Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    115,361

Parfum de femme

Mariveau

298 vues

Me voilà à la moitié d’une vie, vie de vagabondage, vie d’excès, vie bien remplie, faite de joies, de peines, de blessures dans mon corps , dans mon cœur comme dans mon âme.

Je regarde derrière mon le chemin accompli, non par mélancolie, non par nostalgie, mais simplement par plaisir.

On me qualifie souvent de romantique libertin, j’aime cette image, je l’assume même.

On me dit papillon , oui car depuis que j’ai découvert la beauté des fleurs très tôt, et depuis je n’ai cessé de butiner à leurs corolles, et boire leurs nectars à leurs calices.

Mari je le suis, père je le suis, volage je l’admet, mais infidèle ne le réfute.

Étonnant me direz vous, un mari volage qui serait fidèle.

Oui je suis fidèle à l’amour des femmes, à l’amour du plaisir, à l’amour de l’érotisme, depuis ce jour de l ‘été de mes quinze ans, lorsque j’ai appris d’une femme ce que vous aimiez dans votre recherche du plaisir.

J’ai appris la tendresse d’une étreinte, comme la fougue de celle ci. J’ai appris la passion des gestes comme celle des mots susurrés à votre oreille. J’ai appris les caresses, comme les effleurements, j’ai appris à me servir de mes mains, de mes doigts, de ma bouche, avant de me servir de ma plume.

J’ai appris à vous faire l’amour par les mots, par le regard, par le toucher de vos peaux si douces si fines si chaudes, j’ai appris à vous goûter, à me délecter de vos arômes.

Il n’y a point d’érotisme accompli sans cette alchimie des cinq sens.

Peut être suis-je présomptueux, mais j’ai toujours agit ainsi, avec mon Épouse qui me supporte mes turpitudes depuis 28 ans , comme avec mes Maîtresses, d’une heure, d’une nuit, d’un jour .

Et les plans cul Mariveau, tu n’en as jamais fait, tu n’en fais pas, et tes soirées libertines n’assouvis tu pas tes bas instincts ?

Oui je suis libertin, coquin, certes , mais une femme, quelle qu’elle soit devient dans mes bras l’objet de mon désir pour son plaisir avant le mien, elle est un modèle, une palette de couleurs, une poème, un roman, une aventure, un voyage, un vagabondage, une évasion, un rêve.

Les cinq sens sont le moteur de mon érotisme depuis trente trois ans , mais il en est un qui pour moi est le moteur le plus puissant de mon désir pour vous ,l’ odorat .

Petite fleur de Tahiti , je me souviens de tes effluves, quand sur la plage de Mooréa, tu m’as laissé plonger mon visage entre tes petits seins, tu avais quinze ans petite tahitienne j’en avais quatorze. Je repense sans cesse à ces premiers émois, lorsque au détour d’une parfumerie je sens à nouveau le parfum du tiaré

Au bout de cette nuit, je frémis encore de son parfum Shalimar, mêlé à nos odeurs de sueur et de stupre, oui je me souviens c’était la première fois que je sentais cette odeur, celle du plaisir assouvi, odeurs intimes, odeurs sublimes. A quinze ans on ne l’oubli pas. Neuf ans plus tard elle portait encore ce parfum et dans une étreinte passionnée à nouveaux nos effluves se sont mêlées.

Rien ne peut égaler cette alchimie des corps, de l’étreinte, sueur, nectar féminin, écume masculine, chevauchée équine, désir charnel, sens exacerbés, corps enlacés, se humant jusqu’à l’extase.

Femmes d’Orient, femmes d’Afrique, femmes d'Océanie, femmes d’Asie, je vous ai gouté au-delà de la gourmandise, vous arômes m’ont conduit vers le plaisir, mais vos effluves épicées m’ont rendu l’esclave de vos plaisirs.

Unique le parfum d’Alep, la Rose de Damas, l’ Argan de l’Adrar,le Hénné, le jasmin, le lotus, le lilas, l’encens du Yemen , le santal des Indes, autant de sensations me rappelant un visage, un baiser, une caresse, un gémissement, une jouissance.

Mémoires des sens, mon nez me joue des tours, lorsque j’erre de parfumeries en parfumerie, ici Dior, là Lancôme , ici Chanel, autant de parfums, autant de souvenirs de belles femmes. Je me souviens de toutes, du jour, du lieux, de ce qu’ elles portaient, épouses, libertines, rencontres impromptues, les odeurs reviennent.

Sensuelles sont les sensations d’une nuit de stupre et de luxure, corps enlacés, sueurs et liquides d’amours mêlés.

Démesure de nos envies avec toi qui partage ce plaisir, que peu connaissent ou n’osent avouer. L’érotisme est le prolongement de l’utilisation de nos sens. Les yeux bandés, dans le noir , sans un bruit, sans se toucher, dans le silence et ce découvrir par ses odeurs. Bestialité, sauvagerie, animalité, simplement tel que nous avons été jadis.

Emporté par mes pensées, je me souviens de ce glacier où pour la première fois j’ai rencontré celle qui sera ma femme, je retourne souvent cette jetée du Mouleau cher à Obispo, parfum de crêpes, parfum de gaufre, parfums de glaces, parfum de regrets, parfums de nostalgie, parfum de mélancolie.

Folie de ma vie, je ne suis qu’un papillon amoureux des fleurs, je suis attiré par leurs parfums, avant de succomber à la couleur de leurs pétales, au délicieux nectar s’écoulant de leur calice, et dont je butine au bord de leur corolle.

Envoûté je suis, lorsque je croise un parfum dans la rue, je devine l’essence que la belle porte, je l’imagine, le matin se levant, simplement vêtue des effluves de sa nuit, s’étirant devant sa glace, entrant dans sa douche et prolongeant son plaisir se caressant avec un savon délicat, lilas, mimosa, lavande, jasmin, rose.

Maintenant devant ce miroir, elle se maquille, enfile des bas, qu’elle attache avec sensualité à ses porte jarretelles , emprisonne ses seins sublime dans le carcan d’une dentelle délicate, Aubade, Chantal Thomas. Puis elle se pare de son parfum favori, serait ce celui pour rejoindre son mari, son amant étant encore endormi dans le lit de cet hôtel, ou serait celui pour son amant, son mari étant endormi dans le lit conjugal.

Mari ou amant, lui il l’attend, il a mis le parfum qu’elle aime, bientôt leurs essences se mêleront à nouveaux, parfums intimes de l’envie, du désir, de la jouissance en une alchimie érotique sans limite.

Esclave de mes sens, je suis prisonnier de vos odeurs, de vos effluves, je vous aime de tous mes sens.


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.