Aller au contenu
  • entries
    39
  • comments
    82
  • views
    5,386

Fantasme d'une rencontre

Palmyre

452 vues

Nous sommes au printemps 2011, malgré mes efforts, mon couple va mal, très mal. Je suis au fond du trou, désespérée et ne sachant plus quoi faire pour améliorer ma vie intime. Heureusement, depuis quelques temps, j'entretiens une correspondance avec un membre du forum et de tendres sentiments réciproques nous unissent. L'idée de se rencontrer à fait son chemin dans nos esprits, on en a très envie tous les deux? Au moment où j'ai écrit ce texte, je ne savais pas encore que ça ne se ferait pas, que la distance et les circonstances rendraient la rencontre trop difficile. Ca reste un de mes regrets car c'est un homme qui restera toujours présent dans un petit coin de ma tête.

Mon chéri, voici quelques temps déjà que nous avons fait connaissance par l’intermédiaire du forum de Confessions Intimes. Ce qui n’était au départ qu’un intérêt réciproque lié à l’écriture s’est progressivement transformé en une relation amicale, puis nos cœurs se sont mis à battre à l’unisson de nos désirs. Nos échanges de mails, timides et réservés à l’origine, sont vite devenus plus enflammés. S’en sont suivis des dials de plus en plus chauds sur MSN et des appels téléphoniques torrides et interminables. J’en suis au stade où te voir devient une idée fixe, une obsession qui ronge mes journées et hante mes nuits.

Il y a de cela quelques jours, je me suis endormie en pensant à toi et j’ai probablement dû rêver de toi car j’ai été réveillée en pleine nuit par un orgasme inattendu mais ô combien délicieux ! Enfin bref, ma décision est prise, je vais venir te voir prochainement pour découvrir enfin si tes promesses de volupté seront tenues. Je te sais gourmand et coquin, enclin aux petits jeux de rôle qui pimentent la vie d’un couple, au même titre que je suis joueuse, effrontée et malicieuse, toujours partante pour surprendre mon partenaire et faire monter l’excitation jusqu’à des sommets insoupçonnés. Pour que notre rencontre reste un souvenir impérissable, je compte bien sortir le grand jeu d’entrée, te surprendre et te ravir par un comportement totalement inattendu !

Le jour J est enfin arrivé. Je suis montée dans le train cette nuit et me voilà à destination. J’ai passé une bonne partie de la nuit à songer à ce moment. J’ai peaufiné mon scénario, imaginé tous les cas de figure. Je n’en ai presque pas dormi d’envie, d’espoir, mais aussi d’appréhension. Ca reste un grand saut dans l’inconnu. Et si ça se passait mal ? Et si tu m’avais menti pendant tout ce temps ? La curiosité et un désir impérieux ont fini par l’emporter, pas question de reculer maintenant ! Tu n’es pas venu me chercher, je ne t’ai pas donné mon horaire d’arrivée, je ne veux pas gâcher ma surprise.

Tu habites une grande ville, où la gare est équipée pour permettre aux voyageurs de se rafraîchir convenablement. Vêtue d’un simple jean avec un tee-shirt et des baskets, je me dirige vers les douches, mon sac de voyage à la main. J’ai les yeux gonflés par le manque de sommeil et le long trajet nocturne. La douche me remet d’aplomb, je laisse l’eau chaude couler dans mon dos, sur ma poitrine ; les gouttes viennent effleurer ma nuque endolorie, se frayent un chemin entre mes seins lourds et ruissèlent le long de mes cuisses en douces caresses bienfaisantes. Mon gel douche à la rose parfume délicatement ma peau, ma transformation commence. Nue dans la cabine de douche, j’hésite. Mon sac regorge de tenues sexy, je ne sais laquelle mettre.

Je me décide enfin pour ma guêpière en dentelle noire, mon string préféré (le noir en dentelle avec le rang de perles à l’intérieur) et une paire de bas couture. Par dessus, je choisis un chemisier blanc près du corps qui met ma poitrine en valeur et mon tailleur court avec la veste cintrée. Mes escarpins à talons aiguilles viennent compléter le tout. Je prends le temps de me maquiller, de me coiffer et de me parfumer, il faut que je sois parfaite pour te plaire ! A ma sortie de la douche, la préposée à l’entretien me dévisage bouche bée, la voyageuse fatiguée et négligée s’est transformée en femme fatale sûre d’elle et prête à conquérir le monde !

D’un pas assuré, je me dirige vers la station de taxis et hèle le premier qui se présente. Je monte en voiture et donne ton adresse au chauffeur. Pendant tout le trajet, il ne cesse de jeter des coups d’œil peu discrets dans son rétroviseur, il semble hypnotisé par mon apparence. Décidément d’humeur très coquine et déjà émoustillée à l’idée de te voir dans peu de temps, je m’amuse de l’intérêt qu’il me porte. Je croise mes jambes, consciente de dévoiler partiellement mon intimité à cet inconnu, tout en feignant de m’absorber dans la lecture d’un magazine de mode. Je tortille malicieusement une mèche de cheveux autour de mon doigt. Me voici enfin à destination, je règle le taxi, dont le chauffeur me gratifie d’un grand sourire et se permet de me faire remarquer que le monsieur a bien de la chance ! Ca se voit donc tant que ça ? D’un côté tant mieux, c’est un peu le but recherché ! Je le remercie d’un clin d’œil malicieux et lui souffle un petit baiser du bout des doigts.

Je suis devant chez toi, je rajuste ma tenue et sonne à la porte. Tu m’ouvres, un sourire aux lèvres : « Enfin, ma chérie… »Tu n’as pas le temps de finir ta phrase, je te coupe la parole : « Je suis bien au cabinet de gynécologie du Dr X ? »Tu restes sans voix le temps de quelques secondes mais tu te ressaisis vite : « Mais oui bien sûr Madame, donnez vous la peine d’entrer. »Je passe devant toi en me déhanchant, je laisse négligemment tomber mon sac de voyage dans l’entrée et prends place sur le canapé, jambes croisées et laissant mon escarpin se balancer au bout de mes orteils.

Intérieurement je jubile, tu es entré dans mon jeu et je prévois des moments intenses entre nous d’ici peu. Je reste immobile et silencieuse, guettant ta réaction du coin de l’œil. Je te vois débarrasser le vase de fleurs qui trône sur la table et le poser sur le buffet, puis tu t’approches de moi.

« Venez avec moi Madame, vous allez pouvoir m’expliquer ce qui vous amène dans mon cabinet. »

Tu me fais asseoir à la table et prends place de l’autre côté.« Eh bien voilà docteur, depuis quelques temps, il m’arrive d’avoir des réactions intimes embarrassantes… »

« De quel genre ? »

« Euh, c’est un peu gênant d’en parler comme ça de but en blanc, à un inconnu… »

« Mettez vous à l’aise, je suis là pour vous aider, et je suis médecin avant tout. »

« Comment dire, ces dernières semaines, il m’arrive fréquemment de ressentir des sensations étranges au niveau de mon intimité… »

« Quoi comme sensations ? »

« Ca ressemble un peu à des chatouilles, mais que je ressens à l’intérieur de mon ventre, comme des papillons qui battent des ailes au fond de mon vagin… »

« Très intéressant tout ça. Et vous ressentez ces sensations à des moments particuliers ? »

« Oui docteur, à chaque fois que je pense à l’homme que j’aime. En plus, j’ai constaté qu’après ces chatouilles, mes sous-vêtements étaient trempés, comme si je m’étais fait pipi dessus. C’est terriblement embarrassant ! »

« Ca ne me semble pas bien grave, mais pour être sûr que tout aille bien, il faudrait que je vous examine… »

« Vous voulez dire… »

« Oui, un examen gynécologique, si vous n’y voyez pas d’inconvénients. »

Tu te lèves, tu viens me rejoindre et tu me demandes de me déshabiller : « Vous pouvez garder le soutien-gorge, mais il faudrait enlever la culotte. »

Je commence à mes déshabiller lentement. Je fais voler mes escarpins à travers la pièce. Je déboutonne ma veste de tailleur et la lance sur le canapé. Je défais ma jupe et la laisse glisser sur mes hanches et mes cuisses, elle se retrouve rapidement au sol, dévoilant le joli papillon tatoué sur ma hanche gauche. Je te regarde droit dans les yeux en déboutonnant mon chemisier. Tu retiens ton souffle en me dévorant du regard ! Je mordille doucement ma lèvre inférieure. Mon chemisier vient rejoindre ma jupe par terre. Je lis ton désir de m’embrasser dans ton regard brûlant. Tu sembles subjugué par ma lingerie fine, tiendras tu ton rôle jusqu’au bout ?

Je vais garder ma guêpière et mes bas, il ne me reste plus que mon petit string à enlever pour me conformer à tes ordres… Mes pouces se glissent sous l’élastique, descendent lentement sur mes cuisses, le petit bout de dentelle qui cachait tant bien que mal mon minou se retrouve sur mes genoux, tu te penches pour m’aider à le retirer, l’attrapes et le portes à ton visage. Tu respires mon odeur, je vois une bosse déformer ton pantalon.

Me voici presque nue devant toi. Ca ne fait que dix minutes que je suis chez toi, nous n’avons pas échangé le moindre baiser, il n’y a pas eu un seul contact physique entre nous, mais la tension est palpable. Tu as envie de moi et j’ai envie de toi, ça fait si longtemps que nous attendons ce moment. Mais je veux garder le contrôle, au moins pour le moment. Je respire un grand coup et je te regarde : « Voilà, je m’installe où pour l’examen ? »

Tu me prends le bras pour m’allonger sur la table, le contact, le tout premier contact est électrique. J’ai des frissons sur tout le corps, que j’essaie de dissimuler tant bien que mal. Je suis couchée sur la table, tu m’écartes délicatement les cuisses, tu es sous le charme de mon petit minou soigneusement épilé en ticket de métro.« Bon Madame, pour cet examen, il va falloir que je teste vos réactions aux différentes stimulations. Ne soyez pas surprise par les attouchements que je vais vous prodiguer. »

Ta main s’approche de mon intimité, elle effleure l’intérieur de ma cuisse, remonte lentement. Elle arrive au niveau de ma vulve, la caresse doucement. Les papillons sont là, qui me font vibrer au plus profond de mon intimité. Tu écartes délicatement mes grandes lèvres et ton majeur s’aventure dans ma chaleur. Je me sens toute humide, ton doigt glisse tout seul, pour remonter vers mon bourgeon d’amour déjà gonflé. Il vient tourner autour, déclenchant chez moi des sensations de plaisir intense. Je réprime avec peine un gémissement de bonheur.

Ta caresse se précise, le bout de ton doigt s’attarde sur mon clitoris en petits mouvements circulaires. La pression de ton doigt se fait plus forte, la sensation plus intense. Mon bouton roule sous ton doigt, m’arrachant de petits cris de plaisir. Maintenant, ce sont tes deux mains qui s’agitent pour me faire monter au septième ciel. L’une tourbillonne sur mon petit bouton pendant que l’autre trouve tout naturellement son chemin vers ma grotte d’amour. Ton majeur en effleure l’entrée, tourne autour puis s’aventure à l’intérieur. Tu y pénètres à peine, du bout du doigt, en exerçant une merveilleuse pression sur mes parois intimes ruisselantes de désir.

Tu fais durer l’attente, tu me fais languir et je sens le plaisir qui monte progressivement, c’est divin ! Je sens ton index rejoindre le majeur et d’un coup, tu fais glisser tes doigts jusqu’au plus profond de mon antre. Je sens que je perds le contrôle, je laisse échapper un cri de plaisir qui te donne le signal de départ pour une folle danse des doigts au plus profond de moi ! Ton autre main abandonne mon bouton, aussitôt remplacée par ta bouche gourmande et avide. Tes lèvres saisissent délicatement mon clitoris gonflé de désir, le mordillent, le sucent, l’aspirent. Je vais devenir folle de plaisir !

Mon bassin s’agite frénétiquement en des mouvements incontrôlables, il se tend vers toi, comme pour mieux t’offrir mon doux fruit d’amour. Je crie mon bonheur, mon plaisir, ma jouissance ! Ta langue a pris la place de tes lèvres, elle vient laper ma cyprine qui coule en abondance. Je t’entends gémir et j’imagine la tension qui doit t’habiter. Tu me donnes de grands coups de langue pendant que tes doigts continuent leur sarabande en moi. Je me sens défaillir, mon cœur bat la chamade cependant que le plaisir monte encore ! Le bout de ta langue vient titiller mon bourgeon d’amour qui n’en peut plus, je lâche prise, je m’arque boute sur la table, de longs spasmes me secouent avec une violence inouïe et une déferlante orgasmique m’emporte au nirvana de la jouissance !

Je suis anéantie de plaisir, je reste allongée sur cette table, incapable de bouger, peinant à reprendre mon souffle. Tu me contemples, un grand sourire aux lèvres, puis tu me dis : « A mon avis, vous n’avez aucun souci à vous faire Madame, tout fonctionne à merveille chez vous ! »

Tu me tends la main, m’aides à me redresser pour m’asseoir sur la table, je viens me blottir dans tes bras et nos langues se trouvent, s’emmêlent, pour échanger notre premier long baiser langoureux. Je sens le goût de ma cyprine dans ta bouche, j’adore ça ! Puis nous éclatons de rire tous les deux, mon chignon est défait, mon maquillage a coulé et mes yeux pétillent de bonheur, pour un premier contact nous avons fait très fort !

« Tu es divine » murmures tu à mon oreille, « encore meilleure que je n’ai jamais osé le rêver ! »

Vous l’aurez compris, ce n’est qu’un fantasme ; mais qui sait, peut-être qu’un jour…

  • Like 3

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.