Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    113,897

La Muse (reprise)

Mariveau

342 vues

Reprise d'un de mes poèmes, j'ai découvert dans la ville rose, une statue tellement explicite que je n'ai pu m’empêcher

blog-0746854001334789680.jpg

A l'aube de ce matin printanier

Le poète s'est réveillé

Hanté par un rêve

Celui de retrouver son Eve

Qui donc est cette Femme

Pour laquelle brule sa flamme

C'est une déesse

C'est sa Maitresse

Elle est si réelle

Dans son monde virtuel

Il l'a tant imaginé

Que pour elle aujourd'hui il a tout abandonné

Au cœur de la forêt il part la rejoindre

Alors que les rayons du soleil commence à poindre

L' espiègle moineau et l'éphémère papillon

accompagnent le poète vagabond

Il marche d'un pas léger

Vers l'être aimé.

Ces rêves l'accompagnent

Mais c'est la fatigue qui le gagne.

Avisant une verte clairière éclairé

Sur la mousse il s'est allongé

Puis il s'est endormi

Sous la protection de ses amis.

Mais quelle est cette sensation

Qui lui donne tant d'émotion

Oui elle est bien là sa douce

A coté de lui sur ce lit de mousse.

Les yeux dans les yeux

Transis comme deux amoureux

Leurs bouches se sont trouvées

Pour un tendre baiser

Les mains enlacées

Ils se sont aimés

La possédant sans détour

Il lui donne tout son amour

Elle se fait féline

Elle est divine

Leur corps ne font plus qu'un

En ce si beau matin

Il la prend lentement

Elle jouit doucement

Tout n'est que gémissements

Tout n'est que tremblements

Le temps semble s'être arrêté

Devant tant de sensualité

L'atmosphère est étrange

Il fait l'amour à son ange

Tout entre eux n'est que désir

Pour leur immense plaisir.

Ils sentent gronder l'orage

Ils vont rendre à Aphrodite leur hommage

L'amour est leur raison d'être

Eros est devenu leur Maître

Ils jouissent à l'unisson

Tel le la du diapason.

Sa semence coule en elle

Elle gémit de plus bel

En un puissant râle

Tel un animal

Elle crie son amour

A lui elle sera pour toujours.

Encore enlacés

Ils se sont embrassés

Puis il s est réveillé

Dans la clairière ensoleillée

Il n'avait que rêvé

De sa bien aimée.

Il reprit le chemin

Avec beaucoup moins d 'entrain

Il regagna sa roseraie

Et plongea sa plume dans l'encrier

Il sent sur son épaule

Comme un souffle qui le frôle

Est ce ses sens qui l'abusent

Ou les Dieux qui s'amusent.

Sa muse est là s'approchant

De son poète, son amant

Ils s'embrassent tendrement

Ils s'aimeront éternellement.

Mariveau

dsc_0020.jpg

Toulouse place Wilson 1°juin 2013

  • Like 4


2 Commentaires


Recommended Comments

vraiment, un sublime poème

bravo à toi

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Le poète et sa muse !

Ou l'écrivain et sa muse !

Et merci à cette statue que tu as découverte, pour cette reprise de poème, magnifique, il va de soi !

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.