Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    111305

Le Parfum de Jade - lettre à son amour

Mariveau

229 vues

blog-0547864001358187091.png08

etreinte.jpg

Lyon septembre 1551

Monsieur, Mon amour

Voilà un mois que vous m’avez quitté, pour combattre de l’autre coté des Alpes, et je ne reçois que de sombres nouvelles. Je ne vis plus, je ne dors plus, j’ai peur.

Oui j’ai peur de vous perdre, chaque jour nous voyons le cortège des blessés, des malades revenant d’Italie et je crains pour vous.

Chaque soir, je m’endors avec vous, oui vous m’accompagnez dans mes rêves.

Je rêve de cette nuit de la St Jean, cette nuit si merveilleuse où je me suis donnée à vous.

Mon Amour, je crois que vous êtes un diable, vous êtes le diable en moi, j’en frissonne, mais vous me conduisez chaque nuit vers des délices interdits.

Je me réveille et c’est encore la nuit et c’est comme une folie rouge dans ma tête.

Je vous veux, je veux votre voix.

Je vous imagine me toucher, je vous imagine me caresser, je vous imagine me couvrir de baiser.

Je vous devine le vît tendu, et je tends ma main pour vous caresser votre épée ferme et douce.

Mes doigts bien serrés glissent sur votre hampe au gland engorgé, de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Mais là point de soumission, c est à moi que vous appartenez.

Vous êtes à plat dos, je suis devant vous agenouillée.

Je soulève votre séant, mes genoux sous vous.

Vos jambes bien ouvertes, je vous regarde offert.

Cette image est si troublante, je geins et j’ai la salive plein la bouche, mon calice est humide, il s’ouvre et mon nectar s’en écoule, alors que s’écartent mes cuisses.

Je vous imagine me dire que cela vous rend fou, alors que ma main vous branle avec ardeur.

Je me penche sur vous et je glisse ma bouche sur votre pieu, mes lèvres enserrent votre chair.

Je vous imagine crier, je sens les spasmes qui montent de votre corps, et ce plaisir brutal m’offrant votre jus dans la bouche, mon ventre secoué, je vous attends.

Le feu crépite dans la cheminée, vous êtes là mon Amour allongé sur le dos, votre lance tendue vers le ciel. Là dans la pénombre, léché par le halo des flammes vous êtes enfin à moi, je suis à vous.

Je viens sur vous et je viens vous chevaucher, je suis votre amazone, je sens votre virilité s’enfoncer dans mon ventre brulant, je vous offre mes seins à vos mains brulante.

J’imagine votre regard se noyant dans le mien. Je sens votre parfum, je ressens votre goût.

Mon bassin ondule sur votre verge, ma corolle brille de votre plaisir, mon bourgeon se caresse sur votre pubis, je sens l’orage nous envahir.

Oui je rêve de vous, je sens votre écume se répandre en moi, en ma matrice.

Mais chaque matin, je me réveille et vous n’êtes pas là.

Je vous envoie dans cette petite fiole de mon parfum, car vous m’aurez avec vous.

Vous me manquez, revenez moi vite, car j’attends un enfant de vous;

Je vous aime Thomas

Votre aimée

Votre Jade

5598680_09-2008-Etreinte_W.jpg

  • Like 3

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.