératrice consciencieuse, je vais y jeter un coup d’œil, prête à dégainer ma plume acérée si c’est une fois de plus une annonce déguisée et résignée à poster un banal commentaire de bienvenue dans le meilleur des cas. Mais il arrive de temps en temps qu’une annonce sorte du lot et me mette les sens en éveil !

Non pas l’instinct de la prédatrice, comme certains pourraient le penser, mais l’intuition de la grande lectrice qui se dit qu’elle va avoir de la lecture intéressante dans quelques temps. Je me fend d’une réponse un peu plus personnelle que d’habitude et je me met aux aguets ! Bien m’en a pris, les premiers commentaires de l’inconnu sont argumentés et pertinents, vivement qu’il se mette à écrire pour de bon. Enfin le récit tant attendu arrive, je m’empresse de le lire, de le relire puis de le commenter.

Cet homme a su réveiller en moi certains souvenirs profondément enfouis. Non pas que j’ai vécu la même chose, mais une aventure assez similaire, je replonge avec un brin de nostalgie dans mon adolescence tumultueuse. Je me décide à lui envoyer un MP concernant son récit, un dialogue s’amorce doucement, mais sans d’avantage d’implications. Le week-end passe, des problèmes de connexion font que je ne participe pas beaucoup sur le forum. Je voulais lui envoyer un long MP en réponse à un des siens, mais une déco inopinée a effacé mon message et je n’ai pas le courage de tout reprendre, je laisse tomber !

Ce matin, ma connexion internet enfin rétablie correctement, je me met en devoir de faire un tour complet du forum et je tombe sur un nouveau récit de l’inconnu. Avant toute autre chose, je prends le temps de le lire, je suis littéralement sous le charme de sa plume. Son histoire me transporte, me fait rêver… Je m’étais déjà rendue compte que nous sommes de la même génération, que nous partageons pas mal d’idées, de valeurs et de conceptions mais je ne sais rien d’autre de lui.

Juste son âge et sa ville. Pas de prénom, pas de photo, rien de plus personnel qu’un simple échange d’opinions, mais c’est suffisant pour moi ; du moins pour l’instant. Et c’est reparti pour les MP, en rafale cette fois. Les échanges s’intensifient, j’explose mon compteur de messages. La correspondance tourne au flirt, mais toujours courtois, comme sur la pointe des pieds, en faisant attention de ne pas brûler les étapes.

Je sens mon intérêt pour lui devenir curiosité, puis attirance. Et c’est au cours de cette conversation qu’il lâche « Trifouilli les oies » ! Je ne sais même pas si ça existe, quelle importance ! Comme il le dit si bien, c’est où on veut, quand on veut et comme on veut. Sauf que mon esprit cartésien me souffle qu’il vaut mieux remplacer le « v » du verbe vouloir par un « p ».

Au diable la réalité, mon imagination se met en branle, je me prends à rêver. L’inconnu alimente mes rêves, me parle d’Orient Express, de traversée du désert à dos de chameau… Mon usine à fantasmes tourne à plein régime, je ferme les yeux et je nous vois, nus sur une plage exotique au coucher du soleil ou étendus sur une peau d’ours devant un bon feu dans une cabane au Canada…

Que c’est bon de rêver, d’imaginer des moments complices et voluptueux sans autres contraintes que celles dictées par nos désirs et nos envies. Je suis sur un petit nuage et je n’ai pas la moindre envie de replonger dans la réalité quotidienne. Non seulement mon esprit vogue à des kilomètres d’ici, mais mon corps réagit à l’unisson. De douces sensations étreignent mon ventre, de discrets frissons parcourent ma peau à la pensée des baisers qu’il déposerait délicatement au creux de mon cou, mes tétons réagissent au moindre courant d’air, comme si le vent était sa main qui viendrait explorer mon corps offert…

Je me ressaisis, tout cela n’est que fantasme, rêverie d’adolescente attardée. Si ça se trouve, il est tout sauf attirant physiquement et je suis en train de me faire un méga film dans ma tête. Mais après tout, quelle importance ? Il me fait rêver, il me fait rire et l’intérêt qu’il a éveillé en moi est une vraie bouffée d’air pur dans un quotidien banal à mourir. Merci pour tout ça cher inconnu et emmène-moi à Trifouilli les oies avec toi…

Pardon à tous pour la qualité exécrable de ce texte, je l’ai écrit dans l’urgence du moment, avec pour seule motivation le besoin de le dire. Promis, je donnerai d’avantage dans la littérature la prochaine fois !


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.